Astronomie

Dans quelle mesure les filtres sont-ils utiles pour repérer les nébuleuses ?

Dans quelle mesure les filtres sont-ils utiles pour repérer les nébuleuses ?

Récemment, j'ai essayé de repérer quelques nébuleuses, IC59 et IC1318. Le ciel sur le site est modestement sombre (4,5 sur l'échelle de Bortle), j'utilise une lunette de 8" et j'ai lentement scanné les zones sans fin avec un oculaire à faible grossissement/grand angle mais je n'ai pas pu pour trouver l'un d'eux.

Un filtre est-il susceptible d'aider de manière significative dans cette situation ? Un filtre à nébuleuses serait-il plus utile qu'un filtre à pollution lumineuse ?


Avec une lunette de 8", un filtre vous donnera très probablement de meilleurs résultats que l'observation sans filtre. Bien qu'un filtre bloque la lumière, l'aspect crucial est qu'un filtre augmente contraste (en bloquant la pollution lumineuse et les longueurs d'onde de lumière étrangères plus que la nébuleuse), vous permettant ainsi de repérer beaucoup plus facilement les nébuleuses diffuses à faible contraste (comme IC59 et IC1318). Ceci est en fait plus critique pour l'observation visuelle que pour la photographie car il est possible d'augmenter le contrat en post-production avec la photographie. Vous constaterez que les astronomes visuels font de grands efforts pour augmenter le contraste - déroutant, flocage, miroirs haut de gamme, etc.

Les filtres antipollution sont à large bande, ce qui signifie qu'ils Autoriser toute lumière à l'exception de la lumière émise par les lampadaires. À partir de ciels plus sombres (comme le bortle 4.5), cela ne donnera pas de résultats spectaculaires. Je recommanderais d'utiliser un filtre OIII pour commencer. Le filtre OIII est un filtre à bande étroite, ce qui signifie qu'il coupes toute la lumière sauf à une gamme de longueurs d'onde très étroite de l'oxygène ionisé. Très souvent, les filtres OIII font la différence entre pouvoir voir un objet et ne pas pouvoir le voir, même depuis un ciel très sombre. En tant qu'excellent test du filtre OIII, consultez également la nébuleuse du voile; de vos cieux, cet objet serait plutôt difficile sans OIII mais plutôt bluffant avec un filtre OIII.


J'ai trouvé cet article, qui suggérait qu'un filtre UHC pourrait couvrir plus de bases si vous ne pouvez en acheter qu'un :

http://www.prairieastronomyclub.org/resources/by-dave-knisely/filter-performance-comparisons-for-some-common-nebulae/


Pourquoi les longues-vues pour l'astronomie

Je veux écrire un peu sur les raisons pour lesquelles on devrait envisager d'utiliser une longue-vue pour un instrument astronomique, et le genre de circonstances où cela pourrait être le plus utile.

Les longues-vues sont généralement de petits réfracteurs de classe 60 ou 80 mm f/5,5-6 avec des vues d'image correctes droites ou inclinées à 45 degrés dans l'oculaire. Je ne considérerai que les oscilloscopes de classe 80 mm dans cet article, car ils constituent le meilleur choix pour l'astronomie ou un double objectif. Avec les distances focales de classe 80 mm, les oculaires populaires offrent un grossissement de 20 à 60x et des champs de vision d'environ 2,4 à 1,6 degrés.

Le cas de l'utilisation de ces petits réfracteurs en observation astronomique est à peu près le même que pour n'importe quel bon réfracteur de classe 80 mm. Ces avantages incluent :

  • Format compact
  • Poids léger
  • Facilement monté
  • Refroidissement court (prêt à l'emploi immédiatement)
  • Champs larges

Chacun de ces aspects fonctionne ensemble pour se compléter pour rendre la lunette parfaite pour une observation relativement facile et insouciante. En raison de sa courte longueur, de son poids léger et de ses larges champs de vision, il est assez pratique de l'installer sur un trépied pliable avec une simple monture d'altitude-azimut. Par conséquent, la lunette et la monture complètes sont facilement stockées et transportées, et prêtes à l'emploi à tout moment.

Outre ces éléments communs avec un réfracteur de 80 mm, la longue-vue présente des avantages distincts, notamment :

  • Des images correctement orientées
  • Boîtiers et optiques renforcés
  • Disponibilité de haute qualité
  • Simplicité

Le principal inconvénient des réfracteurs de classe 80 mm est :

Les inconvénients d'une longue-vue par rapport à une lunette astronomique de 80 mm sont :

Ce n'est que dans le cas où une lunette de mauvaise qualité est envisagée que d'autres inconvénients surviennent. Un prisme de mauvaise qualité dégradera les performances optiques alors qu'un télescope dépourvu de prisme ne sera pas dégradé pour cette raison. C'est vraiment plus un problème de qualité qu'un problème inhérent à la conception, bien que même les meilleurs prismes disperseront théoriquement une infime quantité de lumière.

Les longues-vues peuvent également nécessiter des adaptateurs spécifiques pour utiliser une large sélection d'oculaires, de filtres et d'accessoires photographiques. Une disposition d'oculaire à zoom unique permet une utilisation simple, mais la longue-vue n'est pas aussi adaptée à une situation où l'utilisateur souhaite pouvoir basculer facilement entre l'utilisation d'une visionneuse binoculaire avec des filtres H-alpha pour visualiser M42, puis d'un oculaire orthoscopique pour voir Mars, suivi de prises de vue lunaires avec leur reflex numérique. La simplicité qu'ils offrent peut compromettre une certaine adaptabilité. Avec l'utilisation d'un adaptateur, ils acceptent les oculaires et accessoires d'astronomie standard de 1,25". Pour l'observateur visuel plus intéressé par le ciel que par le bricolage de son équipement, ils offrent des plaisirs simples.

À condition que quelqu'un qui s'intéresse aux observations astronomiques se contente de l'ouverture, une bonne lunette d'observation peut constituer un instrument idéal à cette fin. De plus, en raison de la prolifération de produits optiques de mauvaise qualité provenant de sources bon marché, il convient de mentionner que les bonnes longues-vues disponibles peuvent donner un meilleur résultat et plus de plaisir qu'un télescope de mauvaise qualité, quelle que soit sa taille.

Il est courant pour les longues-vues d'avoir des boîtiers résistants à l'eau, à la poussière et au brouillard qui sont robustes pour résister à certaines bosses, chocs et éraflures pour une utilisation sur le terrain. Tous les amateurs n'observent pas depuis la protection d'un observatoire. Lorsque j'ai interrogé des amateurs, j'ai découvert que la plupart étaient prêts à installer leur télescope sur leur terrasse arrière ou leur pelouse. Cependant, les meilleurs sites sombres pourraient n'offrir que du gravier, de la terre ou des mauvaises herbes. Là où une arrière-cour polluée par la lumière crée des interférences avec les meilleurs télescopes, un site sombre peut offrir à la fois de bien meilleures vues à l'œil nu et d'excellents résultats à partir d'instruments relativement plus petits qui sont assez faciles à transporter là-bas.

Une fois là-bas, le site sombre peut ne pas être aussi indulgent qu'un patio propre et abrité ou une pelouse bien entretenue. S'il y a un peu de vent, les instruments astronomiques plus délicats sont vulnérables et menacés par la poussière. Les environnements humides et autres environnements hostiles peuvent également concourir contre les instruments non scellés et menacer de créer un problème de nettoyage complexe. Toute utilisation sur le terrain comporte toujours des risques de chocs, de chocs et même de chutes. La longue-vue robuste, résistante aux chocs, à l'eau, à la poussière et à la buée facilite l'utilisation sur le terrain. Il est fort probable qu'il survive même à des abus flagrants sur le terrain à la poursuite de créatures insaisissables. Le genre d'abus typique de la poursuite d'objets qui semblent plus fiables est facilement géré par ces instruments. S'il se salit, il est assez pratique de le rincer avec un peu d'eau pour enlever la poussière puis de nettoyer l'objectif normalement. Pour l'astronome amateur, ce type de télescope devrait fournir de nombreuses années d'observations la plupart du temps sans soucis.

Les oculaires sont généralement fixés à la lunette avec une monture de style baïonnette pour les fixer et comportent souvent un verrou pour empêcher les rotations du zoom de les desserrer. Les oculaires sont également purgés à l'azote, scellés, étanches à la poussière et à l'eau. Les oculaires grand angle 20-60x, 25-50x ou zoom 20-75x constituent les choix populaires, mais des oculaires fixes 20x, 30x et 40x sont également disponibles avec des champs de vision apparents plus larges.

Des adaptateurs sont disponibles pour certains oscilloscopes afin de permettre l'utilisation d'oculaires astronomiques. Cependant, la spécification robuste et prête pour le terrain des longues-vues est probablement la mieux adaptée à la disposition simple qu'offre un seul oculaire zoom. La polyvalence qu'une large sélection d'oculaires pourrait promettre est vraiment limitée par l'ouverture relativement petite de ces lunettes.

Les astronomes amateurs convoitent le pouvoir, et les débutants confondent souvent le grossissement avec le pouvoir. Ils peuvent être désactivés par l'incapacité apparente d'une longue-vue à leur montrer des vues 100x, 150x ou même 200x. En fait, ils ne sont pas moins performants que d'autres petits réfracteurs et n'ont besoin que d'un oculaire astronomique de distance focale suffisamment courte pour fournir le grossissement souhaité. L'utilisateur inexpérimenté d'un tel oculaire peut être déçu des résultats obtenus sur une longue-vue ou tout autre réfracteur de taille similaire. L'image peut apparaître sombre, floue et la minuscule pupille de sortie sera gênante. Le champ de vision sera très étroit et beaucoup moins d'objets célestes seront disponibles pour la visualisation étant donné le champ de vision et l'ouverture. L'astronome souhaitant avoir de bonnes vues à 200x est bien mieux loti avec un télescope de 254 mm et une atmosphère immobile. La plupart des gens auront beaucoup moins d'opportunités avec un tel instrument, et le plus petit réfracteur constituera une meilleure alternative ou un excellent compagnon.

Les petits réfracteurs sont idéaux pour donner de larges champs de vision. Les grossissements entre 26x et 40x donnent le diamètre optimal de la pupille de sortie de 2 à 3 mm et l'oculaire doit être sélectionné pour offrir le champ de vision le plus large dans cette plage. Ensuite, une lunette d'observation fournira un grossissement supérieur à celui des jumelles à main et permettra toujours de visualiser l'une des plus grandes variétés d'objets célestes. Il y aura moins d'occasions où des oculaires à grossissement inférieur ou supérieur s'avéreront aussi utiles pour l'astronomie avec ces télescopes.

Pour l'observation terrestre, la vue d'image correcte est souhaitable car elle permet de trouver rapidement des objets tels que des oiseaux dans un paysage avec des oculaires grand champ à faible grossissement. Il permet également de lire facilement le texte et les chiffres. Les avantages s'appliquent tout de même à l'utilisation astronomique. Trouver des objets à partir de points de référence visibles dans le ciel est facile lorsque l'image du télescope n'est ni inversée ni inversée.

L'inconvénient est que les prismes qui font pivoter l'image du réfracteur de 180 degrés pour corriger son orientation diffusent également plutôt que de transmettre une partie de la lumière sur leurs surfaces et le substrat de verre peut également absorber une petite quantité. En pratique, les prismes de la meilleure qualité utilisent des revêtements optiques pour minimiser les pertes externes par diffusion tout en permettant la réflexion interne requise. La plupart des longues-vues utilisent les conceptions de prismes Schmidt ou Schmidt-Pechan, qui nécessitent également une surface de miroir avec les meilleures pratiques utilisant des surfaces de miroir diélectriques (les mêmes que dans les meilleures diagonales d'étoiles astronomiques).

Traditionnellement, les astronomes ont évité et renoncé à l'utilisation de prismes pour ériger l'image dans leurs télescopes en raison de la perte inhérente de lumière due à la diffusion et à l'absorption. Néanmoins, les pertes avec les meilleurs prismes diélectriques, revêtus et de haute qualité sont infimes et les avantages pratiques pour l'astronome amateur visuel l'emportent presque certainement sur cela. Là où l'on pourrait envisager de renoncer au prisme, c'est lorsque l'élément est de qualité douteuse ou lorsqu'il n'offre aucun avantage pratique comme en astrophotographie (l'image peut facilement être tournée dans l'ordinateur). Un prisme de Schmidt bien fait et revêtu avec une surface réfléchissante diélectrique perdra très peu de lumière. Peut-être qu'un millimètre d'ouverture supplémentaire le compenserait. Il s'agit d'une concession raisonnable dans une classe de portées qui est conçue pour la facilité d'utilisation plutôt que la taille maximale ou la poursuite de la plus faible magnitude limite.

Alors que l'astro-imageur dédié est probablement mieux adapté avec un astrographe spécifique conçu pour donner un champ plat sur toute la taille de leur capteur d'imagerie, l'astronome amateur souhaitant photographier des choses avec son télescope visuel est assez bien adapté avec une longue-vue. . Les longues-vues sont largement utilisées pour la digiscopie (projection d'oculaire dans un objectif de caméra) et il existe une large sélection d'adaptateurs ainsi que des adaptateurs universels pour s'adapter à presque n'importe quelle caméra à n'importe quelle lunette. De plus, la conception courte et légère impose des exigences minimales aux supports de suivi. Les astrophotographes savent que l'une des plus grandes difficultés et dépenses auxquelles ils sont confrontés est le montage de leurs optiques. L'astronome visuel et futur astro-imageur à temps partiel est bien servi par l'arrangement le plus simple possible. La lunette Swarovski 80 mm avec oculaire pèse un peu plus de trois livres et demi. Comparez cela à une lunette astronomique typique de 80 mm à 7 livres. Les longues-vues peuvent facilement être adaptées à la configuration Astrotrac la plus simple, à une petite monture équatoriale ou à une monture alt-azimut motorisée avec autoguidage. L'ouverture limitée est moins préoccupante pour la photographie à longue exposition et la qualité de l'optique disponible laisse peu à désirer. Il peut être moins pratique d'adapter une longue-vue comme objectif principal pour un appareil photo ou d'utiliser n'importe quel appareil photo avec un grand capteur. Ce sont des applications où le photographe est mieux adapté par un objectif d'appareil photo de 400 mm ou un réfracteur avec un grand porte-oculaire.

Il ne fait aucun doute dans mon esprit que la majorité des fabricants de télescopes astronomiques sont dans une course vers le bas. La qualité des optiques des plus grandes sources de télescopes est très médiocre. Le contrôle de la qualité et les tests des produits individuels sont inexistants. Au mieux, les fabricants testent le processus et la qualité des lots. Plutôt que de produire un produit selon des paramètres de qualité stricts, ils abaissent simplement le prix ou ajustent le nom de la marque pour refléter leur estimation de la qualité et déplacer le produit. Les sources d'usine asiatiques ne sont pas associées à des marques, mais travaillent généralement sur des contrats d'entreprises comme Synta, GSO et Maxvision pour exécuter des commandes organisées selon les conditions du marché. La grande majorité des conceptions de télescopes ne comportent rien d'innovant ou de particulièrement complexe si seulement une faible qualité médiane est envisagée. Pour cette raison, il est assez pratique de produire un produit bon marché qui est surtout aussi utile qu'un meilleur mais pas aussi coûteux. Le résultat est un niveau de qualité et d'attention à cette question qui a diminué dans la poursuite de prix plus bas. L'effet est une insuffisance des performances et des résultats due non pas à une régression, mais à une simple négligence et à une économie flagrante.

Peu de fabricants de télescopes s'intéressent à la fabrication d'instruments produits en série qui offrent les meilleurs résultats pour la communauté de l'astronomie amateur. Beaucoup d'autres sont occupés à produire ce que le marché considère « assez bon » pour des prix de plus en plus bas. Pour eux, « assez bon » est déterminé par les ventes, et baisser davantage les prix est devenu un moyen légitime d'obtenir « assez bon ». Je ne dirai pas que pour obtenir la meilleure qualité optique, mécanique et design dans un instrument, il sera presque certainement nécessaire de payer pour cela. Je pense qu'il n'est pas rare que la personne qui cherche à se satisfaire de télescopes moins chers achète une série de nombreux produits pour lesquels elle aura finalement dépensé les milliers de dollars que coûterait une bonne lunette d'observation, un oculaire, une monture et un trépied.

Curieusement, je trouve beaucoup d'astronomes amateurs potentiels à la recherche du « meilleur rapport qualité-prix » pour leur argent. Je trouve relativement peu d'entre eux à la recherche d'un instrument idéal pour compléter leur activité. Bon nombre d'entre eux finiront par dépenser des milliers de dollars pour une longue série de produits à la recherche de satisfaction et la trouveront plutôt insaisissable. Peut-être que pour eux, la source d'inspiration dans leur passe-temps n'est pas tant le ciel, mais la promesse d'un instrument exotique pour offrir des vues spectaculaires. Par cela, ils seront attirés pendant un petit moment, jusqu'à ce qu'ils ne soient plus impressionnés ou impatients de voir ce que cela pourrait montrer. S'ils ne sont pas suffisamment inspirés pour observer sans instrument, il semble presque certain que leur hobby sera de rechercher les sensations offertes par un produit après l'autre, et dans ce cas, ils le feront en recherchant d'abord les sensations les moins chères.

Les consommateurs ont depuis longtemps choisi d'acheter sur le prix, et les optiques de qualité d'Allemagne, du Japon et des États-Unis ont succombé à une préférence du marché pour les déchets de qualité inférieure en provenance de Chine, de Corée, de Thaïlande et du Mexique. Les décisions de certaines marques japonaises et américaines d'externaliser certaines de leurs gammes de produits sont sans doute influencées par la baisse des coûts de production et la réticence du marché à payer plus. La prochaine fois que vous obtiendrez des produits Vixen de Chine, Meade du Mexique et Tele Vue de Taïwan, demandez-vous : « Ai-je eu ma remise ? »

Que ce soit tout à fait vrai ou non, je ne suis pas en mesure de le dire, mais j'ai été amené à croire que Leica, Swarovski et Zeiss fabriquent des produits de qualité. Peut-être tout aussi important, ils ne proposent pas de produits de mauvaise qualité, du moins pas intentionnellement. Malheureusement, Zeiss ne produit plus de télescopes spécifiques à l'astronomie. Quand ils l'ont fait, je crois qu'ils se sont comparés aux meilleurs au monde. Quels autres fabricants ont acquis une réputation similaire ? Astrophysique. Il existe plusieurs autres marques que je ne souhaite pas exclure, mais le nombre d'entre elles capables et axées sur la production des meilleurs réfracteurs de 80 mm au monde est très limité. Astro Physics n'en fait pas, mais Tele Vue a produit de bons télescopes et heureusement, ils sont également utilisés par les ornithologues amateurs et donc souvent comparés aux Leica, Swarovski et Zeiss. Il suffit de souligner que ces oscilloscopes se comparent en qualité et en optique aux meilleurs réfracteurs d'astronomie de classe 80 mm au monde. Quant à leur aptitude à un usage particulier, les domaines d'astronomie et de terrain ont leurs compétences respectives. Bien qu'il ne s'adapte pas aussi facilement à la plus grande variété d'arrangements de visualisation spéciaux, le champ d'application est probablement plus approprié et plus simple à utiliser pour les situations les plus courantes.

Si l'on devait considérer les meilleurs instruments au monde avec lesquels poursuivre leur intérêt pour l'astronomie amateur, il existe certainement une variété de sources pour des télescopes plus ou moins personnalisés, mais ils ne sont certainement pas produits en série. Certains d'entre eux ont des optiques spécifiées par l'acheteur d'une source et des assemblages mécaniques d'une autre, et dans de tels cas, le consommateur est souvent chargé de déterminer la qualité du produit à partir des différentes sources des différents éléments de son télescope et de prouver la qualité en les tests sur cette base peuvent être un peu plus coûteux et plus longs que l'achat d'un télescope de production en série. Je suppose que c'est le cours pratique pour obtenir un très grand télescope car il n'y a tout simplement pas un marché suffisamment important pour les articles de cette nature produits en série. C'est peut-être la raison pour laquelle l'extrémité supérieure du marché des télescopes d'observation regorge de qualité - la taille du marché de l'observation des oiseaux nous offre des produits fabriqués en série d'une immense valeur comparative.

Lorsque l'on compare un bon observateur à un télescope astronomique de haute qualité de classe 80 mm tel que le Tele Vue ou le Takahashi, il n'y a aucun avantage clair avec l'un ou l'autre, mais il y a des compromis. Les télescopes d'astronomie sont généralement autour de f/7 par rapport aux observateurs à moins de f/6. Il y a quelques avantages optiques à cela, mais les lunettes d'astronomie sont souvent aussi longues que 22-24" avec une diagonale et un oculaire installés par rapport à 15" ou moins pour les observateurs. Les télescopes d'astronomie pèsent généralement deux fois plus. En raison du poids et de l'effet de levier supplémentaires, ils nécessitent des supports plus grands, plus massifs et plus complexes pour s'équilibrer et rester stables. Les lunettes d'astronomie peuvent accepter de changer d'accessoires avec des joints coulissants, mais elles n'offrent pas la protection du tube scellé et de l'oculaire de l'observateur.

Beaucoup de bons observateurs acceptent les oculaires astronomiques avec un adaptateur. Les Swarovski et Zeiss le font. Je ne crois pas que Leica ait un adaptateur. Je ne connais pas Nikon ou Kowa. Il est vrai que vous ne pouvez toujours pas installer un Nagler 31, mais Ethos à partir de 13 mm devrait fonctionner. Pour les distances focales les plus couramment utilisées, les oculaires de l'observateur sont souvent aussi bons ou meilleurs que la plupart des oculaires d'astronomie. Les oculaires Pentax, Leica et Zeiss ont tous été comparés aux lignes Tele Vue, Abbe-Orthos, Baader Hyperions, etc. Les critiques sont disponibles. À mon avis, les observateurs ont la linéarité orthoscopique et le relief oculaire des Radians avec des champs aussi larges ou plus larges que les Panoptics, et ils zooment. Les seules choses qu'ils n'offrent pas nécessitent un énorme baril.

J'ai déjà eu une collection d'oculaires Tele Vue Ethos et j'ai trouvé que pour le type d'observation que je fais avec un réfracteur de 80 mm, la simplicité d'un seul oculaire est plus satisfaisante. Au lieu de transporter un étui à oculaires sur le terrain et de passer du temps à échanger des pièces, à me recentrer et à me demander si quelque chose serait mieux dans un autre oculaire, je passe plus de temps à simplement profiter de la vue.

Les télescopes pour l'astronomie amateur constituent un marché relativement restreint dans l'industrie de l'optique et la plupart des avancées significatives dans la conception et la fabrication proviennent des autres marchés de l'optique. Zeiss a utilisé pour la première fois des lentilles en fluorure de calcium « apochromatiques » dans des microscopes en 1886. La filiale de Zeiss, Schott Glass, a innové dans le processus pour produire des cristaux de fluorure de calcium synthétiques. Je ne suis pas au courant que ces éléments ont été utilisés dans un télescope produit en série pour l'astronomie amateur jusqu'à ce que Takahashi présente le TS90 en 1977. Ils ont introduit un APO en fluorite de 4 pouces en 1981 et Vixen a rapidement suivi avec le 102FL. Takahashi et Vixen ont tous deux acheté leurs éléments en fluorite auprès d'une filiale de Canon qui les produisait pour le marché beaucoup plus lucratif des ultra-téléobjectifs. Outre les industries de l'appareil photo, de la photo et de la vidéo, l'industrie des jumelles et de l'optique sportive contribue également aux avancées de l'astronomie visuelle amateur, non seulement dans les prismes, mais aussi dans la conception des oculaires et des revêtements optiques. Le volume de ventes beaucoup plus important de ces marchés fournit le capital qui stimule la recherche et le développement qui profitent parfois également à l'industrie des télescopes d'astronomie amateur. Le marché des télescopes de recherche professionnels, d'autre part, est principalement concerné par un ensemble de problèmes complètement différent qui ont comparativement beaucoup moins à voir avec l'astronomie visuelle amateur. La seule tâche qu'ils ont en commun est la conception et la fabrication de miroirs pour réflecteurs, mais je ne connais aucun fabricant de télescopes de recherche qui se préoccupe des petits miroirs que les amateurs utilisent ou de toute technique de production de masse d'ailleurs. Pour cette raison, il ne faut pas trouver extraordinaire de voir certains des meilleurs télescopes pour l'astronomie visuelle amateur provenant de fabricants d'appareils photo, de jumelles et d'optiques sportives.

Il n'est pas rare que les fabricants d'optiques sportives offrent des garanties à vie et 10 ans, et parfois même des garanties transférables et sans faute. Le service de garantie et les réparations sont souvent rapides et généreux. Les télescopes astronomiques sont souvent garantis 1 an, parfois 5 ans. Ils ne sont quasiment jamais transférables et le service est le plus souvent lent et parfois difficile.

Le dernier point que je ferai dans mon cas concernant l'utilisation d'une bonne longue-vue dans la poursuite de l'astronomie amateur est qu'elle est idéale pour les enfants. Il ne fait aucun doute que de nombreux télescopes sont vendus sur le principe d'une utilisation par des enfants. Ce sont pour la plupart des oscilloscopes bon marché et de mauvaise qualité à un prix que suffisamment de parents sont prêts à considérer dans une relative ignorance de toute connaissance permettant de prendre une bonne décision. J'en ai lu beaucoup dans la communauté de l'astronomie amateur avertissant et déplorant les effets néfastes des grands magasins bon marché et des lunettes de soleil « poubelle de Noël ».

Malheureusement, alors que le prix d'instruments plus excellents est sensiblement plus élevé, peu de considération est accordée dans leur conception à leur utilisation par les enfants. Pour l'enfant plus âgé qui est prudent et prudent, presque toutes les conceptions sont aussi adaptées qu'à un adulte si l'enfant dispose du bon environnement pour l'utiliser. Cependant, les plus jeunes ne peuvent pas atteindre l'oculaire d'un réflecteur newtonien, même sur une monture basse de style Dobson. Le placement étrange de l'oculaire à l'extrémité opposée du tube et dans un alignement perpendiculaire est contre-intuitif pour pointer vers des objets qu'ils aimeraient explorer. Les images inversées concourent également à faire de l'ensemble de l'expérience une abstraction presque complète du monde extérieur au tube. Il est admis que la grande ouverture et les champs larges d'une lunette de style Dobson à rapport focal rapide constituent un ensemble attrayant pour l'enfant plus âgé qui est capable de pointer la lunette et d'atteindre l'oculaire sans grimper sur quelque chose.

Les télescopes de type Cassegrain avec un miroir perforé permettant une vue vers l'avant sont plus intuitifs à pointer et avec un prisme peuvent fournir des images correctement orientées. L'utilisation d'une monture alt-azimut sur un trépied réglable permet à l'enfant de pointer le télescope et d'atteindre l'oculaire. Cependant, la longue focale ne fournit que le champ de vision le plus étroit, ce qui rend très difficile la relation entre la vue dans l'oculaire et la vue dans le ciel. Les temps de transit courts des objets à travers le champ rendent également cet agencement le plus approprié pour un suivi motorisé ou une monture goto.

En raison de l'emplacement difficile de l'oculaire du Newtonian et du champ de vision généralement étroit du Cassegrain, je pense que le réfracteur est la meilleure conception pour les petits enfants. Il fournit un alignement de l'instrument en ligne avec le spectateur et l'objet observé, il peut être configuré pour des images correctement orientées et il peut fournir des vues à grand champ qui ne sont pas si abstraites du ciel. Ils peuvent être légers et facilement montés sur des arrangements alt-azimut simples à pointer.

Une vision confortable à l'oculaire est également importante pour les enfants. Alors que l'astronome chevronné pourrait se contenter d'un soulagement des yeux écrasant les cils et de pupilles de sortie de la taille d'un moucheron afin d'obtenir les limites des capacités de son instrument avec une perfection orthoscopique, cet arrangement ne convient pas aux petits enfants. Les enfants ont besoin d'un soulagement oculaire généreux, mais pas tellement qu'ils ne peuvent pas poser leurs yeux sur l'œilleton. Ils trouveront également de grandes pupilles de sortie beaucoup plus faciles à placer. Avec ces choses, ils trouveront une bonne position pour les yeux et la garderont facilement sans être frustrés par l'expérience.

On peut faire valoir qu'une jumelle est un choix encore meilleur pour les petits enfants en raison de l'utilisation des deux yeux et du champ de vision généralement plus large. Le principal inconvénient que j'ai trouvé était l'incapacité des jumelles de plus d'environ 25 mm d'ouverture à s'adapter à la distance interpupillaire de mes enfants. Ils n'auraient la possibilité d'utiliser l'un des plus grands oculaires des jumelles que pendant quelques années. Ce n'est pas nécessairement un facteur de ce qui est possible, mais plutôt un facteur de ce qui est disponible.

De plus, peu de jumelles sont fabriquées avec des oculaires coudés. Ce sont pour la plupart des jumelles géantes de mauvaise qualité. Des oculaires inclinés sont nécessaires pour une visualisation confortable des objets à des altitudes plus élevées. Avec des oculaires droits, il faut prendre position sous l'instrument, généralement allongé sur le dos. Cela peut être fait assez facilement en tenant les jumelles à la main, mais les petits enfants ont besoin d'une monture pour maintenir stables les optiques lourdes ou pour voir les objets qui leur sont trouvés. Pour cette application, une monture binoculaire en parallélogramme peut bien fonctionner. Cependant, cette disposition moins pratique n'est pas si attrayante si un seul oculaire peut être utilisé en raison des limitations de la distance interpupillaire.

Enfin, hormis les plus grosses jumelles, la plupart n'ont que des oculaires fixes à faible grossissement. Bien que les larges champs de vision de cet arrangement soient les plus utiles pour le plus grand nombre d'objets célestes, il laisse de côté la possibilité de voir les planètes et les amas globulaires à un grossissement plus élevé.

En raison des limitations de la distance interpupillaire, des difficultés à organiser la vue à travers des oculaires droits et des limitations aux niveaux de grossissement les plus bas, il existe un meilleur cas pour un réfracteur simple avec un oculaire coudé.

Les réfracteurs de haute qualité sont des instruments coûteux et quelque peu délicats, à l'exception des longues-vues d'observation robustes et prêtes à l'emploi. Les réfractaires astronomiques plus fragiles se démontent avec des vis à oreilles, ne sont pas étanches à l'eau, au brouillard ou à la poussière, et ne survivront probablement pas à une chute même mineure sans quelques dommages. Bien qu'ils puissent toujours être adaptés pour permettre à un enfant de regarder à travers pour voir un objet trouvé, de nombreuses personnes hésiteraient à laisser leur enfant « conduire » librement leur coûteux réfracteur apochromatique. Avec la longue-vue, il y a peu de raisons de ne pas le faire. Avec le pare-soleil étendu et un élément de protection en verre ou un filtre à visser sur l'objectif, et le boîtier rembourré toujours prêt à l'emploi sur l'ensemble de tube optique blindé en caoutchouc et résistant aux chocs, et un joint étanche à l'eau oculaire étanche verrouillé, il semble qu'il ne reste plus grand-chose à craindre de remettre l'un de ces appareils à un enfant supervisé.

Je laisse mes garçons de 3 et 4 ans conduire le mien. Je les emmène dans un champ de terre sur un site sombre, place le trépied à leur hauteur et les laisse le pointer et voir à leur guise. Je leur trouve des objets, verrouille la monture et partage la vue. Souvent, ils peuvent saisir l'oculaire pour se tirer dessus et peuvent toujours voir un objet car les objets ne se perdent pas facilement dans le champ de vision généreux. Je peux seulement imaginer que presque n'importe quel autre arrangement serait plus compliqué.


Styles de filtre

Clipser

Il existe des styles de filtres qui se clipsent sur le corps de votre appareil photo. Il y a des avantages à les avoir, comme la possibilité d'empiler des filtres sans les empiler ensemble. L'un entre dans le boîtier de l'appareil photo, l'autre se tord sur l'objectif.
Ils sont un peu plus difficiles d'accès, car vous devez retirer l'objectif à chaque fois que vous souhaitez changer le filtre. Cela rend vos images plus sujettes aux erreurs de mise au point accidentelles.

© ASTRO-COUR | BLOG D'ASTROPHOTGRAPHIE 2018

Objectif monté/fileté

Les filtres montés sur l'objectif se vissent sur l'avant de l'objectif ou sur un plan plat pour les systèmes de capteurs CCD/CMOS. Ceux-ci sont plus faciles à mettre et à retirer, ce qui signifie que vous n'avez pas besoin de séparer tout équipement pour les changer.
Ceux-ci sont plus souvent utilisés avec les objectifs des appareils photo reflex numériques.

© ASTRO-COUR | BLOG D'ASTROPHOTGRAPHIE 2018


Filtres optiques pour les applications d'astronomie

Nous fabriquons des filtres d'astronomie de la plus haute qualité avec des revêtements durs durables et pulvérisés en utilisant des substrats uniques du meilleur verre, éliminant ainsi le besoin de stratifications. Tous les revêtements du filtre primaire sont appliqués sur la surface avant et les revêtements antireflet sur la surface arrière pour éviter les images fantômes et maximiser la transmission.

Très précises et précises, les bandes passantes de ces filtres restent spectralement stables et ne dérivent pas en réponse à des fluctuations extrêmes de température ou à des changements d'humidité. Tous les filtres peuvent être utilisés avec des ouvertures de f/4 ou moins. Nous fournissons des services de revêtement personnalisés pour les applications d'imagerie plus exigeantes nécessitant de plus grandes ouvertures telles que f/3 ou f/2. Nous pouvons également fournir des tailles plus grandes et des bandes passantes uniques sur demande.

Tiré du mauvais ciel du centre de Rome, avec un peu de lune aussi.
200 mm f/4 newton
Caméra CCD Astrel Instruments AST8300B

Chroma Technology Filtres de raies spectrales 3 nm : H-alpha, OIII et SII

C 2177 est une région de nébulosité qui se situe le long de la frontière entre les constellations Monoceros et Canis Major.

SX-46 avec et roue SX Maxi de Starlight Xpress Ltd. matrice de format de 27 x 21,6 mm, pixels carrés 6uM. Newtonian telescope at 1330mm. The second setup was a SX 816 and Vixen VSD refractor.

Chroma Technology 3nm spectral line filters: H-alpha, OIII and SII, Chroma LRGB Filters

The large dark nebula that makes up this "gaping mouth" is a molecular cloud made up predominantly of molecular hydrogen, but also dust and other gases. New generations of solar systems are being forged within its cold interior. Once these young stars’ fusion engines switch on, they will irradiate their surroundings–heating up, ionizing and eroding away the remaining dark material from which they formed.

Originally the whole Pac-Man nebula would have been one large dark molecular cloud. The stars that formed early on at its centre have progressively hollowed out the centre of the nebula. The gas in and around this central region is ionized by the copious UV radiation emitted by the central open star cluster (IC 1490), causing it to glow and provide the light by which this narrowband image was taken.

Skywatcher Esprit 100ED
(Taken during High moon transit)

QHY9S MONO CCD
Ha 1200s x 18
SII 1200s x 10
OIII 1200s x 10
Mount iOptron CEM60


The dreadful beauty of the Medusa Nebula

ESO’s Very Large Telescope in Chile has captured the most detailed image ever taken of the Medusa Nebula (also known Abell 21 and Sharpless 2-274). As the star at the heart of this nebula made its final transition into retirement, it shed its outer layers into space, forming this colourful cloud. The image foreshadows the final fate of the Sun, which will eventually also become an object of this kind. Image credit: ESO. This beautiful planetary nebula is named after a dreadful creature from Greek mythology — the Gorgon Medusa. It is also known as Sharpless 2-274 and is located in the constellation of Gemini (The Twins). The Medusa Nebula spans approximately four light-years and lies at a distance of about 1500 light-years. Despite its size it is extremely dim and hard to observe.

Medusa was a hideous creature with snakes in place of hair. These snakes are represented by the serpentine filaments of glowing gas in this nebula. The red glow from hydrogen and the fainter green emission from oxygen gas extends well beyond this frame, forming a crescent shape in the sky. The ejection of mass from stars at this stage of their evolution is often intermittent, which can result in fascinating structures within planetary nebulae.

For tens of thousands of years the stellar cores of planetary nebulae are surrounded by these spectacularly colourful clouds of gas. Over a further few thousand years the gas slowly disperses into its surroundings. This is the last phase in the transformation of stars like the Sun before ending their active lives as white dwarfs. The planetary nebula stage in the life of a star is a tiny fraction of its total life span — just as the time a child takes to blow a soap bubble and see it drift away is a brief instant compared to a full human life span.

Harsh ultraviolet radiation from the very hot star at the core of the nebula causes atoms in the outward-moving gas to lose their electrons, leaving behind ionised gas. The characteristic colours of this glowing gas can be used to identify objects. In particular, the presence of the green glow from doubly ionised oxygen ([O III]) is used as a tool for spotting planetary nebulae. By applying appropriate filters, astronomers can isolate the radiation from the glowing gas and make the dim nebulae appear more pronounced against a darker background.

When the green [O III] emission from nebulae was first observed, astronomers thought they had discovered a new element that they dubbed nebulium. They later realised that it was simply a rare wavelength of radiation from an ionised form of the familiar element oxygen.

The nebula is also referred to as Abell 21 (more formally PN A66 21), after the American astronomer George O. Abell, who discovered this object in 1955. For some time scientists debated whether the cloud could be the remnant of a supernova explosion. In the 1970s, however, researchers were able to measure the movement and other properties of the material in the cloud and clearly identify it as a planetary nebula.


How useful are filters for spotting nebulae? - Astronomie

One of the most important obstacles for the exploration of the night sky is the brightening of the night sky by artificial lights, such as streetlights. The night sky is not really dark in the vicinity of towns or cities, which reduces the visibility of objects bejond the solar systems enourmously. Depending on the type of the celestial object it is possible to increase the contrast dramatically by blocking the annoying artifical light.

le EXPLORE SCIENTIFIC UHC filter uses a characteristic property of the so called emmission nebulae. Those objects glow in special colors, the so called emmission lines. Those emmission lines are linked to chemical elements - in this case hydrogen at 486nm and 656nm, plus oxygen at 496nm and 501nm. The Explore Scientific UHC nebula filter blocks all other colors (and thereby nearly all of the artificial light) and only the emmission line du hydrogen et oxygen can pass the filter. The result is astonishing: suddenly nebulae are visible at locations that were completely empty without filters. In suburbian skies for example the Owl-nebula M97, the Veil-nebula Ngc 6992 or even the bright Dumbell-nebula M27 are not clearly visible. By using this filter you can see the nebulae and their structures without problems. A must for every visual observer. le EXPLORE SCIENTIFIC nebula filters come with a individual test certificate - your guarantee to receive a premium filter.


Why a Spotting Scope?

Sometimes, a binocular can't get you close enough to a bird
to show you the detail you need. Beyond a hundred feet or so, subtle field marks
start becoming difficult to differentiate. You can tell it's a Sandpiper, but what
kind? A Western, a Semipalmated, a Baird's? They look very similar at long distances.

A spotting scope gets you closer to the subject so you
can
tell what kind of Sandpiper it is, or whether that really is a deer lurking
at the far end of your property. A spotting scope's magnification starts where your
binocular leaves off.

Spotting scopes are compact telescopes designed primarily
for terrestrial observing and photography. In addition to birding, some other uses
inclure:

1.- viewing distant sports events, such as boat races
and mountain climbing

2.- observing deer, mountain goats, and other easily-spooked
animal life

3.- use as a long distance microscope for safe close-up
study of hornets' nests, bee hives, etc.

4.- surveillance of property and outbuildings for the
isolated homeowner, rancher, or farmer

5.- scanning ski resort, lake, or harbor activities
from the home with a view

6.- casual astronomy and more.

There are two types of spotting scopes available: prismatic
(a simple refractor, with a lens at one end and an eyepiece at the other) and catadioptric
(a combination of lenses and mirrors).

An
eyepiece placed directly in the back of an ordinary telescope shows you an image
that's upside down and backwards. Because of this, prismatic spotting scopes come
with a built-in erecting prism system, such as the straight-through viewing porro
prism in the prismatic scope below. Others, such as the catadioptric scope shown
on the next page, come with a prism for observing at a 45° viewing angle (looking
down at a 45° angle to see straight ahead). Both give you erect and right-reading
images (correctly oriented from left to right) so you can read printing - distant
boat names and license plates, for example.

Many spotting scopes come with a zoom eyepiece offering
a range of magnifications. On some, you can replace the zoom eyepiece with other
eyepieces, each with a single fixed magnification. A zoom est more flexible
than a single power eyepiece, but generally has a narrower field of view and somewhat
lower resolution and contrast because of the extra lenses in the zoom mechanism.

Low power eyepieces, or low power settings on a zoom, usually
provide more satisfactory images than higher power eyepieces due to the wider fields
of view and brighter images at low powers.

With many prismatic spotting scopes, the eyepiece is in
a straight line with the main lens of the scope, such as in the scopes shown on
this page. Many American birders prefer this straight-through viewing arrangement.
It allows them to roughly center the scope on a distant bird by sighting over the
scope barrel (or using the non-magnifying peep sight or bead and notch sight most
scopes have as an aiming aid), before attempting to find the bird in the narrow
field of the eyepiece. It also allows viewing over hedge tops with a minimum of
the birder visible to disturb the birds. Straight-through viewing is also the most
convenient for photography.

Scopes with a 45° viewing angle are the most popular in
Europe, where observing is often done from a seated position in a "hide" or
blind. A 45° viewing angle scope is the most comfortable type for tall observers
to use without getting a crick in their neck, for observing while seated, as well
as for examining tree tops. 45° viewing angle scopes are enjoying a rise in popularity
in this country due to these comfort factors.

A spotting scope should always be used on a tripod, as hand-holding
a high power scope is impractical. With straight-through scopes, a tall tripod is
needed so that a tall observer can observe without uncomfortable crouching. A 45°
viewing angle scope is handy when tall and short observers must share a spotting
scope, as it eliminates the need to constantly raise or lower the tripod to accommodate
their different eye levels.

Because of their limited magnification range, prismatic
and refractor spotting scopes are generally the most useful for medium power birding
at moderate distances from 150 feet or so, where binoculars start to leave off,
out to perhaps 500 yards. (These distances are not limits, merely suggestions.)

Catadioptric (combination lens/mirror) spotting scopes are
often powerful telephoto lenses equipped with an image-erecting prism system and
an eyepiece for visual use. They are usually the best choice as a high power spotting
scope if long distance nature photography is a major part of your birding plans.

le
combination of lenses and mirrors in a catadioptric spotting scope folds a long
focal length into a short package, giving you high visual magnification and exceptional
telephoto lens performance without excessive bulk.

The large aperture and long focal length of a catadioptric
spotting scope make it very suitable for high power terrestrial views from a fixed
location - such as from a patio, vacation cabin, or beach house. Its long focal
length gives you a narrow field of view, however. This limits its usefulness for
those activities requiring a wide "picture-window" view, such as scanning scenery,
following fast-moving sports, close-in birding, etc. Catadiop-trics are generally
most useful for high power observing at moderate to long distances of between 200
feet and one mile. (Again, these distance are not limits, merely suggestions.)

Because of its narrow field, a catadioptric spotting scope
usually comes with a finderscope (a small low-power telescope, with crosshairs,
mounted on the side of the main scope and used to help you center the scope on distant
objects).

A few spotting scopes, most notably the catadioptric Questar
and some versions of the TeleVue Pronto and Ranger refractors, have a 90° viewing
angle eyepiece holder that positions the eyepiece at right angles to the line of
sight. You look down into the eyepiece to see birds in front of you. This gives
sharper images, but some people occasionally find the viewing position awkward.
Also, the 90° eyepiece holder shows mirror images (printing is upright, but backwards).
This means that a bird appearing to move left-to-right in the eyepiece requires
that you move the scope right-to-left to track it properly, which some observers
initially find confusing. It soon becomes second nature, however, just as it is
no problem to comb your hair by looking at your reversed image in a mirror.

Si
straight-through viewing would be more comfortable, however, or if right-reading
images are required for surveillance, reading the home ports of distant ships, etc.,
optional image erecting systems are available to give you both straight-through
viewing et correctly oriented images with these 90° scopes.

Most catadioptric scopes come with a removable 45° viewing
angle eyepiece holder for a viewing position intermediate between straight-through
viewing prismatic scopes and 90° viewing Questar catadioptrics. These 45° eyepiece
holders give correctly-oriented images (both erect and right-reading), without the
need to buy a separate porro prism to make the target motion you see in the scope
agree with what you see with your bare eyes. And the 45° viewing angle yields a
comfortable viewing position for long birding sessions, particularly for tall observers
with short tripods.

If you plan to use your automobile as a mobile blind, straight-through
viewing - or a 45° viewing system that can be tilted from side to side - is virtually
essential, as there's usually not enough room to fit your head between your car's
headliner and the eyepiece of a 90° viewing angle scope on a car window mount.

The magnification of any catadioptric spotting scope can
be changed by simply substituting a different eyepiece. Zoom eyepieces are available
and provide considerable observing flexibility, although at the cost of somewhat
lower contrast and a narrower field of view at low powers than single power eyepieces
of comparable magnifications.

Due to a catadioptric's folded optical path design, an image of its secondary mirror
is sometimes visible as a grey blur in the center of the field during daylight observing
at very low powers (lower than that provided by the eyepiece normally supplied with
the scope). This secondary mirror image can be eliminated by switching to a higher
power eyepiece.


Altair 2" Quadband Filter

Altair Quad-Band 2" Filter for OSC CMOS, CCD and Modified or Unmodded DSLR cameras.

Narrowband Bi-Colour imaging is a growing new trend in astrophotography, especially popular in light polluted areas, or for imaging in rural areas in moonlight.

Now you can capture the two main emission nebulae bands at the same time, whilst suppressing light pollution, moonlight, and airglow. Capture more data in less time, and open up your imaging time window - even into the summer months.

Altair Tri-Band and Quad Band filters work by isolating the primary nebulae emission zones in the red and blue/green wavelengths, and separating them into two main "zones" with a wide separation for easy capture with a colour camera - all in one exposure! Not only is capture very convenient, but processing is easy too, thanks to the wide separation of the green/blue and red "zones". Light pollution control is extremely effective and LED light is also significantly reduced, thanks to the effects of Rayleigh scattering.

There are two types of filter:

Tri-Band - combines Ha into a red zone, and H-beta + Oiii into a green/blue zone. (Recommended for high to severe light pollution).
Quad Band - combines Sii AND Ha into a red zone, and H-beta + Oiii into a green/blue zone. (Recommended for moderate light pollution).

Sensitive OSC or "One Shot Colour" CMOS cameras like the #Hypercam183C capture these wavelengths very efficiently, and allow them through the Bayer matrix. The filters also work with DSLRs (APS-C sensor size modified cameras are best, but normal ones will also work). When you have the complete stack of exposures, processing is relatively easy because of the large separation in colour. You can also use the Quad band and Tri-Band filters as a "super luminance filter" for imaging nebulae with Mono cameras.

Quad-band OSC filter CWL:
1st band, CWL495nm FWHM35nm
2nd band, CWL 660nm FWHM 35nm
1.85 mm thick optical glass with 30 arc sec parallelism.
UVIR Block and Anti-Reflection Coating.


Astronomy Filters

Choose from our broad range of astronomy filters, including solar, nebular, planetary contrast, moon and colour filters for your telescope. We stock astronomy telescope filters from Baader, Celestron, Kendrick and Sky-Watcher.

14 Matching Products Displaying Page 2 of 2

Find out more about the Optical Vision 2 Inch Variable Polarising Filter

The Skywatcher 2 Inch Variable Polarising Filter is a high quality anodised aluminium, optical glass variable polarising filter designed to reduce the amount of light entering your eyepiece. You can progressively dim the view when observing a bright object, such as the Moon or certain planets, to a level according to your needs, whilst increasing contrast, reducing glare and increasing the amount .

1x Optical Vision 2 Inch Variable Polarising Filter

This item is already in your basket

Optical Vision 2 Inch Variable Polarising Filter

Find out more about the Optical Vision 1.25 Inch UV/IR Cut-Off Filter

This UV/IR cut-off filter blocks UV and IR rays to maintain the colour temperature you want, eliminating false colour fringes around bright stars. Offers a 99.9% light transmission rate for bright and clear images. Suitable for visual observations and for CCD photography. Threaded to fit standard 1.25” eyepieces.

1x Optical Vision 1.25 Inch UV/IR Cut-Off Filter

This item is already in your basket

Optical Vision 1.25 Inch UV/IR Cut-Off Filter

Compare items Select up to 4 products to compare

Please select at least two products to compare

Your recently viewed items
Navigation
Services
Other
Offers

Registered Office: 13 Frensham Road, Sweet Briar Industrial Estate, Norwich, Norfolk, NR3 2BT.

Technical specifications are for guidance only and cannot be guaranteed accurate. All offers subject to availability and while stocks last. Errors and omissions excepted.

§Finance is offered subject to application, financial circumstances and borrowing history. Minimum amount and eligibility criteria applies. Warehouse Express Limited trading as Wex Photo Video, 13 Frensham Road, Norwich. NR3 2BT. Company registration number 03366976 acts as a credit broker and not the lender. Warehouse Express Ltd only offers financial products from Barclays Partner Finance. Barclays Partner Finance acts as the lender. Barclays Partner Finance is a trading name of Clydesdale Financial Services Limited, a member of the Barclays Group. Clydesdale Financial Services Limited is authorised and regulated by the Financial Conduct Authority (Financial Services Register number: 311753). Registered in England. Registered No: 2901725. Registered Office: 1 Churchill Place, London E14 5HP.


Lumicon Deep Sky 1.25" filter

Calculations made by the leasing calculator are informative.

Optical characteristics
Optical coatings: Multi
General
Type: Broadband Filters
Connection (to the telescope): 1,25"
Material: Aluminium

The best pollution filter on the light market today. block all high & low-pressure mercury and sodium vapor lamp light, neon lights, and airglow, while transmitting the remainder of OF the visible spectrum. Excellent for both visual and photographic applications. Visually, the Deep Sky filter is most useful more under light polluted skies, from where it reveals faint objects like star cluster, galaxies, nebulae and comets by darkening the background OF space. Photographically, the Deep Sky filter enables deep space photo ton through town center lights and of block natural airglow RKs taken dark sky sites, thus improving results in film and CCD astrophotography.


Voir la vidéo: Ursan jäsenilta: Kansalaistieteen monet muodot (Juillet 2021).