Astronomie

Est-il possible d'utiliser le vide de l'espace pour lutter contre la pollution

Est-il possible d'utiliser le vide de l'espace pour lutter contre la pollution

Serait-il possible d'utiliser un pipeline depuis le sol et d'utiliser le vide de l'espace pour éliminer les choses dangereuses pour l'environnement ? (Je pense en particulier aux déchets liquides) Agir essentiellement comme un siphon qui projette les déchets dans l'univers ?


Non.

Il est difficile d'envoyer des choses dans l'espace. Si vous construisiez un tuyau qui allait dans l'espace, il n'aspirerait pas de choses pour la même raison que l'atmosphère n'est pas aspirée de la Terre : la gravité tire les choses vers le bas. Au lieu de cela, vous auriez à pomper des trucs dans le tuyau, vous auriez besoin de beaucoup de puissance pour le faire. Et quand il atteindrait le sommet, il tomberait simplement, à moins que vous ne fassiez votre tuyau long de 36 000 km, de sorte que la rotation de la Terre devienne suffisamment forte pour le repousser

Ce que vous avez essentiellement construit est un ascenseur spatial. La fabrication d'un ascenseur spatial pose d'énormes défis techniques. C'est honnêtement le moyen le plus difficile de se débarrasser de la pollution.


Dans le vide de l'espace, Voyager I détecte un "bourdonnement" de plasma

Voyager 1 - l'un des deux vaisseaux spatiaux de la NASA lancés il y a 44 ans et maintenant l'objet fabriqué par l'homme le plus éloigné dans l'espace - fonctionne toujours et zoome vers l'infini.

L'engin a depuis longtemps dépassé le bord du système solaire à travers l'héliopause - la frontière du système solaire avec l'espace interstellaire - dans le milieu interstellaire. Maintenant, ses instruments ont détecté le bourdonnement constant du gaz interstellaire (ondes plasma), selon une recherche menée par l'Université Cornell publiée dans Astronomie de la nature.

En examinant les données lentement renvoyées à plus de 14 milliards de kilomètres de distance, Stella Koch Ocker, doctorante en astronomie de Cornell, a découvert l'émission. "C'est très faible et monotone, car il se trouve dans une bande passante de fréquence étroite", a déclaré Ocker. "Nous détectons le léger bourdonnement persistant du gaz interstellaire."

Ce travail permet aux scientifiques de comprendre comment le milieu interstellaire interagit avec le vent solaire, a déclaré Ocker, et comment la bulle protectrice de l'héliosphère du système solaire est façonnée et modifiée par l'environnement interstellaire.

Lancé en septembre 1977, le vaisseau spatial Voyager 1 a survolé Jupiter en 1979 puis Saturne à la fin des années 1980. Voyageant à environ 38 000 mph, Voyager 1 a franchi l'héliopause en août 2012.

Après être entré dans l'espace interstellaire, le système d'ondes plasma du vaisseau spatial a détecté des perturbations dans le gaz. Mais, entre ces éruptions - causées par notre propre soleil bouillonnant - les chercheurs ont découvert une signature stable et persistante produite par le quasi-vide de l'espace.

"Le milieu interstellaire est comme une pluie calme ou douce", a déclaré l'auteur principal James Cordes, professeur d'astronomie George Feldstein. "Dans le cas d'une explosion solaire, c'est comme détecter un éclair dans un orage, puis cela revient à une pluie douce."

Ocker pense qu'il y a plus d'activité à bas niveau dans le gaz interstellaire que les scientifiques ne le pensaient auparavant, ce qui permet aux chercheurs de suivre la distribution spatiale du plasma, c'est-à-dire lorsqu'il n'est pas perturbé par les éruptions solaires.

Le chercheur de Cornell, Shami Chatterjee, a expliqué à quel point le suivi continu de la densité de l'espace interstellaire est important. "Nous n'avons jamais eu l'occasion de l'évaluer. Maintenant, nous savons que nous n'avons pas besoin d'un événement fortuit lié au soleil pour mesurer le plasma interstellaire", a déclaré Chatterjee. "Peu importe ce que fait le soleil, Voyager renvoie des détails. L'engin dit:" Voici la densité à travers laquelle je nage en ce moment. Et la voici maintenant. Et la voici maintenant. Et la voici maintenant. ' Voyager est assez éloigné et le fera continuellement."

Voyager 1 a quitté la Terre avec un disque d'or créé par un comité présidé par le regretté professeur Cornell Carl Sagan, ainsi qu'une technologie du milieu des années 1970. Pour envoyer un signal à la Terre, il a fallu 22 watts, selon le Jet Propulsion Laboratory de la NASA. L'engin a près de 70 kilo-octets de mémoire informatique et - au début de la mission - un débit de données de 21 kilobits par seconde.

En raison de la distance de 14 milliards de milles, le débit de communication a depuis ralenti à 160 bits par seconde, soit environ la moitié d'un débit de 300 bauds.


Les satellites SpaceX comblent le fossé numérique, mais provoquent une pollution lumineuse

Les satellites lancés par SpaceX d'Elon Musk sont parfois confondus avec des ovnis. L'erreur est facilement corrigée, mais les astronomes voient d'autres problèmes avec "l'industrialisation de l'espace". La pollution lumineuse peut gâcher une vision claire du ciel nocturne, obscurcissant même les données scientifiques.

Une guirlande de lumières qui a traversé le ciel nocturne dans certaines parties des États-Unis mercredi, jeudi et vendredi a amené certaines personnes à se demander si une flotte d'ovnis arrivait, mais d'autres - principalement des astronomes amateurs et des astronomes professionnels - se sont plaints de l'industrialisation. de l'espace.

Le train de lumières était en fait une série de satellites volant relativement bas lancés par SpaceX d'Elon Musk dans le cadre de son service Internet Starlink plus tôt cette semaine. Les appelants ont submergé les stations de télévision du Texas au Wisconsin, rapportant les lumières et méditant sur les ovnis.

Un e-mail à un porte-parole de SpaceX n'a ​​pas été renvoyé samedi, mais les experts en astronomie ont déclaré que le nombre de lumières en succession rapide et leur distance par rapport à la Terre les rendaient facilement identifiables comme des satellites Starlink pour ceux qui ont l'habitude de les voir.

"La façon dont vous pouvez dire qu'il s'agit de satellites Starlink est qu'ils sont comme un collier de perles, ces lumières voyageant sur la même orbite de base, l'une après l'autre", a déclaré le Dr Richard Fienberg, attaché de presse de l'American Astronomical Society.

Le Dr Fienberg a déclaré que les satellites lancés en grands groupes appelés constellations s'enchaînent lorsqu'ils sont en orbite, en particulier juste après le lancement. Les cordes rétrécissent au fur et à mesure que le temps passe.

Au fur et à mesure que le portefeuille de Kamala Harris s'agrandit, l'examen

Ce mois-ci, SpaceX a déjà lancé des dizaines de satellites. Tout cela fait partie d'un plan visant à combler la fracture numérique et à apporter un accès Internet aux régions mal desservies du monde, SpaceX étant provisoirement prévu de lancer 120 autres satellites plus tard dans le mois. Dans l'ensemble, la société a envoyé environ 1 500 satellites en orbite et a demandé l'autorisation d'en lancer des milliers d'autres.

Mais avant ces dernières années, il y avait peut-être quelques centaines de satellites au total en orbite autour de la Terre, principalement visibles sous forme de lumières individuelles se déplaçant dans le ciel, a déclaré le Dr Fienberg. L'autre poignée d'entreprises qui envisagent ou ont lancé les constellations de satellites n'ont pas été lancées récemment et les ont en grande partie placées en orbite à une distance plus éloignée de la Terre, a-t-il déclaré.

Le groupe du Dr Fienberg ainsi que d'autres qui représentent à la fois des astronomes professionnels et amateurs n'aiment pas la prolifération de satellites qui peuvent obscurcir les données scientifiques et gâcher une nuit claire d'observation de l'univers. L'Union astronomique internationale a publié une déclaration en juillet 2019 faisant part de ses inquiétudes concernant les multiples lancements de satellites.

« L'organisation, en général, embrasse le principe d'un ciel sombre et radio-silencieux non seulement comme essentiel pour faire progresser notre compréhension de l'Univers dont nous faisons partie, mais aussi comme une ressource pour toute l'humanité et pour la protection des la faune », ont écrit les représentants du syndicat. Ils ont noté que la réflexion de la lumière peut interférer avec la recherche astronomique, mais les ondes radio peuvent également causer des problèmes aux équipements de recherche spécialisés tels que ceux qui ont capturé les premières images d'un trou noir.

Le Dr Fienberg a déclaré qu'il n'y avait pas de véritable réglementation de la pollution lumineuse par les satellites, mais SpaceX a volontairement travaillé pour atténuer cela en créant des visières qui atténuent la réflexion de la lumière du soleil par les satellites. Ils ont fait des progrès significatifs en seulement deux ans, a-t-il déclaré, mais beaucoup espèrent que les satellites seront un jour d'une magnitude si faible qu'ils ne seront pas visibles à l'œil nu, même au crépuscule ou à l'aube.

Le Dr Fienberg a noté qu'un télescope massif était en cours de construction au Chili, coûtant des millions de dollars et une décennie de planification. Le télescope capturera une énorme bande du ciel dans l'hémisphère sud et prendra des photos en continu pour enregistrer une sorte de film qui montrera l'univers en train de changer. En raison de sa taille, près de huit mètres de diamètre, l'énorme télescope pourrait également conduire à la découverte d'objets plus gradateurs dans le ciel nocturne, a-t-il déclaré.

Le plan est que le télescope commence à enregistrer en 2023. Et avec des plans pour des milliers de satellites, le Dr Fienberg a déclaré qu'il était difficile d'imaginer qu'ils ne causeraient pas de problèmes avec les données car il n'y a aucun moyen de corriger leurs lumières et de savoir quoi. quantité de lumière doit être émise par tout objet gradateur situé derrière le trajet des satellites, ce qui pourrait également créer des images fantômes dans les données.

Recevez les Monitor Stories qui vous intéressent dans votre boîte de réception.

"Nous discutons maintenant avec des entreprises et espérons continuer à progresser, et potentiellement, au moment où il entrera en service, disposerons d'outils et de techniques pour corriger les lumières et peut-être des satellites plus faibles", a déclaré le Dr Fienberg. « Nous ne pouvons pas dire que c'est faux et vous devez vous arrêter car le but est de fournir un accès Internet à l'ensemble du monde. C'est un objectif admirable, que nous soutiendrions, si cela ne signifiait pas renoncer à autre chose. le ciel nocturne.


Comment réduire la pollution lumineuse

La pollution lumineuse a une solution assez évidente : il suffit de réduire la quantité de lumière. Contrairement à d'autres mesures qui nécessitent des efforts herculéens pour atténuer à ce stade, telles que le réchauffement des températures et le gaspillage alimentaire, il semble y avoir des solutions plus réalisables pour réduire la pollution lumineuse. Il ne s'agit pas seulement d'éteindre un interrupteur en quittant une pièce, mais de changer les types d'ampoules que nous utilisons.

«Nous pouvons continuer les activités que nous voulons faire à l'extérieur la nuit, tout en protégeant la planète et en réduisant la pollution lumineuse en général», explique Hartley. « Nous avons cinq principes pour l'éclairage, et si les gens les suivaient, nous ferions des progrès rapides dans la réduction de la pollution lumineuse. »

Ces cinq principes sont :

  1. N'éclairer que les zones nécessaires
  2. Utilisez des lumières blindées orientées vers le bas
  3. Contrôler les niveaux de luminosité
  4. Utilisez des lumières aux couleurs chaudes
  5. Contrôlez combien de temps les lumières restent allumées grâce aux gradateurs, aux détecteurs de mouvement et aux minuteries

Des niveaux de bruit élevés sur l'ISS peuvent être un problème pour les astronautes. Le bruit peut les empêcher de se concentrer. Il peut également être difficile de s'entendre ou de s'entendre au sol, ainsi que d'entendre les sons d'avertissement et les alarmes. Des niveaux de bruit élevés peuvent également entraîner des vibrations dans la station elle-même, ce qui peut affecter les expériences.

Le bruit a toujours été un problème avec les vols spatiaux de longue durée. La NASA et d'autres agences spatiales ont des règles de vol sur les niveaux de bruit acceptables auxquels les astronautes peuvent être exposés. La règle de vol ISS Noise Level Constraints de la NASA stipule que les astronautes ne devraient pas être exposés à plus de 70 décibels (dB) de bruit en moyenne sur une période de 24 heures. Le niveau acceptable pendant les 16 heures de « travail » de la période est de 72 dB, tandis que le niveau acceptable pendant les 8 heures de « sommeil » est de 62 dB. Il est important de noter que le système de décibels pour mesurer le son est ce qu'on appelle une échelle logarithmique. Cela signifie que 60 dB de son sont en réalité 10 fois plus forts que 50 dB, 70 dB sont 10 fois plus forts que 60 dB, et ainsi de suite. Cependant, parce que notre cerveau ajuste ce que nous entendons, cela ne nous semble que deux fois plus fort. Pourtant, les niveaux de bruit du « travail » sont beaucoup plus élevés que les niveaux de bruit du « sommeil ». Vous pouvez vous faire une idée du son de l'ISS en écoutant cet enregistrement réalisé par l'astronaute canadien Chris Hadfield en 2013.

Le bruit est mesuré à bord de l'ISS par ce qu'on appelle dosimètres acoustiques. Trois de ces appareils peuvent être placés dans différentes zones de l'ISS. Ils mesurent le son dans ces zones et aident à trouver les équipements particulièrement bruyants. Cela peut aider les astronautes à identifier les éléments qui ne fonctionnent pas correctement, comme un ventilateur sale ou un disque dur d'ordinateur qui n'est pas aligné. Les astronautes peuvent également porter ce qu'on appelle un dosimètre acoustique porté par l'équipage mesurer le bruit auquel ils sont exposés sur une période de 24 heures. Ces appareils téléchargent ensuite les données sur Terre, où elles sont analysées par des spécialistes qui surveillent une éventuelle perte auditive. Les astronautes peuvent porter appareils de protection auditive (bouchons d'oreilles !) s'ils travaillent dans une zone bruyante de la station.

L'ISS en 2019 n'est pas un environnement calme. Mais c'est une amélioration par rapport aux premiers jours de la station, lorsque les astronautes à bord doivent porter des protections auditives tout le temps. Les pays partenaires de l'ISS sont toujours à la recherche de moyens de rendre la station plus silencieuse. Cela peut inclure le remplacement des anciens ventilateurs et pompes, l'ajout de couvercles isolants et la garantie que l'équipement fonctionne toujours correctement. Certains astronautes qui sont restés sur les stations spatiales soviétiques Saliout et Mir dans les années 1980 et 1990 avaient une perte auditive permanente en raison des niveaux de bruit constants et élevés à bord de ces stations.


Les astronomes disent que la pollution de l'astronomie de Space X ne peut pas être corrigée

Nous avons récemment noté comment le lancement de Space X de satellites à large bande en orbite basse crée non seulement une pollution lumineuse pour les astronomes et les scientifiques, mais les régulateurs américains capturés, désireux d'essayer de justifier une déréglementation généralisée, n'ont rien voulu faire à ce sujet. Alors que la plate-forme Starlink de Space X créera une concurrence à large bande très nécessaire pour les utilisateurs ruraux, les contraintes de capacité habituelles du haut débit par satellite signifient que ce ne sera pas une perturbation majeure pour les fournisseurs de haut débit en place. Les experts disent que cela perturbera douloureusement les études et la recherche scientifiques, cependant :

Alors que Space X dit qu'il prend des mesures pour minimiser les capacités d'éblouissement et de "photo bombardement" de ces satellites (comme un revêtement antireflet sur les parties les plus problématiques des satellites), une nouvelle étude suggère que ce ne sera pas si facile. L'étude conjointe du NOIRLab de la National Science Foundation et de l'American Astronomical Society (AAS) a révélé que même si la pollution lumineuse de Space X peut être quelque peu minimisée, il ne sera pas possible d'éliminer :

« Des changements sont nécessaires aux deux extrémités : les opérateurs de constellation et les observatoires. SpaceX a montré que les opérateurs peuvent réduire la lumière solaire réfléchie grâce à l'orientation du corps du satellite, à la protection solaire et à l'obscurcissement de la surface. Un effort conjoint pour obtenir des données publiques plus précises sur les emplacements prévus des satellites individuels. (ou éphémérides) pourraient permettre un certain évitement du pointage et un obturateur à mi-exposition pendant le passage du satellite. Les observatoires devront adopter une planification et une gestion des observations plus dynamiques à mesure que le nombre de satellites de constellation augmente, bien que même ces mesures soient inefficaces pour de nombreux programmes scientifiques.

Certes, en mars, le patron de Space X, Elon Musk, a prédit qu'il n'y aurait aucun impact de son projet Starlink :

"Je suis convaincu que nous ne causerons aucun impact sur les découvertes astronomiques. Zéro. C'est ma prédiction. Nous prendrons des mesures correctives s'il est supérieur à zéro."

Le rapport, qui a été repéré pour la première fois par Ars Technica, note que suffisamment de données ont été collectées pour indiquer clairement que l'impact est bien supérieur à zéro. Pire, ils notent que les entreprises viennent tout juste de commencer à lancer des constellations de satellites en orbite basse. OneWeb et Space X ne font que commencer leurs efforts, et Amazon devrait se joindre à la mêlée de manière majeure. Collectivement, ces lancements créeront des problèmes importants pour les scientifiques de la planète, conclut le rapport :

"Si les 100 000 LEOsats ou plus proposés par de nombreuses entreprises et de nombreux gouvernements sont déployés, aucune combinaison d'atténuations ne peut totalement éviter les impacts des pistes de satellites sur les programmes scientifiques de l'astronomie optique NIR [proche infrarouge] au sol actuelle et prévue. Les astronomes commencent tout juste à comprendre toute la gamme des impacts sur la discipline. L'astrophotographie, l'astronomie amateur et l'expérience humaine des étoiles et de la Voie lactée sont déjà affectées.

Alors que le satellite à basse altitude de Space X est problématique, les satellites à plus haute altitude observés par Amazon sont nettement pires, ont constaté les experts. Dans un communiqué de presse, les groupes ont détaillé plusieurs moyens de minimiser l'impact des constellations de satellites en orbite basse (y compris en en lancer moins). Mais cela va nécessiter beaucoup de collaboration entre les chercheurs et l'industrie. Une collaboration qui serait plus facile si nous avions des régulateurs américains réellement intéressés à aider à coordonner cette collaboration.

Merci d'avoir lu ce post Techdirt. Avec tant de choses en compétition pour l'attention de tous ces jours-ci, nous apprécions vraiment que vous nous accordiez votre temps. Nous travaillons dur chaque jour pour proposer un contenu de qualité à notre communauté.

Techdirt est l'un des rares médias encore vraiment indépendants. Nous n'avons pas une entreprise géante derrière nous, et nous comptons beaucoup sur notre communauté pour nous soutenir, à une époque où les annonceurs sont de moins en moins intéressés par le parrainage de petits sites indépendants, en particulier un site comme le nôtre qui ne veut pas faire de bruit dans ses reportages. et analyse.

Alors que d'autres sites Web ont eu recours à des murs payants, à des exigences d'enregistrement et à une publicité de plus en plus ennuyeuse / intrusive, nous avons toujours gardé Techdirt ouvert et accessible à tous. Mais pour continuer ainsi, nous avons besoin de votre soutien. Nous offrons à nos lecteurs une variété de façons de nous soutenir, des dons directs aux abonnements spéciaux et des produits sympas et mdash et chaque petit geste compte. Merci.


Bases de données recommandées

Ces bases de données contiennent des informations actuelles et historiques sur les sciences spatiales.

Explora pour les écoles secondaires est une interface de recherche conçue pour les élèves de la 6e à la 12e année. Il fournit aux étudiants des outils de recherche pour obtenir des types de contenu appropriés (magazines, journaux, biographies, etc.) sur une variété de sujets.

Cette ressource était auparavant connue sous le nom de Student Research Center.

Science Reference Center est une base de données de recherche complète qui offre un accès facile à une multitude de contenus scientifiques en texte intégral. Le Centre de référence scientifique contient le texte intégral de centaines d'encyclopédies scientifiques, d'ouvrages de référence, de périodiques et d'autres sources.

Les sujets abordés comprennent : la biologie, la chimie, les sciences de la terre et de l'espace, les sciences de l'environnement, la santé et la médecine, l'histoire des sciences, les sciences de la vie, la physique, les sciences et la société, la science en tant qu'enquête, les scientifiques, la technologie et la faune. Le Centre de référence scientifique répond également à la demande de contenu basé sur des normes en fournissant aux enseignants et aux bibliothécaires des articles corrélés aux normes des programmes d'études de l'État et du pays.


Blanc de couverture

Pouvons-nous s'il vous plaît ouvrir les liens dans de nouveaux onglets comme ils le faisaient auparavant ?

Exemple de ce que je ne veux pas avec des balises supprimées pour arrêter la liaison.

Exemple de ce que je veux :

Lundi 29 mars 2021 23:50 GMT diodesign

Re: Blanket Blank

Chaque lien de la page, à l'exception de celui « En savoir plus » s'ouvre dans un nouvel onglet. Lequel pensez-vous pas?

Mardi 30 mars 2021 08:15 GMT MrBanana

Re: Blanket Blank

Beaucoup ne le font pas. L'attribution des auteurs ne fait pas, ni nous envoyer des nouvelles, ou l'un des PLUS LUS. Peut-être que c'est juste moi - Chromium sur Linux.

Mardi 30 mars 2021 09:30 GMT cyberdémon

Re: Blanket Blank

Cliquez dessus avec le bouton central de la souris à la place !

Les liens que vous avez mentionnés se sont toujours ouverts dans l'onglet actuel pour moi (à moins que je ne clique dessus) et je ne vois rien de mal à cela.

Mardi 30 mars 2021 12:25 GMT MrBanana

Re: Blanket Blank

Je suis d'accord. Je n'avais remarqué aucun changement de comportement tel que rapporté par l'OP, et j'utilise évidemment le bouton du milieu pour un nouvel onglet. Je répondais juste à l'affirmation incorrecte que "Chaque lien sur la page. " a ouvert un nouvel onglet.

Mardi 30 mars 2021 18:53 GMT Bombastic bob

Re: Blanket Blank

un clic droit sur "ouvrir dans un nouvel onglet" est également bon (Firefox un peu plus ancien sur FreeBSD)

Je suis presque sûr que le menu contextuel pour 'ouvrir dans un nouvel onglet' est universel dans tout sauf les navigateurs Web les plus simples

Mardi 30 mars 2021 15:11 GMT diodesign

"L'attribution aux auteurs ne le fait pas, ni Envoyez-nous des nouvelles. "

Non, je veux dire les liens dans les articles - ceux qui entrent dans le texte de l'article et qui renvoient à des éléments sur d'autres sites Web. Ceux que nous essayons de faire ouvrir dans de nouveaux onglets. Si vous cliquez sur le tweet, il devrait s'ouvrir dans un nouvel onglet ou jouer dans l'onglet actuel - cela fonctionne juste pour nous.

En fin de compte, si vous voulez vraiment qu'un lien s'ouvre dans un nouvel onglet, n'oubliez pas d'appuyer sur Ctrl (ou tout ce que votre navigateur utilise) lorsque vous cliquez sur le lien pour le forcer à un nouvel onglet.

Mardi 30 mars 2021 16:41 GMT MrBanana

Re: "L'attribution des auteurs ne le fait pas, ni Envoyez-nous des nouvelles. "

Vous êtes dans le domaine de la communication précise des faits. Si vous ne parlez que de "liens dans les articles"s, dites-le. C'est assez différent de "Chaque lien sur la page. ". Quelle partie du reste de cet article, ou de tout autre article que vous écrivez, contient des rapports aussi bâclés ?

Re: Blanket Blank

@diodesign - les liens vers Twitter ne s'ouvrent pas dans de nouveaux onglets. Ma configuration (Firefox sur Win10), tous les autres liens de l'article le font.

Re: Blanket Blank

Il est facile d'ouvrir n'importe quel lien que vous voulez dans un nouvel onglet. Utilisez simplement le bouton central de la souris (ou tout ce qui fonctionne dans votre navigateur).

C'est plutôt ennuyeux quand les liens s'ouvrent dans de nouveaux onglets et tu ne veux pas qu'ils.

Mardi 30 mars 2021 17:23 GMT double couche

Re: Blanket Blank

Pourquoi? Vous pouvez choisir d'ouvrir dans un nouvel onglet si vous le souhaitez. Vous pouvez même définir cette valeur par défaut. Pourquoi un lien vers une autre page du même site devrait-il ouvrir un nouvel onglet par défaut ? Cela conduit juste à dix onglets dont huit zombies que je devrai fermer plus tard. Les navigateurs vous offrent un moyen facile de demander cela si vous le souhaitez.

Ciel nocturne lumineux

Rend le retour du pub à la maison le soir un peu plus facile.

Re: Ciel nocturne lumineux

Si cela vous facilite la tâche, le gouvernement américain se fera un plaisir de vous aider !

Laissez-nous vous aider à rentrer chez vous grâce à la puissante lumière réfléchie par l'un des anciens satellites à trou de serrure du National Reconnaissance Office. C'est comme un projecteur personnel du ciel !

Notez qu'en raison de la mécanique orbitale, vous devrez peut-être terminer votre voyage en seulement quelques minutes (ou radians), et seulement une fois tous les 4 jours environ. Nous vous surveillons toujours, mais pas toujours sur vous !

Réalisé en partenariat avec la NSA, ne vous inquiétez pas, ils sont toujours à l'écoute !

Mardi 30 mars 2021 09:04 GMT Eclectic Man

Re: Ciel nocturne lumineux

Il y avait plusieurs sociétés "lunaires" dans la Grande-Bretagne d'avant les feux de la rue. Ils se rencontraient les nuits de pleine lune pour pouvoir ensuite retrouver plus facilement le chemin du retour.

« La Lunar Society of Birmingham était un dîner-club britannique et une société savante informelle de personnalités éminentes des Lumières des Midlands, notamment des industriels, des philosophes naturels et des intellectuels, qui se sont rencontrés régulièrement entre 1765 et 1813 à Birmingham. Au début appelé le cercle lunaire, "Lunar Society" est devenu le nom officiel en 1775. Le nom est né parce que la société se réunissait pendant la pleine lune, car la lumière supplémentaire rendait le voyage de retour plus facile et plus sûr en l'absence d'éclairage public."

Mardi 30 mars 2021 17:48 GMT Tom 7

Re: Ciel nocturne lumineux

Est-ce que rentrer chez soi après le pub le soir est un peu plus facile ? Vous ne tenez pas bien votre bière !

Je me demande quels sont les astérisques sur cette déclaration?

"Les constellations de satellites et de morceaux de débris spatiaux en orbite autour de la Terre et reflétant la lumière du soleil peuvent avoir éclairci notre ciel nocturne de plus de 10%, selon les scientifiques. ***"

Parce que cette affirmation à sa valeur nominale donne l'impression que c'est 10% plus lumineux toute la nuit, tous les soirs. Ce serait faire 10% du ciel nocturne qu'une pleine lune, ce que je vous assure que ce n'est pas le cas. Elle n'est probablement même pas 10 % plus lumineuse qu'une nouvelle lune avec quelques planètes dans le ciel.

Si, en fait, ils signifient 10% plus lumineux que les parties les plus sombres du ciel les nuits les plus sombres, lorsque la lune et les planètes sont sous l'horizon, ils devraient être éthiquement contraints de le dire lorsqu'ils s'adressent à la presse. S'ils veulent dire autre chose, ils devraient le dire.

et quels autres scientifiques ? J'en ai raté un ?

*** Une personne a dit cela, et peut-être que d'autres ont écrit un article à ce sujet avec cette personne, mais ne les ont pas nommées si elles l'ont fait, et nous n'énumérons pas les détails embêtants comme les unités, les mesures de base ou plus d'un axe sur nos graphiques à la fois.

Re : Je me demande quels sont les astérisques sur cette déclaration ?

Oui merci! Une voix de raison dans une mer de tosh complet et total. Je pensais que c'était juste moi.

Mardi 30 mars 2021 10:46 GMT Câlins

Re : Je me demande quels sont les astérisques sur cette déclaration ?

Si seulement il y avait une sorte de lien dans l'article qui vous permettrait de lire tous les détails dans un article publié. Vous voudrez spécifiquement la section 3, page 5.

Mardi 30 mars 2021 06:00 GMT Joe W

Compréhension écrite?

"Nous nous attendions à ce que l'augmentation de la luminosité du ciel soit marginale, voire inexistante, mais nos premières estimations théoriques se sont révélées extrêmement surprenantes et nous ont donc encouragés à publier nos résultats rapidement", a déclaré Miroslav Kocifaj, chercheur principal à l'Académie slovaque des sciences et auteur principal de une étude sur la pollution lumineuse, publiée aujourd'hui dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Extrait du résumé de l'article (lié dans l'article) :

Selon nos estimations préliminaires, la luminance zénithale de cette source de pollution lumineuse supplémentaire pourrait avoir déjà atteint &sim20 &mucd m&minus2, ce qui représente une augmentation d'environ 10 % par rapport à la luminosité du ciel nocturne déterminée par les sources de lumière naturelles. Il s'agit de la limite critique adoptée en 1979 par l'Union astronomique internationale pour le niveau de pollution lumineuse à ne pas dépasser sur les sites des observatoires astronomiques.

Il y a donc une définition de ce qu'ils signifient (luminance zénithale, apparemment). Et non, ce n'est pas "plus lumineux que la pleine lune". Les journalistes n'aiment pas non plus les déclarations qualificatives, ce qui rendrait votre déclaration plus claire (et surtout scientifiquement correcte), vous devez donc en tenir compte lors de la lecture de nouvelles recherches. Tous. Seul. Temps. Ce n'est pas la faute des scientifiques (principalement), mais ce qu'ils disent est contracté et rédigé et mutilé et finalement publié. Source : propre expérience et celle d'anciens collègues.

Bien sûr, il est plus simple d'attaquer les scientifiques (et de rester anonyme dans les commentaires). Bien fait.

Mardi 30 mars 2021 12h45 GMT Peter Gathercole

Re : Compréhension écrite ?

J'avais l'habitude d'écouter diverses stations de la BBC pendant la journée, de Today sur Radio 4 le matin, à Radio 1 et Newsbeat (est-ce toujours sur Radio 1) et Radio 2, et parfois 6 Music

C'était très intéressant d'entendre une première interview, qui a ensuite fait l'objet d'extraits sonores et de gros titres sur les autres stations (et parfois même encore Radio 4).

Au cours de la journée, de moins en moins d'informations étaient fournies, le titre était modifié et les extraits sonores raccourcis, de sorte qu'à la fin de la journée, je criais à la radio (pendant que je conduisais) que l'histoire s'était transformée dans quelque chose qu'il n'était pas. Et c'était la BBC !

Les journalistes non-spécialistes sont vraiment les pires personnes à faire des reportages sur quelque chose de vaguement scientifique, et même les rédacteurs scientifiques se contentent parfois de chasser les gros titres accrocheurs.

Re : Compréhension écrite ?

Les journalistes sont des minables, leur seul et unique but est d'attirer les passants.

Eh bien, il se peut qu'il y ait un journaliste d'investigation de temps en temps, mais son rédacteur en chef finira par lui faire sortir les bêtises.

Mardi 30 mars 2021 07:03 GMT JDPower

Quoi qu'il soit arrivé à la recherche du contenu de votre article.

"Quoi que ce soit &ndash probablement le deuxième étage de la fusée"

Pas "quoi que" ou "probable", c'est ce que c'était.

"SpaceX tente de corriger la luminosité éblouissante de ses satellites. L'année dernière, il en a lancé un qui arborait une visière pour dévier la lumière du soleil. »

Chaque lot lancé depuis des mois a été vissé.

Mardi 30 mars 2021 14:23 GMT Jimmy2Cows

Visières Starlink

Peut-être une question stupide, mais pourquoi ne pas simplement peindre les satellites Starlink en noir mat ? Cela semble plus facile et moins cher que de concevoir, fabriquer et intégrer une visière dans chacun.

J'avoue être mal renseigné à ce sujet. Auraient-ils trop chaud ?

Oui, je sais que la peinture noire peut toujours être réfléchissante, mais il existe des mélanges à base de carbone avec une réflectivité extrêmement faible.

Re: Visières Starlink

J'ai trouvé cet article qui pourrait vous intéresser : "Review of black surfaces for space-borne infrarouge systems"

L'article mentionne plusieurs utilisations pour peindre en noir certaines parties des satellites, la plus courante étant de protéger les capteurs optiques des télescopes spatiaux de la lumière parasite qui y est réfléchie, ou comme surface d'étalonnage pour les instruments de télescope à partir desquels mesurer. Il dit que l'article est destiné à être un large aperçu des surfaces noires dans l'espace, mais il n'a pas été mentionné spécifiquement de peindre un noir entier pour réduire la lumière réfléchie vers la terre.

Cela parle donc beaucoup du dégazage de la peinture/du revêtement et de la durabilité des microstructures sur la surface du revêtement dans l'espace, si le noir s'appuie sur la texture de la surface pour réduire la réflectivité. Ne parle pas de la quantité de chaleur absorbée.

Cependant, un élément que j'ai trouvé TRÈS intéressant est que les sections sur la température mentionnent d'excellentes performances "émissives". À un moment donné, ils impliquent qu'un revêtement noir sur le côté anti-soleil peut aider au refroidissement, au point qu'un système de radiateur liquide sujet aux pannes pourrait être conçu à partir d'un satellite. Voir page 2, paragraphes 2 & 3.

Cela me dit que cela pourrait être tout à fait possible pour les sats Starlink. Je crois que seul le côté inférieur (face à la terre) des satellites reflète la lumière que nous voyons après le crépuscule/avant l'aube, donc même si un revêtement noir produit un chauffage plus rapide, les fenêtres de temps où le chauffage se produit devraient être minimes, puis une fois que le côté noir du sat est à l'ombre de la terre (ou du côté du soleil mais face à l'anti-soleil), il devrait fournir un refroidissement supplémentaire.

Dans l'ensemble, avec une conception thermique légèrement différente, je pense qu'ils pourraient certainement le faire s'ils le voulaient. Source : biologiste des baleines.

Mardi 30 mars 2021 17:44 GMT JDPower

Re: Visières Starlink

Ils l'ont essayé, ce n'était pas très efficace. Cela n'a réduit que de moitié leur visibilité, et uniquement aux longueurs d'onde visibles. L'augmentation de la chaleur qu'elle a provoquée a en fait aggravé les choses pour les observations infrarouges

Mardi 30 mars 2021 08:09 GMT Clés

Il ne fait pas noir ici.

La pollution lumineuse extrême du sud du Royaume-Uni (Coventry pour moi) est probablement assez courante pour une grande partie de l'humanité maintenant. Si je me lève vers 3 heures du matin, ils ont éteint (éteint ?) certains des lampadaires de sorte que le nombre d'étoiles visibles passe d'une douzaine à peut-être 50. Je ne pense pas que les satellites vont faire une grande différence pour cette.

Avant que quiconque puisse critiquer, Starlink ou qui que ce soit d'autre, ils doivent réparer la pollution lumineuse terrestre, bien pire.

Mardi 30 mars 2021 09:01 GMT Eclectic Man

Re : Il ne fait pas noir ici.

Au Royaume-Uni, le CPRE vérifie chaque année le nombre d'étoiles que les gens peuvent voir dans la constellation d'Orion :

Last night was 'clear' for Reading, UK, but I could only count 7 (seven) stars in Orion, which indicates severe light pollution. The formerly pink light pollution has changed, probably due to the replacement of low pressure sodium streetlights to white LED ones.

The clearest skies I have ever seen were around midnight from the Himalaya, but I was too cold to enjoy them!

Re: It doesn't actually get dark here.

>>The clearest skies I have ever seen. too cold.

Northern Minnesota for me ( I'm sure it does not get as cold at what Eclectic Man saw but still. )

Now I have to go pretty far north to really see much these days,

Around Minneapolis I can only see a handful regardless of time of night.

On a related note, I have often wondered if there is a practical way to add sensors to the types of lighting systems used by cities? Where n individual light would be able to quickly/efficiently fire up and power down as a person/object approaches and recedes?

Wednesday 31st March 2021 15:07 GMT Alan Brown

Re: It doesn't actually get dark here.

" I have often wondered if there is a practical way to add sensors to the types of lighting systems used by cities? "

More importantly, lighting that DOESN'T fire upwards is needed, as is legislation about light trespass

The UK is particularly bad for this. Streetlighting "falls through the cracks" on nuisance lighting laws to the point that scotland had to add an extra sentence to their laws to ensure that councils could be forced to comply ("any stationary installation" - something missing in England/Wales/NI) with the environment act 1990

Re: It doesn't actually get dark here.

That's all very well for you, but no help to the professional astronomers located as far as possible from terrestrial light pollution, or indeed, for amateurs who have travelled to a dark sky location (Britain has at least two).

Wednesday 31st March 2021 00:09 GMT Michael Wojcik

Re: It doesn't actually get dark here.

Or for non-astronomers who live in or visit some place that's not completely swamped by ground-based light pollution. Here at the Mountain Fastness the Milky Way is normally visible at night, and when seeing is good (well after dusk, the Moon isn't visible in the sky, no cloud cover) the night sky is quite a sight. The same is true for some of the more-remote locations we've vacationed at in Michigan.

I don't need Musk's space crap cluttering that up so he can make another fortune selling fast transatlantic links to HFT firms.

Tuesday 30th March 2021 10:57 GMT Cuddles

Re: It doesn't actually get dark here.

As the article notes, this research is more regarding astronomy. Observatories try to locate themselves away from ground-based sources of light pollution, but they can't do anything about spaced-based sources causing an increase in background light everywhere.

There's also the question of scope. You say "they" need to fix the far worse ground-based pollution, but who exactly is "they"? Ground-based light pollution is an entirely local matter, not even at the country level. Your light pollution in Coventry is irrelevant to someone in the Lake District, let alone someone in America. But space-based pollution can be caused by anyone anywhere in the world, and affects everyone everywhere. So they're really two entirely separate problems, and it's an entirely different "they" who needs to be involved in addressing the issues.

Tuesday 30th March 2021 13:30 GMT Spanners

Re: It doesn't actually get dark here.

. but who exactly is "they"?.

They are the people complaining. A useful life rule is if you want something done, make it happen. For example, if you think things should be done about climate change, get your energy use down before telling everyone else to.

If astronomers are unhappy about light pollution affecting astronomy, they need to persuade their local councils to change to streetlights that light the ground and not the sky as well before they complain about stuff in orbit.

Tuesday 30th March 2021 14:28 GMT Jimmy2Cows

Re: Streetlights lighting the ground

Well that's the thing about light. even when the streetlights point downward, light is reflected from all surfaces to a varying degree, in arbitrary directions. A lot of that reflection goes up, still create light pollution.

The only way to prevent that is to not use street lighting, which seems unlikely to happen.

Re: Streetlights lighting the ground

It's also affected by people putting floodlights on their houses that spread light in all directions. Apparently for "security" (so the burglars can see where they are going, I assume).

Tuesday 30th March 2021 16:27 GMT 2+2=5

Re: It doesn't actually get dark here.

> If astronomers are unhappy about light pollution affecting astronomy, they need to persuade their local councils to change to streetlights that light the ground and not the sky as well before they complain about stuff in orbit.

I have - at a very, very reasonable cost to you - a brand-new streetlight of my own invention that lights the ground but ensures that none of that light is reflected up into the sky to cause light pollution. It's also extremely economical on both running and maintenance costs as it doesn't need bulbs of any sort.

Re: It doesn't actually get dark here.

> If astronomers are unhappy about light pollution affecting astronomy, they need to persuade their local councils to change to streetlights that light the ground and not the sky as well before they complain about stuff in orbit.

You've missed the point so much, it flew so far over your head, it's probably still in orbit.

Observatories ALREADY ARE located far away enough from cities & bright towns that they don't affect their measurements by that much.

The light pollution they're concerned about comes from space.

EVEN IF you created some fictional law which required every town, city & village across the entire planet to turn off every light after dusk, this light pollution from space would still exist. Your point is moot.

Tuesday 30th March 2021 20:31 GMT Jan 0

Re: It doesn't actually get dark here.

Yes, but you've missed the point that we shouldn't need to locate observatories so far away from "civilisation". Why shouldn't an astronomer enjoy the same leisure activities as their fellow citizens?

Wednesday 31st March 2021 10:48 GMT Cuddles

Re: It doesn't actually get dark here.

"If astronomers are unhappy about light pollution affecting astronomy, they need to persuade their local councils to change to streetlights that light the ground and not the sky as well before they complain about stuff in orbit."

You've completely missed the point. Astronomers generally don't care about the lighting their local council has control over, because they built their observatory 3000 miles away at the top of a mountain in the middle of a desert specifically to avoid that sort of thing being a problem. They complain about light from things like satellites, because that's now a problem that actually affects them.

In addition, use of the word "before" is really quite bizarre. Most people are capable of contemplating more than one idea at a time. It's entirely possible for someone to complain to their local council about local lighting issues, and also complain to Elon Musk about Starlink. They might even be able to send a whole two emails to different people in the same day!

Sadly, you're far from alone in this. Every time anyone dares talk about the problems caused by one particular issue, people jump out the woodwork to whine about them not talking about every other problem facing the world today first. If you weren't complaining about light pollution in Coventry, you'd be criticising them for talking about astronomy at all when they could be trying to save the whales or feed starving children in Yemen. Fortunately not everyone is like you, so we're actually able to take a stab at fixing some problems without being frozen into total paralysis by the fact that other problems continue to exist at the same time.

Tuesday 30th March 2021 15:39 GMT John Brown (no body)

Re: It doesn't actually get dark here.

When the council put in the new street lights around here a few years ago, the night sky became much more visible, especially from the loft window above the street lights. I doubt the council seriously considered light pollution as a reason for choosing the lights they did. The primary reason for the new lights was the old ones needed replacing and the new ones are cheaper to run and there is far less "waste" light because they are much more directional, ie downwards.

Tuesday 30th March 2021 15:51 GMT Yet Another Anonymous coward

Re: It doesn't actually get dark here.

Councils also replace yellow sodium streetlights (which can be filtered out) with white lights - because it looks more modern

Re: It doesn't actually get dark here.

I have noticed an improvement in the number of visible stars since LED lighting appeared, however nowhere near as good as my childhood when the streetlamp was a feeble incandescent bulb!

Tuesday 30th March 2021 17:52 GMT Tom 7

Re: It doesn't actually get dark here.

Not round here there isnt, one of the reasons I moved here.

Tuesday 30th March 2021 11:09 GMT alain williams

Can't they paint new satellites black ?

This might only help a bit, but surely better than nothing.

Tuesday 30th March 2021 11:19 GMT Mike 137

Re: Can't they paint new satellites black ?

If painted black, satellites might well overheat and fail. There's no absolute protection except less crap orbiting the planet. However, for most people, ground based light pollution swamps the reported effect by several orders of magnitude.

Tuesday 30th March 2021 17:48 GMT JDPower

Re: Can't they paint new satellites black ?

That would make things worse for astronomers observing in the infrared range.

Tuesday 30th March 2021 17:57 GMT Tom 7

Re: Can't they paint new satellites black ?

Not having shiny flat sides would help.

Tuesday 30th March 2021 19:46 GMT bombastic bob

Re: Can't they paint new satellites black ?

if they keep solar panels pointed directly at the sun, the back sides could be reflective to dissipate heat. This could minimize the number of reflective surfaces in which the sun would reflect onto the earth. So you'd potentially solve the solar heating problem AND reflectivity.

(no doubt the cost would be higher as well, moving solar panels and the necessary gyros and thrusters and fuel needed to remain stable)

Wednesday 31st March 2021 00:10 GMT Michael Wojcik

Re: Can't they paint new satellites black ?

the back sides could be reflective to dissipate heat

If you want to dissipate heat, you want emissive surfaces, not reflective ones.

Altitude affects the duration too

Low-altitude orbits limit the time the satellite is in the sun and the ground-based observer isn't. You will see this as satellites track across the sky and then "blink-out" as they pass into earth's shadow.

I'm surprised that astronomers complain about LEO satellites as they probably don't do much observing while LEO satellites are visible. There will still be a challenge where a satellite directly obscures a target, but this will only be for a very short duration and I'd have thought that planes (that actively emit light - strobes, anti-collision and navigation lights) and clouds are more of a problem.

Is this a case of not-in-my-(celestial)-back-yard?

Tuesday 30th March 2021 15:54 GMT Yet Another Anonymous coward

Re: Altitude affects the duration too

Yes they are only an issue for a very small set of astronomers which look for variable objects near sunrise/sunset. This doesn't affect most 'deep-space' astronomy.

Some of this is that the complaining groups aren't the 8m+ telescopes on remote mountain tops, it is local amateur astronomy groups. What complaints there are from professional astronomers is partly "slippery slope" and partly "noblesse oblige" light pollution is something that should be campaigned against.

Radio astronomers are really screwed - but they don't have such pretty pictures, Andrea Ghez aside, so nobody cares.

Tuesday 30th March 2021 19:46 GMT bombastic bob

Re: Altitude affects the duration too

Yes they are only an issue for a very small set of astronomers which look for variable objects near sunrise/sunset. This doesn't affect most 'deep-space' astronomy.

Then, if THIS is the case, WHY are their claims of illuminating the night sky by 10% ?

There seems to be a contradiction here.

Tuesday 30th March 2021 22:23 GMT Yet Another Anonymous coward

Re: Altitude affects the duration too

The paper is for twilight.

It is still 22mag/arc-sec2 which is way darker than any visible eye limit

And it's much darker than OH line emission in the infrared - which is the only band that matters

Tuesday 30th March 2021 13:45 GMT sitta_europea

"Here&rsquos an extreme example of just how bright these objects can be. Last week, it appears one of SpaceX&rsquos Falcon 9 rockets, which was launched on March 4 to put a bunch of Starlink birds into orbit, reentered our atmosphere over the west of the United States. "

That's not an extreme example. That's tosh. There are a lot more leteors than there are Musk orbitals.

Agreed, that is not an example at all, a re-entering object is a transient like a meteor, rather than the permanent orbiting light the main story is about.

I do agree with the main story though, being a sometimes amateur astronomer, sky glow and satellite tracks are a pain for photography.

Tuesday 30th March 2021 14:48 GMT Big_Boomer

Junk screen

If we put enough crap up there it may offset the global warming caused by man-made greenhouse gas release. Of course then we'll all shift to non-gg energy sources and freeze to death due to the drop in greenhouse gases.. <LOL>

As a species we do seem to like crapping in our own backyard. "Humans, oh they suffocated in their own crap, not that anyone misses the filthy vermin litterbugs" :-(

Tuesday 30th March 2021 19:47 GMT bombastic bob

Re: Junk screen

Long walk in the central European countryside, far away from the next city. Returned to the car in the dark. Sat there, reflecting on how the Romans shared this same sky. Suddenly, a string of bright pearls, three, maybe four satellites in a row, passes above. And again, not much later. Probably Musk's doing. And I thought: Who gives these people the right to change our night sky forever? And what happens when China, Russia, India and the EU launch their own thousands of internet satellites? As most people have pretty much lost touch with nature, and most people making political decisions live in cities, I don't see a big lobby for a natural sky there.

Tuesday 30th March 2021 19:47 GMT bombastic bob

it's the same arguments regarding street lights. San Diego metro area is near Mt. Palomar Observatory. Over the years the observatory's night sky requirements have influenced the color and placement of street lights in the metro area. It's a compromise between dark and dangerous night time streets vs an unusable observatory.

Orange and yellow lights that direct their light downwards seem to work pretty well. But comments earlier about LED lights, and considering the high level of blue [which is VERY bad for your eyes, I might add] and their effect on light pollution relates to this.

OK we paint the satellites orange. Helps to find them if they "splash down" too I bet. [ok they'd burn up but still, the color of an orange life vest might be filterable by telescopes]

Tuesday 30th March 2021 20:41 GMT Jan 0

> dark and dangerous night time streets

Has it not been proved that criminals find darks streets as intimidating as 'law abiding citizens" do?

If you're lurking in the dark, waiting for a victim, how do you know that that barely perceptible blur coming 'round the corner isn't another predator looking for you?

Tuesday 30th March 2021 22:25 GMT Yet Another Anonymous coward

Tough on crime tough on the causes of crime - by introducing wolves into our cities


Answer

Wouldn’t it be nice to enjoy a peaceful afternoon on an otherwise noisy terrace? Izzie Clarke asked Trevor Cox from the University of Salford to crank up the volume on this acoustic enquiry…

Trevor - Active noise control, also known as anti-noise, is a process that gets rid of an unwanted sound by using a second sound that is specifically designed to cancel out the first. To get active noise control to silence the traffic you would need to produce a sound that is the inverse of the highway noise. When these two add together, the rumble of traffic is removed. Imagine the traffic noise is like a water wave at the seaside, the cancelling sound needs to have a trough where the traffic noise has a peak so that when you add the two together the peaks and the troughs cancel each other out leaving you with flat, still water.

Izzie - So that’s the physics of sound waves covered. But would it really cancel out a noisy highway?

Trevor - Reducing noise this way works very well in small confined spaces, and low to mid frequencies. This is why it’s used inside some cars, and also in those active headphones that you can buy to use on the plane. But try active noise control in a large space where sound can move around in all directions and it doesn’t work unless you have a huge number of microphones that sense the sound and a similarly large amount number of loudspeakers to create the cancelling noise.

Izzie - Not only is noise coming off in different directions, the frequencies would also range outside this ideal low to mid range making it more difficult to remove. Plus, it might create a few new problems…

Trevor - The loudspeakers pumping out the cancelling noise is increasing the amount of sound energy in the neighbourhood. There will be places, maybe your neighbour’s house, where the noise will actually be worse. Finally, even if you could get it to work, it will always be much cheaper to build and maintain a noise barrier, but all is not lost. One trick you might try is to try not to get rid of the noise but to hide it - put on some music on your terrace.

Izzie - So it looks like the sound is here to stay. We also put this on the Naked Scientist forum where Alan said…

Alan - You can buy such good active noise reduction headphones but it’s hardly worth it.


Darker Future

SpaceX CEO Elon Musk has come under some flak for the Starlink project, particularly because he has claimed many times that the satellites will have zero impact on astronomical viewing. However, SpaceX does intend to continue working on an effective solution to the problem. They even have plans to introduce a ‘sunshade’ that could potentially block out light from the sun entirely. Many are still a bit worried about the overall impact of such a massive satellite network, but with cooperation from SpaceX and further observations and testing from astronomers, they may prove not to be a problem at all.