Astronomie

Quelles sont les causes des températures extrêmes ?

Quelles sont les causes des températures extrêmes ?

Récemment, j'ai examiné les endroits naturels les plus chauds (et les plus froids, mais dans une autre question). Je trouve qu'il s'agit d'un "nuage de gaz brûlant qui entoure un essaim de galaxies regroupées à cinq milliards d'années-lumière dans la constellation de la Vierge". Cet endroit a une température de 300 millions de degrés Celsius, ce qui est très chaud même par rapport à la température au cœur de notre Soleil. Une recherche rapide pourquoi donne :

Un groupe de galaxies est entré en collision violente avec un autre essaim de galaxies à une vitesse de 2 500 miles par seconde.

https://www.skymania.com/wp/hottest-spot-in-universe-found/

Cependant, quel mécanisme provoque exactement cette température ? Friction? Ou autre chose? Y aurait-il des étoiles en train de fusionner des trucs de l'extérieur ?


Au sein de cet amas de galaxies, les choses deviennent chaotiques car ces galaxies sont projetées mais maintenues en orbite par leur forte gravité. Et comme Steven Linton l'a mentionné,

le mouvement organisé de la galaxie se transforme principalement en mouvement désorganisé au sein du matériau collé ensemble, ce que nous appelons la chaleur. Ainsi, les atomes de gaz dans ces nuages ​​sont entrés en collision et ont rebondi dans toutes les directions, où ils ont heurté d'autres atomes, jusqu'à ce que les deux nuages ​​n'en aient formé qu'un, avec d'énormes mouvements internes aléatoires (c'est-à-dire très chauds).


Changement climatique et conditions météorologiques extrêmes : la chaleur et le froid peuvent tuer

Garth Heutel reçoit un financement du National Institute on Aging des National Institutes of Health.

David Molitor reçoit un financement du National Institute on Aging des National Institutes of Health.

Nolan Miller reçoit un financement du National Institute on Aging des National Institutes of Health.

Les partenaires

La Georgia State University fournit un financement en tant que partenaire fondateur de The Conversation US.

The Conversation UK reçoit des financements de ces organisations

Le changement climatique augmente la fréquence et la force de certains types de conditions météorologiques extrêmes aux États-Unis, en particulier les vagues de chaleur. L'été dernier, le sud-ouest des États-Unis a connu des vagues de chaleur potentiellement mortelles, particulièrement dangereuses pour les personnes âgées et autres populations vulnérables.

Plus récemment, des températures froides record ont englouti une grande partie du pays au cours de la première semaine de 2018. Cette explosion arctique a été blâmée pour des dizaines de morts. Certains scientifiques pensent que le réchauffement de l'Arctique peut être un facteur dans ce type de vague de froid persistante, bien que d'autres remettent en question ce lien.

Dans un document de travail récent, nous avons étudié l'effet des températures extrêmes sur la mortalité des personnes âgées, en utilisant des données complètes de Medicare couvrant environ 35 millions de bénéficiaires. En analysant les schémas quotidiens au niveau du code postal, nous avons estimé comment les changements de température quotidiens affectent la mortalité des personnes âgées afin de prédire comment les gens peuvent s'adapter au changement climatique.

Notre principale conclusion est que les vagues de chaleur et les vagues de froid augmentent les taux de mortalité. Par exemple, le taux de mortalité d'un jour avec des températures moyennes entre 90 et 95 degrés Fahrenheit est plus élevé d'environ 1 décès pour 100 000 individus qu'un jour avec une température moyenne entre 65 et 70 degrés. Les décès augmentent également, d'environ la moitié pour 100 000 individus, les jours où la température moyenne est inférieure à 20 degrés.

Plusieurs études antérieures ont trouvé des résultats similaires. Cela signifie que les communautés doivent prévoir le risque plus élevé de décès dus à des températures extrêmes à la fois chaudes et froides.


Les températures extrêmes pourraient augmenter le risque de naissance prématurée

Les chercheurs du NIH trouvent plus de naissances prématurées chez les femmes exposées à des températures extrêmes de chaud et de froid.

"Nos résultats indiquent qu'il pourrait être prudent de minimiser l'exposition des femmes enceintes à des températures extrêmes."

Pauline Mendola, Ph.D., Auteur principal

Des températures extrêmement chaudes ou froides pendant la grossesse peuvent augmenter le risque d'accouchement prématuré, selon une étude menée par des chercheurs des National Institutes of Health.

Les auteurs de l'étude ont découvert que les extrêmes de chaud et de froid au cours des sept premières semaines de grossesse étaient associés à un accouchement précoce. Les femmes exposées à une chaleur extrême pendant la majorité de leurs grossesses étaient également plus susceptibles d'accoucher tôt.

Les chercheurs ont trouvé des associations plus cohérentes avec un accouchement précoce après une exposition à une chaleur extrême qu'à un temps extrêmement froid. Ils ont émis l'hypothèse que, pendant les périodes de froid, les gens sont plus susceptibles de chercher un abri et pourraient donc plus facilement échapper aux effets du froid. Mais pendant les vagues de chaleur extrêmes, les gens sont plus susceptibles de supporter la température, en particulier lorsque le coût ou l'accès à la climatisation est un obstacle.

L'étude a été publiée dans Environmental Health Perspectives.

"Nos résultats indiquent qu'il pourrait être prudent de minimiser l'exposition des femmes enceintes à des températures extrêmes", a déclaré l'auteur principal de l'étude, Pauline Mendola, Ph.D., épidémiologiste à la Division de la recherche intra-muros et sur la santé des populations au NIH Eunice Kennedy Shriver Institut national de la santé de l'enfant et du développement humain (NICHD).

Une grossesse est considérée à terme entre 39 et 40 semaines. L'accouchement prématuré survient avant 37 semaines de grossesse et augmente le risque de décès du nourrisson et d'invalidité à long terme. On ne sait pas pourquoi des températures extrêmes de chaud ou de froid pourraient influencer le risque de naissance prématurée. Cependant, les chercheurs pensent que le stress des températures extrêmes pourrait entraver le développement du placenta ou altérer le flux sanguin vers l'utérus, ce qui pourrait potentiellement conduire à un travail précoce.

Pour mener l'étude, les chercheurs ont lié les dossiers médicaux électroniques de 223 375 naissances dans 12 centres cliniques à travers les États-Unis aux enregistrements de température horaires pour la région entourant chaque centre. Les chercheurs ont noté que ce qui constitue une température chaude ou froide varie d'une personne à l'autre et d'un endroit à l'autre. Pour compenser la variabilité climatique locale et la susceptibilité personnelle, les chercheurs ont évalué les températures dans les régions environnantes. Ils ont défini les températures extrêmement froides comme étant inférieures au 10 e centile des températures moyennes, et défini la chaleur extrême comme étant au-dessus du 90 e centile.

Les chercheurs ont découvert que les femmes qui ont connu un froid extrême pendant les sept premières semaines de leur grossesse avaient un risque 20 % plus élevé d'accoucher avant 34 semaines de grossesse, un risque accru de 9 % d'accoucher entre 34 et 36 semaines et un risque accru de 3 %. pour l'accouchement au cours des semaines 37 et 38. Les femmes dont les sept premières semaines de grossesse ont coïncidé avec des vagues de chaleur extrêmes présentaient une augmentation de 11% du risque avant 34 semaines et une augmentation de 4% du risque entre 37 et 38 semaines.

L'exposition à une chaleur extrême pendant les semaines 15-21 a augmenté le risque d'accouchement à 34 semaines et à 34-36 semaines de 18 pour cent et pour l'accouchement de 37 à 39 semaines de quatre pour cent. Les expositions à la chaleur pendant les semaines 8 à 14 ont augmenté de 4% le risque de naissance à 37 à 38 semaines.

Dans l'ensemble, l'exposition à la chaleur extrême pendant la grossesse était associée à une augmentation du risque d'accouchement à 34 semaines et à 36-38 semaines de 6 à 21 %.

Une augmentation du nombre de jours de chaleur extrême due au changement climatique pourrait entraîner une augmentation du taux de natalité prématurée, ont écrit les auteurs. Les auteurs ont ajouté que leurs résultats soulignent la nécessité pour les professionnels de la santé et les décideurs politiques de concevoir des interventions pour minimiser l'exposition des femmes enceintes aux températures extrêmes. Les auteurs ont également appelé à davantage de recherches pour comprendre comment les températures extrêmes pourraient augmenter le risque de naissance prématurée.


L'association entre la température et la mortalité par cause dans la vallée de Klang, en Malaisie

Cette étude vise à examiner la relation entre la température quotidienne et la mortalité dans la vallée de Klang, en Malaisie, sur la période 2006-2015. Un modèle linéaire généralisé quasi-Poisson combiné à un modèle non linéaire à décalage distribué (DLNM) a été utilisé pour estimer l'association entre les catégories de température moyenne et de mortalité m= 69 542, cardio-vasculaire n= 15 581 et maladie respiratoire m=10 119). Particules d'un diamètre aérodynamique inférieur à 10 m (PM10) et l'ozone de surface (O3) a été ajusté en tant que facteur de confusion potentiel. Le risque relatif (RR) de mortalité naturelle associée à des températures extrêmement froides (1er centile de température, 25//,2 °C) sur des décalages de 0 à 28 jours était de 1,26 (intervalle de confiance (IC) à 95 % : 1,00, 1,60), par rapport à la température minimale de mortalité (28,2 °C). Le risque relatif associé à une température extrêmement élevée (99e centile de température, 30,2 °C) sur des décalages de 0 à 3 jours était de 1,09 (IC à 95 % : 1,02, 1,17). Les effets de la chaleur étaient immédiats alors que les effets du froid étaient retardés et duraient plus longtemps. Les personnes atteintes de maladies respiratoires, les personnes âgées et les femmes étaient les groupes les plus vulnérables aux effets des températures extrêmement élevées. Les températures extrêmes n'ont pas considérablement modifié les estimations du risque température-mortalité faites avant et après les ajustements pour les polluants atmosphériques (PM10 et ô3) les niveaux.

Ceci est un aperçu du contenu de l'abonnement, accessible via votre institution.


Pourquoi j'ai si chaud tout le temps ? 10 Conditions qui provoquent une intolérance à la chaleur

Dans la plupart des cas, se sentir un peu au chaud lorsque les autres autour de vous semblent être à l'aise n'a rien d'inquiétant. Votre métabolisme est peut-être un peu plus chaud que celui des autres. Cependant, si vous vous sentez constamment trop chaud pour le confort et que vous sentez que vous êtes toujours sur le point de transpirer, vous devrez peut-être consulter votre médecin pour savoir si vous avez une maladie sous-jacente qui cause vos symptômes.

Un certain nombre de conditions peuvent provoquer une sensation de chaleur inconfortable, même si la température ambiante est normale ou fraîche. Ici, nous explorons quelques-unes des raisons pour lesquelles vous pourriez avoir chaud :

1. Stress et anxiété

Commençons par la raison la plus évidente et la moins inquiétante pour laquelle vous pourriez avoir chaud - le stress. Le stress déclenche une élévation de la température de votre corps car lorsque votre corps détecte une situation stressante ou menaçante, il active votre système nerveux sympathique, ce qui prépare votre corps à faire face à la situation.

En plus d'avoir chaud, vous remarquerez peut-être que votre cœur s'accélère et que vous commencez à transpirer un peu, dans les moments d'anxiété/panique. Dans la plupart des cas, ces symptômes disparaissent d'eux-mêmes, au fur et à mesure que la situation à l'origine du stress se résout.

Cependant, le stress chronique, sur une période de temps prolongée, entraîne une élévation à plus long terme de la température centrale du corps. C'est ce qu'on appelle &la fièvre psychogène&rdquo. Cliquez ici pour en savoir plus sur la fièvre psychogène et ses causes.

2. Maladie de la thyroïde

La glande thyroïde est l'un des acteurs centraux du système endocrinien du corps. Le système endocrinien, avec le système nerveux, est responsable de la synchronisation et de la régulation des fonctions et des réponses du corps à l'environnement. La glande thyroïde est responsable de la régulation du métabolisme du corps et est activement responsable du contrôle de toute une série de processus directement et indirectement liés à la façon dont le corps produit et dépense de l'énergie.

L'hyperthyroïdie fait référence à un groupe d'affections dans lesquelles la glande thyroïde surproduit des hormones thyroïdiennes (T3, T4). Ces hormones "accélèrent" le métabolisme du corps et ainsi, une abondance de ces hormones provoque une série de symptômes, parmi lesquels l'intolérance à la chaleur. Un signe certain d'hyperthyroïdie est une sensation d'avoir trop chaud et d'être sujet à la transpiration. Les autres symptômes de l'hyperthyroïdie comprennent la perte de poids, l'agitation, un manque de sommeil, des palpitations et un appétit excessif. La cause la plus fréquente de l'hyperthyroïdie est auto-immune, une maladie appelée &ldquoGraves&rsquo maladie&rdquo, dans laquelle les cellules immunitaires du corps attaquent la glande thyroïde, l'amenant à produire plus d'hormones thyroïdiennes.

Si vous présentez l'un de ces symptômes, vous devez faire vérifier votre fonction thyroïdienne par un professionnel de la santé agréé.

3. Diabète

Les diabètes de type 1 et de type 2 rendent les patients incapables de bien supporter la chaleur et les températures élevées. Surtout chez les patients présentant des complications diabétiques telles que la microangiopathie (lésion des petits vaisseaux sanguins) et la neuropathie (lésion nerveuse), une sensibilité marquée au temps chaud, peut être observée. En effet, ces complications peuvent endommager les glandes sudoripares, ce qui rend plus difficile pour ces patients de se rafraîchir par temps chaud.

De plus, les diabétiques ont tendance à se déshydrater facilement, ce qui les rend encore plus sensibles à la chaleur. Il est donc impératif qu'ils prennent soin de s'hydrater adéquatement, surtout par temps chaud.

4. Médicaments

Certains médicaments en vente libre (OTC) ont été associés à des effets secondaires tels qu'un échauffement excessif et la transpiration.

Les médicaments courants associés à cet effet secondaire comprennent :

  • Suppléments de zinc
  • Préparations hormonales
  • Antidépresseurs comme Norpramin et Nortriptyline
  • Pseudoéphédrine (Sudafed) et autres sympathomimétiques
  • Médicaments antihypertenseurs comme l'hydrochlorothiazide
  • Drogues récréatives telles que les amphétamines et la MDMA

Il est important de noter que les médicaments ne provoquent pas les mêmes effets secondaires ou tous les effets secondaires chez tous ceux qui les prennent. Il est donc très important de consulter votre médecin avant de commencer à prendre de nouveaux médicaments sur ordonnance.

5. Grossesse

Il est bien connu que les femmes ont des bouffées de chaleur pendant la ménopause, dues aux fluctuations hormonales. Cependant, un type similaire de sensibilité à la chaleur peut être ressenti par les femmes enceintes.

Pendant la grossesse, les niveaux hormonaux d'une femme subissent des fluctuations dramatiques, ce qui modifie la façon dont elle réagit à la chaleur. Environ 35% des femmes enceintes déclarent avoir trop chaud à un moment donné de leur grossesse.

6. Hypohidrose/Anhidrose

La transpiration est l'un des mécanismes clés du corps contre l'échauffement. Il aide le corps à libérer de la chaleur dans l'environnement et à se refroidir.

L'hypohidrose fait référence à une condition où la capacité d'une personne à transpirer est considérablement diminuée. Ces patients ont du mal à se refroidir, car même lorsque les stimuli appropriés sont présents dans l'environnement pour déclencher une réaction de sudation, leur corps se trouve incapable de le faire correctement. L'hypohidrose peut survenir à la suite d'un certain nombre d'affections systémiques, nerveuses ou dermatologiques. Les options de traitement dépendent de la cause principale de la maladie. Cependant, dans de nombreux cas, l'hypohidrose peut être traitée, malheureusement.

Lorsque la réponse sudorale est complètement absente, la condition est appelée &ldquoanhidrose&rdquo.

7. Fibromyalgie

La fibromyalgie est une affection douloureuse caractérisée par des douleurs chroniques dans plusieurs zones du corps et une sensibilité accrue à la pression.

Les personnes atteintes de fibromyalgie ont tendance à être très sensibles aux deux extrêmes climatiques - chaud et froid. Certains patients ont tendance à se sentir moins bien pendant les mois les plus chauds et d'autres pendant les mois les plus froids.

La fibromyalgie, parmi ses autres symptômes, altère la capacité du corps à s'adapter à différentes températures (thermorégulation). Par temps chaud, les personnes atteintes de fibromyalgie ont trop chaud et sont particulièrement sujettes aux maladies causées par la chaleur telles que les coups de chaleur ou les éruptions cutanées. En effet, les personnes atteintes de fibromyalgie ont un flux sanguin réduit vers la peau et, par conséquent, ne transpirent pas facilement. En outre, ils ont tendance à se déshydrater assez facilement, ce qui contribue davantage à l'intolérance à la chaleur.

8. Sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie très grave du système nerveux qui peut être très invalidante en raison de son large éventail de symptômes.

La sclérose en plaques est causée par la démyélinisation des nerfs. Les nerfs ont des gaines isolantes constituées d'une substance appelée &ldquomyéline&rdquo. Dans les maladies démyélinisantes telles que la sclérose en plaques, cette gaine est endommagée, ce qui entraîne l'exposition des nerfs et l'incapacité de conduire correctement les signaux.

L'intolérance à la chaleur est l'un des nombreux symptômes de la SEP. Parce que les nerfs des patients atteints de SEP sont exposés, ils sont beaucoup plus sensibles à la chaleur. Même la moindre augmentation de la température corporelle s'accompagne d'une grave exacerbation des symptômes chez ces patients. Quelque chose d'anodin comme une douche chaude ou un entraînement léger peut déclencher des bouffées de chaleur chez ces patients.

9. Âge

Les personnes âgées ont des problèmes métaboliques par rapport à leurs homologues plus jeunes. Par conséquent, ils ont du mal à ajuster leur température corporelle aux changements des conditions extérieures.

Les deux conditions météorologiques extrêmes peuvent avoir un impact plus important sur les personnes âgées (65 ans ou plus).

10. Insuffisance ovarienne

L'insuffisance ovarienne primaire ou l'insuffisance ovarienne prématurée se réfère à une condition dans laquelle les ovaires cessent de fonctionner correctement avant l'âge de la ménopause.

L'une des principales fonctions des ovaires est de produire l'œstrogène, une hormone sexuelle féminine. Sans des quantités suffisantes d'œstrogènes, le corps éprouve à l'avance des symptômes de la ménopause tels que des bouffées de chaleur.

Les femmes souffrant d'insuffisance ovarienne primaire peuvent se sentir excessivement sensibles au temps chaud. Ils éprouvent également une foule d'autres symptômes tels qu'une concentration altérée, une faible libido, des règles irrégulières/absentes, etc.


Variations de température

J'ai vécu en Californie toute ma vie, donc je ne suis pas intimement conscient du type de variations de température que le reste du pays (et du monde) voit du jour à la nuit. Il existe évidemment plusieurs méthodes que les gens utilisent pour lutter contre cela pour différents types de portée, mais à quel type de baisse de température tout le monde doit-il faire face ? Y a-t-il une certaine chute de taille que vous trouvez donner un bon combat à vos méthodes de refroidissement ou d'isolation ?

Nous avons un temps d'automne californien fou en ce moment autour de moi, où demain le maximum est de 85ºf et le minimum est de 53ºf. Cela me semble être un swing assez important, mais je peux me tromper. Bien sûr, tout le monde dans les régions froides du monde se concentrera probablement sur le fait que les bas soient comparables à leurs hauts.

#2 Tony Flandre

J'ai vécu en Californie toute ma vie, donc je ne suis pas intimement conscient du genre de variations de température que le reste du pays (et du monde) voit du jour à la nuit. . Nous avons un temps d'automne californien fou en ce moment autour de moi, où demain le maximum est de 85ºf et le minimum est de 53ºf.

Plus précisément, vous vivez près d'une côte ouest dans la zone tempérée, où les vents côtiers minimisent les variations de température diurnes et annuelles.

Si vous viviez dans la vallée centrale, comme une grande partie de la population californienne, vous trouveriez une variation de température diurne de 30F tout à fait normale. Et si vous viviez dans la vallée d'Owens ou la vallée de la mort, vous trouveriez cela très modéré en effet.

Dans le nord-est des États-Unis, une variation de température de 30 °F est assez normale par temps clair/nuit. Le swing est généralement beaucoup plus faible lorsqu'il fait nuageux. Et plus haut quand c'est clair, calme et neigeux.

Ce n'est pas grand chose. N'oubliez pas que la température est déjà bien en train de baisser à la fin du crépuscule astronomique et qu'elle n'atteint généralement pas son minimum avant le lever du soleil - une longue période de temps. Mais c'est l'une des raisons pour lesquelles les fans sont si populaires.

#3 neuf vies

Les balançoires de plus de 30 degrés sont courantes dans le haut désert de l'Idaho, nous y sommes donc habitués. Jusqu'à présent, mon réfracteur apo de 120 mm s'acclimate facilement aux variations de température, donc je ne m'en soucie pas. Avec un gros dob, j'aurais besoin de m'inquiéter plus, j'en suis sûr.

#4 csrlice12

La semaine dernière, 67* avec 4" de neige et 21* le lendemain matin. avec un maximum de 27. Brrrrrrr.

#5 Lola Bruce

Dans la vallée du Sin Fernando, un delta de 30 est doux.

#6 l'attente de la vie

La semaine dernière, 67* avec 4" de neige et 21* le lendemain matin. avec un maximum de 27. Brrrrrrr.

Et c'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai rebondi entre la région de la baie de SF et le sud de la Californie.

#7 l'attente de la vie

Si vous viviez dans la vallée centrale, comme une grande partie de la population californienne, vous trouveriez une variation de température diurne de 30F tout à fait normale.

Ah bon? Mon expérience avec la vallée centrale m'a toujours amené à croire qu'il ne se refroidit jamais assez pour avoir beaucoup de changement de température.

#8 gif 678

Ils disent que NC a les pires variations de température que tout autre État. Je l'ai vu un jour à 75 degrés, le lendemain c'était dans les années 20 avec de la neige. J'ai vu cela plus d'une fois. Nous sommes juste au bord du Gulf Stream, et cela provoque n'importe quoi.

#9 Tony Flandre


Ils disent que NC a les pires variations de température que tout autre État. Je l'ai vu un jour à 75 degrés, le lendemain c'était dans les années 20 avec de la neige. J'ai vu cela plus d'une fois. Nous sommes juste au bord du Gulf Stream, et cela provoque n'importe quoi.

Je n'en crois pas un mot !

Les variations de température les plus connues sont à la hausse, pendant les vents Chinook sur la bordure est des Rocheuses. Le 22 janvier 1943, la température dans les Black Hills du Dakota du Sud est passée de -4F à 45F en deux minutes.

En général, les climats secs sont beaucoup plus sujets à de grandes variations de température que les climats humides.

Je soupçonne que la Caroline du Nord ressemble beaucoup à n'importe quel autre État de l'Est en termes de variations de température. Après tout, toute la côte Est jouxte le Gulf Stream.

#10 ascii

En Floride, une oscillation jour/nuit de 20 °F est typique. Les exceptions sont justes lorsque les fronts se déplacent. Ces oscillations peuvent être beaucoup plus importantes mais sont davantage dues au front lui-même qu'aux cycles jour/nuit.

#11 Keith Rivich

Les balançoires de plus de 30 degrés sont courantes dans le haut désert de l'Idaho, nous y sommes donc habitués. Jusqu'à présent, mon réfracteur apo de 120 mm s'acclimate facilement aux variations de température, donc je ne m'en soucie pas. Avec un gros dob, j'aurais besoin de m'inquiéter plus, j'en suis sûr.

Non, vous ne le faites pas. Les changements de température de 30 degrés sont la norme ici à la fin de l'été. Aucun problème avec mes lunettes.

#12 Jon Isaacs

Ils disent que NC a les pires variations de température que tout autre État. Je l'ai vu un jour à 75 degrés, le lendemain c'était dans les années 20 avec de la neige. J'ai vu cela plus d'une fois. Nous sommes juste au bord du Gulf Stream, et cela provoque n'importe quoi.

C'est un front météorologique qui se déplace.

Dans le désert, des décalages diurnes de plus de 30 degrés sont typiques. En regardant les prévisions météorologiques pour Boulevard CA, ils prévoient des maximums dans les années 80 avec des minimums dans les années 40 avec une fourchette de 31 à 36° chaque jour pour les 10 prochains jours.

C'est assez typique, en été, le maximum moyen est d'environ 90, le minimum d'environ 50. L'humidité en été est généralement d'environ 20%, l'air sec et clair se refroidit rapidement.

En regardant Charlotte, la différence entre le haut moyen et le bas moyen est d'environ 20 ° F .

#13 Redbetter

Ah bon? Mon expérience avec la vallée centrale m'a toujours amené à croire qu'il ne se refroidit jamais assez pour avoir beaucoup de changement de température.

Vous ne pouvez pas vous tromper davantage ! Les minimums nocturnes typiques ici sont assez frais par rapport aux maximums diurnes, généralement un delta de 30 + F pour les six mois arides de l'année. Ensuite, ils tombent dans la vingtaine ou même dans l'adolescence pour les mois de rosée / plus frais. La région de la baie est beaucoup plus douce en comparaison en raison de l'influence modératrice de l'océan. J'y ai vécu pendant plus d'un an quand j'étais enfant et je peux témoigner de la différence. Je le remarque à chaque passage.

Le facteur clé est l'humidité relative. Les conditions arides entraînent des variations de température plus importantes. Des conditions plus humides entraînent des variations de température plus faibles et une couverture nuageuse/une transparence plus faible qui servent d'isolant. Nous avons deux saisons dans la vallée, chaude et sèche avec aucune précipitation et peu de couverture nuageuse autre que la fumée, et l'autre saison où il se refroidit et devient progressivement plus nuageux et parfois même des pluies. Chacun prend environ la moitié de l'année. Le changement revient à actionner un interrupteur lorsque les schémas de blocage sur la Sierra tombent en panne (ou s'installent). généralement signalée par les premières (et dernières) précipitations mesurables pendant 5 ou 6 mois. Mesurable étant quelque chose approchant 0,1 pouce au total pendant une journée ou sur plusieurs jours. En dehors de cela, nous comptons sur les barrages/canaux/et puits pour fournir de l'eau pendant la moitié de l'année.

Une station locale qualifie ses prévisions météorologiques de « Stormwarn », ce qui attire des rires de la famille chaque fois qu'elle est déclarée d'une voix d'annonceur sérieuse. Quelles tempêtes ? Le pire qu'ils obtiennent ici sont des rafales d'environ 35 à 40 mph pendant un orage doux alors qu'à l'extrême, il peut pleuvoir 1 ou 2 pouces sur plusieurs heures ou jours. Ils n'ont pas de rafales à 75 mph (autre que dans les cols) précédant un front/tempête. Ils n'ont pas de tornades F1, encore moins de tornades F4 ou F5 d'un demi-mille à un mille de large et nivelant tout sur leur passage. Ils n'ont pas du tout d'orages de grêle dommageables et certainement pas plusieurs fois par an. Ils ne reçoivent pas 6" de pluie en une heure ou deux ou des tempêtes tropicales déversant un pied ou plus en un jour ou deux. Ils n'ont pas d'ouragans ni d'ondes de tempête. Ils n'ont pas de blizzards avec des vents de 50 mph à 10 Mais ils ont jour après jour des conditions chaudes et sèches qui cuisent les choses jusqu'à ce qu'elles soient en train de souffler de la poussière ou prêtes à brûler.


Conférence 5 : La vie sur le bord

Les organismes vivant dans des conditions extrêmes sont Extremophiles --Thermophiles et hyperthermophiles (températures >100? C) --Psychrophiles (températures -20? C) --Haute pression, rayonnement, salinité, acidité, alcalinité? --Endolithes (vivant dans la roche)

Les limites de la vie et l'endroit le plus sec de la Terre : le désert d'Atacama

Conditions typiques de la vie sur Terre

Température -15-80° C (59 -176° F) Pression -1 atm Salinité - Eau de mer - 3,5% de sel. Niveau de pH -pH

8 Rayonnement -6,000 rad/hr Localisation -Terre ou mer (en surface ou en liquide)

Extrémophiles (versus mésophiles)

Soit prospérer, soit simplement tolérer, les extrêmes

Différents stades font mieux (par exemple, endospores dormantes)

Les trois domaines : archaea, bactéries, eucarya

Mais : pas d'eucaryotes hyperthermophiles connus

Températures extrêmes - Thermophiles

Pourquoi trop chaud est mauvais --Beaucoup de problèmes --Structure des protéines --Solubilité des gouttes d'oxygène et de dioxyde de carbone --La chlorophylle se dégrade et cesse de fonctionner Thermophiles --Sources chaudes --Évents des grands fonds --Pyrobolus fumarii (113 °C) Comment ils survivent. --Protéines uniques qui sont plus robustes

Températures extrêmes - Thermophiles Les procaryotes ont tendance à être tolérants à la chaleur

La première vie était procaryote

Températures extrêmes - Psychrophiles

Pourquoi trop froid est mauvais --La congélation provoque une expansion --Augmentation de la viscosité Psychrophiles -- Comment ils survivent. --Point de congélation inférieur de l'eau (sels et autres solutés) --Forme des spores Grande biomasse de psychrophiles

Sels extrêmes - Halophiles

Pourquoi trop de sel est mauvais --Une forte pression osmotique dessèche les cellules (attire l'eau) La plupart des organismes tolèrent l'eau de mer Halophiles --Survivent à une concentration de sel 10 fois supérieure à celle de l'océan --Grand lac salé, mer Morte Comment ils survivent. --Utiliser des ions pour réduire la pression osmotique Implications --Mers salées au début de Mars, Europe aujourd'hui

pH extrêmes - Acidophile

pH faible --Acidique --Accepte les électrons

pH élevé - alcalin --Basique --Donne des électrons

Le pH est une mesure de l'acidité --Eau (par définition) pH=7 --Eau de mer pH=8 --Sang pH=7,5

pH extrêmes - Acidophile Pourquoi trop d'acidité est mauvaise --Modifier la structure de la protéine

Tolérances de la plupart des organismes --pH > 4 (océan 8.2)

Acidophiles --Ferroplasma acidarmanus --pH = 0 ou 1 (acide de batterie)

Comment ils survivent. --Neutraliser la cellule interne --Faire évoluer les protéines résistantes

Rayonnement extrême - Radiorésistant

La Terre est protégée des radiations : --Atmosphère --Couche d'ozone Pourquoi trop de radiations est mauvaise --Endommage directement les molécules --L'ADN particulièrement sensible --Rend l'ADN incapable de se reproduire, code corrompu

Rayonnement extrême - Radiorésistant

rad = apport d'énergie par kg de cellules. Bruit de fond 0,5 rad/an Mort immédiate : 2 000 à 5 000 rad/h

Deinococcus radiodurans --6,000 rad/hr --1.5 Mrad burst --Entièrement réparé en 24 heures

Comment ils survivent. --Répare beaucoup mieux l'ADN --4-10 copies du génome

Le bon et le mauvais --Bon : difficile à tuer --Mauvais : difficile à tuer

Rock Dwellers - Endolithes

Où ils ont été trouvés --Aussi profond que 3 km Difficultés : --Haute température --Radiation élevée --Peu de nutriments --Autotrophes à haute pression (1 000 atm) La biomasse des habitants des roches --Peut-être plus que toute vie sur Terre !

L'endroit le plus sec sur terre Désert d'Atacama (Chili, Amérique du Sud) --100 fois plus aride que la Vallée de la Mort

"Double rain shadow" --Pluie bloquée des deux côtés par les Andes et les montagnes côtières

Est-ce que c'est sec ? --Pas de glaciers --Certaines stations météorologiques n'ont jamais enregistré de pluie --Peut ne pas avoir eu de précipitations significatives depuis 400 ans !!

Limite de vie ? Les scientifiques ont prélevé des échantillons dans la région la plus sèche de l'Atacama --Aucune bactérie cultivable --Deux échantillons n'avaient pas d'ADN.

Mais! Seulement échantillonné la surface (10 cm)

Des échantillons d'un autre groupe jusqu'à 30 cm ont retrouvé la vie ! Lieu qui n'avait pas abrité de vie végétale depuis plus d'un million d'années.

La vie semble pouvoir exister même dans les environnements les plus secs de la Terre.

Voir Une note sur les graphiques pour savoir pourquoi certains des graphiques présentés dans les conférences ne sont pas reproduits avec ces notes.


La chaleur extrême peut provoquer l'éclatement des pneus

La chaleur est le pire ennemi de votre pneu. Plus un pneu chauffe, plus le risque de défaillance est élevé. Le temps chaud peut affecter les pneus beaucoup plus sévèrement que le temps froid, car les pneus augmentent la pression et surchauffent beaucoup plus rapidement, ce qui peut provoquer l'éclatement des pneus. Les conducteurs sont encouragés à être conscients de l'impact des températures extrêmes sur leurs pneus, en particulier pendant les longues périodes de canicule estivale. Une friction accrue, une conduite à grande vitesse, des virages excessifs et des freinages fréquents pendant les périodes de températures très élevées peuvent entraîner un échauffement du pneu au-delà de ses caractéristiques nominales. Une fois que cela se produit, une éruption peut se produire.

Dans des conditions de chaleur estivale, alors que les températures de la chaussée montent en flèche, il est important de vérifier régulièrement la pression atmosphérique. Assurez-vous que le gonflage des pneus conforme aux spécifications du fabricant est maintenu. La pression des pneus recommandée par les fabricants peut être trouvée dans le manuel du propriétaire du véhicule ou sur la plaque de porte du véhicule.

Il est important de noter que les pneus sous-gonflés augmentent le risque d'éclatement des pneus. Les pneus sous-gonflés chauffent plus que les pneus gonflés correctement selon les recommandations du fabricant, et dans des conditions de chaleur estivale, les températures des pneus peuvent devenir suffisamment élevées pour endommager gravement le pneu. De plus, des pneus sous-gonflés entraîneront une faible consommation d'essence. Vous pouvez réduire le risque d'éruptions en ralentissant sur l'autoroute et en prenant les virages ou les virages plus doucement.

Il a été prouvé que le gonflage à l'azote, offert dans tous les magasins Dunn Tire, permet aux pneus de véhicule de rester plus froids que l'air standard dans des conditions de chaleur extrême.

Une chaleur excessive peut également entraîner la défaillance de pneus très usés ou vieux, même lors de l'exercice de pratiques de conduite prudentes et prudentes.

Tous les composés de caoutchouc ne sont pas créés égaux non plus. Les pneus ont des cotes pour la température, l'usure de la bande de roulement, la capacité de charge et la vitesse. Les classes de température représentent la résistance d'un pneu à la chaleur et sa capacité à dissiper la chaleur lorsqu'il est testé dans des conditions de test de laboratoire contrôlées. Les notes du plus haut au plus bas sont « A », « B » et « C ». La note « C » correspond à la performance minimale requise par la norme fédérale de sécurité. Par conséquent, le pneu « A » est le pneu le plus cool, et même si le pneu « C » chauffe plus, cela ne signifie pas qu'il est dangereux. La cote de température est établie pour un pneu correctement gonflé et non surchargé.

AAA recommande les conseils suivants pour que les pneus continuent de fonctionner en douceur pendant les chauds mois d'été :

  • Vérifiez régulièrement la pression d'air. Un gonflage correct des pneus une fois par mois prolongera la durée de vie des pneus, retardera le besoin d'en acheter de nouveaux et évitera les éruptions dangereuses par temps chaud.
  • Examinez les quatre pneus. Check tires for cracks, bulges and worn tread that indicate it’s time to replace them. Drivers should also check tires’ manufacturer dates to be sure they aren’t driving on old tires that are more likely to be impacted by heat.
  • Inspect valve caps. Metal caps have the potential to weld onto the tire valve when the weather gets hot, making it difficult to refill air pressure to appropriate levels. Drivers should consider using plastic caps which tolerate the heat better. Also be sure to check that valve caps are tightly secured.
  • Have tires inspected by a professional. Drivers can visit any Dunn Tire location to ensure their tires can handle the heat when it gets hot.

If you are unsure about the condition or safety of your tires, please stop by one of Dunn Tire’s convenient locations for a professional assessment.


Climate study looks at humans' exposure to extreme temperatures during 21st century

Denver is known for its relatively mild climate and its four distinct seasons. It's also known for its temperature fluctuations over the course of a day or even hours. But what does that mean for the city's residents—and for that matter, the rest of the inhabitants of the continental United States when it comes to temperature extremes?

That's what Ashley Broadbent wanted to know. Specifically, he wanted to know how populations throughout the United States will experience heat and cold during the 21st century.

So, Broadbent, an assistant research professor in Arizona State University's School of Geographical Sciences and Urban Planning, used state-of-the-art modeling tools to analyze how three key variables would affect human exposure to extreme temperatures from the beginning of this century to its end.

He and his collaborator Matei Georgescu, an associate professor in ASU's School of Geographical Sciences and Urban Planning, concentrated on the following three key factors: climate change brought about by greenhouse gas emissions urban-development induced impacts arising from the growth of cities and population change in individual cities.

The paper, "The motley drivers of heat and cold exposure in 21st century U.S. cities," is published online in the "Proceedings of the National Academy of Sciences." It is the first study of its kind to consider population-weighted heat and cold exposure that directly and simultaneously account for greenhouse gas and urban development-induced warming.

To describe how these three variables would affect temperatures, and in turn populations, Broadbent, Georgescu and co-author Eric Scott Krayenhoff, assistant professor at the University of Guelph, Ontario, used a metric they dubbed "person-hours," to describe humans' exposure to extreme heat and cold.

"It's an intuitive metric," said Broadbent. For example, when one person is exposed to one hour of an extreme temperature that exposure equals one person-hour of exposure. Likewise, if 10 people are exposed to 10 hours of an extreme temperature that exposure equals 100 person-hours.

"I think this definition is more representative of what people experience, which is what this study is about versus a study that simply communicates temperature changes without any human element attached to it," said Broadbent.

Overall, the researchers found that the average annual heat exposure at the start of this century in the United States was about 5.2 billion person-hours. Assuming a worst-case scenario of peak global warming, population growth and urban development, the annual heat exposure would rise to 150 billion person-hours by the end of the century, a nearly 30-fold increase.

"The combined effect of these three drivers will substantially increase the average heat exposure across the United States, but heat exposure is not projected to increase uniformly in all cities across the US," says Broadbent. "There will be hotspots where heat exposure grows sharply."

To that end, the researchers defined heat thresholds based on local city definitions, something previous studies have not done. Instead, prior studies have used fixed-temperature thresholds that may be inappropriate for some cities. Afterall, a 90 degree day in Phoenix feels much different than a 90 degree day in New York City, given relative humidity differences.

"It's well-know that cities have locally defined thresholds where heat and cold cause mortality and morbidity," explained Broadbent. "In other words, people die at different temperatures in different cities because what is extreme in one city may be normal in another."

Importantly, areas of the United States where human exposure would increase the most is where climate change and population increase in tandem. Meanwhile, urban development has a smaller, yet non-negligible effect.

According to the results of the study, the largest absolute changes in population heat exposure are projected to occur in major U.S. metropolitan regions, such as New York, Los Angeles and Atlanta.

The study also finds the largest relative changes in person-hours related to heat exposure are projected to occur in rapidly growing cities located in the sunbelt, including Austin, TX Orlando and Atlanta.

"The increase in exposure is quite large if you look at it relative to the start of the century," said Broadbent. "Some cities across the sunbelt, according to our projections, will have 90 times the number of person-hours of heat exposure." For example, cities in Texas that see substantial population growth and strong GHG-induced climate warming could be markedly affected.

One way to prepare for increased heat exposure is to reduce greenhouse gas emissions on a global scale, which would reduce the number of hours people are exposed to extreme temperatures. Other options include localized infrastructure adaptation that provides buffering effects against rising temperatures such as, for example, planting trees, providing shade and cooling areas and constructing buildings using materials that absorb less heat.

Although the average temperature in the United States will be warmer in the future, the study finds that cold exposure will increase slightly compared with the start of the century, primarily because of population growth. "While there is a general decrease in the number of projected extreme cold events by the end of this century, the number of individuals exposed to extreme cold is projected to increase, as population growth means that the total number of person-hours of cold exposure will go up," said Broadbent.

"Cold is currently more of a national health problem than heat, but our results suggest that by the end of the century heat exposure may become a larger health problem than cold exposure" said Broadbent. However, cold exposure will not disappear completely as the climate warms. In fact, according to one of the team's simulations, Denver is projected to have more extreme cold at the end of the century compared with the beginning, according to the study.

"That's the interesting thing about climate change. We know the average temperature is going to increase," said Broadbent, "but we know less about how the extremes are going to change, and often the extremes are the most important part of our daily lives."

"There are several takeaway messages from this work, but one of the central ones concerns the future resiliency of our cities," said Georgescu.

"The successful steps taken will require holistic thinking that embraces contributions from urban planners, engineers, social scientists and climate scientists with a long-range vision of how we want our cities to be.

We therefore call on cities to start asking some very foundational questions regarding the projected exposure of their constituents to future environmental change. Is the work of the urban climate modeling community being integrated into their environmental adaptation plans? If so, how, and if not, why not?"


13 Unexpected Reasons Why You Might Have A Fever

Feeling a little heated? There are some surprising issues that can cause your temperature to rise.

A normal body temp is typically around 98.6 degrees Fahrenheit (37 degrees Celsius) but can vary slightly for each individual, and even fluctuate depending on the time of day.

“It can be lower in the morning and higher in the late afternoon and evening,” said Michael Hall , a physician based in Miami. But when your temperature gets to 100.4 degrees Fahrenheit or higher, and lasts more than a few hours, you’re getting into fever territory ― something that can be caused by a number of conditions.

“Most of my patients understand that a fever is a common symptom of cold and flu,” said Christopher Dietz, an area medical director at MedExpress Urgent Care. “However, what some people might not realize is that a fever isn’t always just a sign that you’re coming down with something.”

Here’s what could also be at play, according to medical experts:

Infections

If you are looking for the reason behind your elevated temperature, start here. Experts note that infections are commonly associated with a fever.

“When the immune system detects a threat such as bacteria or virus, a substance known as pyrogens is released into the bloodstream to reach the hypothalamus, which regulates body temperature,” said Diana Gall, a general practitioner with Doctor4U in the U.K. “When the hypothalamus detects pyrogens, it raises body temperature and causes fever in an attempt to kill off bacteria and viruses.”

She noted that a high fever is one of the ways your body is responding and fighting the infection ― “but a body temperature that is too high can also be dangerous.”

“If the fever is persistent and isn’t coming down with home remedies, you should see a doctor, particularly if the fever is accompanied by a severe headache, difficulty breathing, blood in your urine or stool, redness of the skin or rash, or vomiting, etc. The infection may be serious and your body temperature may not reduce without medical treatment,” she said.

Overexerting yourself outdoors

Hot outdoor temperatures and “internal heat generation from exercise and mechanical movement of the body can heat you up,” said Phil Mitchell, national medical director at DispatchHealth .

Under normal circumstances, your body will function well enough to cool you down through sweating and dilation of blood vessels. But if these basic systems are overcome and you cannot cool down, your body will continue to increase in temperature.

This typically does not happen from exercise alone, but exertion in a hot environment can cause this under the right circumstances, Mitchell said. He noted that you should immediately remove yourself from the heat and try other methods to cool your body down if this is the case.

Heatstroke can occur if heat exhaustion is not treated promptly. “You need immediate medical attention if you become confused, lose consciousness or if you have an elevated temperature in this situation,” said Steven Reisman, a cardiologist and director of New York Cardiac Diagnostic Center .

Vaccinations

Vaccines to prevent a bacterial or viral infection prepare your body to come in contact with that infection later, said Erik A. Larsen, assistant director of EMS and emergency preparedness at White Plains Hospital in New York’s Westchester County.

“So when you get the vaccine, your body’s immune response is stimulated and the body says, ‘Whoa, what is this?’ It then mounts a fever,” he said.

Larsen added that when you get a vaccine, you’re not really invaded by an active infection, but it tips your body off that sometime in the future you may come across this.

Alcohol withdrawal

“Low-grade fevers can occur during the first few days of alcohol withdrawal as the central nervous system, which has been suppressed by alcohol, readjusts,” said Holly Phillips , a board-certified general internist in New York and a medical expert for RxSaver.

Alcohol withdrawal also causes tremors, which can affect your heat, Larsen said.

“The body is reacting to the loss of not receiving alcohol, which creates muscle contractions. This makes the body shake like a tremor, and it raises the body’s temperature,” he said.

Inflammatory conditions

Certain inflammatory conditions, like rheumatoid arthritis and lupus, can cause fevers, said Lisa Alex, a physician at Medical Offices of Manhattan . This also occurs because the body is producing pyrogens, which raises your temperature. So if you have underlying inflammatory conditions and have a flare-up of any sort, the result may be a fever.

Certain medications

“Many medications like antibiotics [and] antimalarials can also cause drug-induced fever. Anticonvulsants and some herbal medications can also do the trick,” said Soma Mandal , a New Jersey-based physician .

You should monitor your body’s reaction when taking any new medication.

“Look for a fever that starts a week after starting a new medication and goes away once you stop taking the drug,” said J. David Gatz, an assistant medical director of the emergency department at the University of Maryland Medical Center .

Blood clots

Blood clots are an under-discussed source of fevers, according to Nate Favini, medical lead at preventative primary care service Forward.

“If you’re experiencing fever along with pain, swelling and redness in your leg or shortness of breath, that could be a sign of a blood clot,” he said.

Endometriosis

“While rare, several of my patients have had fever and flu-like symptoms every month at the start of their periods, likely due to severe pelvic inflammation caused by chronic bleeding into the stomach from wide-spread endometriosis,” said Kenneth Ward, director of Predictive Laboratories and a scientific advisor for Predictive Technology Group in Salt Lake City.

I f you experience this, Ward suggested making an appointment with your physician to get screened for the condition. Additional symptoms can include debilitating cramps during your period or pain with sex, urination or bowel movements.

Recent surgery

If you’ve recently gone under the knife, especially for a chest or abdominal procedure, you may experience an elevation in temperature in the days to follow, known as postoperative fever .

“The body produces inflammatory proteins in response to the trauma surgery . This causes fever as a reaction for the first few days post-operatively,” said Laurence Gerlis, CEO and lead clinician at SameDayDoctor in London.

Studies show that this is a common side effect from surgeries, with up to 90% of patients reporting elevated temperature after the fact. In most cases, this resolves on its own.

Fevers could also be a side effect to anesthesia, although that’s more rare, said Erin Nance , an orthopedic surgeon and hand and upper extremity specialist in New York. This is called malignant hyperthermia.

When this happens, according to Nance, it’s because of your body’s response to common anesthetic agents used during surgery. This can present as a high fever, muscle rigidity and rapid heart rate. The condition can be fatal and is treated with a medication called Dantrolene and ice packs.

“If you have a family history of malignant hyperthermia, it is critical to tell your anesthesiologist before proceeding with surgery,” she said.

STIs

Rina Allawh, a board-certified dermatologist with Montgomery Dermatology LLC in Pennsylvania, said that certain sexually transmitted infections may cause a higher-than-normal temperature.

“Initially, syphilis presents with a non-tender chancre (i.e. an ulcer). However, if left untreated, may result in high fevers, joint pain, lymph node enlargement and fatigue,” he said.

Gonorrhea, if left untreated, may result in high fevers associated with a rash, Allawh said. To prevent life-threatening consequences, prompt recognition and treatment of the condition is essential, he said. Additionally, “practicing safe sexual practices and sexual-transmitted disease testing” is equally as important.

Traveling to another country

Depending on the area of travel, a rise in body temperature can often be attributed to tropical bacteria and protozoa not often seen in developed countries, said Amna Husain, a board certified pediatrician and founder of Pure Direct Pediatric in New Jersey.

“For this reason, I recommend travelers consult with their physicians and refer to the (Centers for Disease Control) guidelines for safe food and water recommendations,” she said.

Hormone disorders or changes

“Hyperthyroidism itself does not cause a fever, but we can see a very dangerous and fatal disorder associated with a large influx of thyroid hormone into the body called a ‘thyroid storm,’ which does have fever, along with rapid heartbeat, fluctuations in blood pressure, and tremors associated with it,” Husain said.

She noted that thyroid storm can occur because of a major stressor such as trauma, heart attack, delivery of a baby or because of an infection in people with uncontrolled hyperthyroidism.

“In rare cases, it can be caused by treatment of hyperthyroidism with radioactive iodine therapy for Graves disease,” she said.

Hormonal changes that occur during menopause can also cause you to feel warmer than normal, which are typically known as hot flashes.

Cancer

Keep in mind that a fever isn’t necessarily the first sign or a major sign of cancer. However, it could be one of many symptoms.

“Several cancers are associated with fever, which are most commonly leukemias and lymphomas, although other cancers can cause this as well,” said Timothy S. Pardee, chief medical officer at Rafael Pharmaceuticals and an oncologist and director of Leukemia Translational Research at Wake Forest Baptist Health in North Carolina.

Pardee said this occurs because, in some cases, cancer cells create an inflammatory response, which then causes the body to respond with a fever. In other cases, the cancer cells themselves secrete cytokines ― or substances in the body ― that can cause a fever. And, according to Pardee, cancers like leukemia can impair your body’s ability to fight off infections resulting in prolonged illnesses and fevers.

“Additional symptoms to look for are unintended weight loss and drenching night sweats (where you have to change your shirt or sheets when you wake up). These symptoms should prompt a call to your doctor for further evaluation,” he added.

When you should be concerned about a fever

“A fever may not be cause for alarm, unless there are some specific situations,” said David Cutler, a family medicine physician at Providence Saint John’s Health Center in Santa Monica, California.

He added that “medication to reduce fever when there is an infection like a cold, flu or pneumonia can help minimize bothersome symptoms like headache, body aches and dehydration from excessive sweating.”

But if the fever is caused by hormonal effects, such as menopausal hot flashes or muscular activity like strenuous exercise, these medications will not be effective. In these instances, Cutler said to use measures like cooling fans to lower the body’s temperature.

According to Amesh A. Adalja , senior scholar at Johns Hopkins Center for Health Security in Maryland, “a person should be concerned for fever above 101 degrees Fahrenheit (38.3 degrees Celsius) when it is unremitting, when it is associated with other symptoms such as dehydration, extreme fatigue, shortness of breath and severe rash.”

Additionally, someone suffering who has a compromised immune system should have a low threshold for seeking medical attention. Same goes for those who are pregnant, have heart or lung disease, or who are very young, he said.

That said, if you’re ever concerned about a fever, it’s always worth it to call your doctor. That’s what they’re there for, after all.