Astronomie

Jour, nuit et année dans le modèle ptolémaïque

Jour, nuit et année dans le modèle ptolémaïque

Autant que je sache, le modèle ptolémaïque explique le jour et la nuit en postulant que l'ensemble du système céleste tourne autour de la Terre une fois par jour. Puisque nous observons le soleil se déplacer d'est en ouest sur une journée, l'ensemble du système devrait se déplacer d'est en ouest une fois par jour. Mais au cours de l'année, les planètes se déplacent (généralement) vers l'Est et les constellations vers l'Ouest. Donc dans ce modèle, les planètes se déplacent différemment à l'opposé du mouvement quotidien de l'ensemble du système ? Alors que la sphère des étoiles se déplace dans le même sens que le mouvement quotidien de l'ensemble du système ? Je demande puisque je viens de trouver cela étrange pour une raison quelconque.


Vous êtes dans un train qui descend une voie ferrée à grande vitesse (100km/h).

A côté de la voie ferrée se trouve un sentier. Et sur le sentier, il y a des gens et des vélos. Certaines personnes marchent dans la même direction que le train, certaines personnes marchent dans la direction opposée. Il y a aussi des arbres (qui sont stationnaires.)

Que vois-tu?

Tout semble reculer à environ 100km/h !

Mais si vous regardez plus attentivement, vous remarquerez que certains marcheurs reculent à 95 km/h et certains reculent à 105 km/h, mais les arbres bougent tous à exactement 100 km/h

C'est la même chose dans le ciel. Tout se déplace à environ une révolution par jour d'Est en Ouest. Mais certaines choses bougent un peu plus vite et d'autres un peu plus lentement (et les planètes bougent parfois plus vite et parfois plus lentement)

Le Soleil met 24 heures (1440 minutes) pour faire un tour, les étoiles mettent 23 heures 56 minutes pour faire un tour (ou plus précisément 3,94 minutes par jour moins de 24 heures) Donc le soleil et les étoiles se déplacent l'un par rapport à l'autre. Combien de temps faut-il au soleil et aux étoiles pour se synchroniser à nouveau ? 1440÷3.94 = 365 jours. C'est l'année.


Si je me souviens bien, le modèle ptolémaïque impliquait une série de coquilles sphériques transparentes concentriques autour de la Terre.

Les étoiles étaient attachées à la coquille ou à la sphère la plus externe qui tournait environ une fois par jour, mais pas exactement une fois par jour car il y avait aussi un cycle annuel auquel les étoiles étaient visibles la nuit.

La sphère la plus intérieure était la sphère de la Lune, qui passait parfois devant le Soleil et était donc plus proche, et la prochaine sphère la plus intérieure était la sphère du Soleil.

La Sphère de la Lune tournait environ une fois par jour, mais pas exactement, car il y avait une différence qui faisait un cercle complet tous les 28,5 jours. Donc, si je me souviens bien, la sphère de la Lune tournerait d'environ 360 degrés moins 12,63 degrés chaque jour, soit environ 347,37 degrés par jour.

La sphère du Soleil a fait une révolution pleine et entière de 360 ​​degrés en une journée exactement.

Et les sphères de Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne tournaient également à environ 360 degrés par jour, mais pas exactement, les différences expliquant leurs différentes périodes synodiques.

Étant donné que le modèle géocentrique était totalement différent du modèle héliocentrique réel et que les coquilles sphériques transparentes géantes n'existaient pas vraiment, il y avait beaucoup de problèmes pour adapter les directions à diverses planètes à divers moments prédits par le système avec les observations réelles du directions vers ces planètes à ces moments-là. Même si les anciens Grecs devaient se fier à des observations à l'œil nu, ils étaient capables de remarquer des déviations des planètes par rapport à leurs trajectoires prédites à travers le fond des étoiles. Ce qui signifiait que les théories devaient être améliorées pour rendre les prédictions meilleures.

Ptolémée a donc dû beaucoup réfléchir et expliquer pour tenir compte de ces écarts et pour faire des prédictions futures correctes des mouvements.

Ptolémée a donc pris le modèle géocentrique de base que j'ai décrit ci-dessus et l'a élaboré avec diverses modifications appelées excentriques, épicycles, déférents et equants. Et si cela semble compliqué, c'est correct.

Il y a une histoire célèbre que le roi Alphonse X le Sage (1221-1284), roi de Castille, etc., et roi rival des Romains, a dit un jour du modèle ptolémaïque de l'univers que si le créateur avait demandé l'avis d'Alphonse au cours de la la création de l'univers serait plus simple.

Et le modèle ptolémaïque était capable de prédire les mouvements apparents et les positions apparentes des planètes suffisamment bien pour satisfaire presque tous les astronomes européens et musulmans pendant plus de mille ans.


24 mars : Cosmologie ptolémaïque - l'Univers avant Copernic

Date: 24 mars 2009

Podcasteur : Nik Whitehead

Organisation: Rien

La description: De nos jours, nous sommes tous habitués à l'idée que la Terre n'est rien de particulièrement spécial, juste une autre planète en orbite autour d'une étoile assez moyenne dans une galaxie assez normale. Cette vision du monde est due aux travaux de Nicolas Copernic, qui a publié son modèle héliocentrique de l'univers en 1514. Avant cela, tous les hommes et femmes instruits croyaient que l'univers était structuré d'après le modèle de Ptolémée avec la Terre au centre de l'univers. , en orbite autour du soleil, des planètes et des étoiles. Ce modèle peut nous sembler étrange aujourd'hui, mais pendant deux mille ans, c'était la vision acceptée du cosmos.

Biographie : Nik est maître de conférences en informatique à l'Université d'Akureyri dans le nord de l'Islande, mais l'informatique n'est pas sa passion. Elle a un baccalauréat en astronomie et astrophysique puis a obtenu sa maîtrise et son doctorat en informatique lorsqu'elle s'est rendu compte qu'il n'y avait pas assez d'emplois en astronomie pour tout le monde. Ce qu'elle aimerait vraiment être quand elle grandira, c'est soit la navigatrice du vaisseau spatial Enterprise, soit peut-être une contrôleure du trafic spatial. Elle est également un membre actif de la Society for Creative Anachronism, ce qui lui donne une excellente excuse pour étudier l'histoire des sciences.

Commanditaire d'aujourd'hui : Cet épisode de � Days of Astronomy” est parrainé par Kevin Marvel.

Bonjour! Bienvenue dans le podcast 365 jours d'astronomie du 24 mars. Je suis Nik Whitehead, je vous parle depuis Akureyri en Islande, où j'enseigne l'informatique à l'université. Bien que l'informatique soit mon travail quotidien, l'astronomie est mon premier amour, et je suis ravi de pouvoir contribuer à l'Année internationale de l'astronomie d'une certaine manière.

Vous vous demandez peut-être ce que cette musique a à voir avec l'astronomie, un sujet qui concerne souvent les derniers équipements de haute technologie, ou les observations de machines fantastiques en orbite autour de notre planète ou même à la surface d'autres mondes. Mais notre connaissance de l'univers repose sur des théories antérieures, qui ont été progressivement rejetées au fur et à mesure que les scientifiques développaient de nouveaux modèles basés sur les nouvelles observations de leur époque. Bien que ces modèles ne soient plus utilisés, ils constituent l'histoire de l'astronomie, qui est un sujet fascinant en soi.

En 1514, Nicolas Copernic a proposé un nouveau modèle radical de l'univers, avec le soleil au centre du système solaire en orbite autour des planètes connues. Le modèle que cela a remplacé était celui de Claudius Ptolemaeus, un astronome grec également connu plus tard sous le nom de Ptolémée. Il a décrit ce modèle dans son travail L'Amalgest vers 150 après JC. Cela a placé une Terre sphérique au centre de l'univers, en orbite autour du soleil, des planètes et des étoiles. Il était, à son tour, basé sur la cosmologie d'Aristote. Contrairement à la croyance populaire moderne selon laquelle tout le monde avant Copernic pensait que le monde était plat, ce modèle était enseigné dans les universités et était accepté comme vrai par tous les hommes et femmes instruits.

Dans le modèle, la Terre était sphérique, en partie parce que la sphère était la plus parfaite de toutes les formes, et en partie grâce à un raisonnement logique. Quand vous voyez un navire arriver sur le rivage, vous voyez d'abord le mât, puis les voiles et enfin la coque. Aristote a estimé que cela ne pouvait s'expliquer logiquement que si la surface de la mer était incurvée. Il a soutenu cela avec des observations de la lune et des étoiles montrant, par exemple, que l'étoile polaire est plus haute dans le ciel plus vous voyagez vers le nord, une observation qui a également soutenu l'idée que les gens voyageaient à la surface d'une sphère.

Au-delà de la Terre se trouvait la lune, et l'orbite de la lune divisait l'univers en sphères sub-lunaire et trans-lunaire. La sphère sub-lunaire, sous l'orbite de la lune, était la zone dans laquelle l'homme et toutes les autres créatures pouvaient vivre et respirer. C'était aussi le domaine régi par les lois de la physique. Ces lois contenaient deux caractéristiques principales : tout mouvement se produisait en ligne droite, et il était dû à l'influence des quatre éléments. Ces éléments régnaient chacun sur une région concentrique de la sphère sous-lunaire avec l'Eau au centre. Au-dessus de l'Eau se tenait la Terre et au-dessus d'elle l'Air. Enfin, au-dessus de tout cela était le royaume du Feu, atteignant la lune.

Toutes les choses, l'homme compris, étaient censées être composées de ces quatre éléments dans des proportions différentes, et chaque objet avait une affinité naturelle avec la région régie par l'élément qui avait le plus d'influence sur l'objet. Le mouvement s'est produit en raison du désir naturel pour chaque élément de revenir à sa juste place. Les choses sont tombées au sol non pas à cause de la gravité, mais plutôt parce que la Terre à l'intérieur d'un objet solide a été attirée par la Terre du sol en dessous. La pluie est tombée du ciel parce que l'eau de l'atmosphère était attirée par les eaux souterraines. Le modèle aristotélicien a fourni des réponses à de nombreuses questions courantes telles que « Pourquoi l'air chaud monte-t-il ? » La réponse était que la chaleur dans l'air était une forme de feu et voulait donc s'élever pour rejoindre le feu au-dessus de l'air.

Dans ce modèle, tous les objets communs voyageant à travers la sphère sous-lunaire se déplaçaient en ligne droite. Personne n'avait encore décrit le mouvement comme ayant deux composantes, horizontale et verticale, et par conséquent, les trajectoires des objets en mouvement ne pouvaient pas être facilement calculées. Au début de la Renaissance, le groupe de personnes qui connaissaient le mieux le mouvement des objets étaient les artilleurs qui travaillaient avec l'artillerie de l'époque. Ils ont utilisé des «tables de tir» pour calculer l'angle de tir nécessaire pour un poids donné de projectile et de distance cible, et ces angles devaient tous être déterminés expérimentalement plutôt que par calcul. Ce n'est qu'à la fin du XVIe siècle, lorsque Galilée publia ses travaux sur le mouvement et sur la mécanique, que l'on put commencer à calculer les trajectoires des projectiles. Même alors, il a fallu attendre Isaac Newton pour publier ses lois du mouvement en 1687 pour que ces chemins puissent être calculés avec précision.

La sphère trans-lunaire, au-delà de l'orbite de la lune, était la demeure des planètes. Ici, le soleil et les cinq autres « errants » – Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne dans cet ordre – ont orbité sur des orbites circulaires parfaites avec le soleil en orbite entre Vénus et Mars. Les orbites devaient être circulaires, car le cercle est l'équivalent bidimensionnel de la sphère parfaite.

Cela a causé un problème, car il était évident pour quiconque observait les trajectoires des planètes dans le ciel nocturne qu'elles accéléraient, ralentissaient et même reculaient parfois. Heureusement, il y avait une bonne solution circulaire pour ce modèle. Le modèle de Ptolémée avait les planètes effectuant de petites orbites circulaires autour d'un point dans l'espace qui tournait lui-même autour de la Terre sur une orbite parfaitement circulaire. En utilisant ces épicycles, comme on les appelait, il était possible d'utiliser le modèle ptolémaïque pour prédire les mouvements des planètes avec un haut degré de précision.

Au-delà des planètes se trouvaient les étoiles fixes, dont chacune était attachée au firmament, la sphère parfaite qui contenait l'univers entier. Cela marquait la limite de ce que Ptolémée appelait «le monde», et de l'autre côté du firmament se trouvait le ciel lui-même.

Cette vision du monde avait duré plus de mille ans, mais le modèle héliocentrique de Copernic a marqué un tournant majeur dans la façon dont les scientifiques considéraient l'univers. Son modèle conservait encore un certain nombre de caractéristiques du modèle ptolémaïque, en particulier il utilisait toujours des orbites circulaires avec des épicycles afin de calculer les mouvements des planètes. Ce qu'il a fait, cependant, a été de retirer la Terre du centre de l'univers et a aidé les scientifiques à réaliser que la Terre n'est qu'une petite partie d'un cosmos beaucoup plus grand et plus excitant.


29 novembre : L'Astronomie de Shakespeare

Organisation: Dr Leslie Peterson, Département d'anglais, Dr Mel Blake Département de physique
et sciences de la Terre, Université de North Alabama
URL : http://www.una.edu/english
http://www.una.edu/physics
http://www.una.edu/planetarium

La description: L'astronomie faisait plus partie de la vie quotidienne à l'époque de Shakespeare qu'elle ne l'est aujourd'hui. Shakespeare aurait pu voir le ciel nocturne même de Londres, et une telle vue a été utilisée dans la littérature et la poésie de l'époque. William Shakespeare a également vécu une période de transition. Les nouvelles visions de l'univers se mêlaient aux croyances en l'astrologie et à l'utilisation des étoiles pour la navigation. Nous discuterons de ces influences et des diverses croyances sur le ciel qui auraient influencé le Barde.

Biographie : La Dre Lesley Peterson est professeure adjointe d'anglais à l'Université de North Alabama où elle enseigne des cours de littérature de la Renaissance, dont Shakespeare. Ses intérêts de recherche incluent le drame de Shakespeare, Margaret Cavendish, Elizabeth Cary et Jane Austen.

Le Dr Mel Blake est directeur du planétarium et de l'observatoire de l'Université du Nord de l'Alabama, exploité par le département de physique et des sciences de la Terre. Lorsqu'il ne dirige pas des programmes de planétarium pour les écoles et le public, il mène des recherches sur les étoiles binaires et variables.

Sponsor d'aujourd'hui : Cet épisode de � Days of Astronomy” est parrainé par Joseph Brimacombe.

INTRODUCTION
Mel : Le ciel nocturne a toujours inspiré l'humanité en le regardant. Cela nous a poussés à explorer le système solaire avec des robots et à construire des observatoires en orbite pour étudier les endroits éloignés de l'univers. Il a également inspiré l'art, la musique et la littérature, y compris certains des poèmes les plus célèbres de Shakespeare. Nous en discuterons aujourd'hui.

Voici un exemple, tiré du sonnet 16 de Shakespeare

Lesley Reading du Sonnet 16 (lignes 1-8)

Ne me laisse pas au mariage des vrais esprits
Admettre les obstacles. L'amour n'est pas l'amour
Qui altère quand il trouve une altération,
Ou se plie avec le dissolvant pour enlever.
Oh non, c'est une marque jamais fixée 5
Qui regarde les tempêtes et n'est jamais ébranlé
C'est la vedette de chaque barque qui sonne,
Dont la valeur est inconnue bien que sa taille soit prise.

Lesley : Wow, il y a beaucoup d'astronomie là-bas. À quoi est cette "marque jamais fixée" qu'il compare l'amour, est-ce l'étoile polaire ?

Mel : Probablement. [Insérer une explication de la façon dont cela a aidé les marins à savoir où ils se trouvaient.]

Lesley : Et Shakespeare compare également l'amour à une « étoile » pour les « barques qui sonnent à la baguette » dans le même poème. . Alors l'amour est comme quelque chose qui aide quand on est perdu ?

Mel : Oui. Une barque est un voilier. L'astronomie a été utilisée pour la navigation pendant de nombreux siècles, en particulier à l'époque de la voile.

Lesley : Shakespeare a dû vraiment apprécier l'importance des étoiles pour les marins. Mais Shakespeare appréciait aussi la beauté simple du ciel nocturne.

Mel : Oui, c'était avant que les lampadaires ne soient courants dans les villes. Il aurait eu une vue magnifique sur le ciel même depuis Londres.

Lesley : Wow, c'est difficile à imaginer. Une étoile brillante par une nuit noire est une belle chose à voir, n'est-ce pas ?

Lesley : C'est à cela que pense Roméo quand il regarde Juliette sur son balcon, il compare ses yeux à « Deux des plus belles étoiles de tout le ciel » (2.1.57). Et lorsque le poète élisabéthain, Sir Philip Sidney, s'est assis pour écrire une série de poèmes sur son amour pour la belle Pénélope, il l'a appelée par le nom de code « Stella », le mot latin pour « étoile ». Comme une star, elle était belle, pure et hors de portée.

Mel : Pourquoi les élisabéthains ont-ils associé les étoiles au paradis ? Après tout, les Grecs, par exemple, pensaient que le mont Olympe était l'endroit où vivaient les dieux. Et le Dieu chrétien était censé être omnipotent et partout à la fois.

Lesley : Excellente question. Vous voyez, même si le modèle copernicien de l'univers commençait à être connu à l'époque de Shakespeare, l'ancien modèle ptolémaïque avait encore une emprise très puissante sur l'imagination élisabéthaine : ils avaient encore tendance à penser à la terre comme étant au centre de l'univers avec la lune, le soleil, les planètes et les étoiles tournant tous autour de la terre. Combinant cette ancienne idée grecque de la terre au centre de tout avec l'histoire biblique de la chute de l'homme, de nombreux élisabéthains croyaient que tout sur terre qui se trouvait à l'intérieur de l'orbite de la lune était tombé et imparfait, mais tout au-delà de la lune— comme des étoiles—était immuable et parfait. C'est pourquoi le contemporain de Shakespeare, le grand John Donne, dit dans l'un de ses poèmes d'amour que les gens qui ne s'aiment que physiquement sont des « amants ternes et sublunaires ». Il appelle un tel amour « sublunaire », parce qu'il est limité au royaume de la nature déchue dans l'orbite de la lune mais son amour, prétend-il, est supérieur, parce que son âme est jointe spirituellement sur un plan supérieur avec l'âme de sa bien-aimée. (« A Valediction : Interdire le deuil »).

Mél. On enseigne toujours en astronomie que lorsque Copernic a publié son ouvrage, il l'a présenté comme un raccourci mathématique afin de ne pas offenser l'église retranchée et l'Inquisition. Il fallait faire attention à cette époque ! Mais Galilée pensait certainement que c'était le modèle correct de l'Univers. Ceci malgré le fait que le modèle de Copernic n'était pas aussi précis pour prédire les positions que le modèle de Ptolémée.

Lesley : C'est intéressant. On dirait que Copernic et Galilée l'ont compris, puis les mathématiques ont dû rattraper leur retard. Une chose qui surprend chez les élisabéthains est que même s'ils étaient très religieux, beaucoup d'entre eux pensaient que l'astrologie était une science, pas une superstition ou de la magie noire. Ils ont compris que la lune contrôlait les marées, et ils pensaient donc que les étoiles contrôlaient les destinées humaines de la même manière. Ils prenaient l'astrologie très au sérieux.

Mél. Je peux voir pourquoi. Les étoiles et les planètes sont également toujours en mouvement, de sorte que différentes configurations dans le ciel pourraient être utilisées par les astronomes pour prédire les événements.

Lesley : Ah oui. Et puisque les étoiles sont censées être plus proches du ciel et plus divines que tout ce qui se trouve sur la terre, les gens pensaient que les étoiles aidaient à exprimer et à accomplir la volonté divine. C'est pourquoi Shakespeare appelle Roméo et Juliette « amants maudits ».

Mél. Bien sûr. Les stars étaient contre elles, elles n'avaient aucune chance d'avoir une fin heureuse. Mais pour l'esprit élisabéthain, les choses les plus effrayantes et les plus puissantes qui sont apparues dans le ciel étaient les choses inhabituelles, comme les comètes, les étoiles filantes et les éclipses.Ils appelaient les comètes « étoiles velues ».

Lesley : Quelle belle métaphore. Cela doit expliquer pourquoi le duc de Bedford parle d'étoiles à « tresses de cristal » dans 1 Henri VI (1.1.3). Et Horatio parle-t-il aussi de comètes dans la pièce Hamlet lorsqu'il rappelle à ses amis comment, lors de l'assassinat de Jules César, le ciel a été troublé par des « étoiles avec des traînées de feu » (1.1.106.10) ?

Mel : Presque certainement. Et ici, où Horatio parle de « l'étoile humide » étant « presque malade jusqu'au jour de la fin avec une éclipse », cela décrit une éclipse de lune (1.1.106.12-13).

Lesley : Je vois. Vous savez, les élisabéthains pensaient que les comètes et les éclipses apportaient de mauvaises choses à un pays et à son roi, car leurs destins étaient censés être liés. C'est pourquoi la femme de Jules César, Calpurnia, est particulièrement inquiète pour son mari : « Quand les mendiants meurent, on ne voit pas de comètes », lui dit-elle « Les cieux eux-mêmes embrasent la mort des princes » (2.2.30-31).

Mel : Je pense que Calpurnia et Horatio font peut-être tous les deux référence à la célèbre comète de Halley.

Lesley : Vraiment ? Cela est-il apparu lors de l'assassinat de Jules César ?

Mel : En fait, c'est apparu à l'époque de César, oui. La comète de Halley est apparue tout au long de l'histoire et fait parfois tout un spectacle. Il a une orbite d'environ 76 ans et est mentionné à plusieurs reprises dans les documents historiques. Mark Twain est connu pour être associé à la comète de Halley, il est né lorsque la comète était dans le ciel et est mort lorsqu'elle est réapparue. Il l'a même commenté : « Je suis entré avec la comète et je sortirai avec. Et vous savez, il apparaît sur la tapisserie de Bayeaux qui a été réalisée pour commémorer l'invasion normande de l'Angleterre en 1066.

Lesley : Wow, 1066 aurait certainement été une mauvaise année pour le roi anglo-saxon que les Normands ont vaincu ! Je peux voir d'où viennent ces superstitions. Mais qu'en est-il de Shakespeare ? Aurait-il lui-même jamais vu des comètes vraiment impressionnantes ? La comète de Halley est-elle apparue de son vivant, par hasard ?

Mel : Absolument ! Il est apparu en 1598.

Lesley : C'était juste avant qu'il n'écrive Hamlet. C'est incroyable de penser à quelle influence cela a pu avoir sur l'écriture de Shakespeare. Je me demande s'il avait lui-même peur des comètes, ou s'il a juste écrit sur les gens qui l'étaient ?

Mel : De toutes les choses dans le ciel dont les contemporains de Shakespeare avaient peur, les comètes sont probablement les plus justifiées, mais pas pour les raisons qu'ils pensaient. Une comète est désormais l'un des suspects d'avoir aidé à la disparition des dinosaures.

Lesley : Bon sang, je me demande ce que Shakespeare aurait pensé de ça ? La science a tellement appris sur les étoiles maintenant que Shakespeare ne pouvait pas savoir.

Mel : Et beaucoup moins de gens croient à l'astrologie maintenant qu'avant, donc c'est aussi un progrès.

Lesley : Mais les stars ne perdront jamais ce pouvoir magique qu'elles ont pour inspirer les gens.

Mel : On verra. Avec tout l'éclairage la nuit, il est de plus en plus difficile de voir le vrai ciel. Mais bien sûr, nous pouvons toujours profiter de la grande littérature!


Modèle

ModèleTaches solaires
Supercalculateur maquetteIls aident les scientifiques solaires à mieux comprendre les taches solaires. Les taches solaires sont les manifestations visibles de puissants champs magnétiques. Les régions magnétiquement actives du Soleil autour des taches solaires sont à l'origine des tempêtes solaires - éruptions solaires et éjections de masse coronale.

Modèledans le cosmos
Astronomie et cosmologie de la Grèce antique Alors que les étoiles se déplacent dans le ciel chaque nuit, les gens du monde ont levé les yeux et se sont demandé quelle était leur place dans l'univers. Tout au long de l'histoire, les civilisations ont développé des systèmes uniques pour ordonner et comprendre les cieux.

Modèleraies d'émission moléculaire dans l'infrarouge moyen des étoiles T Tauri
P. Woitke1,2, M. Min3, W.-F. Thi4, C. Roberts1, A. Carmona5, I. Kamp6, F. Ménard7 et C. Pinte7 .

Les s sont généralement composés de relations et de variables. Les relations peuvent être décrites par des opérateurs, tels que des opérateurs algébriques, des fonctions, des opérateurs différentiels, etc. Les variables sont des abstractions de paramètres système d'intérêt, qui peuvent être quantifiées.

L'utilisation des masses des objets du système solaire a été fournie comme moyen d'illustrer facilement les différentes masses des planètes et des lunes.

s sur la façon dont l'univers pourrait évoluer au fil du temps. Les quatre scénarios possibles sont illustrés à la figure 29.8.

, j'en ai entendu parler par d'autres personnes. L'idée, après tout, est évidente, ce qui est crucial pour sa faisabilité, c'est le choix de l'échelle.

, une direction non prise.
.mais toujours affiché à l'écran .

de l'atome
Les résultats de Balmer et Ritz semblaient indiquer que les atomes avaient des niveaux d'énergie stables, et la formule d'Einstein suggérait que l'énergie au niveau atomique semblait être liée à la constante de Planck h, mesurée en joules-secondes.

effondrement du noyau de ling SNe est un domaine de recherche actif qui mûrit rapidement. Il a été montré que le transport d'énergie hydrodynamique par rebond-choc après l'effondrement du cœur n'est pas à lui seul suffisant pour provoquer des explosions de SNe [7, 14].

prédit que les galaxies naines devraient se former à l'intérieur de petits amas de matière noire et que ces amas devraient être distribués de manière aléatoire autour de leur galaxie parente", a déclaré le professeur David Merritt du Rochester Institute of Technology, .

, les bras spiraux sont des régions du disque mince qui sont plus denses que la moyenne et se déplacent autour de la galaxie plus lentement que les étoiles individuelles et la matière interstellaire. Pour visualiser ce qui se passe dans cette situation, il est peut-être plus facile de commencer par considérer un camion lent roulant sur une autoroute très fréquentée.

est la combinaison de deux théories de la physique des particules dans un cadre unique pour décrire toutes les interactions des particules subatomiques, à l'exception de celles dues à la gravité.

[NMSU, N. Vogt]
Le schéma dessiné ci-dessus montre Vénus telle qu'elle pourrait apparaître dans le système héliocentrique et dans le système géocentrique.

la simulation de Vénus, la rotation lente de Vénus expose sa face diurne au soleil pendant près de deux mois d'affilée", a déclaré Anthony Del Genio, co-auteur et collègue scientifique du GISS.

de Jupiter pour le troisième degré
Comment faire un système solaire 3D
Comment créer des planètes 3D pour un projet scolaire

de l'Univers a été proposé en 1948 par Bondi et Gold et par Hoyle. Bondi et Gold ont adopté le "Principe Cosmologique Parfait", et ont ajouté l'hypothèse que l'Univers était le même à tout moment à l'homogénéité (le même en tous lieux) et à l'isotropie (le même dans toutes les directions).

fusée? (Intermédiaire)
Pour quelles entreprises ou entreprises les astronomes peuvent-ils travailler ? (Débutant)
Comment sont les atmosphères de Mars et de Pluton ? (Intermédiaire)
Comment l'astronomie est-elle impactée par la trigonométrie ? (Intermédiaire)
!Que se passerait-il si deux étoiles se heurtaient ? (Intermédiaire) .

:
Un système solaire centré sur le soleil
L'univers centré sur la Terre d'Aristote et de Ptolémée a dominé la pensée occidentale pendant près de 2000 ans. Puis, au XVIe siècle, une nouvelle idée fut proposée par l'astronome polonais Nicolai Copernicus (1473-1543). Le système héliocentrique.

Structure interne Standard Solaire

Parce que la lumière émise dans les régions intérieures du Soleil ne peut pas être observée, la structure intérieure du Soleil doit être déduite de la théorie.

. Vous pouvez le faire avec un long ruban à mesurer, ou vous pouvez mesurer la taille de votre rythme et marcher en comptant le nombre de pas que vous faites. Pour marquer la place d'une planète, vous pouvez utiliser un morceau de papier sur un poteau que vous collez dans le sol, ou vous pouvez utiliser un drapeau, ou même une personne.

ING LA STRUCTURE DU SOLEIL
Faute de mesures directes de l'intérieur solaire, les astronomes doivent utiliser des moyens plus indirects pour sonder le fonctionnement interne de notre étoile mère.

Systèmes héliophysiques
Environnement de données héliophysique (HPDE)
L'environnement de données héliophysique, ou HPDE, est un ensemble collectif de toutes les données héliophysiques et de la documentation, des outils et des services associés.

ling montre qu'il est urgent de réorganiser l'embauche et les conditions de travail des astronomes
Il faudra attendre au moins 2080 pour que les femmes ne représentent qu'un tiers des astronomes professionnels australiens, révèle une analyse publiée aujourd'hui dans la revue Nature Astronomy.

des champs magnétiques
Les lignes de champ magnétique bouclent à travers l'atmosphère solaire et l'intérieur pour former un réseau complexe de structures magnétiques. Beaucoup de ces structures sont visibles dans la chromosphère et la couronne, les couches les plus externes de l'atmosphère du Soleil.

car la formation et l'évolution des galaxies elliptiques géantes est capable d'expliquer toutes leurs propriétés observées, mais une certaine forme d'effondrement dissipatif inhomogène semble être indiquée, .

: Une description mathématique détaillée d'un phénomène hypothétique.
hydrogène moléculaire : L'hydrogène moléculaire, également connu sous le nom de H2, est une molécule composée de deux atomes d'hydrogène qui partagent leurs électrons.

s du Ciel - Sphère Céleste
Toutes les motions que j'ai traversées sont assez complexes, et elles doivent toutes être expliquées, afin que vous puissiez prédire les motions, afin que vous puissiez mettre en place une sorte de système de calendrier, .

fournira un aperçu du fonctionnement d'autres organismes.

: structure logique standard pour un type d'ensemble de données, qui permet aux outils de donner un sens aux données renvoyées. Ce n'est pas la même chose qu'un format de données.

du système Pluton
barycentre. Les tailles, distances et luminosité relative des corps sont à l'échelle (cliquez sur l'image pour plus de détails).
Les petites lunes à l'échelle approximative, par rapport à Charon.

était une théo-ploutocratie dirigée par l'IA, qui s'efforçait au moins officiellement de transcender l'hyperévolution (l'utilisation massive de systèmes auto-évolutifs en matière de politique et de religion) et, dans la pratique, d'étendre son propre empire de la porte des étoiles vers l'intérieur à partir de la direction du Centaure.

Poupée d'après la "figure cachée" de la NASA Katherine Johnson
Une "figure cachée" de l'histoire de la NASA est honorée par l'une des gammes de jouets les plus connues au monde.
Lire la suite
Regardez la bande-annonce complète de "Lost in Space" de Netflix ! .

pour la formation d'amas de galaxies dans lesquels les protoamas se forment d'abord puis se fragmentent en galaxies individuelles
Parabole - Une courbe géométrique suivie d'un corps qui se déplace avec une vitesse exactement égale à la vitesse d'échappement.

Les observations des disques de poussière de Tau Ceti par les astronomes indiquent, cependant, que la masse des corps en collision jusqu'à 10 kilomètres (6,2 miles) peut totaliser environ 1,2 masses terrestres, contre 0,1 masses terrestres estimées dans le Ceinture Edgeworth-Kuiper du système solaire (Greaves et al, 2004).

Les données sur la façon dont les étoiles vieillissent indiquent que, comme le Soleil, Vega est à peu près à mi-chemin de sa durée de vie "normale" - le moment où elle fusionne les atomes d'hydrogène dans son noyau pour produire de l'hélium. Mais les vies stellaires ne sont pas toutes les mêmes.

s de Interacting Galaxies - Joshua E. Barnes & John E. Hibbard
Paire de galaxies/Images de galaxies en interaction
Catalogue des galaxies particulières d'Arp
GRAVITAS : Portraits d'un univers en mouvement .

s de la formation des planètes suggèrent que les jeunes exoplanètes nouvellement formées devraient être chaudes de 1500 à 2000 Kelvin, tandis que le gaz et la poussière ont tendance à être plus froids.

2: ( ho_m=2850) kg/m(^3), ( ho_c=8120) kg/m(^3), avec le rapport des rayons comme (frac =0.8)
Moment d'inertie d'un objet ellipsoïdal, comme la Terre.

du Io Plasma Torus 552k mpg
rotation Io 300k (animé) gif 158k mpeg
Io en rotation/Volcans en éruption 3800k AVI
Panoramique sur Io 2600k AVI .

Les simulations de l'équipe de Wilner ont suggéré que le demi-grand axe de l'orbite de la planète pourrait être centré autour de 30 UA. Les simulations ont également indiqué que la planète doit être plus petite que 30 fois la masse de Jupiter.

du champ magnétique terrestre à partir de DKimages.
Lorsqu'un courant électrique circule dans un circuit, il génère un champ magnétique. De même, lorsqu'un champ magnétique se déplace ou change d'intensité, il induit un courant dans les chemins électriques à proximité.

s de l'environnement de la Terre
Les questions du changement climatique à long terme et de l'influence de l'homme sur l'environnement terrestre préoccupent les citoyens et les gouvernements.

s du comportement des particules peu après le Big Bang prédisent des rapports très spécifiques d'hydrogène, de deutérium, d'hélium et de lithium
Vous voulez jouer au jeu de la cosmologie en utilisant le graphique ci-dessus ? Vous aurez besoin de quelques mesures de l'abondance des éléments lumineux. Considérez ces sources : .

du Soleil montre son noyau de fusion nucléaire (où l'hydrogène est transformé en hélium par la conversion de masse en énergie), une enveloppe où l'énergie est transférée par rayonnement, et une couche externe où la convection (montée des gaz chauds, chute des gaz froids ) des règles.

de l'astéroïde 2 Pallas (à gauche) avec un cratère suspect encerclé sur la base de photos (à droite) prises avec le télescope spatial Hubble.
NASA/JPL/ESA .

qui offre une explication logique de la loi des proportions multiples et de la loi de composition constante en déclarant que tous les éléments sont composés d'atomes, tous les atomes d'un élément donné sont identiques, mais les atomes d'un élément diffèrent des atomes de tout autre élément .

du vaisseau spatial soviétique Vega 1 au centre Udvar-Hazy, à l'aéroport international de Dulles. Vega 1 a transporté un ballon vers Vénus en route pour visiter la comète de Halley en 1985. Image via Daderot/ Wikipedia .

univers dans lequel la densité moyenne est suffisamment grande pour arrêter l'expansion et faire se contracter l'univers.
Méthode de cluster
La méthode de détermination des masses de galaxies dans un amas.

montre comment les réservoirs souterrains proposés d'eau liquide sous pression au-dessus de 273 degrés Kelvin pourraient alimenter des geysers qui envoient des jets de matière glacée dans le ciel au-dessus du pôle sud de la lune. L'évent vers la surface perce l'une des fractures "tigre stripe" observées dans le terrain polaire sud.

a une ouverture de 4,5 pouces qui laisse passer suffisamment de lumière pour une optique lumineuse, permettant de voir une grande variété d'objets célestes de manière vivante, y compris des cratères sur la Lune, des amas d'étoiles et des planètes brillantes.

s montrent que la matière noire fusionne et s'agglutine et agit comme un échafaudage pour la formation des galaxies et des étoiles.
Au fur et à mesure que la matière noire s'agglutine puis est attirée par d'autres amas, elle crée une accumulation de grands systèmes qui sont suivis de la création d'étoiles à partir de la poussière et du gaz.

, les étoiles se sont formées dans un amas d'étoiles loin du trou noir et ont migré pour former l'anneau d'étoiles massives.

était beaucoup plus élégant pour expliquer ce que nous observons. Le mouvement rétrograde, par exemple, a été rendu sensible pour la première fois.
Il n'a donné aucune explication sur le mécanisme physique des mouvements orbitaux, mais Newton non plus qui a laissé la gravité à l'imagination.

Première théorie de l'atome d'hydrogène pour expliquer les raies spectrales observées.

prédit qu'il devrait y avoir de nombreux quasars morts tapi au cœur des galaxies. Les astronomes commencent à découvrir les trous noirs supermassifs inactifs dans certaines galaxies. Dans la plupart des galaxies, le trou noir central aurait été plus petit que les milliards de trous noirs de masse solaire pour les quasars.

s permettent l'alignement sur N'IMPORTE QUEL objet du catalogue, ce qui est utile, mais je trouve que la précision est meilleure sur les étoiles ou les objets très ronds. Je trouve que les positions planétaires sont particulièrement suspectes. L'ordinateur ne porte que la date, pas l'heure.

idéal pour l'observation des corps terrestres et célestes. Avec une telle puissance, vous pouvez toujours obtenir l'une des meilleures résolutions du marché.

s nécessitent un transfert de masse du secondaire rouge.

C'est le meilleur choix si vous prévoyez d'utiliser vos jumelles pour l'observation du ciel nocturne, car les objets célestes ne changent pas leur distance et une remise au point fréquente n'est pas nécessaire.
Premium, imperméable, sec-
jumelles remplies d'azote. Tasco
[image agrandie] .

du Système Solaire avec le Planétarium de Porto
Relier:
Faites un cadran solaire avec le Planétarium de Porto (*) .

de notre système solaire représentant le Soleil et ses neuf planètes.
Galaxie scintillante
Faites une image de notre galaxie, la Voie lactée, en utilisant du papier noir et des paillettes (ou du sable).

, les pires vagues de chaleur de trois jours montrent une augmentation de plus de 5,4 degrés Fahrenheit des températures nocturnes minimales dans l'ouest et le sud des États-Unis et dans la région méditerranéenne de l'Europe.

de l'Univers - Après la démonstration par Hubble de l'univers en expansion continue en 1929 (et surtout après la découverte du rayonnement de fond diffus cosmologique par Arno Penzias et Robert Wilson en 1965), une version de la théorie du Big Bang a généralement été le point de vue scientifique principal.

dominé la pensée scientifique pendant les 200 années suivantes, bien que certains remettent en question la plausibilité d'un univers infini, et la compréhension croissante de la thermodynamique a amené les scientifiques à théoriser qu'une machine comme l'univers ne peut pas continuer éternellement sans finalement manquer d'énergie.

car la gravité, c'est quand vous obtenez une grande quantité de matière dans un très petit espace.

s montrent que les minuscules fluctuations de densité dans l'univers primitif ont servi de points de départ pour d'immenses nuages ​​de gaz. Sans ces variations de structure, rien ne se serait formé.

s suggèrent que pendant le premier million d'années après la formation du système solaire, .

ling suggère que les membres du groupe d'astéroïdes Baptistina, du nom de Baptistina, pourraient être responsables non seulement du grand cratère lunaire Tycho, mais aussi du site d'impact terrestre de Chicxulub qui semble être impliqué dans l'extinction des dinosaures.

de la lumière.
L'autre façon de représenter la lumière est comme un phénomène ondulatoire. C'est un peu plus difficile à comprendre pour la plupart des gens, mais peut-être qu'une analogie avec les ondes sonores sera utile.

test avec arc électrique atteint 4 000 ° F pendant 105 secondes au Langley Research Center, l'un d'une série de tests commencés en septembre 1960 (1961).
5 JANVIER
* Les Indiens Kiowa ont enregistré cela comme la nuit où les étoiles sont tombées (1834).

d'atome, inventé par Niels Bohr, dans lequel les électrons sont décrits comme tournant autour du noyau sur des orbites circulaires.
luminosité bolométrique
La quantité totale d'énergie émise par seconde par une source astronomique, sous toutes ses formes et à toutes les longueurs d'onde.

s de la cosmologie - la théorie du big bang sans la théorie de l'inflation - a dû souffrir des trois problèmes, à savoir, le problème de régularité, le problème d'horizon et le problème de planéité. Suite
Mécanique quantique .

vous permet de diviser l'image en une luminosité complètement indépendante (appelée couche de luminosité ou "L") et des informations de couleur (décrites comme deux couches de chromaticité indépendantes "a" et "b"). Chacun de ces calques peut être "manipulé" séparément et ils peuvent être combinés ensemble dans une image en couleur modifiée.

est généralement capable d'être déplacé mécaniquement afin que les planètes se déplacent à la bonne vitesse autour du Soleil les unes par rapport aux autres. Certaines versions d'un Orrery n'ont que le Soleil, la Terre et la Lune.
Dégazage. La libération de gaz d'un corps rocheux.
P.

de l'évolution cosmique selon laquelle l'univers subit des cycles sans fin d'expansion et de refroidissement, chacun commençant par un "big bang" et se terminant par un "big crunch".

du système solaire. Ces sites de la Montana State University et de l'OMSI (Oregon Museum of Science and Industry) offrent des ressources utiles pour cette leçon.
Sixième année
CCSS.Math.Content.6.EE.B.6 [Page CCSS] .

s
Une loi nous dit ce qu'une théorie nous dit comment. Une théorie est reconstituée à partir d'un ensemble d'hypothèses bien testées et apparentées. Il explique comment certains événements se déroulent et, s'ils obéissent à une loi particulière, comment cette loi prend naissance en termes de considérations plus larges.

la conductivité électrique de la roche martienne, déterminer sa teneur en eau, et finalement faire la lumière sur la structure intérieure de la planète et l'histoire la plus ancienne.

Une théorie de l'évolution de l'univers qui postule son origine, dans un événement appelé Big Bang, à partir d'un état chaud et dense qui s'est rapidement étendu à des états plus froids et moins denses.

L'origine retenue de la longitude géomagnétique est le méridien passant par les pôles géomagnétiques (dipôle

) et le pôle sud géographique. (Voir aussi les coordonnées géomagnétiques corrigées.) orage géomagnétique. Une perturbation mondiale du champ magnétique terrestre, distincte des variations diurnes régulières.

Cette relation a été dérivée des observations des masses de divers types d'étoiles de la séquence principale, mais elle a également été démontrée par le calcul de la

s de différentes étoiles de séquence principale d'âge zéro massées.
MATIÈRE : Tout ce que nous savons est fait du contraire de l'antimatière.

Big Bang Le Big Bang est le nom donné au plus largement accepté actuellement

des étapes initiales de l'univers, et son évolution ultérieure avec le temps.

Deux autres observations nous aident dans nos efforts pour

le soleil. La première est que le Soleil semble avoir un rayon constant, il ne se dilate ni ne se contracte. Puisque le Soleil est une boule de gaz chaud, ne vous attendriez-vous pas à ce qu'il s'étende vers l'espace ? Oui, s'il n'y avait pas d'autre force agissant sur ce gaz.

Les portées de cette catégorie comprennent les TeleVue 85 et 101, les nombreux Takahashi, les réfracteurs Astro-Physics et les lunettes apochromatiques

Les galaxies fusionnantes NGC 4038 et 4039, communément appelées « Antennes », sont le prototype

de la fusion des systèmes galactiques. L'interaction entre les deux galaxies a commencé il y a entre 300 et 450 millions d'années et se terminera probablement par la fusion complète des deux dans quelque 300 millions d'années.

Dans la cosmologie scientifique contemporaine, l'âge de l'univers est le temps qui s'est écoulé depuis le Big Bang, qui en cosmologie standard

s est la limite passée des phases plus chaudes et plus denses que l'on rencontre à mesure que l'on remonte de plus en plus loin dans le passé.

Connaître le ptolémaïque et le copernicien

s, en particulier le rôle du mouvement rétrograde dans chacun.
Être capable d'identifier les positions orbitales clés des planètes (conjonctions, oppositions, allongements les plus importants) et à quoi ressembleraient les planètes vues de la Terre.

s ou pour indiquer la nécessité de les peaufiner.

Les AGN ont diverses propriétés observées, mais la plupart d'entre elles peuvent être décrites par un seul

se compose d'un trou noir supermassif avec un disque d'accrétion surchauffé qui rayonne dans l'optique à travers des rayons X mous.

Les astronomes et les philosophes ont tenté de créer

s du système solaire, dont beaucoup étaient fantaisistes et totalement en contradiction avec les mouvements observés des planètes.

(On doute encore que le compagnon soit un trou noir une étoile dont une luminosité 10 fois plus petite conviendrait au

, trop.)
Un autre binaire à éclipse est Zeta Aur, une géante brillante K4 et une étoile de la séquence principale B8 qui tournent l'une l'autre tous les 2 2/3 ans.

Il y a plusieurs siècles, lorsque les Ptolémées

de l'univers était considéré comme correct, les gens croyaient que tout tournait autour de la Terre. Au moins, ils ont raison en ce qui concerne la Lune ! La Lune est le satellite de la Terre. Par définition, un satellite est un « corps secondaire en orbite autour d'un corps primaire ».


Astronomie

• Comme un vrai planétarium
• Le CD audio fournit des instructions et mélange des faits avec des histoires sur les étoiles et les constellations
• Nécessite 2 piles C, non incluses
• Comprend une base de projecteur, un dôme en étoile, un anneau adaptateur, 5 couvertures de constellation, une couverture de ciel, un CD audio, un économiseur de vision nocturne, 2 ampoules et un manuel scientifique
• Recommandé pour les enfants de 8 ans et plus

Le planétarium du théâtre spatial de l'explorateur scientifique est un outil amusant pour vous faire découvrir les merveilles du ciel nocturne. L'ensemble comprend une base de projecteur qui abrite votre source lumineuse 2 ampoules LED, qui nécessitent 2 piles C (non incluses). Le Star Dome est maintenu en place par une bague adaptatrice et comporte des centaines de petits trous qui projettent chacun l'image d'une seule étoile. Le Sky Covers est un deuxième dôme pour projeter des étoiles qui ne sont visibles que dans le ciel nocturne à une date et une heure particulières. Les 5 autres couvertures de constellation s'adaptent aux autres couvertures pour isoler différents groupes d'étoiles ou constellations importants afin de faciliter l'apprentissage et l'identification. Il y a une couverture Constellation pour chaque saison, plus une pour les étoiles du ciel du nord qui ne se couchent jamais. Toutes les couvertures de constellation peuvent être ajustées aux différents emplacements des étoiles à différentes dates et heures. Le CD audio Space Theater mélange des faits scientifiques étonnants avec des histoires anciennes sur les étoiles et les constellations et est livré avec des instructions sur la façon d'utiliser les couvertures des constellations. L'économiseur de vision nocturne vous aide à afficher les cartes des étoiles dans le guide Space Theater ou à changer les couvertures dans l'obscurité tout en regardant votre écran de plafond. Le kit comprend une base de projecteur, un dôme en étoile, une bague d'adaptation, 5 couvercles de constellation, un couvercle de ciel, un CD audio, un économiseur de vision nocturne, 2 ampoules LED (qui sont rangées dans le compartiment à piles la première fois que vous déballez l'ensemble) et un 32- page de manuel scientifique. Recommandé pour les enfants de 8 ans et plus.

Démontrez la rotation, la révolution et l'orbite en 3 dimensions avec cet ensemble de système solaire durable et lavable.

Enseigner la position, l'ordre, la taille et la forme des planètes et du soleil
Idéal également pour créer une salle de jeux ou une chambre hors du commun
Chaque planète colorée (et soleil) se gonfle facilement
Boucles incluses pour une suspension facile
Cet ensemble de système solaire unique transforme n'importe quelle pièce en une expérience intergalactique

Comprend
8 planètes avec crochets de suspension, Pluton, Soleil, Lune de la Terre, pompe à pied pratique, guide d'activités avec des faits amusants sur la planète, Kit de réparation
• Mesurer 5"-23" de diamètre :

• 5 ans et plus
• Catégorie K+
Démontrez la rotation, la révolution et l'orbite en 3 dimensions avec cet ensemble de système solaire durable et lavable. Enseignez la position, l'ordre, la taille et la forme des planètes et du soleil. Idéal également pour créer une salle de jeux ou une chambre hors du commun. Chaque planète colorée (et soleil) se gonfle facilement. Boucles incluses pour une suspension facile. Cet ensemble de système solaire unique transforme n'importe quelle pièce en une expérience intergalactique. Comprend : 8 planètes avec crochets de suspension, Pluton, Soleil, Lune de la Terre, pompe à pied pratique, guide d'activités avec des faits amusants sur la planète, kit de réparation. Mesure 5"-23" de diamètre : 5 ans et plus. Niveau K+.

Un planétarium modèle économique. Les globes de la Lune, de la Terre et de Vénus sont tournés, tournés séparément à la main. L'anneau de zone crépusculaire permet aux jeunes étudiants de mieux comprendre la nature de l'aube et du crépuscule. L'entraînement par chaîne sous les bras maintient le pôle Nord pointé vers Polaris, l'étoile du Nord. Plastique durable et coloré avec des pièces en laiton et en acier. Planétarium complet de qualité à petit prix.

Le système solaire vu de la terre. Ce modèle montre les cinq planètes et la lune telles que Ptolémée les a décrites dans son célèbre livre "L'Almageste". Il décrit avec précision tous les phénomènes à l'œil nu de notre système solaire. Le fait que la plupart des mouvements décrits par ce système géocentrique soient incorrects ne peut pas faire oublier qu'à l'œil nu, tous ces mouvements incorrectement décrits semblent corrects. L'utilisation du modèle ptolémaïque avec le modèle copernicien améliore la compréhension des étudiants des mouvements des corps célestes. 14" de haut x 20" de long. Avec livret d'instructions entièrement illustré.

Une façon créative pour les enfants d'apprendre les concepts de l'astronomie. Les joueurs se lancent la balle de 24" et appellent les réponses au problème trouvé sous leur pouce gauche. De nombreuses variantes de jeu ! Comprend une liste de suggestions de jeux avec des directions et des réponses ! Pour les niveaux 4-8.

Avez-vous déjà vu une photographie rapprochée de la Lune, avec son fascinant paysage de cratères ? Avec ce télescope, vous pouvez étudier directement la surface de la lune ! Vous pouvez également rechercher dans le ciel nocturne des constellations et des planètes, ou simplement observer les oiseaux à la mangeoire à oiseaux dans votre jardin. Obtenez une vue rapprochée des écureuils, des cerfs et d'autres animaux sauvages ou prétendez être un pirate naviguant sur les sept mers ! Télescope d'entrée de gamme avec une puissance de grossissement 12x, un corps durable et des optiques de qualité, My Discovery Telescope dispose également d'un couvre-lentille oculaire à coque souple (oculaire) pour un plus grand confort. C'est le compagnon idéal des jeunes chercheurs qui partent observer le monde qui les entoure, sur terre comme dans le ciel ! Âges : 6+.

Le Planétarium du Projet est idéal pour les projets d'étude individuels. Les causes de 2 jours et nuits, les changements saisonniers, les phases de la lune et l'emplacement des planètes sont facilement compris. Le petit modèle de planétarium et la carte du système solaire, 22"x17", peuvent être réglés pour montrer les positions réelles de la terre, de la lune et des planètes à un moment donné. Chaque ensemble comprend un planétarium, une carte et un guide d'étude.

Le Planétarium du Projet est idéal pour les projets d'étude individuels. Les causes de 2 jours et nuits, les changements saisonniers, les phases de la lune et l'emplacement des planètes sont facilement compris. Le petit modèle de planétarium et la carte du système solaire, 22"x17", peuvent être réglés pour montrer les positions réelles de la terre, de la lune et des planètes à un moment donné. Chaque ensemble comprend un planétarium, une carte et un guide d'étude.

Comprend les 10 orbites planétaires. Les mouvements des planètes, leurs tailles relatives et leurs distances les unes par rapport aux autres sont illustrés dans ce modèle attrayant. Ce modèle permet à l'étudiant de « voir » et de « ressentir » à quoi ressemble le système solaire. L'étudiant sera capable de visualiser les relations physiques entre les planètes et le soleil, et de réaliser une meilleure compréhension des différents mouvements des planètes. Lorsqu'il est utilisé avec le système ptolémaïque, tous les problèmes des mouvements réels et apparents deviennent clairs. Bras en acier inoxydable. Le manuel d'instructions "Worlds in Motion" est inclus.
Comprend les 10 orbites planétaires. Les mouvements des planètes, leurs tailles relatives et leurs distances les unes par rapport aux autres sont illustrés dans ce modèle attrayant. Ce modèle permet à l'étudiant de « voir » et de « ressentir » à quoi ressemble le système solaire. L'étudiant sera capable de visualiser les relations physiques entre les planètes et le soleil, et de réaliser une meilleure compréhension des différents mouvements des planètes. Lorsqu'il est utilisé avec le système ptolémaïque, tous les problèmes des mouvements réels et apparents deviennent clairs. Bras en acier inoxydable. Le manuel d'instructions "Worlds in Motion" est inclus.

Ce modèle tridimensionnel du soleil et des planètes enseigne l'identification, la taille, la distance et la couleur des planètes. Les planètes peuvent être réglées par mois pour afficher les positions relatives. Une base solide supporte le soleil de 6" de diamètre avec la planète extérieure à 18" du soleil. Le guide d'étude illustré comprend une table de position. Le plan de leçon facilite l'explication de l'orbite et de la vitesse. 12" x 22" x 8".

Regardez dans la boîte et voyez les phases lunaires en trois dimensions ! Chaque trou montre une phase lunaire différente ! Livré avec 5 autocollants, pleine lune, nouvelle lune, lune décroissante, croissant de lune et quart de lune. 7,5" x 7,5" x 3,1".

Donne des positions d'étoile pour n'importe quelle date. Affiche les constellations, les étoiles jusqu'à la 5e magnitude, la nébuleuse, la Voie lactée et l'écliptique. Des étoiles majeures lumineuses pour une utilisation en extérieur. A des instructions, des positions de planète et un cadran du zodiaque au verso.

Ciels du Nord et du Sud réversibles. Imprimé en 2 couleurs. Comparez les ciels nocturnes des hémisphères nord et sud avec la carte du ciel bleu royal. Construit en matériau solide et plastifié, ce tableau met en évidence les constellations, les étoiles, les nébuleuses et la voie lactée. Le graphique peut être tourné pour refléter n'importe quelle date d'observation. Effaçable à sec. Mesure 44" de longueur par 44" de largeur. Pour les classes 6-12. 11-18 ans.


La science à votre porte

Claudius Ptolémée a vécu environ cinq siècles après l'époque du philosophe grec Aristote. Le modèle d'Aristote pour l'univers, le premier géocentrique modèle, avec la Terre au centre, était encore largement acceptée, et Ptolémée a cherché à l'améliorer.

Ptolémée a été l'un des premiers Grecs de l'Antiquité à être un véritable astronome et mathématicien, plutôt qu'un philosophe.

Là où Aristote, Platon, Thalès et Pythagore avant lui avaient essayé d'utiliser la « pensée pure » pour comprendre la nature des cieux, Ptolémée s'est mis à perfectionner mathématiquement le modèle géocentrique.

Ce fut un énorme pas en avant pour la science dans son ensemble, car la science d'aujourd'hui repose fortement sur les mathématiques.

Au temps de Ptolémée, la science n'existait pas encore vraiment. Les Grecs préféraient simplement réfléchir aux problèmes de manière logique et raisonnable, et si la logique qu'ils utilisaient était basée sur des hypothèses fausses… eh bien, personne n'était plus sage.

Mais Ptolémée a eu la merveilleuse idée d'aligner les observations du ciel avec les mathématiques. Et même si la vision d'Aristote sur l'univers l'a enchaîné, il a fait avancer la science à grands pas.

Vous pourriez vous demander comment Ptolémée a fait aligner un univers géocentrique avec des observations. Après tout, l'univers géocentrique n'est pas vrai - même le modèle héliocentrique (centré sur le soleil) est faux, puisque le soleil n'est pas le centre de l'univers.

En fait, pendant que nous y sommes, vous pourriez vous demander comment l'astronomie mondiale a réussi à se retenir pendant 2000 ans alors que tous les astronomes grecs insistaient sur le fait que la Terre était le centre de l'univers.

Tout a à voir avec quelque chose qui s'appelle parallaxe.

La parallaxe est une chose assez simple, et vous pouvez le voir par vous-même avec une simple expérience. Trouvez un objet relativement proche sur lequel vous concentrer, comme un bâtiment ou un arbre à proximité. Assurez-vous simplement qu'il n'est pas trop loin. Vous verrez pourquoi dans une minute.

Tenez maintenant votre doigt devant lui et fermez un œil.

Fermez maintenant l'autre œil. Ne bougez pas votre main.

Vous remarquerez que même si votre main n'a pas bougé, elle apparaît bouger. C'est parce que vos yeux ont chacun une perspective légèrement différente, puisqu'ils sont placés à une petite distance l'un de l'autre sur votre visage.

Vous voyez, les Grecs pensaient que si la Terre bougeait, alors la parallaxe serait sûrement détectée parmi les étoiles. Lorsque la Terre était dans une position, ce serait comme si votre œil gauche était ouvert, et lorsqu'elle se déplaçait dans l'autre, ce serait comme si vous ouvriez votre œil droit.

Mais ils ne pouvaient pas du tout voir la parallaxe. Pourquoi? Parce que les étoiles sont si loin, là est parallaxe, mais vous ne pouvez pas le voir à l'œil nu.

Malheureusement pour l'astronomie grecque antique, le télescope n'avait pas encore été inventé, ils ne pouvaient donc pas mesurer cette minuscule parallaxe.

Il n'est jamais venu à l'esprit des Grecs que les étoiles pouvaient être cette loin, ce genre de distance était absolument inimaginable. Aristote lui-même croyait que la Terre était moins de la moitié de sa taille réelle.

Maintenant que la préférence grecque pour l'univers géocentrique a plus de sens, examinons de plus près comment Ptolémée a essayé de corriger le modèle géocentrique.

L'univers d'Aristote était simple, selon les standards de Ptolémée. Il a décrit l'univers comme un ensemble de 55 sphères imbriquées qui ont provoqué le mouvement des objets dans le ciel. Voici un schéma simplifié :

Le problème était qu'il y avait une caractéristique clé du mouvement planétaire que ce modèle ne pouvait tout simplement pas expliquer.

Les planètes ont l'habitude de reculer un peu.

Oui, tu l'as bien lu. En arrière.

Si vous observez, par exemple, Mars, chaque nuit pendant quelques mois d'affilée, vous remarquerez de quoi je parle. Il se déplace littéralement en boucle aplatie dans le ciel nocturne.

Je sais, je sais, cela n'a fondamentalement aucun sens. Après tout, vous êtes probablement sur le point de rejeter cette impossibilité, pourquoi Mars bougerait-il un jour ? en arrière?

Eh bien, il ne recule pas vraiment. Il existe une explication très simple du mouvement rétrograde, et je la couvrirai dans un article à venir. Pour l'instant, vous pouvez comprendre à quel point les anciens astronomes étaient frustrés.

Comment pourraient-ils expliquer la tendance de ces petits objets ressemblant à des étoiles à errer ?

Fait amusant, cependant, le mot « planète » signifie littéralement « voyageur ». Surprise ?

La suggestion de Ptolémée était assez ingénieuse, si je le dis moi-même. Après tout, tant qu'il était piégé dans le paradigme de l'univers géocentrique, toute explication qu'il proposait devait être un peu plus compliquée que nécessaire.

Il a suggéré le épicycle.

L'épicycle est essentiellement un cercle plus petit qui tourne sur un cercle plus grand.

Une planète, comme Mars, orbite autour de l'épicycle. L'épicycle, à son tour, orbite autour de la Terre sur une déférent.

L'épicycle n'était pas une chose physique. Il était simplement destiné à décrire le mouvement rétrograde de la planète.

Et il a fait du bon travail – les épicycles ont fait orbiter les planètes en boucles exagérées autour de la Terre, presque comme des pétales de fleurs.

Vous pouvez voir comment l'épicycle a bien expliqué un mouvement qui n'avait aucun sens dans le ciel. Comment Ptolémée était-il censé savoir que la Terre était en réalité en orbite avec ces points de lumière autour du soleil ? Personne n'avait encore suggéré que la Terre était une planète.

Mais bien sûr, le modèle de Ptolémée n'était pas exact. Vous ne pouvez pas obtenir la précision d'un modèle qui n'est même pas correct.

Cela a fait du bon travail au début, mais c'était comme une montre qui ralentissait d'une seconde - sur une longue période, les secondes s'accumulent et votre montre est chemin désactivé. De la même manière, le modèle ptolémaïque accumulait les erreurs jusqu'à devenir aussi peu fiable que les sphères imbriquées d'Aristote.

Au fil du temps, les gens ont essayé de corriger le modèle ptolémaïque. Après tout, cela suivait les grands enseignements d'Aristote, donc ça devait être juste, n'est-ce pas ? Ptolémée a fini par ajouter beaucoup plus d'épicycles en orbite autour d'épicycles, juste pour essayer de corriger ce mouvement rétrograde.

La morale de l'histoire ici est que plus un modèle scientifique est complexe, plus tort c'est probablement le cas. (Remarque importante : je’m ne pas parler de modèles avec beaucoup de variables !)

Si un modèle essaie d'expliquer quelque chose en utilisant beaucoup d'épicycles inutiles mais ne peut jamais être précis, peu importe ce que vous essayez, il y a de fortes chances que ce soit faux.

Des générations après des générations d'astronomes grecs ont essayé d'améliorer le modèle ptolémaïque, mais quoi qu'ils fassent, il accumulait toujours plus d'erreurs au fil du temps. Et finalement, quelque chose a dû céder.

Alors vint Copernic… avec son idée révolutionnaire que – attendez une seconde, quoi ? La Terre tourne autour du Soleil?

C'est ce que disaient les Grecs. Et ils étaient sur le point de faire face à leur plus grande épreuve à ce jour : pourraient-ils sortir de leur paradigme géocentrique et choisir les observations plutôt que les enseignements d'Aristote ?


Terminateur Jour/Nuit (quotidien)

La ligne qui sépare le jour et la nuit s'appelle le terminateur.Elle est également appelée « ligne grise » et « zone crépusculaire ». C'est une ligne floue en raison de notre atmosphère qui courbe la lumière du soleil. En fait, l'atmosphère courbe la lumière du soleil d'un demi-degré, soit environ 60 km. On pense généralement que si la moitié de la Terre est couverte d'obscurité, l'autre moitié est couverte de soleil. Ce n'est en fait pas vrai car la courbure de la lumière du soleil fait que la terre couverte par la lumière du soleil a une plus grande superficie que la terre couverte par l'obscurité.

La forme de la courbe de terminaison change avec les saisons. Cette différence est particulièrement visible lorsque la courbe de terminaison d'un équinoxe est comparée à la courbe de terminaison d'un solstice. Il existe trois ensembles de données différents qui montrent le terminateur en 2007. En 2007, l'équinoxe de printemps était le 21 mars, l'équinoxe d'automne était le 23 septembre, le solstice d'été était le 21 juin et le solstice d'hiver était le 22 décembre. Pendant l'équinoxe, le soleil peut être observé directement au-dessus de l'équateur. Cela signifie que le jour et la nuit ont à peu près la même durée. L'équinoxe est également considéré comme le début du printemps et de l'automne. Parce qu'à l'équinoxe, il n'y a pas d'inclinaison de la Terre par rapport au soleil, la ligne de terminaison est parallèle à l'axe de la Terre et aux lignes de longitude. Le solstice se produit lorsque l'axe de la Terre s'incline le plus vers ou loin du soleil, ce qui fait que le soleil est plus au nord ou au sud de l'équateur qu'à tout autre moment. Le jour le plus court de l'année est le solstice d'hiver et le jour le plus long est le solstice d'été. Lorsque la Terre est inclinée loin du soleil, le soleil apparaît au sud de l'équateur et lorsque la Terre est inclinée vers le soleil, le soleil apparaît au nord de l'équateur. Pendant le solstice, la ligne de terminaison est à son plus grand angle par rapport à l'axe de la Terre, qui est d'environ 23,5 degrés.

Cet ensemble de données montre le terminateur tout au long de l'année avec une image pour chaque jour, de sorte que les changements dans l'angle du terminateur sont faciles à voir.


Dans le ciel : une unité sur le soleil, la lune et les étoiles !

Voici une unité amusante pour la petite enfance pour en apprendre davantage sur l'espace, le système solaire et l'astronomie.

Les enfants peuvent jeter un pouf dans le bac Terre, le bac Lune ou le bac Soleil pour lire correctement une lettre, un mot ou un chiffre.

Elle fait briller la lampe de poche (représentant le soleil) sur la terre. C'est le jour du côté de la terre où brille la lumière et la nuit de l'autre côté.

Nous agissons comme étant la terre en faisant tous face au soleil (au sol). En ce moment, il fait jour.

Lorsque nous nous détournons du soleil, il fait nuit car le soleil ne brille plus sur nous.

Nous avons fabriqué des modèles de sphères magiques en trois tailles pour représenter le soleil, la lune et la terre.

Elle met des rayons de soleil triangulaires sur la poche que nous avons créée en agrafant une demi-assiette en carton sur une assiette pleine.

Nous en avons fait des colliers contenant des fiches d'information sur le soleil.

Le soleil est composé de gaz constamment en mouvement. Nous avons fait tourbillonner de la peinture jaune, rouge et blanche pour représenter ces gaz. Ensuite, nous avons plongé un cercle blanc dans la peinture…

…et fait des empreintes de soleil en le posant sur un autre papier.

Nous l'avons mis au-dessus d'une phrase que nous avions écrite sur le soleil.

Des paires d'étudiants ont partagé un tapis de travail de station spatiale entre eux. J'ai mis des cubes (faire semblant d'astronautes) sur les tapis. Chaque paire d'étudiants a estimé combien d'"astronautes" se trouvaient dans leur station spatiale. Ensuite, ils ont compté et nous avons enregistré le montant réel.

Un élève du groupe a fait une pile de dix cubes et l'autre élève a compté sur dix pour voir combien d'"astronautes" ils avaient.

Des autocollants étoiles ont été utilisés pour réaliser ces constellations. Si possible, faites un transparent de la page avec seulement les étoiles en place et demandez aux enfants de faire correspondre les mêmes constellations.

C'était dans le noir. Un enfant tient la lampe de poche (une fausse étoile) sur un autre enfant. Quand il est proche, l'étoile semble plus brillante. Alors qu'il recule, l'étoile semble plus sombre. Ensuite, les lumières s'allument–pouvez-vous toujours voir la lumière de l'étoile ? Les étoiles brillent-elles encore pendant la journée ?

Nous avons recouvert un tube d'essuie-tout avec des étoiles.

Nous avons utilisé une punaise pour percer des trous dans des cercles noirs pour faire des constellations. (Un plateau en polystyrène a été utilisé pour le support.) Nous en avons fait plusieurs.

Nous avons attaché les constellations en papier à une extrémité de la visionneuse d'étoiles en serviette en papier et avons allumé une lampe de poche à travers l'autre extrémité. Lorsque les lumières étaient éteintes, nous pouvions voir nos constellations au plafond.

Utilisez la magie des modèles pour créer les différentes phases de la lune.

Le garçon verse des paillettes dans son “pot d'étoiles”. Les paillettes représentent les millions d'étoiles dans le ciel. Le pot est fermé et un poème est collé sur le dessus.

Les phases de la lune

Prenez un cookie aux pépites de chocolat (les chips sont des cratères dans la lune) et grignotez les différentes phases de la lune en commençant par une pleine lune bien sûr, puis grignotez-la et s'arrêtant à chaque phase jusqu'à ce que ce soit une nouvelle lune (tout est parti) .


Claude Ptolémée

L'un des astronomes et géographes grecs les plus influents de son temps, Ptolémée a proposé la théorie géocentrique sous une forme qui a prévalu pendant 1400 ans. Cependant, de tous les anciens mathématiciens grecs, il est juste de dire que son travail a généré plus de discussions et d'arguments que tout autre. Nous discuterons les arguments ci-dessous car, selon ceux qui sont corrects, ils présentent Ptolémée sous des lumières très différentes. Les arguments de certains historiens montrent que Ptolémée était un mathématicien de tout premier ordre, les arguments d'autres montrent qu'il n'était qu'un superbe exposant, mais bien pire, certains prétendent même qu'il a commis un crime contre ses confrères scientifiques en trahissant le l'éthique et l'intégrité de sa profession.

Nous savons très peu de choses sur la vie de Ptolémée. Il a fait des observations astronomiques d'Alexandrie en Egypte au cours des années 127-41 après JC. En fait la première observation que l'on peut dater exactement a été faite par Ptolémée le 26 mars 127 tandis que la dernière a été faite le 2 février 141 . Il a été affirmé par Théodore Meliteniotes vers 1360 que Ptolémée était né à Hermiou (qui se trouve en Haute-Égypte plutôt qu'en Basse-Égypte où se trouve Alexandrie), mais puisque cette affirmation apparaît pour la première fois plus de mille ans après que Ptolémée a vécu, elle doit être considérée relativement peu probable d'être vrai. En fait, il n'y a aucune preuve que Ptolémée ait jamais été ailleurs qu'à Alexandrie.

Son nom, Claudius Ptolémée, est bien sûr un mélange du grec égyptien « Ptolémée » et du romain « Claude ». Cela indiquerait qu'il descendait d'une famille grecque vivant en Égypte et qu'il était citoyen de Rome, ce qui serait le résultat d'un empereur romain donnant cette «récompense» à l'un des ancêtres de Ptolémée.

Nous savons que Ptolémée a utilisé des observations faites par « Théon le mathématicien », et c'était presque certainement Théon de Smyrne qui était presque certainement son professeur. Cela aurait certainement du sens puisque Theon était à la fois un observateur et un mathématicien qui avait écrit sur des sujets astronomiques tels que les conjonctions, les éclipses, les occultations et les transits. La plupart des premières œuvres de Ptolémée sont dédiées à Syrus qui a peut-être aussi été l'un de ses professeurs à Alexandrie, mais on ne sait rien de Syrus.

Si ces faits sur les enseignants de Ptolémée sont exacts, alors certainement à Théon il n'y avait pas de grand érudit, car Théon ne semble pas avoir compris en profondeur le travail astronomique qu'il décrit. D'autre part, Alexandrie avait une tradition d'érudition qui signifiait que même si Ptolémée n'avait pas accès aux meilleurs professeurs, il aurait accès aux bibliothèques où il aurait trouvé le précieux matériel de référence dont il faisait bon usage.

Les œuvres majeures de Ptolémée ont survécu et nous en discuterons dans cet article. Le plus important, cependant, est le Almageste Ⓣ qui est un traité en treize livres. Il faut dire tout de suite que, bien que l'œuvre soit maintenant presque toujours connue sous le nom de Almageste ce n'était pas son nom d'origine. Son titre grec original se traduit par La compilation mathématique mais ce titre fut bientôt remplacé par un autre titre grec qui signifie La plus grande compilation. Cela a été traduit en arabe par "al-majisti" et de là le titre Almageste a été donnée à l'œuvre lorsqu'elle a été traduite de l'arabe en latin.

le Almageste est le plus ancien des travaux de Ptolémée et donne en détail la théorie mathématique des mouvements du Soleil, de la Lune et des planètes. Ptolémée a apporté sa contribution la plus originale en présentant les détails des mouvements de chacune des planètes. le Almageste n'a été remplacé qu'un siècle après que Copernic eut présenté sa théorie héliocentrique dans le De revolutionibus de 1543. Grasshoff écrit dans [ 8 ] :-

Ptolémée justifie d'abord sa description de l'univers à partir du système centré sur la terre décrit par Aristote. C'est une vision du monde basée sur une terre fixe autour de laquelle tourne chaque jour la sphère des étoiles fixes, emportant avec elle les sphères du soleil, de la lune et des planètes. Ptolémée a utilisé des modèles géométriques pour prédire les positions du soleil, de la lune et des planètes, en utilisant des combinaisons de mouvements circulaires appelées épicycles. Après avoir mis en place ce modèle, Ptolémée décrit ensuite les mathématiques dont il a besoin dans la suite de l'ouvrage. En particulier, il introduit des méthodes trigonométriques basées sur la fonction de corde Crd (qui est liée à la fonction sinus par sin a = 1 120 sin a = largefrac<1><120> ormalsize sin a = 1 2 0 1 ( Crd 2 aaa ) .

Ptolémée a conçu de nouvelles preuves et théorèmes géométriques. Il a obtenu, à l'aide d'accords de cercle et d'un 360 -gon inscrit, l'approximation

Celui-ci occupe les deux premiers des 13 livres de la Almageste puis, citant à nouveau l'introduction, nous donnons la propre description de Ptolémée de la façon dont il entendait développer le reste de l'astronomie mathématique dans l'ouvrage (voir par exemple [ 15 ] ) :-

Sur la base de ses observations des solstices et des équinoxes, Ptolémée a trouvé les longueurs des saisons et, sur cette base, il a proposé un modèle simple pour le soleil qui était un mouvement circulaire de vitesse angulaire uniforme, mais la terre n'était pas au centre de la cercle mais à une distance appelée excentricité de ce centre. Cette théorie du soleil fait l'objet du livre 3 de la Almageste.

Dans les livres 4 et 5, Ptolémée donne sa théorie de la lune. Il suit ici Hipparque qui avait étudié trois périodes différentes que l'on pourrait associer au mouvement de la lune. Il y a le temps mis par la lune pour revenir à la même longitude, le temps mis pour qu'elle revienne à la même vitesse (l'anomalie) et le temps mis pour qu'elle revienne à la même latitude. Ptolémée parle aussi, comme Hipparque l'avait fait, du mois synodique, c'est-à-dire du temps entre les oppositions successives du soleil et de la lune. Dans le livre 4, Ptolémée donne le modèle d'épicycle d'Hipparque pour le mouvement de la lune mais il note, comme Hipparque l'avait fait lui-même, qu'il existe de petits écarts entre le modèle et les paramètres observés. Bien que notant les divergences, Hipparque ne semble pas avoir élaboré un meilleur modèle, mais Ptolémée le fait dans le livre 5 où le modèle qu'il donne améliore nettement celui proposé par Hipparque. Une discussion intéressante de la théorie de la lune de Ptolémée est donnée dans [ 24 ] .

Ayant donné une théorie du mouvement du soleil et de la lune, Ptolémée était en mesure de les appliquer pour obtenir une théorie des éclipses qu'il fait dans le livre 6 . Les deux livres suivants traitent des étoiles fixes et dans le livre 7 Ptolémée utilise ses propres observations ainsi que celles d'Hipparque pour justifier sa conviction que les étoiles fixes maintiennent toujours les mêmes positions les unes par rapport aux autres. Il a écrit ( voir par exemple [ 15 ] ) :-

Dans ces deux livres, Ptolémée discute également de la précession, dont il attribue la découverte à Hipparque, mais sa figure est quelque peu erronée principalement à cause de l'erreur dans la longueur de l'année tropicale qu'il a utilisée. Une grande partie des livres 7 et 8 est consacrée au catalogue d'étoiles de Ptolémée contenant plus d'un millier d'étoiles.

Les cinq derniers livres de la Almageste discuter de la théorie planétaire. Ce doit être la plus grande réussite de Ptolémée en termes de contribution originale, puisqu'il ne semble pas y avoir eu de modèle théorique satisfaisant pour expliquer les mouvements assez compliqués des cinq planètes avant le Almageste. Ptolémée a combiné les méthodes épicycle et excentrique pour donner son modèle pour les mouvements des planètes. La trajectoire d'une planète P P P consistait donc en un mouvement circulaire sur un épicycle, le centre C C C de l'épicycle se déplaçant autour d'un cercle dont le centre était décalé par rapport à la terre. L'innovation vraiment intelligente de Ptolémée ici était de rendre le mouvement de C C C uniforme non pas autour du centre du cercle autour duquel il se déplace, mais autour d'un point appelé l'équant qui est placé symétriquement du côté opposé du centre à la terre.

La théorie planétaire que Ptolémée a développée ici est un chef-d'œuvre. Il a créé un modèle mathématique sophistiqué pour s'adapter aux données d'observation qui étaient rares avant l'époque de Ptolémée, et le modèle qu'il a produit, bien que compliqué, représente assez bien les mouvements des planètes.

Toomer résume Almageste dans [ 1 ] comme suit : -

Nous reviendrons pour discuter de certaines des accusations portées contre Ptolémée après avoir brièvement commenté ses autres œuvres. Il publia les tableaux qui parsèment le Almageste séparément sous le titre Tables pratiques. Ceux-ci n'ont pas été simplement retirés de la Almageste cependant, mais Ptolémée a apporté de nombreuses améliorations dans leur présentation, leur facilité d'utilisation et il a même apporté des améliorations aux paramètres de base pour donner une plus grande précision. Nous ne connaissons que les détails de Tables pratiques à travers le commentaire de Théon d'Alexandrie mais dans [ 76 ] l'auteur montre qu'il faut faire attention puisque Théon n'était pas pleinement au courant des procédures de Ptolémée.

Ptolémée a également fait ce que de nombreux auteurs de travaux scientifiques approfondis ont fait, et font encore, en écrivant un compte rendu populaire de ses résultats sous le titre Hypothèse planétaire. Ce travail, en deux livres, suit à nouveau la voie familière consistant à réduire les compétences mathématiques nécessaires à un lecteur. Ptolémée le fait assez intelligemment en remplaçant les théories géométriques abstraites par des théories mécaniques. Ptolémée a également écrit un ouvrage sur l'astrologie. Il peut sembler étrange au lecteur moderne que quelqu'un qui a écrit d'aussi excellents livres scientifiques écrive sur l'astrologie. Cependant, Ptolémée le voit un peu différemment car il prétend que le Almageste permet de trouver les positions des corps célestes, tandis que son livre d'astrologie qu'il considère comme un travail d'accompagnement décrivant les effets des corps célestes sur la vie des gens.

Dans un livre intitulé Analemme il a discuté des méthodes pour trouver les angles nécessaires pour construire un cadran solaire qui implique la projection de points sur la sphère céleste. Dans Planisphaerium il s'intéresse à la projection stéréographique de la sphère céleste sur un plan. Ceci est discuté dans [ 48 ] où il est indiqué :

Une traduction anglaise, essayant de supprimer les inexactitudes introduites dans la mauvaise traduction arabe qui est notre seule source de la Optique est donnée dans [ 14 ] .

Le premier à porter des accusations contre Ptolémée fut Tycho Brahe. Il a découvert qu'il y avait une erreur systématique d'un degré dans les longitudes des étoiles dans le catalogue d'étoiles, et il a affirmé que, bien que Ptolémée ait dit qu'il s'agissait de ses propres observations, il s'agissait simplement d'une conversion d'un catalogue dû à Hipparque corrigé pour précession à la date de Ptolémée. Il y a bien sûr des problèmes certains pour comparer deux catalogues d'étoiles, dont l'un est en copie alors que l'autre est perdu.

Après les commentaires de Laplace et Lalande, le prochain à attaquer vigoureusement Ptolémée était Delambre. Il suggéra que les erreurs provenaient peut-être d'Hipparque et que Ptolémée n'aurait rien fait de plus grave que de ne pas avoir corrigé les données d'Hipparque pour la période entre les équinoxes et les solstices. Cependant Delambre poursuit en disant ( voir [ 8 ] ) :-

. on doit supposer qu'une proportion substantielle du catalogue d'étoiles ptolémaïque est fondée sur ces observations d'Hipparque qu'Hipparque a déjà utilisées pour la compilation de la deuxième partie de son "Commentaire sur Aratus". Bien qu'il ne soit pas exclu que des coordonnées résultant d'observations ptolémaïques authentiques soient incluses dans le catalogue, elles ne pourraient représenter plus de la moitié du catalogue.

. l'assimilation des observations d'Hipparque ne peut plus être discutée sous l'aspect de plagiat. Ptolémée, dont l'intention était de développer une théorie complète des phénomènes célestes, n'avait pas accès aux méthodes d'évaluation des données utilisant des moyens arithmétiques avec lesquels les astronomes modernes peuvent dériver d'un ensemble de résultats de mesure variables, la seule valeur représentative nécessaire pour tester une hypothèse. Pour des raisons méthodologiques, Ptolémée a donc été contraint de choisir dans un ensemble de mesures la valeur correspondant le mieux à ce qu'il devait considérer comme la donnée la plus fiable. Quand une sélection intuitive parmi les données n'était plus possible. Ptolémée devait considérer ces valeurs comme « observées », ce qui pouvait être confirmé par des prédictions théoriques.


L'un des plus beaux .

les vues dans le ciel nocturne sont les innombrables étoiles scintillantes. Ils composent les constellations, créent le « lait » dans la Voie lactée et ont été utilisés pendant des siècles comme outils de navigation pour les explorateurs de la Terre. Les étoiles stimulent l'imagination des artistes et des scientifiques. Dans ce plan de leçon, vous aurez l'opportunité d'apprendre la science fondamentale derrière ces objets merveilleux !

Leçon 1 : Questions courantes sur les étoiles

D'où viennent ces points lumineux ?
Excellente question ! Les étoiles naissent dans des régions denses de gaz chauds dans toute la galaxie. Ces « pépinières stellaires » sont le lieu où se rassemblent les matériaux qui forment les étoiles.

Comment se forment-ils ?
Les étoiles se forment lorsque les gaz se rassemblent sous la force de gravité. Les gaz accumulés et denses commencent leur vie en tant que protoétoiles – des bébés étoiles nés dans des pépinières stellaires. Voir cette image de la NASA pour un exemple de jeune "protostar".

Comment brillent-ils et pourquoi scintillent-ils ?
Les étoiles ne sont-elles pas étonnantes à regarder ? Les étoiles brillent pour la même raison que notre Soleil. Les étoiles "brûlent" de l'hydrogène et de l'hélium dans leurs profondeurs intérieures, convertissant la masse en énergie sur la base de la célèbre équation d'Einstein E = mc2. Cependant, la plupart des étoiles ne scintillent pas réellement. L'effet scintillant provient de la poussière dans l'atmosphère ou d'autres particules dans le milieu interstellaire. Ils semblent juste scintiller à l'œil humain.

Pourquoi les scientifiques étudient-ils les étoiles ?
Les étoiles contiennent des informations précieuses sur la physique de l'Univers. Par exemple, ils nous renseignent sur les processus qui sous-tendent les réactions nucléaires. Ils enregistrent l'histoire et à travers eux, les scientifiques peuvent scruter le passé profond de l'Univers. Les étoiles abritent également des systèmes planétaires potentiels. Certaines de ces planètes peuvent être rocheuses et semblables à la Terre, et potentiellement contenir de la vie !

Pourquoi les étoiles sont-elles importantes ?
Les étoiles sont les creusets de métaux lourds. Les étoiles massives sont l'endroit où les éléments importants pour les organismes vivants sont forgés.Voir cette image de la NASA pour une belle citation de l'astronome Carl Sagan à ce sujet.

Si des démarrages naissent, meurent-ils aussi ?
Oui, les étoiles ne vivent pas éternellement. En vieillissant, ils deviennent de plus en plus chauds. Finalement, ils implosent sous forme de nébuleuses planétaires spectaculaires, de supernovas et de restes de supernova. Voir l'image de la NASA pour un bel affichage d'un reste de supernova.

Les étoiles sont-elles toutes identiques ou existe-t-il différents types d'étoiles ?
Les étoiles ne sont pas toutes les mêmes. L'étoile la plus proche de nous, le Soleil, n'est qu'un type parmi les nombreux types d'étoiles de l'univers. Les étoiles que nous voyons dans le ciel nocturne vont des étoiles naines plus petites (comme notre Soleil) aux étoiles géantes rouges qui sont 30 à 100 fois la taille du Soleil. Voir cette image UniverseToday pour un résumé des différents types d'étoiles et leurs comparaisons de taille. Notre soleil est assez petit comparé à beaucoup d'autres étoiles que nous pouvons voir dans le ciel nocturne ! L'évolution (changement avec le temps) des étoiles sont des histoires de vie, de mort et de renaissance. Voir cette image de la NASA pour un beau résumé illustré.

Activité 1: Observation des étoiles

Tout le monde devrait faire un peu d'observation des étoiles de temps en temps ! C'est une belle chose à faire. Prenez le temps de regarder le ciel nocturne et essayez de répondre aux questions suivantes :

Pouvez-vous nommer les objets que vous pouvez voir ?

Les objets interagissent-ils les uns avec les autres ? Si c'est le cas, comment?

Après avoir observé et réfléchi, documentez ce que vous découvrez en mots et en croquis. C'est une première étape importante dans la méthode scientifique. Pendant que vous documentez et dessinez, réfléchissez aux questions suivantes :

Est-ce que le motif des étoiles que vous voyez CHANGE avec le temps ?

Avez-vous des idées ou des explications pour ces changements ? En d'autres termes, pourquoi les étoiles semblent-elles bouger avec le temps ?

Au mieux de vos capacités, illustrez comment les objets que vous observez se déplacent dans votre ciel nocturne.

Pour une introduction à l'observation du ciel nocturne, consultez ce cours accéléré en ligne utile à la fois aux étudiants et aux instructeurs, et consultez ce lien pour une discussion plus détaillée de cet exercice et de sa relation avec la méthode scientifique plus large.

Identification des types d'étoiles : Vous pouvez essayer d'identifier différents types d'étoiles à l'œil nu (ou à l'aide d'un télescope si vous en avez un). Les scientifiques utilisent le diagramme de Hertzsprung-Russell pour identifier les étoiles. En utilisant ce diagramme, pouvez-vous deviner le type d'étoile simplement par sa luminosité et sa couleur ?

Le ciel nocturne est différent selon l'endroit où vous vous trouvez sur Terre. Par exemple, l'hémisphère nord contient des départs et des constellations différents de ceux de l'hémisphère sud.

Ce lien est une excellente ressource pour voir comment le ciel nocturne change en fonction de votre emplacement et de l'heure à laquelle vous regardez. Choisissez une constellation et enregistrez son évolution lorsque vous modifiez le lieu et l'heure.

Si vous souhaitez aller au-delà de l'observation du ciel avec vos yeux, vous pouvez suivre le guide de l'astrophotographie pour prendre quelques photos du ciel nocturne. Voici une version plus professionnelle. Si vous obtenez de bonnes photos, tweetez vos résultats sur le #SkyDayProject #LookUp. S'amuser!

Récits d'étoiles

Le développement de nombreuses cultures anciennes a des liens intimes avec leurs observations et leur compréhension des étoiles et du ciel nocturne. Voici quelques perspectives intéressantes :

Religion et mythologie : Les premiers développements de la mythologie sont étroitement liés aux perceptions du ciel nocturne. Familiarisez-vous avec la myriade d'histoires mythologiques à travers les cultures (certaines d'entre elles leur sont même assez familières). Cette page Web présente une gamme de mythes intéressants que les élèves pourraient explorer.

Cosmologie ancienne : La cosmologie agit comme un pont entre la science et la philosophie. La cosmologie ancienne représente la première tentative de l'homme de cartographier le grand Univers au-delà de la Terre. Cette entreprise a commencé par comprendre le ciel nocturne. Une brève conférence sur les débuts de la cosmologie est proposée sur le site du cours de l'Université de l'Oregon.

Astrologie: Dans les premières cultures, les gens associaient le mouvement et l'apparence des étoiles et des constellations au déroulement de la vie quotidienne. Posez-vous la question : cela pourrait-il vraiment arriver ? Est-il logique que les étoiles affectent la vie humaine ? Une exposition de la façon dont l'astrologie a évolué au fil du temps peut être trouvée sur cette page Web

Astronomie ancienne : Se familiariser avec le ciel nocturne a été la première étape dans la compréhension de l'Univers physique. Certaines photos/images et représentations importantes de dessins et d'architectures liées aux origines de l'astronomie sont fournies sur cette page Web.

Activité 2 : Créez votre propre constellation

Sortez dans le ciel nocturne. Essayez de trouver un endroit où il y a une pollution lumineuse minimale, mais tant que vous pouvez voir les étoiles, tout va bien. Sélectionnez une parcelle de ciel étoilé et imaginez une nouvelle constellation en connectant différentes étoiles entre elles. Sois créatif!

Esquissez maintenant votre constellation nouvellement créée et créez une histoire qui aide à expliquer comment elle est née. Les humains créent ces histoires depuis des millénaires. Pour vous inspirer, découvrez ici quelques histoires mythologiques de différentes cultures.

Lorsque vous avez terminé, demandez à votre enseignant de partager le nom, l'origine, l'histoire et l'illustration de votre constellation avec nous à Sky day Project. Peut-être que nous le publierons sur notre site Web!

Rubrique des résultats d'apprentissage de la NSES

Les résultats d'apprentissage projetés de ce plan de cours ont été conçus en tenant compte de plusieurs objectifs des normes nationales d'enseignement des sciences (NRES).

L'objectif principal est de renforcer à la fois les connaissances et les compétences cognitives au niveau de base et d'introduction. La taxonomie/rubrique des résultats de l'enseignement et de l'apprentissage NSES peut être trouvée ici. Il est conseillé aux éducateurs de consulter ces documents et d'adapter le plan de cours en fonction des besoins des élèves.

Image de la ressource pour les enseignants de la NASA : Placement de l'objectif pédagogique et des résultats d'apprentissage en taxonomie

Ce guide pédagogique a été rédigé par Howard Chen. Howard est actuellement étudiant diplômé au département des sciences de la Terre et des planètes à l'Université Northwestern.


Voir la vidéo: Paxi - Le jour, la nuit et les saisons (Septembre 2021).