Astronomie

Des visiteurs devenus satellites ?

Des visiteurs devenus satellites ?

À la connaissance de quiconque, y a-t-il déjà eu un objet qui s'est approché de la terre et a été capturé dans une orbite ? Est-ce que l'on pense qu'il pourrait y avoir de tels objets tout simplement trop petits pour être repérés ou tout simplement pas encore découverts ?


Je ne suis peut-être pas plus compétent, mais voici ce que je peux ajouter au commentaire de @ called2voyage.

Dans la question Y a-t-il eu des mini-lunes documentées depuis 2006 RH120 ? Je fais un lien vers Granvik, Vaubaillon et Jedicke 2012 (La population de satellites naturels de la Terre Icarus, 218 (1) mars 2012, pp262-277) disponible sans paywall dans ArXiv.

Abstrait

Nous avons pour la première fois calculé les caractéristiques de la population des satellites naturels irréguliers de la Terre (NES) qui sont temporairement capturés à partir de la population d'objets proches de la Terre (NEO). Les distributions de fréquence de taille et de temps de résidence du NES à l'état stationnaire ont été déterminées sous l'influence dynamique de tous les corps massifs du système solaire (mais principalement du Soleil, de la Terre et de la Lune) pour des objets géocroiseurs de masse négligeable. À cette fin, nous calculons la probabilité de capture NES de la population NEO en fonction des éléments orbitaux héliocentriques de cette dernière et combinons ces résultats avec les meilleures estimations actuelles pour la distribution taille-fréquence et orbitale NEO. À tout moment, il devrait y avoir au moins un NES de 1 mètre de diamètre en orbite autour de la Terre. L'orbiteur moyen temporairement capturé (TCO ; un objet qui fait au moins un tour autour de la Terre dans un système de coordonnées co-rotatives) complète (2,88 ± 0,82) tour autour de la Terre lors d'un événement de capture qui dure (286 ± 18) d . Nous trouvons une petite préférence pour les événements de capture commençant en janvier ou en juillet. Nos résultats sont cohérents avec le seul TCO naturel connu, 2006 RH120, un objet de quelques mètres de diamètre qui a été capturé pendant environ un an à partir de juin 2006. Nous estimons qu'environ 0,1% de tous les météores impactant la Terre étaient des TCO.

L'article décrit une simulation exploratoire de la probabilité que des objets soient capturés dans au moins des orbites temporaires à 3 corps dans le système Terre-Lune, en tenant également compte des perturbations du Soleil. Habituellement, les orbites durent quelques mois. Les orbites plus longues sont moins courantes.

Il existe certainement une faible possibilité qu'un objet puisse durer plusieurs années ou plus, mais la probabilité que cela diminue naturellement à mesure que la durée de vie augmente. Vous pouvez le considérer comme le "trou de serrure" pour entrer dans une orbite à 3 corps à long terme qui diminue à mesure que la durée de cette orbite augmente.

La population d'objets proches de la Terre à capturer diminue à mesure que la taille augmente. Ainsi, il pourrait y avoir de nombreux objets capturés temporairement de la taille d'un micrométéor, mais peu assez grands pour être facilement observés. La nature chaotique de ces orbites vaguement liées les rend plus difficiles à suivre et à analyser ; vous ne pouvez pas affecter des éléments orbitaux Keplerian et rechercher des passes répétées.

Ce qui est vraiment surprenant, c'est la première phrase de la conclusion (section 4) :

Nous fournissons la première estimation de l'orbite et de la distribution des tailles pour les satellites naturels irréguliers de la Terre capturés temporairement. Nous prédisons qu'il y a un objet géocroiseur d'un mètre de diamètre ou plus en orbite temporaire autour de la Terre à un moment donné.

Vous pouvez également écouter la conférence téléphonique avec Bill Bottke (MP3 et autres documents) sur les "minimoons" présente une alternative à Asteroid Redirect qui m'a d'abord intéressé par la mécanique orbitale.


Voici un exemple d'une orbite théorique d'ici ou d'ici :


Histoires de visiteurs et/ou de touristes habilités…

Il le dit directement sur le site Web : les gens sont autorisés à faire du vélo dans les rues, mais pas sur la pelouse ou sur le terrain de l'Observatoire en raison de problèmes de sécurité des foules, cependant, cela n'empêche pas les gens de continuer à rouler par défi ou par ignorance.

J'étais dehors en train de regarder les fumeurs quand ce motard a essayé de faire du vélo jusqu'à la terrasse bondée. Après lui avoir demandé d'arrêter, il s'est plaint : "Je fais du vélo ici depuis 25 ans, tu es la première personne à dire quelque chose !" D'accord, mais il est dit sur le site Web que vous pouvez 8217 ne continuez pas à l'utiliser sur la pelouse ou les allées.” Il m'a alors demandé : “que faites-vous ici ?” “Je suis un opérateur de télescope.” “Êtes-vous en sécurité ?&# 8221 Tout en tenant visiblement une radio dans ma main, j'ai répondu : “Non, mais je peux facilement les appeler !” Pas amusé, il m'a osé, “allez-y et appelez-les !” en chevauchant son montez la rampe à vélo pour vous éloigner de moi.

J'ai immédiatement appelé la sécurité et, heureusement, j'ai repéré un garde forestier près de l'entrée principale. Au bon moment, le motard a été surpris en train de descendre la rampe, et à ce moment-là, j'ai laissé la sécurité s'occuper de lui. Heureusement, rien n'a été aggravé, mais l'homme qui m'a aiguillonné a eu ce qu'il méritait.

Susan Regard de la Mort

Il est courant que les gens essaient de prendre une photo de ce qu'ils voient à travers les oculaires de nos télescopes. En public, je considère ça comme un compliment et j'autorise même les gens à le tenter, mais seul quand il ne retient aucune ligne.

En cette nuit particulièrement chargée montrant la lune, une femme plus âgée qui avait l'apparence d'une coupe de cheveux courte bob, un survêtement assorti, des lunettes teintées) s'est approchée du télescope avec son petit appareil photo numérique – ceux qui peuvent tenir dans votre main.

Au début, elle a demandé s'il était possible que son appareil photo fonctionne avec le télescope, alors pensant qu'elle demandait simplement des conseils, j'ai dit "vous avez besoin d'un adaptateur spécial pour que ce type d'appareil photo fonctionne correctement avec ce télescope". Mais ensuite, son ton a changé, "ne puis-je pas simplement mettre l'appareil photo sur l'oculaire?" Ce que j'ai bien sûr refusé et expliqué que cela prendrait trop de temps. Clairement agitée, elle a demandé : « Je ne peux pas essayer pendant cinq secondes ? Et j'ai répondu : « Vous pouvez regarder dans l'oculaire aussi longtemps que vous le souhaitez, mais je ne vous laisserai pas mettre votre appareil photo à la hauteur.”

J'ai été reçu avec le plus grand regard de mort à travers ses lunettes teintées, elle m'a regardé comme si je venais d'assassiner son chat. Elle a ensuite jeté un coup d'œil à travers l'oculaire pendant moins d'une seconde, m'a demandé avec sévérité : « Est-ce assez rapide pour vous ? » Et puis, partez en trombe.

Je suis étonné de n'avoir jamais eu de rapport d'elle demandant le directeur.

Karen la menteuse

C'est l'un des nombreux cas d'un client déçu par les procédures de fermeture que nous, en tant que personnel, devons suivre conformément aux règles du parc et du bâtiment.

Une de ces mères avec ses enfants est venue à mon télescope a déclaré : « Ils ont fermé la porte du grand télescope devant nous et quelqu'un nous a dit d'essayer un télescope de pelouse. Je me sentais mal, j'étais sur le point de le faire. laissez-les faire la queue lorsqu'un collègue chargé de fermer ma ligne a pris la parole : « non, je me souviens de vous sur le toit, vous êtes venu aux portes arrière après 9h30 et avez essayé d'entrer ! » Elle a répondu avec colère, & #8220et puis tu nous as dit d'aller essayer une lunette de visée !” Toujours calme, expliqua-t-il, “Je ne dirais jamais rien de tel après 9h30. Nous essayons de vous avertir avant, pas après. Pas convaincue, elle a dit : « Je ne t'ai pas entendu dire ça, j'étais dans la file ! » Mais ensuite son bluff a été appelé : « Arrête de me mentir. ! Nous vous avons vu venir aux portes arrière APRÈS la fermeture du dôme!”

Au lieu de l'avouer, la mère autorisée a continué à essayer de jouer le rôle de la victime et de nous faire passer pour les méchants, disant à ses enfants tout en nous montrant du doigt : « Voyez-vous ça, les enfants ? Celles-ci HOMMES ne vous laissera pas voir le télescope ! HOMME que vous regardez à travers les télescopes ! Il était évident qu'elle essayait d'énerver ses enfants et de commencer à pleurer pour qu'elle puisse tirer le “voir, vous les avez fait pleurer…” shtick. Mais ses enfants étaient inconscients, et quand ils ne se mettaient pas à pleurer, elle est partie en colère.

Ai-je parfois enfreint les règles après la fermeture ? Bien sûr, mais pas pour des gens comme ça.

La Karen qui a essayé de venir par le dos

Bien que oui, il y avait une Karen intitulée dans cette histoire, je suis en partie à blâmer parce que c'était une erreur de débutant de ma part - c'était littéralement l'un de mes premiers quarts de travail pendant la période d'entraînement après le dôme.

Une fois le dôme fermé, la politique stipule qu'absolument personne n'entre dans le dôme après la fermeture. Cette nuit-là, j'ai appris à mes dépens pourquoi c'est le cas.

J'avais quelques invités en visite et j'avais l'intention de les avoir à l'intérieur du dôme pour être mes derniers spectateurs à la fermeture. Mais parce qu'ils étaient toujours dehors après la fermeture du dôme, je leur ai demandé de me suivre par la porte de derrière où d'autres personnes étaient refoulées. Juste au moment où mes invités sont entrés, une femme a vu ce qui se passait et a essayé de forcer le passage, mais a été accueillie avec mon bras à la porte.

“Pourquoi me bloquez-vous ?” “Parce que vous avez essayé de vous frayer un chemin !” “Mais pourquoi avez-vous laissé ces gars entrer ?” “Parce qu'ils sont mes invités personnels.’ 8221 Elle a alors commencé à devenir encore plus vocale. “Comment est-ce juste pour le reste d'entre nous ?! Nous venons de et il m'a fallu deux heures pour arriver ici depuis notre hôtel ! ” “Je’m désolé, mais je dois fermer cette porte” Elle s'est fait plus bruyante, “Mes enfants voulaient vraiment entrer ! Pourquoi ces personnes ont-elles un accès spécial ?!” “Parce qu'elles sont mes invités !” “Et cela signifie qu'elles ont des privilèges spéciaux ?! “Oui, c'est exactement ce que cela signifie !” “Cela ne veut toujours pas dire elles ou ils devrait entrer ! Comment est-ce juste ?!” “Si vous ne me laissez pas fermer cette porte, je vous déclarerai hostile et radio un ranger !”

Après cet échange, le guide expérimenté chargé de fermer le dôme est intervenu et a tenté de la calmer. La femme a fini par abandonner et est partie avant que nous devions déclarer, mais pas avant que je ne l'aie davantage contrariée en disant : « si vous n'avez pas essayé de forcer votre entrée, alors j'aurais pu être gentil et vous laisser entrer si vous a demandé!” Ce n'était pas ma meilleure heure, et ma cascade de recrue n'a fait qu'ajouter au stress cette nuit-là, mais heureusement, le personnel expérimenté m'a soutenu et l'a géré.

Après que mon patron m'a parlé et m'a aidé à corriger ce que j'aurais dû faire et ce que je n'aurais pas dû faire, je n'ai rien fait de tel depuis lors.

Droit à l'étranger

Nous avons fait monter nos gardes à cause d'un incident de bousculade la nuit précédente dans une situation similaire - quelqu'un en colère contre le personnel qui ne les laisserait pas entrer dans la ligne du télescope.

Signalez le père déçu avec sa famille, qui nous a approchés longtemps après la fermeture des lignes - Je sais que les lignes sont fermées, mais nous venons de l'étranger et venons d'arriver ici, est-il possible que vous puissiez simplement laisser mes deux les enfants?”

Malheureusement, nous entendons cette triste histoire tout le temps, mais nous ne pouvons tout simplement pas accueillir tout le monde pendant l'heure de fermeture - les responsables du parc essaient de chasser les gens, peu importe l'heure à laquelle ils arrivent.

"Je suis désolé monsieur, je ne peux pas les laisser entrer." "Ce n'est que deux autres enfants, vous ne pouvez pas laisser deux autres enfants regarder?" « Non, nous ne pouvons pas accepter plus de monde une fois les lignes fermées. Pas même deux enfants ? « Non, ce ne serait pas juste pour toutes les autres familles que nous avons refusées. » À ce moment-là, il a élevé la voix et s'est plaint : « Wow ! Je n'arrive pas à croire que c'est ainsi que vous traitez vos invités ! Et il n'arrêtait pas de prononcer des mots que je ne pouvais pas entendre alors qu'il s'éloignait.

Une minute plus tard, j'ai pu entendre l'homme parler fort au garde forestier, et ma perception était qu'il mettait en scène une scène avec le garde forestier, et j'ai pensé que cela était sur le point de dégénérer.

Je me suis approché d'eux, « y a-t-il un problème ? Le gardien m'a dit "oui, ça va." "D'accord, je m'assure juste." L'homme s'est alors énervé et a demandé : « S'assurer de quoi ? » « S'assurer que rien n'empire. » L'homme a alors explosé à nouveau : « Vous avez du culot ! Vous devez apprendre vos manières! Tu es tellement grossier ! » Le garde forestier se tenait entre les deux pour aider à apaiser la situation. « Je parlais juste de à ce monsieur ! Il faut apprendre la discrétion !

Après que j'ai expliqué pourquoi je suis venu, il a dit : « C'était un malentendu et vous vous excusez ? » "Sûr." "Tu te rends compte pendant tout ce temps que tu aurais pu laisser mes enfants voir ?!”" Je suppose. " « Alors, tu vas les laisser faire ? » Voyant que mon collègue serviable avait déjà éteint l'endoscope et tout était prêt à être retiré, « Non. désolé, nous devons ranger le télescope…" "Wow… vous dites que vous êtes désolé mais vous ne les laisserez pas voir ! Je ne peux pas croire à quel point tu es impoli. Je vais certainement contacter votre superviseur pour cela! Après lui avoir donné les informations qu'il voulait, je lui ai dit : « Vas-y et plaigne-toi, je ne fais que suivre la politique ! »

Le garde forestier a continué à essayer de dire au gars de partir, mais l'homme a continué à dire ce qu'il pensait jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'il n'obtenait pas ce qu'il voulait, puis est parti. À ma connaissance, mon patron n'a jamais reçu de plaintes.

Nous avons tous conclu que le gars était juste en colère qu'ils soient arrivés trop tard avec seulement quelques minutes à perdre, et cherchait juste quelqu'un avec qui discuter.


Comprend une visite des bâtiments et une observation à travers les télescopes historiques (si le temps le permet). L'espace est extrêmement limité. Les restrictions COVID-19 limitent la taille de chaque groupe à 16 personnes (voir ci-dessous nos protocoles de sécurité). Le programme s'adresse aux 9 ans et plus.

L'entrée est de 10 $ pour les adultes - 5 $ pour les moins de 18 ans - Gratuit pour les membres de l'Observatoire !

Les réservations et le paiement sont obligatoires à l'avance.

Nous sommes désolés mais cet événement est COMPLET. Nous publierons de nouvelles dates tous les jeudis matin ici.

Informations COVID-19 pour les visiteurs

Afin de mieux protéger la santé et la sécurité de notre personnel et de nos invités, nous veillerons à ce que les pratiques suivantes soient suivies. Nous suivons tous les protocoles établis par l'État de l'Ohio pour minimiser le risque de transmission.

Masques faciaux : Des masques faciaux ou des couvertures sont requis par les visiteurs, les bénévoles et le personnel pendant les programmes. Des masques seront fournis si vous en avez besoin.

Distanciation sociale : Nous suivrons les directives de distanciation sociale à l'intérieur et à l'extérieur de l'Observatoire en maintenant une distance de six pieds entre le personnel et les visiteurs pendant nos programmes.

Encourager la propreté : nous nettoierons les espaces publics, l'équipement et les expositions avant et après chaque programme et mettrons à disposition des désinfectants pour les mains dans chaque bâtiment pour les visiteurs et le personnel.

Nombres limités : nous suivrons les directives de l'État de l'Ohio pour limiter la taille des groupes à 16 invités.

Rester à la maison si nécessaire : veuillez rester à la maison si vous ne vous sentez pas bien ou si vous présentez des symptômes associés à COVID-19.


Les satellites SpaceX Starlink pourraient être une «menace existentielle» pour l'astronomie

Le 6 janvier, SpaceX a lancé 60 satellites de communication Starlink en orbite. Cela porte à 180 le nombre de satellites Starlink en orbite, faisant partie d'une flotte prévue de 42 000 vaisseaux spatiaux qui, selon le PDG de SpaceX, Elon Musk, apporteront un accès Internet aux régions mal desservies du monde. Mais ils pourraient aussi causer des problèmes pour l'astronomie.

Les satellites apparaissent sous la forme d'une ligne de points lumineux glissant dans le ciel nocturne. Ils sont visibles à l'œil nu dans les semaines qui suivent le lancement et deviennent lentement plus sombres à mesure qu'ils entrent en orbite plus loin dans l'espace. Ensuite, ils sont pour la plupart trop sombres pour que nos yeux les repèrent, mais les télescopes le peuvent toujours.

Lorsque les satellites traversent le champ de vision d'un télescope, ils créent des traînées lumineuses qui traversent les images du ciel, obscurcissant tout ce qui pourrait se trouver derrière eux et versant tellement de lumière dans le télescope que certaines observations deviennent inutilisables.

Publicité

"Ce qui a surpris tout le monde - la communauté de l'astronomie et SpaceX - c'est la luminosité des satellites", a déclaré Patrick Seitzer de l'Université du Michigan lors d'une table ronde sur les méga-constellations de satellites lors d'une réunion de l'American Astronomical Society (AAS) à Hawaï le 8 janvier. Alors que SpaceX a parlé de la question ailleurs lors de la réunion, l'attaché de presse de l'AAS, Rick Fienberg, a déclaré que les représentants avaient refusé de participer à la table ronde.

Lire la suite: Le satellite SpaceX évité de justesse montre le besoin de règles de la route dans l'espace

Dans un effort pour apaiser les astronomes, SpaceX teste un satellite un peu différent des autres. Celui-ci a été inclus dans le lancement le plus récent et est partiellement recouvert d'un matériau sombre pour le rendre moins brillant et moins visible sur les images du télescope. Nous n'avons pas encore de données sur son bon fonctionnement.

Jeffrey Hall de l'observatoire Lowell en Arizona a déclaré que SpaceX avait coopéré pour communiquer avec les astronomes via un comité AAS, mais ils n'ont pas encore trouvé de solution. "Au début, nous essayons vraiment de comprendre à quel niveau est-ce une nuisance et à quel niveau c'est une menace existentielle pour l'astronomie au sol", a-t-il déclaré.

Le problème pour les astronomes ne s'arrête pas avec SpaceX – plusieurs autres sociétés travaillent sur des méga-constellations de satellites. Blue Origin, OneWeb et Amazon prévoient tous de lancer des milliers de satellites de communication dans les années à venir.

SpaceX a commencé à se lancer avant que la loi n'ait eu une chance de rattraper son retard, et une fois que les satellites sont dans l'espace, il n'y a plus de retour en arrière. Bien que la société ait besoin de l'approbation des organismes de réglementation pour chaque lancement, aucune réglementation ne l'empêche de lancer un nombre illimité de satellites, ce qui sonnerait le glas de l'astronomie au sol.

Vivez l'éclipse solaire totale de l'Argentine en 2020 : assistez à un événement céleste rare lors d'une tournée de découverte de nouveaux scientifiques

« La réglementation du Far West là-haut est nécessaire », a déclaré Hall. "Cela va prendre beaucoup de temps à mettre en œuvre juste à cause de la nature de cette bête." À ce stade, a-t-il déclaré, nous devons compter sur des entreprises comme SpaceX pour coopérer volontairement avec les astronomes afin de tenter de maintenir les impacts de leurs constellations de satellites aussi bas que possible.

Avec plus de 1500 satellites Starlink dont le lancement est prévu en 2020, cette coopération devra être rapide si elle veut faire la différence. "[Starlink n'est] que le début", a déclaré Seitzer. "Nous avons très peu de temps pour traiter ce problème" avant que le ciel ne soit submergé de satellites brillants.


La réponse de Washington

Au cours de son deuxième mandat, l'administration Obama a rendu public ce qu'elle a appelé une « stratégie de compensation » pour répondre à la Chine et à d'autres menaces en capitalisant sur l'avance technologique de l'Amérique.

Tout comme les États-Unis avaient développé, premièrement, un vaste arsenal nucléaire et, deuxièmement, des armes intelligentes, ce soi-disant troisième décalage chercherait un avantage en accélérant la montée en puissance de la robotique, des armes à grande vitesse et d'autres percées qui pourraient habiliter les forces armées forces pendant des décennies.

Contrairement aux compensations précédentes, ont déclaré des responsables, l'objectif était de s'appuyer moins sur les équipes fédérales que sur les entrepreneurs technologiques qui transformaient rapidement le monde civil.

"Nous devons vraiment capturer le secteur commercial", a déclaré Robert O. Work, secrétaire adjoint à la Défense, dans un discours de 2015 expliquant la nouvelle initiative.

Les avancées spatiales devaient être défensives : essaims de petits satellites relativement bon marché et flottes de lanceurs recyclés qui submergeraient Pékin d'innombrables cibles. Pour M. Obama, des sauts d'innovation devaient faire pour les forces spatiales américaines ce que Steve Jobs a fait pour les gadgets terrestres, en parcourant les ministères calcifiés des États autoritaires.

Après des décennies au cours desquelles des adversaires - des terroristes apatrides à ceux dotés d'armées traditionnelles - ont cherché à exploiter des avantages étroits sur les États-Unis plus puissants, le Pentagone trouvait maintenant un avantage non conventionnel qui lui était propre.

L'administration Obama appliquait déjà la philosophie commerciale à la NASA, faisant de l'agence spatiale un bailleur de fonds majeur des avancées entrepreneuriales. Il injectait des milliards de dollars dans le développement de fusées et de capsules privées destinées à transporter des astronautes en orbite.

L'armée s'y est jointe. Les bénéficiaires comprenaient Elon Musk, le fondateur de Tesla, et Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon. Leurs sociétés spatiales – M. Musk’s SpaceX et M. Bezos’s Blue Origin – ont cherché à transformer les lance-roquettes jetables en produits recyclables, réduisant ainsi leur coût.

Les responsables militaires pensaient que le nouveau système permettrait de remplacer rapidement les satellites en temps de guerre.

Le troisième décalage visait également à réduire la taille des satellites. Au fil des décennies, les grands étaient devenus des mastodontes. Certains coûtent 1 milliard de dollars ou plus pour concevoir, construire, équiper, lancer et maintenir en service. Un type déployait une antenne presque aussi grande qu'un terrain de football. Mais les civils, inspirés par la révolution de l'iPhone, construisaient des vaisseaux spatiaux aussi petits que des miches de pain.

Les planificateurs militaires considéraient que les embarcations plus petites, moins chères et plus nombreuses rendaient le ciblage antisatellite beaucoup plus difficile – dans certains cas impossible – pour un adversaire.

L'initiative a aidé des entreprises telles que Planet Labs, qui cherchait à construire des centaines de minuscules satellites d'observation de la Terre, et Capella Space, qui a conçu de petits satellites d'imagerie radar destinés à voir à travers les nuages. Il a également renforcé SpaceX, où M. Musk envisageait une flotte de milliers de satellites de communication.

L'administration, de plus en plus inquiète des progrès de Pékin, a également augmenté ses dépenses pour le contrôle de l'espace offensif – sans dire exactement ce que cela signifiait.

Les investissements fédéraux dans les entrepreneurs technologiques ont totalisé 7,2 milliards de dollars, la plupart pendant les années Obama, selon un rapport de la NASA. Il a déclaré que les fonds étaient allés à 67 entreprises. L'approche différait de la méthode habituelle du Pentagone, qui dictait les conditions aux entrepreneurs. Au lieu de cela, le secteur privé a ouvert la voie. Comme prévu, les petits investissements ont fait une grande différence.

À la fin de l'administration Obama, SpaceX lançait des charges utiles dans l'espace et renvoyait avec succès des fusées d'appoint sur Terre lors d'atterrissages en douceur.


Trafic spatial

Avec SpaceX prévoyant d'envoyer autant de satellites, les chances que ces objets se rapprochent d'autres satellites sont beaucoup plus élevées. Et c'est une perspective effrayante. Les collisions entre des objets à grande vitesse en orbite sont susceptibles de créer des centaines à des milliers de débris, qui peuvent alors menacer d'autres objets dans l'espace. Le suivi expert des satellites Starlink - et de tous les satellites, d'ailleurs - est essentiel pour garantir que ces véhicules ne se heurtent pas accidentellement.

À l'heure actuelle, la principale ressource pour le suivi par satellite est le réseau de surveillance spatiale de l'Air Force, qui est chargé de garder un œil sur tout ce qui est en orbite à l'aide d'un ensemble de capteurs au sol. Le problème est que les données de suivi de l'Air Force ne sont pas toujours précises. Il crée des orbites estimées en prenant des mesures périodiques des objets au fur et à mesure qu'ils passent au-dessus, il ne peut pas les suivre directement. Pour les experts en poursuite de satellites, le meilleur moyen de comprendre où se trouve quelque chose dans l'espace est de combiner les estimations de l'Air Force avec les données de positionnement recueillies par le satellite lui-même. Ensemble, ces données peuvent fournir une vue plus claire de l'endroit où se trouve réellement un satellite dans le ciel.

Lorsque SpaceX a commencé le lancement, il y avait une certaine frustration quant au fait que la société ne partageait pas autant de données de positionnement par satellite qu'elle le pouvait. La société a également subi un problème de communication embarrassant en septembre lorsqu'un de ses satellites s'est approché inconfortablement d'un satellite européen. Mais les choses ont changé avec le lancement le plus récent de la société en janvier. Avant que la mission n'ait lieu, SpaceX a partagé ses estimations de la direction de base, de la vitesse et de l'emplacement que prendraient ses satellites après leur déploiement, et la société continuera à partager les données GPS embarquées via l'Air Force. Ces informations sont accessibles via un site Web appelé Space Track, pour toute personne disposant d'un compte approuvé sur le site Web.

Et si vous recherchez un didacticiel supplémentaire sur la façon d'utiliser OrbitViz de CelesTrak spécifiquement avec les données Starlink, assurez-vous également de regarder cette vidéo : https://t.co/EYEsfhBc9i pic.twitter.com/PZBuRZd9cJ

- T.S. Kelso (@TSKelso) 4 janvier 2020

Cette décision a été saluée par les suiveurs de satellites, mais même avec toutes ces informations, il est encore quelque peu difficile de savoir ce que les satellites de SpaceX vont faire et où ils vont être à l'avenir. Chaque vaisseau spatial Starlink est équipé d'un nouveau système d'évitement autonome qui déclenche le véhicule pour qu'il s'écarte tout seul d'une collision potentielle. Cela nécessite moins de contribution de la part des personnes au sol, mais cela rend également difficile de prédire ce que les satellites vont faire à l'avenir, selon T.S. Kelso, un suiveur par satellite qui exploite un site de suivi appelé CelesTrak. La plupart des opérateurs de satellites peuvent prédire les trajectoires de leurs satellites jusqu'à sept jours dans le futur, alors que SpaceX prédit jusqu'à 32 heures, dit Kelso.

"Cette approche réduit les ressources au sol, mais il peut être notoirement difficile pour le sol de simuler ce que le satellite fera réellement", a écrit Kelso dans un e-mail à Le bord. "Donc, même si vous vous êtes propagé plus loin, votre connaissance des manœuvres à venir devient de plus en plus incertaine."

De plus, un chercheur soutient que SpaceX devrait partager ses données plus largement au-delà du site Web de l'Air Force et qu'il ne devrait y avoir aucun obstacle à l'obtention de ces informations. "Si vous êtes vraiment intéressé par la sécurité spatiale et ce genre de choses, alors vous voulez que le public le plus large possible sache où se trouvent vos objets", Moriba Jah, professeur agrégé à l'Université du Texas qui se spécialise dans le suivi des débris orbitaux. , raconte Le bord. « C'est dans votre intérêt que tout le monde le sache. »

Il existe un précédent pour des entreprises privées comme SpaceX qui rendent publiques ces données de positionnement. Son collègue opérateur de satellites Planet, qui détenait récemment le titre de la plus grande constellation de satellites au monde, a partagé toutes ses données publiquement depuis qu'il a commencé à lancer ses véhicules en 2013. "Au départ, il n'y avait pas un grand mécanisme pour pouvoir partager ces données, nous venons donc de les publier sur un site Web public », a déclaré Mike Safyan, vice-président du lancement chez Planet. Le bord.

En fin de compte, les trackers s'accordent à dire que SpaceX va dans la bonne direction en matière de transparence. Mais les satellites eux-mêmes sont loin d'être transparents, et cela pose des problèmes à une autre communauté spatiale.


Crépuscule brûlant

Depuis le lancement du premier groupe de satellites Starlink en mai 2019, de nombreux observateurs du ciel ont déploré leur éblouissement réfléchi. La pollution lumineuse est particulièrement prononcée lorsque les satellites sont fraîchement déployés et se dirigent vers leurs orbites opérationnelles. À ce stade, ils sont parfaitement positionnés pour capter la lumière du soleil à l'aube et au crépuscule, sabordant les astrophotos et les observations au télescope. Starlink doit être constamment réapprovisionné avec de nouveaux satellites, ces pistes seront donc un problème permanent.

"La plupart des observatoires au sol commencent en fait au crépuscule", a déclaré Julien H. Girard, scientifique de soutien au Space Telescope Science Institute de Baltimore. « Nous commençons à prendre des données même lorsque le ciel n'est pas complètement sombre, en particulier dans les longueurs d'onde du proche infrarouge et de l'infrarouge. »

Les satellites peuvent créer le plus de problèmes pour les observatoires à grand champ qui surveillent de vastes régions du ciel nocturne à la fois. Le mouvement des satellites à travers le cadre peut obstruer les cibles d'observation ou les submerger de lumière. Les astronomes peuvent utiliser un logiciel pour supprimer dans une certaine mesure les traces de satellites, mais cela peut ne pas corriger complètement les images.

"Il ne fait aucun doute que la communauté astronomique peut encore faire de la science avec la présence de ces constellations, mais c'est un fardeau", a déclaré le Dr Girard.


Vaisseau astérisque*

Présentations : Comment vous êtes-vous intéressé à l'astronomie ?

Publier par johnpatrick » mar. 26 avr. 2011 4:59 am

Re : Présentation

Publier par chouette » jeu. 12 mai 2011 11:55 am

Re : Présentation

Publier par luigi » jeu. 12 mai 2011 19:44

Présentations : Comment vous êtes-vous intéressé à l'astronomie ?

Publier par RJN » Dim 31 juil. 2011 23:27

« Qui êtes-vous et comment vous êtes-vous intéressé au ciel ? » C'est la raison principale de ce forum, et, en tant que créateur du babillard en ligne Asterisk, les pouvoirs qui dirigent le forum aujourd'hui m'ont demandé de commencer.

Comme pour de nombreux passionnés de ciel, mon intérêt est né dans l'enfance. Je ne me souviens pas d'un moment clé, mais je me souviens avoir été très intéressé par l'espace en deuxième année, vers l'âge de 6 ans. Je me souviens que notre classe d'école prenait du temps pour les « sciences », et que « l'astronomie » était un sujet qui était couvert. Je me souviens avoir dit à ma mère que je pensais que c'était une bonne chose. Bientôt, je pouvais réciter les noms des planètes plus rapidement que n'importe qui dans la classe, ce qui, pour une raison quelconque, était très important pour moi. Soudainement, la plupart de mes gribouillis artistiques sont devenus des planètes en orbite autour du Soleil, au moins jusqu'en 5e année où j'ai appris à dessiner un avion de côté.

Pendant mon enfance, j'étais un visiteur fréquent de l'Institut Franklin à Philadelphie et j'ai vu bon nombre de leurs spectacles de planétarium. J'y étais tout juste en ce début d'année (2011) et je m'y perds encore !

Voici une autre histoire que j'ai publiée une fois sur l'Asterisk à propos de ma grand-mère s'excusant de m'avoir emmené voir l'un de mes premiers films spatiaux, que j'ai adoré : http://asterisk.apod.com/viewtopic.php ? . 35#p129135

J'ai eu la chance de pouvoir continuer mon intérêt à l'âge adulte et encore plus de chance d'en vivre. En 1987, j'ai obtenu un doctorat en astronomie et astrophysique de l'Université de Pennsylvanie. En 1995, avec Jerry Bonnell, j'ai créé APOD. Aujourd'hui, je suis professeur de physique à l'Université technologique du Michigan.

En raison de mon intérêt presque permanent, une partie de ce que je sais sur l'astronomie, je le sais depuis si longtemps que je ne sais vraiment pas quand je l'ai apprise. A l'inverse, certaines choses que je sais sur l'astronomie, j'ai appris en écrivant un APOD pour ce jour-là.

Re : Présentations : Comment vous êtes-vous intéressé à l'astronomie

Publier par chouette » lun. 01 août 2011 12:27 pm

Qui suis je? Je me souviens que cette question avait été posée lors d'un débat vice-présidentiel.

Je ne sais pas quand je me suis intéressé à l'astronomie, c'était certainement dans mon enfance. Je suppose que l'astronomie était toujours dans l'air en grandissant, plus comme du papier peint que comme une poursuite active ou un sujet de conversation, cependant, car mon père a travaillé pendant un certain temps chez Goddard et les programmes Mercury et Apollo faisaient la une des journaux. Les quelques livres dans la chambre d'enfance de ma mère, que j'utilisais lorsque je passais les week-ends avec mes grands-parents, étaient des livres d'astronomie, parmi lesquels un livre H. A. Rey sur les constellations et un livre relié appelé simplement Les planètes. Donc, quand je lisais au lit, je devais choisir parmi ces livres. J'ai supplié pour un télescope et j'en ai finalement obtenu un adapté pour regarder la lune (qui a continué à dériver de manière ennuyeuse hors de la vue de la lunette à peu près au moment où j'ai trouvé ce que je voulais et je me suis concentré dessus) mais pas grand-chose d'autre.

Je n'ai pas grandi avec un ciel sombre et je n'ai aucun souvenir d'un adulte qui m'ait jamais parlé d'astronomie, à l'exception de l'alunissage, que nous avons bien sûr regardé à la télévision.

Un jour, je vivrai quelque part avec un ciel sombre et j'aurai à nouveau un télescope. D'ici là, j'ai APOD pour me guider et m'informer, et je lui en suis reconnaissant.

Re : Présentations : Comment vous êtes-vous intéressé à l'astronomie

Publier par spectateur » lun. 01 août 2011 15:31

Qui suis je? Juste un spectateur, un retraité des plus pathétiques.

I have always been interested in science and math. My favorite day trips, as a kid, were to the Omniplex, the local science museum. I loved all the hands-on exhibits they had, but my favorite exhibit there was the planetarium. Of course, like most Americans at that time, I was totally engrossed in the Mercury, Gemini, and Apollo programs. Whenever we had a working TV (not often), we would watch the launches, recoveries, and broadcasts from the moon. My dad subscribed to Science populaire. I remember my favorite articles were the occasional ones they had on astronomy.

While I was in the Air Force, I was stationed in Thailand for a year. We had locals who cleaned our rooms and did our laundry. I became friends with one of the "house boys" and he invited me to go home with him one weekend. The bus ride was quite an experience, but when we got off the bus, the sun was down, there was no moon, and it was DARK. At first, it was so dark, I couldn't even see my feet, but my eyes adjusted. Then I looked up. Wow, so that is what the sky is supposed to look like. Étonnante. I now try to go to places with dark skies whenever I can, just to watch the stars.

A friend of mine, who knew I had an interest in astronomy, sent me a link to APOD, After looking around, I was hooked. My first visit to this forum was the infamous Lewin's Challenge. After much searching, I correctly identified the phenomenon and posted my answer. Sadly the link I posted is no longer working. I received little recognition for my find and was a little put off by that, but I came back. Most of what I now know about astronomy and astrophysics came from APOD and the Asterisk* (and the research I had to do to keep up).

After I retired, I accepted RJN's challenge and became the not-so-official news feed of the Starship Asterisk*. I am also the person behind the unofficial APOD facebook fan page. I also have two other pages on FB, SDO Pick of the Week et ESA Hubble Picture of the Week. If you are on facebook, come see us.

Re: Introductions: How did you become interested in astronom

Post by owlice » Mon Aug 01, 2011 5:03 pm

Re: Introductions: How did you become interested in astronom

Post by tamarshall » Mon Aug 01, 2011 5:32 pm

Re: Introductions: How did you become interested in astronom

Post by SolarisTiger » Mon Aug 01, 2011 5:38 pm

My name is Solaris, I'm 21 and I live in Concord NC :3, When i was a cub I lived back in Fort Pierce Florida. The night of the Endeavor's launch to fix Hubble, I remember being outside with my parents, the shuttle lit up the sky like a small sun. I watched it climb higher and higher into the sky illuminating everything, and all I could think was: "Someday I want to go up there too. I want to know whats out there." After that night I became obsessed with studying the solar system and universe.

My parents would take me to the beach the days we knew there'd be a launch and we'd watch them from the shore as they went up. That one night has stayed with me all these years. If I hadn't seen it, hadn't wondered whats up there. heck if I didn't have the dream of being an astronaut like every kid did. I probably wouldn't have started studying the stars. I owe a lot to the shuttle fleet.

Re: Introductions: How did you become interested in astronom

Post by neufer » Mon Aug 01, 2011 5:57 pm

Who am I?
One of the highest Peers of the Realm forced to post here under a pseudonym.

It is hard to say exactly when I became interested in astronomy. I was certainly stimulated by the following:

1) a trip to Morehead Planetarium with my father.

2) looking through telescopes

3) Jules Verne & H. G. Wells SciFi stories
(often read first as Classic Comics).

4) Science Fiction Theatre & Mr. Wizard.

5) Tomorrow land and Disney space animations

6) Mid 50's era science fiction movies: Conquest of Space, This Island Earth, Forbidden Planet, etc.

7) Saw Comet Mrkos from the dark skies of
a Lake Champlain summer camp in 1957

I read a lot of books on astronomy (including Fred Hoyle's _Frontiers Of Astronomy_) and built my own 8" telescope.

My childhood dreams of seeing Earth from space were eventually fulfilled when I worked with NOAA weather satellites.

Walter Cronkite, Ursula LeGuin and astrology led me to astro

Post by Anthony Barreiro » Mon Aug 01, 2011 6:06 pm

As a young boy during the 1960's, I grew up watching grainy black-and-white images of the Gemini and Apollo missions on TV, and listening to Walter Cronkite explaining what was going on. During my unhappy teenage years in the 1970's I read a lot of science fiction. Ursula LeGuin's novels especially expanded my imagination regarding what it would be like to live elsewhere and to travel through space. But as I grew older and developed other interests, my fascination with space went underground.

Fast forward to the planetary conjunction of May 2000, which I first learned about through my interest in <gasp!> astrology. Researching that event led me to the Sky and Telescope website, and I started reading "This Week's Sky at a Glance", gradually learning more about the night sky. I kept watching the movements of the moon and the visible planets through the sky, and slowly learned the constellations. I got a pair of 10x50 binoculars, and new vistas opened up. After years of reading their free weekly email, I broke down and subscribed to Sky and Telescope.

The international year of astronomy in 2009 was the next turning point. I bought a Galileoscope (unusable because I got a cheap tripod) and then a Celestron FirstScope. The FirstScope took me deeper into the night sky, but I quickly outgrew it. Now I've got a couple of schmidt cassegrain telescopes, including a go-to, and a newtonian on a sturdy equatorial mount. I have a bookshelf devoted to astronomy, I'm a member of two astronomy clubs, I volunteer at Chabot observatory, and I give talks and lead skywatching events at a resort with a very dark clear sky. I'm planning a trip to Hawai'i next year to observe the transit of Venus.

In light of my personal story, I'd like to ask members of the astronomy community to be kinder to people who express interest in astrology, or who ask astrological questions at your star parties or public observatory. Rather than mocking and belittling them, take a moment to find an astronomical connection with their interest or question, and educate them about something they can relate to. You may just spark a latent interest and lead somebody to a deeper appreciation of the sky and the universe.

Star gazing

Post by MidTexasAst » Mon Aug 01, 2011 6:48 pm

Re: Introductions: How did you become interested in astronom

Post by mmlaneman » Mon Aug 01, 2011 7:15 pm

Re: Introductions: How did you become interested in astronom

Post by DanzziggMang » Mon Aug 01, 2011 7:35 pm

/>I remember when I was younger I would have sleep overs with my friends and we would stay up for hours, regardless of school nights or not, and contemplate the existence of the universe and how the heck it got so beautiful and most of all. Qu'est-ce que c'est? I began to learn about it through the internet and then I finally talked my mom into buying me a few books when I became more interested. Staring at the sky at night (even being stuck in light polluted Houston) would bring me to tears when i started learning what everything is. I'm now going into college to be an Astronomy teacher with my inspiration being my own Astronomy teacher, Mrs. Mees. I feel like everyone should know what we are apart of, made out of, existing from, etc.
I started teaching my mom, my grandmother (excellent student) and my friends first with my 8-inch telescope and I am hoping I will be able to bring it to Star Parties and show everyone what I can see. And soon on, my own students. Possibly using the money I get from teaching to become an astronomer. Now I visit museums and planetariums wishing I could have experienced those firsthand instead of books. I feel like I am annoying to others when I point out to my mother different things before the speakers say it themselves. I may just be an amateur now, but soon down the road I hope to become a professional. It started as my hobby and soon it will be my life and i can't help but to get excited for future findings and teachings. />

Re: Introductions: How did you become interested in astronom

Post by Larry Turner » Mon Aug 01, 2011 7:52 pm

Re:Introductions: How did you become interested in astronom

Post by genej101 » Mon Aug 01, 2011 8:34 pm

Re: Introductions: How did you become interested in astronom

Post by cmedina » Mon Aug 01, 2011 9:00 pm

At age 28 now, I have always been interested in astronomy, the stars have always been the topic of my amazement. My first memories related to the night sky are in the beach with my dad, watching shooting stars and looking for Halley's Comet in 1986, witch we didn't find. (Hope to get that done if I get to 2061!) and having the strange idea that the Moon was following me everywhere I was. Then a series of experiences had an important role in my interest for astronomy:
1- Around the age of 12 I had sleeping problems, I couldn't sleep so I spent the nights watching the stars and reading.
2- Total Eclipse of July 11, 1991. It was a spectacular event.
3- Comet SL9 hits Jupiter in 1994.
4- 1996 Comet Hyakutake came out and I bought my first telescope to get a good look at it. Followed by Comet Hale–Bopp in 1997.

Since then I got in astronomy with books, documentaries, and haven't stopped. I enjoy in teaching the knowledge that I have, not much compared with all that is out there, to people of all ages and all types of audience and explaining why reality is by far more surprising than fiction.

Re: Introductions: How did you become interested in astronom

Post by horseherb » Tue Aug 02, 2011 12:06 am

What a great question! Thanks for asking.

One day Dad brought home a mysterious box. He placed it on the dinner table and we all stood around just looking at it. Little did we know . . Inside that box was The Mystery of the Universe.

After opening that box, we took the telescope outside, placed it's three shiny legs in the grass and pointed it at the moon. Viola! no more mystery! But, wait . . Something else had happened. It was as though the whole universe and everything in it had become one enourmous box. Just waiting to be opened! Boxes within boxes within boxes!
Each one a precious gift.

Somewhere, something wonderful is waiting to be known. - Carl Sagan
Thanks APOD.

Re: Introductions: How did you become interested in astronom

Post by abhagwat » Tue Aug 02, 2011 1:46 am

Re: It began with a pointy rocket ship.

Post by rstevenson » Tue Aug 02, 2011 3:09 am

I don't have any particular recollection of the night sky before the age of eight, which is when we moved from the city and into a subdivision about 10 miles out. It was a new development with few street lamps and lots of available darkness. Suddenly the night sky came alive, the moon becoming a particular friend. Oddly, or so it seems now, I never felt any desire to own a telescope. Back then I didn't pursue things I just waited for them to happen. And nothing very scholarly or scientific happened in my life, certainly nothing prompted by the poor rural schools I attended, so I ended up working with my hands for most of my life, designing and building furniture and kitchens, and teaching myself programming along the way. It was a rich and fulfilling life, but entirely disconnected from my scientific interests.

But a spark had been lit that could not be extinguished, and that spark was struck and fueled by science fiction. While visiting relatives I was hanging out with my very cool, 20-year old cousin (I was 10, and he probably wished that I, very uncool, wasn't hanging out with him) when I spotted an interesting paperback on his book shelf. It showed a pointy rocket fallen on its side on the Moon, with a few rocket mechanics and scientists looking at it with concern, as well they should -- it was supposed to be their ride home. I've read voraciously all my life and much of the fiction I read from then on was science fiction. I preferred the science end of the genre rather than the fantasy end, so from time to time I'd go look something up to see what the authors were talking about. I must have acquired a basic astronomy education that way -- in 50+ years you can teach yourself anything -- but now I feel the need to push it a lot farther. So in a few weeks I'll be starting studies at a local university which may lead, someday, to a degree in astronomy or something closely related. (My main interest at this point is planetary system formation, the entire process from dust and gas to suns and planets.)

The past couple of years, prompted by The Starship Asterisk* and APOD as much as anything else, I've upped the ante on my reading, trying to get through books like Harrison's Cosmologie, Feynman's three volume Lectures on Physics, or Armitrage's Astrophysics of Planetary Formation. I have to say, if you suffer from insomnia I can heartily recommend those books as a cure -- not because they're not well written, but because they are so dense with information. No doubt I'll be doing very little recreational reading for the next few years, but I'll try to sneak in some science fiction when time permits. And, of course, the Asterisk* will be part of my homework every day.


Night Sky Viewings

Rarely do most people have the opportunity to experience the awesome dark skies and the spectacular sights found here. Badlands National Park offers such wondrous sights for those who visit the park. On any given night, visitors will be exposed to more than 7,500 stars. Especially phenomenal is the clarity of our own Milky Way Galaxy. Night sky views include not only galaxies but also star clusters, nebulae, planets and moons. Visitors are also treated to fly-overs by numerous satellites and the International Space Station.

Join park rangers and astronomy volunteers each night in the summer after the Evening Program for a Night Sky Viewing. The time of this program is subject to change due to sunset, but the location is always the same at the Cedar Pass Amphitheater.


SpaceX's Starlink satellites are already messing with astronomical research but there are thousands more planned

Elon Musk's plan to station thousands of satellites above the Earth is already starting to annoy astronomers.

Starlink is the project launched by Elon Musk's space exploration company SpaceX which aims to put up to 42,000 satellites in orbit with the aim of bringing high-speed internet to even the most remote corners of the globe.

Though only 120 of the satellites are up and running, they're already wreaking havoc with astronomical research.

The brightness of the satellites mean that when they cross a piece of sky being watched by a telescope, they leave bright streaks that obscure stars and other celestial objects.

Last week astronomer Clarae Martínez-Vázquez of the Cerro Tololo Inter-American Observatory (CTIO) in Chile tweeted that 19 Starlink satellites crossed the sky and disrupted the work of the observatory because they were so bright they affected its exposure. "Rather depressing. This is not cool," she added.

Dr Dave Clements of Imperial College London told Business Insider that SpaceX is applying a typically Silicon Valley approach to Starlink, rushing it through without fully thinking through the consequences.

"I'm very concerned about the impact of SpaceX's Starlink constellation on all aspects of astronomy," he said.

"Move fast and break things might be workable when you're breaking a competitor's business model or the outdated assumptions of an industry, but in this case Musk is breaking the night sky for personal profit. That is unacceptable, and is not something you can fix when you're out of beta. The launches should stop until a solution is agreed with astronomers, professional and amateur."

Clements added that the Starlink satellites also interfere with radio astronomy.

"They transmit in bands used by radio astronomers, especially at high frequencies. While these bands are used by other transmitters on the ground, we cope with that by having radio silent preserves around the telescopes. This won't work when the Sky is full of bright satellite transmitters so Musk might be ruining several kinds of astronomy at once," he said.

Researchers working on a new state-of-the-art observatory due to open next year told the Guardian that private satellites launched by SpaceX, Amazon, and other private firms threaten to jeopardise their work.

Astronomers at the yet-to-open Large Synoptic Survey Telescope (LSST) ran simulations which suggested the vast majority of images taken by the telescope could be ruined by bright private satellites passing by.

The disruption caused by Starlink has not come as a surprise to the scientific community.

When SpaceX launched its last batch of 60 satellites earlier this month James Lowenthal, Professor of Astronomy at Smith College told the New York Times the project could majorly complicate astronomical research. "It potentially threatens the science of astronomy itself," he said.

SpaceX was not immediately available for comment when contacted by Business Insider.


Voir la vidéo: Les secrets de la télévision par satellite - Space (Juillet 2021).