Astronomie

Pourquoi la comète C/2020 F3 Neowise revient-elle même si son orbite est quasi-parabolique ?

Pourquoi la comète C/2020 F3 Neowise revient-elle même si son orbite est quasi-parabolique ?

J'ai lu dans Wikipedia sur la comète C/2020 F3 Neowise que son orbite est quasi-parabolique. Mais dans une autre section, il est dit qu'il s'agit d'une comète non périodique avec une période orbitale allant de 4500 ans à 6800 ans.

Mon doute est de savoir comment une comète revient si elle est sur une orbite parabolique et pourquoi elle n'est pas périodique ?

Voici le lien Wikipédia : https://en.m.wikipedia.org/wiki/C/2020_F3_(NEOWISE)


Réponse complémentaire :

« quasi parabolique » signifie presque ou presque parabolique, mais pas tout à fait. Un autre terme serait « hautement elliptique ». Techniquement parlant, aucune orbite réaliste ne peut vraiment être exactement parabolique car cela signifie que l'excentricité est exactement 1.00000000000… et la plupart de la Physique (pression des photons solaires, relativité, perturbations gravitationnelles d'autres corps, etc.) ne se produit pas.

Vous pouvez vous plaindre dans votre article Wikipédia lié :

C/2020 F3 (NEOWISE) ou Comet NEOWISE est une comète rétrograde à orbite quasi-parabolique découverte le 27 mars 2020 par des astronomes utilisant le télescope spatial NEOWISE.

le terme « quasi-parabolique » renvoie à la trajectoire parabolique. La partie "proche" ne devrait probablement pas faire partie du lien.


Les conventions de nommage des comètes limitent les « comètes périodiques » aux comètes dont la période orbitale est inférieure à 200 ans. Les comètes en orbite elliptique avec une période de plus de 200 ans sont classées comme non périodiques. Les comètes aux trajectoires paraboliques ou hyperboliques sont également classées comme non périodiques (et elles ne s'approcheront plus jamais du primaire).


Découvrez ces images époustouflantes de NEOWISE avant que la comète ne quitte notre système solaire pendant 6 800 ans

La comète NEOWISE&mdash nom complet C/2020 F3 (NEOWISE)&mdash a été découverte le 27 mars par des astronomes analysant les données de l'homonyme de la comète, la mission Near-Earth Object Wide-field Infrared Survey Explorer.

Le télescope spatial infrarouge WISE, lancé en 2009, a commencé un relevé du ciel réactivé en 2013 sous son nouveau nom, NEOWISE, qui a ajouté « Objet proche de la Terre » à l'acronyme d'origine. Le changement de nom a mis en évidence sa mission d'identification et de suivi des comètes et des astéroïdes, y compris des astéroïdes potentiellement dangereux, ou PHA, qui devraient croiser l'orbite terrestre et se rapprocher de nous à plus de 4,6 millions de kilomètres.

Au cours de ses quatre premières années, NEOWISE a collecté environ 10,3 millions d'ensembles d'images, créant une base de données de plus de 76 milliards de détections de sources. En janvier 2019, NEOWISE avait détecté 158 000 astéroïdes, dont 34 000 nouveaux (et 135 de ceux nouvellement découverts classés comme objets géocroiseurs).

Exploité par le Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie, NEOWISE a découvert, en juin 2020, 33 comètes et 313 astéroïdes classés comme proches de la Terre, dont 57 sont considérés comme potentiellement dangereux.

La découverte de C/2020 F3 (NEOWISE) a été l'une des plus spectaculaires du télescope spatial, puisqu'il a capturé un astéroïde jusqu'alors inconnu sur une trajectoire d'approche rapprochée avec la Terre, ce qui l'a rapproché à 64 millions de kilomètres de notre planète, ou environ sept dixièmes de la distance entre la Terre et le Soleil. NEOWISE a détecté la comète qui allait prendre son nom alors qu'elle se trouvait à environ 160 millions de kilomètres de la Terre.

Voici un composite des premières images de la comète NEOWISE, prises le jour de sa découverte. Traitée à partir d'images infrarouges thermosensibles, la couleur rouge de la comète indique à quel point elle est plus froide que les étoiles et les galaxies d'arrière-plan.

Depuis lors, elle est devenue visible à l'œil nu et est l'une des comètes les plus brillantes visibles sur Terre au cours de ce siècle. À la suite d'observations faites par NEOWISE, d'autres engins spatiaux de la NASA ont également repéré la comète, notamment la sonde solaire Parker, l'observatoire des relations solaires et terrestres (conçu pour prendre des photos stéréoscopiques du Soleil), et l'Agence spatiale européenne commune et la NASA Solar and Satellite de l'Observatoire héliosphérique, lancé en 1995.

C/2020 F3 (NEOWISE) a également été vu et photographié par des astronautes à bord de la Station spatiale internationale.

L'ISS compte actuellement cinq personnes à bord. Les membres de l'expédition 63 comprennent les astronautes de la NASA Chris Cassidy, Douglas Hurley, Robert Behnken et les cosmonautes de Roscosmos Anatoly Ivanishin et Ivan Vagner.

Des photographes et des astronomes amateurs du monde entier ont également pris des photos de la comète. Voici 16 autres images époustouflantes de la comète C/2020 F3 (NEOWISE) prises du monde entier, à commencer par ce time-lapse de la comète NEOWISE s'élevant au-dessus de la mer Adriatique au large des côtes italiennes, prise par Paolo Girotti :


Comment voir NEOWISE, la meilleure et la plus brillante comète à l'œil nu depuis des années

Pour la première fois depuis de nombreuses années, une comète brillante à l'œil nu orne notre ciel : C/2020 F3 (NEOWISE). Il est levé avant le lever du soleil depuis quelques semaines, mais à partir de cette semaine, il commence à apparaître au-dessus de l'horizon après le coucher du soleil, ce qui permet à la plupart des gens de le voir beaucoup plus facilement. Au cours des deux prochaines semaines environ, il se déplacera plus haut dans le ciel et sera bien placé pour l'observation dans l'hémisphère nord.

Il est difficile de prédire à quel point il sera brillant, même dans les prochains jours. Les comètes sont inconstantes ! Jusqu'à il y a quelques jours à peine, personne ne savait si celui-ci survivrait même au périhélie, son passage le plus proche du Soleil – qui s'est produit le 3 juillet, alors qu'il se trouvait à 44 millions de kilomètres de notre étoile, à peu près à la même distance que Mercure du Soleil. . De nombreuses petites comètes se brisent sous le stress, mais NEOWISE semble avoir très bien réussi, se tenant ensemble et formant une très longue queue qui donne aux comètes leur aspect emblématique (plus de détails dans une seconde).

La comète C/2020 F3 (NEOWISE) au-dessus du dôme de Saint-Pierre à Rome le 10 juillet 2020. Crédit : Gianluca Masi/The Virtual Telescope Project

À l'heure actuelle, son orbite le rapproche de la Terre, et le 23 juillet, il sera au périgée (le plus proche de la Terre) à une distance d'environ 100 millions de km (donc si vous lisez des articles apocalyptiques à bout de souffle disant qu'il nous frappera , alors 1) ne vous inquiétez pas, et b) arrêtez de lire des ordures comme ça). Il ne deviendra probablement pas beaucoup plus lumineux à mesure qu'il se rapproche - il brille par la lumière du soleil réfléchie, donc à mesure qu'il s'éloigne du Soleil, il devient plus sombre en raison de moins d'éclairage, mais cela est compensé par le fait qu'il se rapproche de la Terre - mais il est toujours assez lumineux pour vaut la peine d'aller voir.

La comète C/2020 F3 NEOWISE s'élevant au-dessus du village de Spicheren, France, le 07 juillet 2020. Crédit : Dr. Sebastian Voltmer

Un site sombre est préférable, mais il devrait être visible même dans un ciel légèrement pollué. L'utilisation de jumelles est également votre meilleur pari pour obtenir la meilleure vue. Un télescope est génial si vous en avez un, et cela vous montrera des détails sur la tête de la comète, mais il sera difficile d'avoir une bonne vue d'ensemble.

Une carte de l'emplacement de la comète C/2020 F3 (NEOWISE) dans le ciel jusqu'à la fin juillet 2020. Dubhe, Merak et Phecda marquent trois points sur le bol de la Grande Ourse. Crédit : Cometwatch

Faites face au nord-ouest après le coucher du soleil et l'horizon sera bas, augmentant chaque soir. Pendant la semaine du périgée, disons le 20, ce sera sous le bol de la Grande Ourse, donc si vous pouvez trouver que la comète devrait être facile. Comme l'horizon est bas, assurez-vous que la vue est dégagée : pas de montagnes, d'arbres, de bâtiments, etc.

Après environ le 25, la lumière de la Lune commencera à être un problème à mesure qu'elle croît (devient plus pleine), alors sortez dès que possible pour regarder. De plus, après le périgée, il s'estompera probablement rapidement à mesure qu'il s'éloignera de la Terre.

La comète C/2020 F3 (NEOWISE) prise avant le lever du soleil le 8 juillet 2020, prise à l'aide d'un télescope de 30 cm en Colombie-Britannique. Les multiples « capots » qui l'entourent peuvent provenir de jets soufflant de la poussière de la surface de la comète, créée lorsque le noyau de la comète tourne. Crédit : Debra Ceravolo

Cela ne ressemblera pas aux photos que vous voyez ici ou ailleurs en ligne - les appareils photo prennent de longues expositions et voient des détails plus faibles. C'est pourquoi les jumelles sont si utiles. Mais voir une comète de ses propres yeux est quelque chose de spécial. J'en ai vu pas mal et ça ne vieillit jamais. Jamais.

Donc si vous le voyez, que voyez-vous exactement ?

Les comètes sont des corps glacés et rocheux, généralement de quelques kilomètres (cette partie solide est appelée le noyau). Ils existent dans de nombreuses variétés, mais certains sont sur des orbites extrêmement allongées qui les emmènent de loin dans le système solaire externe vers le Soleil. Au fur et à mesure qu'ils se réchauffent, la glace qu'ils contiennent se sublime, passant d'un solide à un gaz. Cela déloge beaucoup de poussière à grain fin, qui est doucement repoussée par la pression de la lumière du soleil, formant la longue queue de poussière. Nous le voyons par la lumière du soleil réfléchie, il semble donc jaunâtre. Il se courbe parce que la force exercée sur les grains de poussière est faible, de sorte qu'ils suivent principalement la comète sur son orbite, s'éloignant lentement d'elle.

Dans le même temps, la lumière ultraviolette du Soleil zappe les atomes et les molécules du gaz, les ionisant (les dépouillant d'un ou plusieurs électrons). Cela permet au vent solaire - un flux de particules subatomiques du Soleil - d'entraîner le gaz via son champ magnétique, créant la queue ionique. Parce que le vent solaire est rapide (400 km/sec dans de nombreux cas), la queue des ions pointe directement à l'opposé du Soleil. Il s'agit généralement du bleu du monoxyde de carbone ionisé (CO+) ou du vert du carbone diatomique (C2), tous deux courants dans les comètes. Les changements dans le champ magnétique du vent solaire peuvent également provoquer des ondulations dans la queue ionique.

Une photo spectaculaire de C/2020 F3 (NEOWISE) montre sa magnifique queue de poussière jaune, sa queue d'ions bleus et une queue d'ions rouges inhabituelle. Crédit: Bray Falls

NEOWISE semble avoir deux queues ioniques, une bleue comme d'habitude et l'autre rouge. Je n'ai rien vu de définitif sur ce que cela pourrait provenir - les ions de soufre brillent en rouge, mais cela me semble peu probable dans une comète, et bien que le sodium soit plus courant, il a tendance à briller en jaune - mais si j'entends quelque chose, je mettrai à jour ce post.

Une vidéo spectaculaire en temps réel de la comète C/2020 F3 (NEOWISE) s'élevant au-dessus du limbe de la Terre vue par les astronautes de la Station spatiale internationale. Crédit : NASA / Seán Doran

L'orbite de la comète est intéressante. Son orbite d'origine l'a emmené jusqu'à 81 milliards de kilomètres, bien dans la ceinture de Kuiper au-delà de Neptune, et il a fallu environ 4 500 ans pour orbiter une fois autour du Soleil. Cependant, les effets gravitationnels des planètes ont quelque peu modifié l'orbite, l'allongeant. Maintenant, il s'éloignera d'environ 100 milliards de km du Soleil sur une orbite de 6800 ans. Alors voyez-le pendant que vous le pouvez, il ne sera pas de retour avant le 89ème siècle.

Un composite des trois images de découverte de la comète C/2020 F3 (NEOWISE) prises par le vaisseau spatial NEOWISE de la NASA. Le mouvement de la comète (rouge) la fait se démarquer des étoiles de fond. Crédit : NASA/JPL-Caltech

Elle a été découverte par la sonde spatiale NEOWISE (d'où le nom de la comète). À l'origine, la mission s'appelait WISE : Wide-field Infrared Survey Explorer, qui cartographie l'ensemble du ciel en infrarouge. L'hydrogène gelé utilisé pour le liquide de refroidissement s'est épuisé après environ un an, ce qui a limité les couleurs infrarouges qu'il pouvait voir. La mission a ensuite été rebaptisée mission Near-Earth Object WISE, pour rechercher des astéroïdes. Les observations de la comète par NEOWISE ont été utilisées pour découvrir que le noyau solide de la comète mesure environ 5 kilomètres de diamètre, il est donc assez grand, expliquant pourquoi il a survécu à la proximité du Soleil et aussi pourquoi il est si brillant.

L'une des images les plus inhabituelles de la comète NEOWISE provient de la sonde solaire Parker de la NASA, en orbite autour du Soleil, elle voit donc la comète sous un angle différent. Cela date du 5 juillet et voit clairement les détails à la fois dans la large queue de poussière et dans la ou les queues d'ions plus nettes. Crédit : NASA/Johns Hopkins APL/Naval Research Lab/Parker Solar Probe/Guillermo Stenborg

Si vous ne pouvez pas voir la comète ou si vous avez un ciel nuageux, le projet de télescope virtuel organise une projection en direct le 23. J'ai également une liste d'astrophotographes que je suis sur Twitter, et ils publieront sans aucun doute des photos étonnantes de NEOWISE dans les jours et semaines à venir. Ciel et télescope a aussi de superbes photos, et honnêtement, elle est si lumineuse et facile à repérer que le simple fait de taper le nom de la comète dans votre moteur de recherche préféré vous en donnera des millions de magnifiques photos.


La meilleure façon de regarder la comète NEOWISE, où que vous soyez

La comète NEOWISE a diverti les passionnés de l'espace à travers l'hémisphère nord. Bien que son nom officiel soit C/2020 F3, la comète a été surnommée NEOWISE d'après le télescope spatial Near-Earth Object Wide-Field Infrared Survey Explorer (NEOWISE) qui l'a remarquée pour la première fois plus tôt cette année. Cette &ldquoicy boule de neige&rdquo avec une queue gazeuse a fait son approche la plus proche du soleil le 3 juillet et revient maintenant d'où elle est venue : les confins du système solaire externe. Sa longue orbite en boucle autour de notre étoile garantit qu'après être passée au plus près de la Terre le 22 juillet, la comète NEOWISE ne reviendra pas avant 6 800 ans.

Même si la comète est maintenant suffisamment brillante pour être observée à l'œil nu, les astronomes inexpérimentés pourraient avoir du mal à savoir quand et où regarder. Scientifique américain a parlé à Jackie Faherty, astronome au Musée américain d'histoire naturelle de New York, pour obtenir des conseils d'observation et une meilleure appréciation des raisons pour lesquelles les comètes sont si spéciales.

[Une transcription éditée de l'entretien suit.]

Comment se prépare-t-on à regarder la comète NEOWISE à l'œil nu ?

Trouvez la bande de ciel la plus sombre possible et assurez-vous que vos yeux sont ajustés afin de vous donner la meilleure opportunité possible de voir des objets faibles. Cela signifie: ne vous contentez pas de marcher dehors après avoir regardé les lumières ou les écrans et attendez-vous à voir [la comète] vraiment bien. Vous avez besoin d'environ 15 minutes pour ajuster vos yeux, afin que vos pupilles soient ajustées et qu'elles soient habituées à voir des choses plus faibles. C'est la même chose que d'entrer dans une pièce sombre, et tout le monde sait que [vous] pouvez d'abord voir [les choses] et puis, tout d'un coup, vous commencez à voir des choses. Vous devez faire la même chose lorsque vous sortez. Et utilisez l'application Comet NEOWISE développée par l'astrophysicien Hanno Rein de l'Université de Toronto Scarborough pour voir exactement où il se trouve, afin de savoir dans quelle direction vous devez regarder. Et puis la clé serait de se trouver un endroit le plus sombre possible, qui [n'a] pas de lumière.

Dans quelle direction faut-il regarder ?

[La comète] apparaît [le soir] dans le ciel du nord-ouest. Mais le plus simple est [d'utiliser] l'application pour vous aider [à la trouver].

Quel est le meilleur moment pour regarder ?

Nous allons attraper [la comète] dans le ciel du soir. Nous l'appelons visionnage aux heures de grande écoute, c'est-à-dire lorsque le soleil vient de se coucher.

La comète NEOWISE au-dessus d'Hollywood. Crédit : Zihao Chen Getty Images

La comète NEOWISE sera-t-elle la plus brillante lorsqu'elle sera la plus proche de nous ?

Eh bien, c'est un compromis. Lorsque [l'objet est] plus proche du soleil, il se réchauffe. Et donc il est plus brillant parce qu'il dégaze [se réchauffant de sorte que sa glace se transforme en vapeur], et il a la lumière réfléchie par [le gaz]. [Mais] vous pouviez vraiment le voir [plus tôt], quand il était à la lumière du soleil.

Et quand il se rapproche de nous, il devient plus lumineux, à cause de [la diminution de] la distance. Quelque chose qui est plus proche de vous sera plus facile à voir, même s'il est plus faible.

Serions-nous capables de voir la comète dans des mégapoles comme New York et Los Angeles ?

J'ai vu des plans [de] zones résidentielles à L.A. Et je peux croire que les gens ont vu la chose à travers la pollution lumineuse à L.A., ce que j'aurais pensé être pire que [à] New York.

Ce que je conseille souvent aux gens pendant les pluies de météores, qui sont similaires à certains égards, c'est d'aller sur les toits. Un rooftop peut vous donner une vue très dégagée sur l'horizon, et il vous permet de vous éloigner de la pollution lumineuse.

Upper Manhattan&rsquos Inwood Hill Park est toujours un excellent endroit pour une faible pollution lumineuse à [New York City], ou vers les jetées du West Side. Le New Jersey n'est pas si mal avec la pollution lumineuse quand vous regardez dans cette direction [nord-ouest]. L'Intrepid Sea, Air & Space Museum avait un excellent endroit pour observer les étoiles sur [sa] plate-forme. Et les astronomes amateurs avaient l'habitude d'aller sur la High Line [dans le quartier de Chelsea] et c'est une belle zone sombre.

L'endroit où vous vous trouvez aux États-Unis est-il important ?

[Votre position] changera la hauteur au-dessus de l'horizon [la comète] s'élèvera pour vous. Mais parce que c'est l'hémisphère nord accessible, les États-Unis ont une fenêtre de visibilité qui est excellente pour le pays. J'ai vu les plans de New York à la Californie en passant par la Floride.

Quelqu'un serait-il capable de prendre une bonne photo avec un smartphone ?

Votre meilleur [pari est] d'avoir [un appareil photo pour smartphone] sur une exposition plus longue. Plus l'exposition est longue, meilleure est l'image, car [la comète] est faible et vous la verrez comme cette chose floue. Votre œil peut tout à fait le faire pour vous. Vous ouvrez l'œil, mais il ne peut pas enregistrer les photons et les laisser s'accumuler, et c'est ce que l'appareil photo est capable de faire.

Que va faire la comète ensuite ?

[Après] le 22 juillet, il devient de plus en plus sombre à mesure qu'il s'éloigne de la Terre. Et cela devient très vite quelque chose que vous ne pouvez pas voir à l'œil nu, même par la nuit la plus claire. Mais [avec] des jumelles ou un télescope, nous serons toujours bons pour le voir pendant un certain temps. Ensuite, il s'en va vers la partie extérieure du système solaire, et il aura disparu pendant quelques milliers d'années avant de faire le voyage de retour. Il a une longue orbite autour du soleil que font la plupart des comètes. Il leur faut des centaines ou des milliers d'années pour faire le tour du soleil. Ils traînent [principalement] dans la partie externe du système solaire.

Pourquoi devrait-on se soucier des comètes ?

Si vous pouviez capturer la comète et la ramener sur Terre et l'étudier dans un laboratoire, vous auriez l'un des Saint Graal pour comprendre les ingrédients pour faire une planète et peut-être pour la rendre habitable. Comme, &ldquoComment la vie s'est-elle livrée ici ?&rdquo Les comètes sont l'une des choses que nous recherchons pour des réponses. Ils ont obtenu tout ce matériau primordial qui était autour pour former la planète qui deviendrait la Terre et qui serait remplie d'eau et où la vie grouillerait. Donc de ce point de vue, une comète est un objet vraiment important à étudier. Mais nous pouvons le capturer et le ramener ici.

Nous avons déjà tenté d'atterrir sur une comète. Nous l'avons fait avec la comète 67P. C'était une mission européenne, et le tout s'appelait Rosetta, avec cet atterrisseur Philae. [Maintenant] nous avons une mission vraiment cool appelée OSIRIS-REx. Et c'est une mission vers un astéroïde appelé Bennu qui va atterrir, acquérir un échantillon et le ramener sur Terre, ce qui est génial et fou.

Les comètes étaient souvent des marqueurs&mdashomens&mdash avant de comprendre ce qu'elles étaient. C'est ainsi que les gens les voyaient, les porteurs de bonnes choses, les porteurs de mauvaises choses. Je trouve fascinant qu'en cette année 2020 nous ayons un marqueur dans le ciel. Et c'est un rappel que nous devrions chercher davantage. Nous devons faire attention au ciel [et à ce] qu'il nous apporte.

La comète NEOWISE sur Stonehenge. Crédit : Getty Images

Quelqu'un peut-il prédire quand viendra la prochaine comète brillante ?

Pouvons-nous prédire la prochaine comète passionnante à l'œil nu, celle qui va entrer et nous impressionner à quel point NEOWISE nous impressionne en ce moment ? Il y en a qui font la queue et qui feront une bonne apparition, comme Halley Comet, par exemple. Cette orbite est d'environ 80 ans ou quelque chose comme ça. Donc, nous savons quand [cette comète] arrive, nous savons quand elle va. Mais [ce que] vous voulez savoir, c'est : &ldquoEst-ce qu'il y en aura un l'année prochaine ? Y en aura-t-il un le mois prochain ?» Malheureusement, les comètes ne sont que des bêtes imprévisibles et erratiques. Vous ne savez pas ce qui va leur arriver à mesure qu'ils s'approchent du soleil. Parfois, ils se séparent tout simplement. Les comètes sont notoirement imprévisibles. Je ne peux donc pas vous dire la suite.

Le télescope spatial NEOWISE surveille le ciel, à la recherche de ce genre de choses. Et il y a plusieurs enquêtes différentes qui sont à la recherche d'objets qui vont s'approcher de la Terre. Mais qui sait quand ils les trouveront. C'est la beauté de la science : les scientifiques examinent les données tous les jours et essaient de trouver quelque chose.


Muscles de la lune dans

Depuis qu'elle a contourné le soleil, la comète s'est lentement élevée dans le ciel du nord-ouest du soir et sa position par rapport à la Grande Ourse l'a rendue assez facile à trouver. Mais maintenant, un objet qui était pratiquement absent du ciel du soir depuis que NEOWISE a contourné le soleil, est maintenant de retour en vue et constituera un obstacle de plus en plus important pour les observateurs de comètes chaque nuit qui passe.

Ce week-end, ce sera un croissant qui s'élargit et sa lumière ne sera pas trop gênante, mais lundi (27 juillet), il atteindra sa phase de premier quart ("demi"), et dans les nuits suivantes ce sera une épilation à la cire gibbeux, et inondant le ciel tard dans la nuit et tôt le matin de sa lumière au cours de la semaine à venir. Et maintenant que la comète s'éloigne à la fois du soleil et de la Terre, elle continuera à s'estomper mais à un rythme plus rapide.

Selon les prévisions les plus récentes du Bureau central des télégrammes astronomiques, NEOWISE passera probablement en dessous de la cinquième magnitude d'ici la fin juillet et cela, combiné à la lumière d'une presque pleine lune, signifiera qu'il ne sera presque certainement plus visible sans des jumelles ou un petit télescope.

Ainsi, ce dernier week-end de juillet leur offrira probablement la dernière chance d'avoir un très bon aperçu de ce visiteur bien au-delà des limites extérieures de notre système solaire. La proximité de la comète avec la Grande Ourse facilitera grandement sa localisation. N'oubliez pas que votre poing fermé à bout de bras mesure environ 10 degrés. Les samedis et dimanches soirs (25-26 juillet), environ deux heures après le coucher du soleil, faites face au nord-ouest pour trouver la Grande Ourse.

Descendez d'environ 15 degrés (environ "un poing et demi") vers le bas et vers le bas à gauche du fond du "bol" de la Grande Ourse, et finalement vous arriverez à proximité de la comète. Si vous vous trouvez dans un endroit sombre, sans lumière vive, vous devriez pouvoir distinguer la comète sous la forme d'une pâle traînée de lumière à l'œil nu.

Autre conseil : lorsque vous regardez la comète, ayez légèrement les yeux écartés afin de mieux la voir. En raison de la structure de l'œil, les objets faibles sont vus plus clairement lorsqu'ils ne sont pas regardés directement. Deux heures après le coucher du soleil, NEOWISE se tiendra à plus de 20 degrés ("deux poings") au-dessus de l'horizon ouest-nord-ouest.

Si vous ne pouvez toujours pas le voir, c'est là que les jumelles seront les plus avantageuses. Des jumelles (ou un télescope de faible puissance) amélioreront certainement la vue en raison de leur plus grand pouvoir de collecte de lumière.


La comète se déplace à environ 40 miles par seconde (soit environ 144 000 mph, ou 231 000 km/h).

Joe Masiero, chercheur principal adjoint de la mission NEOWISE, a déclaré que la comète se déplace environ deux fois plus vite que la vitesse de la Terre autour du soleil. Mais ne vous attendez pas à ce que ce clip rapide dure.

En raison de l'orbite extrêmement elliptique de la comète, elle ralentira lorsqu'elle atteint son point le plus éloigné du soleil, puis retombe vers le système solaire interne et accélère à nouveau lorsqu'elle revient autour du soleil. Ce voyage autour du soleil est terminé pour l'orbite actuelle de la comète NEOWISE et elle revient vers le système solaire externe.

"Et ainsi, au fur et à mesure qu'il s'éloignera du soleil, [it] ralentira à mesure qu'il remontera bien cette gravité", a déclaré Masiero.


Comète passant devant la Terre, offrant un spectacle spectaculaire

La comète Neowise s'élève à l'horizon du ciel matinal dans cette vue depuis le belvédère près du grand point de vue du Colorado National Monument à l'ouest de Grand Junction, Colorado, le jeudi 9 juillet 2020. La comète nouvellement découverte passe devant la Terre, offrant un spectacle nocturne céleste après avoir bourdonné le soleil et déployé sa queue. (Conrad Earnest via AP)

Une comète nouvellement découverte passe devant la Terre, offrant un spectacle nocturne époustouflant après avoir bourdonné le soleil et élargi sa queue.

La comète Neowise, la comète la plus brillante visible depuis l'hémisphère nord depuis un quart de siècle, a balayé l'orbite de Mercure il y a une semaine. Sa proximité avec le soleil a fait brûler de la poussière et du gaz à sa surface et créer une queue de débris encore plus grande. Maintenant, la comète se dirige vers nous, avec une approche la plus proche dans deux semaines.

Le télescope spatial infrarouge Neowise de la NASA a découvert la comète en mars.

Les scientifiques impliqués dans la mission ont déclaré que la comète mesure environ 5 kilomètres de diamètre. Son noyau est recouvert de suie remontant à l'origine de notre système solaire il y a 4,6 milliards d'années.

La comète sera visible à travers l'hémisphère nord jusqu'à la mi-août, date à laquelle elle retournera vers le système solaire externe. Bien qu'il soit visible à l'œil nu dans un ciel sombre avec peu ou pas de pollution lumineuse, des jumelles sont nécessaires pour voir la longue queue, selon la NASA.

Il faudra environ 7 000 ans avant le retour de la comète, "je ne suggérerais donc pas d'attendre le prochain passage", a déclaré le chercheur principal adjoint du télescope, Joe Masiero, du Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie.

  • Dans cette image publiée par la NASA, la comète Neowise, à gauche, est vue dans l'horizon oriental au-dessus de la Terre dans cette image prise depuis la Station spatiale internationale le dimanche 5 juillet 2020. (NASA via AP)
  • La comète Neowise s'élève à l'horizon du ciel matinal dans cette vue depuis le belvédère près du grand point de vue du Colorado National Monument à l'ouest de Grand Junction, Colorado, le jeudi 9 juillet 2020. La comète nouvellement découverte passe devant la Terre, offrant un spectacle nocturne céleste après avoir bourdonné le soleil et déployé sa queue. (Conrad Earnest via AP)
  • La comète NEOWISE ou C/2020 F3 est vue au-dessus de Salgotarjan, en Hongrie, tôt le vendredi 10 juillet 2020. Elle est passée au plus près du Soleil le 3 juillet et son approche la plus proche de la Terre aura lieu le 23 juillet. (Peter Komka/MTI via AP)
  • La comète NEOWISE ou C/2020 F3 est vue au-dessus de Cered, en Hongrie, le lundi 6 juillet 2020. Elle est passée au plus près du Soleil le 03 juillet et son approche la plus proche de la Terre aura lieu le 23 juillet. (Peter Komka/MTI via AP)
  • La comète NEOWISE ou C/2020 F3 est vue au-dessus de Salgotarjan, en Hongrie, tôt le vendredi 10 juillet 2020. Elle est passée au plus près du Soleil le 3 juillet et son approche la plus proche de la Terre aura lieu le 23 juillet. (Peter Komka/MTI via AP)
  • La comète NEOWISE ou C/2020 F3 est vue au-dessus de Cered, en Hongrie, le lundi 6 juillet 2020. Elle est passée au plus près du Soleil le 03 juillet et son approche la plus proche de la Terre aura lieu le 23 juillet. (Peter Komka/MTI via AP)

Il a dit qu'il s'agissait de la comète la plus brillante depuis le milieu des années 1990 pour les astronomes de l'hémisphère nord.

Les astronautes à bord de la Station spatiale internationale l'ont déjà aperçu.

Bob Behnken de la NASA a partagé une photo spectaculaire de la comète sur les réseaux sociaux jeudi soir, montrant l'Asie centrale en arrière-plan et la station spatiale au premier plan.

"Des étoiles, des villes, des vaisseaux spatiaux et une comète !" a-t-il tweeté depuis l'orbite.

© 2020 La Presse Associée. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut pas être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.


La nouvelle comète NEOWISE orne le ciel

La comète NEOWISE capturée le 6 juillet 2020 au-dessus de l'horizon nord-est juste avant le lever du soleil à Tucson. Les téléspectateurs de la région peuvent trouver la comète dans le ciel nord-est près de l'horizon entre 4 h et 4 h 30 jusqu'au 11 juillet, après quoi elle sera visible dans le ciel nord-ouest juste après le coucher du soleil, sous la Grande Ourse. Crédit : Vishnu Reddy

Une comète en visite depuis les parties les plus éloignées de notre système solaire présente un spectacle nocturne spectaculaire. La comète C/2020 F3 NEOWISE s'est rapprochée une fois dans sa vie du soleil le 3 juillet et traversera l'orbite terrestre en revenant vers les parties externes du système solaire d'ici la mi-août.

"Au cours des prochains jours, les téléspectateurs de l'Arizona pourront apercevoir la comète dans le ciel du nord-est tôt le matin près de l'horizon entre 4 et 4 h 30", a déclaré Amy Mainzer, professeur de sciences planétaires à l'Université d'Arizona. "Puis, le 11 juillet, il commencera à être visible dans le ciel du nord-ouest juste après le coucher du soleil, juste en dessous de la constellation de la Grande Ourse", qui contient la Grande Ourse.

Mainzer est le chercheur principal de la mission Near-Earth Object Wide-field Infrared Survey Explorer, ou NEOWISE, de la NASA, qui a découvert la comète le 27 mars.

Son passage très proche par le soleil cuit les couches de gaz et de poussière les plus externes de la comète et les transforme en une grande et large queue de débris, mais la comète a réussi à survivre à cette torréfaction intense. Des observateurs du monde entier (et ailleurs) se précipitent pour capturer ce feu d'artifice naturel avant que la comète ne s'envole dans l'obscurité de l'espace. Même les astronautes à bord de la Station spatiale internationale l'ont repéré depuis leur point de vue au-dessus de la surface de la Terre.

Les observateurs pourraient être en mesure de voir le noyau central de la comète, ou noyau, à l'œil nu dans un ciel sombre à l'aide de jumelles donneront aux téléspectateurs un bon aperçu de la comète floue et de sa longue queue striée, qui ressemble un peu au faisceau d'une lampe de poche pointant vers le haut.

NEOWISE a repéré le visiteur glacé à l'aide de ses deux canaux infrarouges sensibles aux signatures thermiques émises par l'objet en train de cuire au soleil.

La comète NEOWISE apparaît comme une chaîne de points rouges flous traversant la constellation Puppis dans cette image composite qui combine plusieurs expositions prises par la mission NEOWISE le 27 mars. La comète apparaît en rouge dans cette image infrarouge sensible à la chaleur car elle est beaucoup plus froide que la étoiles de fond, qui sont des milliers de degrés. Crédit : Université d'Arizona/NASA/Jet Propulsion Laboratory

Le vaisseau spatial NEOWISE, initialement nommé Wide-Field Infrared Survey Explorer, ou WISE, a été lancé en décembre 2009. WISE n'a pas été conçu pour étudier les astéroïdes et les comètes et a maintenant dépassé sa durée de vie prévue de sept mois. Bien qu'incapable de découvrir un grand nombre d'astéroïdes et de comètes géocroiseurs, le vaisseau spatial a fourni des informations sur le nombre et la taille des astéroïdes et des comètes sur la base d'un petit échantillon d'entre eux. NEOWISE a été réaffecté à cet usage en 2013 par ce qui est maintenant connu sous le nom de Planetary Defense Coordination Office de la NASA.

"Dans ses images de découverte, la comète NEOWISE est apparue comme un point brillant et flou se déplaçant dans le ciel même quand elle était encore assez loin. Dès que nous avons vu à quelle distance elle s'approcherait du soleil, traversant l'orbite de Mercure, nous j'espérais que cela donnerait un bon spectacle », a déclaré Mainzer.

La recherche d'astéroïdes ou de comètes susceptibles d'avoir un impact sur la Terre élargit également la compréhension scientifique des corps primitifs du système solaire comme les comètes. Dans ce cas, la comète NEOWISE passera sans danger à 64 millions de kilomètres de la Terre tout en donnant aux astronomes l'opportunité d'en savoir plus sur sa composition et sa structure.

"D'après sa signature infrarouge, nous pouvons dire qu'elle mesure environ 5 kilomètres, ou 3 miles, et en combinant les données infrarouges avec des images de lumière visible, nous pouvons dire que le noyau de la comète est recouvert de particules noires et fuligineuses restantes de sa formation. près de la naissance de notre système solaire il y a 4,6 milliards d'années », a déclaré Joseph Masiero, chercheur principal adjoint de NEOWISE, du Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

The NEOWISE mission is not expected to last much longer due to the nature of its orbit and will eventually harmlessly re-enter Earth's atmosphere. The University of Arizona and the Jet Propulsion Laboratory are working on the formulation of a highly capable next-generation space-based telescopic survey—the Near-Earth Object Surveillance Mission, or NEOSM.


C/2020 F3 (NEOWISE)

C/2020 F3 (NEOWISE), or Comet NEOWISE is a newly-discovered comet. It was discovered on March 27, 2020, by the NEOWISE space telescope (a NASA infrared-wavelength astronomical space telescope launched in December 2009 and placed in hibernation mode in February 2011 and re-activated in 2013). It is a retrograde comet with a near-parabolic orbit. It passed closest to the Sun on July 3, 2020.

In astronomy, retrograde motion is in astronomy is an orbital or rotational motion of an object in the direction opposite the rotation of its primary (in this instance, the Sun).

Comet NEOWISE had an orbital period of about 4800 years. But, its last perihelion passage (nearest point to the Sun, which was 0.29 AU or 43 million km or 26.7 million miles an occurred in June 2020) will increase it to about 6800 years.

What is a comet?

Like asteroids, comets are space rocks too. They were formed around the same time as asteroids and they are leftovers from the formation of our solar system too. However, the biggest difference between an asteroid and a comet is what they are made of. Comets are icy bodies, unlike the rocky asteroids. Because they formed at farther distances from the Sun than the asteroids.

Asteroids formed toward the inner regions of our solar system where temperatures were hotter. As a result, only rock or metal could remain solid without melting. temperatures were hotter and thus only rock or metal could remain solid without melting. Comets have a solid, core structure which is known as the nucleus composed of an amalgamation of rock, dust, water ice, and frozen carbon dioxide, carbon monoxide, methane, and ammonia. That’s why they are popularly described as “dirty snowballs”.

Comets also have an extended, gravitationally unbound atmosphere surrounding their central nucleus. This atmosphere has parts termed the coma (the central part immediately surrounding the nucleus) and the tail (a typically linear section consisting of dust or gas blown out from the coma by the Sun’s light pressure or outstreaming solar wind plasma). However, extinct comets that have passed close to the Sun many times have lost nearly all of their volatile ices and dust and may come to resemble small asteroids.


ALPO Comet News for June 2021

The monthly Association of Lunar and Planetary Observers (ALPO) Comet News PDF can be found on the ALPO Comets Section website @ http://www.alpo-astr. org/cometblog/. A shorter version of this report is posted here (minus magnitude estimates and figures). The ALPO Comet Section welcomes all comet related observations, whether textual descriptions, images, drawings, magnitude estimates, or spectra. You do not have to be a member of ALPO to submit material, though membership is encouraged. To learn more about the ALPO, please visit us @ http://www.alpo-astronomy.org. We can also be reached at < comets @ alpo-astronomy.org >.

Comets C/2020 T2 (Palomar) and 7P/Pons-Winnecke should vie for the title of brightest comet of June though they should only reach magnitude 10.0. While June won’t see any “bright” comets, there are a large number of fainter objects, in addition to the aforementioned comets, between magnitudes 10 and 13. These fainter objects include some low numbered periodic comets (4P/Faye, 8P/Tuttle, 10P/Tempel, and 15P/Finlay) and long period comets C/2019 L3 (ATLAS), C/2020 J1 (SONEAR), and C/2020 R4 (ATLAS). C/2021 A1 (Leonard) is still inbound and has the potential to be a notable object at the end of the year, though its lack of recent brightening is concerning.

During the month of May 2021, the ALPO Comets Section received 32 images and/or sketches from Denis Buczynski, John Chumack, Carl Hergenrother, Martin, Mobberley, Mike Olason, Gregg Ruppel, John D. Sabia, and Chris Schur of the following comets: 4P/Faye, 6P/d’Arrest, 7P/Pons-Winnecke, 8P/Tuttle, 10P/Tempel, 15P/Fnlay, 17P/Holmes, 28P/Neujmin, 57P/du Toit-Neujmin-Delporte, 67P/Churyumov-Gerasimenko, 117P/Helin-Roman-Alu, C/2017 K2 (PANSTARRS), C/2019 K7 (Smith), C/2020 H5 (Robinson), C/2020 S1 (SONEAR), C/2020 R4 (ATLAS), C/2020 S3 (Erasmus), C/2020 T2 (Palomar), C/2021 A1 (Leonard), C/2021 A9 (PANSTARRS), and C/2021 E3 (ZTF).

On the magnitude front, J. J. Gonzalez, Carl Hergenrother, and Chris Wyatt submitted 43 visual and CCD/CMOS brightness measurements of comets 7P/Pons-Winnecke, 117P/Helin-Roman-Alu, 246P/NEAT, C/2017 K2 (PANSTARRS), C/2018 U1 (Lemon), C/2019 F1 (ATLAS-Africano), C/2019 T4 (ATLAS), C/2020 F5 (MASTER), C/2020 J1 (SONEAR), C/2020 R4 (ATLAS), C/2020 T2 (Palomar), and C/2021 A1 (Leonard).

The Comets Section Image Gallery (http://www.alpo-astr. nd-Observations) also reached a milestone in May when the number of images/sketches passed the 6000 mark. The next milestone is the total number of different comets represented in the Gallery. We are only 4 comets away from having images of 600 comets.

We plan on publishing our analysis of the bright comets of 2019 in an upcoming issue of the Journal of the ALPO. If you have any comet observations from 2019, especially for comets 260P/McNaught, C/2018 N2 (ASSASN), C/2018 W2 (Africano), and C/2018 Y1 (Iwamoto), please consider sending them to the Comets Section at < comets @ alpo-astronomy.org >. We would like to thank Jef De Wit, Uwe Pilz, and Michael Rosolina who recently contributed sketches of 2019’s brighter comets.

Bright Comets (magnitude < 10.0)

None, though there is a chance that C/2020 T2 (Palomar) and 7P/Pons-Winnecke may surprise us and become brighter than predicted. Those two comets are described in the following section.

Fainter Comets of Interest (generally between magnitude 10.0 and 13.0)

C/2020 T2 (Palomar) – While no comets are expected to be brighter than magnitude 10.0 this month, let’s kick off the “Fainter Comets of Interest” section with two comets that should come close to magnitude 10.0 and, with luck, could become brighter.

C/2020 T2 (Palomar) was discovered on 2020 October 7 at 19th magnitude and heliocentric distance of 4.4 au. The Zwicky Transient Facility (ZTF) used the 1.2-m Schmidt on Mount Palomar for the discovery. C/2020 T2 (Palomar) is a long-period comet with perihelion next month on July 11 at 2.05 au and an orbital period of

Visual observations by J. J. Gonzalez, Carl Hergenrother, and Chris Wyatt placed Palomar between magnitude 9.8 and 11.1 with a coma diameter between 3.5’ and 7’ in May. CCD observations by Carl Hergenrother on May 31 found the comet at magnitude 9.7 with a large 14’ coma. This bright and large coma was confirmed by other CCD measurement submitted to the COBS site. For example, Thomas Lehmann (ICQ code LEHaa) measured a magnitude of 10.1 and coma diameter of 17’ on May 19.90 UT.

June should see C/2020 T2 maintain a peak brightness between 10.0 and 10.5 as it moves through Boötes in the evening sky. Imagers should be on the lookout for any narrow dust tail/trail features as the Earth passes through Palomar’s orbital plane on June 14.

C/2020 T2 (Palomar)
T = 2021-Jul-11 q = 2.05 au Max El
Long-period comet –

5700-year orbital period (deg)
Date R.A. Decl. r d Elong Const Mag 40N 40S
2021-Jun-01 13 36 +23 09 2.110 1.443 117E Boo 10.4 72 27
2021-Jun-06 13 37 +21 08 2.097 1.460 114E Boo 10.4 69 29
2021-Jun-11 13 38 +19 02 2.086 1.479 112E Boo 10.4 64 31
2021-Jun-16 13 41 +16 50 2.077 1.502 109E Boo 10.4 60 33
2021-Jun-21 13 43 +14 36 2.069 1.529 107E Boo 10.4 56 36
2021-Jun-26 13 47 +12 20 2.063 1.558 104E Boo 10.4 51 38
2021-Jul-01 13 51 +10 02 2.058 1.591 102E Boo 10.4 47 40
2021-Jul-06 13 55 +07 44 2.056 1.626 99E Boo 10.4 43 42
Comet Magnitude Parameters --- H = 7.7, 2.5n = 8.0

7P/Pons-Winnecke – Comet Pons-Winnecke was discovered on 1819 June 12 by Jean-Luis Pons and independently re-discovered 39 years later on 1858 March 9 by Friedrich August Theodor Winnecke. Throughout the 19th and early 20th century, Pons-Winnecke routinely reached 6th magnitude during its better placed apparitions. In 1927 during an especially close approach to Earth (0.04 au), the comet peaked at magnitude 3.5. Unfortunately, it hasn’t had a bright return since 1939 (6th magnitude) and nowadays usually gets no brighter than

10-11th magnitude. The recent drought of bright 7P apparitions is due to an increase in perihelion distance from 0.76 au in 1841 to a maximum of 1.26 au in 1989. This year’s perihelion occurred on 2021 May 27 at 1.23 au.

Three visual observations were submitted to the ALPO Comets Section. J. J. Gonzalez observed a very diffuse 2.5’ coma at magnitude 11.3 on May 08.13 UT. 5 nights later (May 13.72 UT), Chris Wyatt reported a fainter comet at magnitude 14.4. He also saw a much smaller coma (0.3’) suggesting the fainter magnitude estimate was due to not detecting all of 7P’s coma. When Chris next observed the comet on May 19.62 UT, he saw a larger coma (2.0’) and made a brighter magnitude estimate at 12.8. He also reported the comet was easier to see in a Swan band filter which enhances gas emissions. CCD/CMOS photometry submitted to the COBS site found the comet to be as bright as magnitude 10.8 in mid-May with coma diameters as large as 10’.

7P has a history of outbursts. In 2008, a

3 magnitude outburst occurred a few months before perihelion. Just recently, Mike Kelley reported on comets-ml the detection of a

0.7 magnitude outburst which started sometime between May 30 and June 2. As a result of this recent outburst, imagers have been detecting some interesting inner coma structure.

Barring further outbursts, Pons-Winnecke should reach peak brightness in mid-June at magnitude 10.5. This is a few weeks after perihelion and around the time of closest approach to Earth on June 12 at 0.44 au. The comet also sees it peak brightness skewed a few weeks after perihelion. 7P is observable from both hemispheres as it traverses the morning constellations of Capricornus (Jun 1-7), Aquarius (7-20), Pisces Austrinus (20-27) and Sculptor (27-30).

Photo Op Alert:
June 14/15 with the Helix Nebula (NGC 7293 / Caldwell 63)

7P/Pons-Winnecke
T = 2021-May-27 q = 1.23 au Max El
Jupiter-family comet - 6.31-yr orbital period (deg)
Date R.A. Decl. r d Elong Const Mag 40N 40S
2021-Jun-01 21 32 -11 25 1.236 0.452 108M Cap 10.9 29 62
2021-Jun-06 21 52 -14 49 1.240 0.445 110M Cap 10.8 26 65
2021-Jun-11 22 11 -18 19 1.248 0.442 111M Aqr 10.7 22 69
2021-Jun-16 22 30 -21 51 1.258 0.443 113M Aqr 10.6 19 72
2021-Jun-21 22 47 -25 20 1.272 0.448 114M PsA 10.6 17 76
2021-Jun-26 23 04 -28 43 1.288 0.456 116M PsA 10.5 14 79
2021-Jul-01 23 18 -31 54 1.307 0.467 118M Scl 10.6 12 82
2021-Jul-06 23 31 -34 55 1.328 0.482 120M Scl 10.6 10 85
Comet Magnitude Parameters --- H = 11.7, 2.5n = 12.5, offset = +50 days

4P/Faye – In March 1841, comet 4P/Faye passed within 0.64 au of Jupiter resulting in a decrease in perihelion distance from 1.80 to 1.69 au. Perhaps because of the smaller perihelion distance, the comet became bright enough to be discovered visually by Herve Faye on 1843 November 23 at 5th-6th magnitude. Or it is possible P/Faye experienced an outburst unrelated to the closer perihelion. Regardless, the discovery apparition proved to be anomalously bright. Most subsequent apparitions saw 4P max out at 9-10th magnitude at best. Since discovery, its perihelion distance has been stable ranging between 1.59 and 1.75 au.

This year marks the comet’s 22nd observed return and is a moderately good return with perihelion on September 8 at 1.62 au and closest approach to Earth on December 5 at 0.94 au. In June, Faye is a morning object brightening from around magnitude 13.7 to 12.5 as its moves through the morning constellations of Pisces (Jun 1-26) and Aries (26-30). Peak brightness should occur at the end of September near magnitude 10.3.

The nucleus of Comet Faye has been directly observed by the Hubble Space Telescope at multiple apparitions and was measured to be 3.5 km in diameter.

4P/Faye
T = 2021-Sep-09 q = 1.62 au Max El
Jupiter-family comet - 7.48-yr orbital period (deg)
Date R.A. Decl. r d Elong Const Mag 40N 40S
2021-Jun-01 00 43 +07 57 1.905 2.247 57M Psc 13.7 11 31
2021-Jun-06 00 55 +08 59 1.880 2.186 59M Psc 13.5 12 31
2021-Jun-11 01 07 +10 00 1.856 2.126 60M Psc 13.3 14 32
2021-Jun-16 01 19 +11 00 1.833 2.068 62M Psc 13.1 16 32
2021-Jun-21 01 32 +11 58 1.811 2.010 63M Psc 12.9 18 32
2021-Jun-26 01 45 +12 53 1.790 1.954 65M Psc 12.7 20 32
2021-Jul-01 01 58 +13 47 1.769 1.900 66M Ari 12.5 23 32
2021-Jul-06 02 11 +14 37 1.750 1.846 68M Ari 12.3 25 31
Comet Magnitude Parameters --- H = 3.9, 2.5n = 28.9

8P/Tuttle – Similar to the discovery story of 7P/Pons-Winnecke, 8P/Tuttle was discovered during two widely separated apparitions. Pierre François André Méchain was the first discoverer in January 1790. Sixty-eight years later, 8P was re-discovered by Horace Parnell Tuttle in January 1858. With a 13.6-year period, 8P/Tuttle is making its 13th observed return having been missed in 1953 and at the 4 perihelion passages between the 1790 and 1858 discoveries. Tuttle’s relatively large semi-major axis of 5.7 au and inclination of 54.9° makes it a Halley-type rather than a Jupiter-family comet. It is also the parent body of December’s Ursid meteor shower.

This year perihelion will be on August 27 at 1.03 au with a closest approach to Earth on September 12 at 1.81 au. Currently, 8P is a very difficult object to observe being invisible to southern hemisphere observers in June and located at very low elevations for northern observers. It will reappear for southern hemisphere observers in late August at 9th magnitude as it brightens to 8.5 in September.

Tuttle’s best return was in 2008 when it passed 0.25 au from Earth and brightened to 5th magnitude. That close approach allowed radar observations to resolve its 10 km (6 mile) in diameter contact binary nucleus. Two returns from now in 2048, it will have an excellent return with a an Earth close approach distance of only 0.17 au.

8P/Tuttle
T = 2021-Aug-27 q = 1.03 au Max El
Halley-family comet - 13.6-yr orbital period (deg)
Date R.A. Decl. r d Elong Const Mag 40N 40S
2021-Jun-01 03 28 +45 01 1.631 2.470 26 Per 14.5 9 0
2021-Jun-06 03 47 +44 32 1.580 2.428 26 Per 14.2 8 0
2021-Jun-11 04 07 +43 52 1.530 2.386 25 Per 13.9 7 0
2021-Jun-16 04 27 +43 00 1.481 2.344 24 Per 13.6 6 0
2021-Jun-21 04 46 +41 56 1.432 2.302 23 Per 13.3 6 0
2021-Jun-26 05 06 +40 39 1.385 2.261 23 Aur 13.0 5 0
2021-Jul-01 05 25 +39 08 1.339 2.220 22 Aur 12.7 4 0
2021-Jul-06 05 44 +37 24 1.295 2.180 22 Aur 12.4 3 0
Comet Magnitude Parameters --- H = 7.0, 2.5n = 20.0, offset = +25 days

10P/Tempel – 10P/Tempel’s 2021 apparition has been a poorly placed one. Luckily, we won’t have to wait too long for a better 10P apparition as the 2026 return will be its best since 1967. In 2026, Tempel will pass within 0.41 au of Earth and peak at magnitude 7.5.

Jupiter-family comet 10P/Tempel (formally known as Tempel 2) is now two months past its March 24 perihelion at 1.41 au. The current poor observing circumstances are due to Tempel being located over 2 au from Earth and roughly on the other side of the Sun from our Earth-based vantage point.

No visual observations were submitted to the Comets Section in May. In fact, very few observations have been submitted anywhere with only a single night of May astrometry being published by the Minor Planet Center and no submissions to the COBS site. Mike Olason was able to image the comet from Tucson, Arizona which is quite the feat considering the comet didn’t rise till well after the start of astronomical twilight.

Now post perihelion, 10P should slowly fade in May from magnitude 11.2 to 11.5. Then again, the sparse recent observations suggest it may already be fainter than the prediction. While still predominately a southern object, 10P at least crawls above the horizon before the start of astronomical twilight for northern observers by the end of June.

10P/Tempel
T = 2021-Mar-24 q = 1.41 au Max El
Jupiter-family comet - 5.4-yr orbital period (deg)
Date R.A. Decl. r d Elong Const Mag 40N 40S
2021-Jun-01 01 48 +02 46 1.583 2.131 44M Psc 11.5 0 25
2021-Jun-06 02 01 +03 36 1.607 2.129 46M Psc 11.5 0 26
2021-Jun-11 02 13 +04 23 1.631 2.126 47M Cet 11.6 0 27
2021-Jun-16 02 25 +05 06 1.656 2.121 49M Cet 11.6 0 28
2021-Jun-21 02 37 +05 45 1.682 2.116 51M Cet 11.7 2 29
2021-Jun-26 02 48 +06 21 1.709 2.109 53M Cet 11.7 4 30
2021-Jul-01 02 59 +06 53 1.736 2.102 55M Cet 11.8 6 31
2021-Jul-06 03 10 +07 22 1.764 2.092 57M Cet 11.8 9 31
Comet Magnitude Parameters --- H = 7.7, 2.5n = 8.1

15P/Finlay – 15P/Finlay was discovered in 1886 by William Henry Finlay at the Royal Observatory at Cape of Good Hope in South Africa. This apparition marks the 16th observed return of 15P. Its best return was in 1906 when it passed 0.27 au from Earth and reached 6th magnitude. During its previous return in 2014/2015, 15P experienced two outbursts of 2-3 mag outburst with the brightest reaching 7th magnitude.

Imaging photometry of 15P reported to the COBS site in May found a comet that was as bright as magnitude 12.5 on May 18 (Michael Lehmann with a 0.2-m reflector). With perihelion on July 13 at 0.99 au, the comet should continue to brighten in June from around magnitude 11.8 (June 1) to 10.5 (July 1). The comet will be a difficult object for northern observers as it moves through the morning sky in Cetus (Jun 1-12), Pisces (12-22), Cetus again (22-26) and Aries (26-30). It will be better placed for southern observers.

Barring any future outbursts, Finlay should peak at magnitude 9.9 at the end of July.

Photo Op Alerts:
June 8/9 with Local Group galaxy IC 1613
June 17 with galaxy NGC 676

15P/Finlay
T = 2021-Jul-13 q = 0.99 au Max El
Jupiter-family comet - 6.56-yr orbital period (deg)
Date R.A. Decl. r d Elong Const Mag 40N 40S
2021-Jun-01 00 28 -03 48 1.164 1.123 65M Cet 11.8 6 43
2021-Jun-06 00 50 -00 58 1.129 1.105 64M Cet 11.5 7 40
2021-Jun-11 01 13 +01 55 1.098 1.093 62M Cet 11.3 8 38
2021-Jun-16 01 36 +04 47 1.069 1.088 60M Psc 11.0 9 35
2021-Jun-21 01 59 +07 36 1.045 1.089 59M Psc 10.8 10 32
2021-Jun-26 02 22 +10 18 1.024 1.097 57M Cet 10.6 11 30
2021-Jul-01 02 45 +12 51 1.009 1.109 56M Ari 10.5 13 27
2021-Jul-06 03 08 +15 13 0.998 1.127 55M Ari 10.3 15 25
Comet Magnitude Parameters --- H = 9.6, 2.5n = 15.7, offset = +20 days

C/2019 L3 (ATLAS) – C/2019 L3 will be a difficult object to observe in June as it is near solar conjunction. Located in the northern constellations of Perseus (Jun 1-18) and Auriga (18-30), it is not visible from the southern hemisphere. Even northern observers will have difficulty as its elongation stays around 30 degrees. While no observations were reported to the Comets Section in May, a few CCD observations were submitted to the COBS site. The most recent by Thomas Lehmann (magnitude 12.5 on May 23.89 UT) and Steffen Fritsche (12.6 on May 14.87 UT).

C/2019 L3 doesn’t arrive at perihelion till January when it will be 3.57 au from the Sun. The large perihelion distance means C/2019 L3 could remain a visual object well into 2022 and possibly even 2023. If the comet brightens at a conservative 2.5n = 8 rate, it could reach magnitude 10.0 at the end of 2021.

C/2019 L3 (ATLAS)
T = 2022-Jan-09 q = 3.55 au Max El
Long-period comet – Dynamically new (deg)
Date R.A. Decl. r d Elong Const Mag 40N 40S
2021-Jun-01 04 17 +50 15 4.082 4.945 28M Per 12.5 8 0
2021-Jun-06 04 27 +50 07 4.061 4.928 28M Per 12.4 9 0
2021-Jun-11 04 36 +49 59 4.040 4.907 28M Per 12.4 9 0
2021-Jun-16 04 46 +49 50 4.019 4.884 28M Per 12.3 10 0
2021-Jun-21 04 56 +49 41 3.998 4.857 28M Aur 12.3 11 0
2021-Jun-26 05 05 +49 30 3.978 4.828 29M Aur 12.2 12 0
2021-Jul-01 05 15 +49 18 3.959 4.795 31M Aur 12.1 13 0
2021-Jul-06 05 24 +49 05 3.939 4.759 32M Aur 12.1 15 0
Comet Magnitude Parameters --- H = 3.2, 2.5n = 8.0

C/2020 J1 (SONEAR) – SONEAR was discovered on 2020 May 1 by the The Southern Observatory for Near Earth Research (SONEAR) survey which uses two telescopes, a Celestron 11” RASA and 0.45-m f/2.9, located in Oliveira, Brazil. The survey has found 9 comets though only two are named SONEAR, the rest being named after individual observers (Barros, Jacques, and Pimental).

Chris Wyatt visually observed C/2020 J1 on 4 nights between May 13 and 31. SONEAR was estimated by Chris between magnitude 12.6 to 13.0 with a small moderately condensed coma (1.0’-1.8’). Now past an April 18 perihelion (3.36 au), it should slowly fade from magnitude 12.7 to 13.1 as it moves through Libra (Jun 1-13) and Virgo (13-30) in the evening sky.

C/2020 J1 (SONEAR)
T = 2021-Apr-18 q = 3.36 au Max El
Long-period comet – Dynamically new (deg)
Date R.A. Decl. r d Elong Const Mag 40N 40S
2021-Jun-01 14 46 -23 32 3.380 2.435 154E Lib 12.7 26 74
2021-Jun-06 14 35 -21 38 3.386 2.486 147E Lib 12.7 28 72
2021-Jun-11 14 26 -19 47 3.393 2.549 140E Lib 12.7 30 70
2021-Jun-16 14 17 -18 02 3.400 2.624 133E Vir 12.8 31 68
2021-Jun-21 14 10 -16 23 3.408 2.707 126E Vir 12.8 31 66
2021-Jun-26 14 04 -14 52 3.416 2.799 119E Vir 12.9 30 65
2021-Jul-01 13 58 -13 28 3.425 2.897 113E Vir 13.0 29 64
2021-Jul-06 13 54 -12 13 3.435 3.000 106E Vir 13.1 27 62
Comet Magnitude Parameters --- H = 6.7, 2.5n = 8.0

C/2020 R4 (ATLAS) – C/2020 R4 (ATLAS) is now outbound from a March 1 perihelion at 1.03 au and close approach to Earth on April 23 at 0.46 au. Due to a highly retrograde orbit (164 deg) the comet is rapidly moving away from the Earth (1.48 to 2.45 au over the course of June). As a result, the comet has quickly faded from around magnitude 8.4 on May 1.15 UT (Carl Hergenrother) and 8.3 on May 3.92 UT (J. J. Gonzalez) to magnitude 11.6 on May 13.42 UT and 12.4 on May 17.48 UT (later two estimates by Chris Wyatt). This June, it is observable from both hemispheres as an evening object in Leo as it fades from 12th to 14th magnitude.

C/2020 R4 (ATLAS)
T = 2021-Mar-01 q = 1.03 au Max El
Long-period comet –

961-year orbital period (deg)
Date R.A. Decl. r d Elong Const Mag 40N 40S
2021-Jun-01 11 05 +21 50 1.772 1.484 88E Leo 12.2 49 28
2021-Jun-06 11 00 +20 41 1.831 1.651 83E Leo 12.6 43 29
2021-Jun-11 10 57 +19 41 1.890 1.817 78E Leo 13.0 37 30
2021-Jun-16 10 55 +18 47 1.950 1.981 73E Leo 13.3 32 30
2021-Jun-21 10 54 +17 57 2.009 2.140 68E Leo 13.6 28 29
2021-Jun-26 10 54 +17 12 2.069 2.297 64E Leo 13.9 23 28
2021-Jul-01 10 54 +16 30 2.128 2.449 59E Leo 14.1 19 27
2021-Jul-06 10 55 +15 50 2.187 2.596 55E Leo 14.4 16 25
Comet Magnitude Parameters --- H = 8.9, 2.5n = 10.0

C/2021 A1 (Leonard) – C/2021 A1 (Leonard) was found on 2021 January 3 by Greg Leonard with the Mount Lemmon 1.5-m reflector. At discovery, it was around 19th magnitude and located 5.1 au from the Sun. According to the most recent published orbit by Syuichi Nakano (Nakano Note 4460, http://www.oaa.gr.jp. s/nk/nk4460.htm), Leonard has an “original” orbital period of

90,000 years suggesting it is a dynamically old long-period comet.

As we mentioned in the previous few ALPO Comet News, C/2021 A1 has the potential to become a nice object at the end of the year. It has a few things going for it including 1) a relatively small perihelion of 0.62 au on 2022 January 3, 2) a close approach to within 0.233 au (34.9 million km or 21.7 million miles) from Earth on December 12, and 3) a phase angle that reaches a maximum of 160 degrees at the time of close approach. The high phase angle may result in a few magnitudes of enhanced brightness due to forward scattering of light by cometary dust.

Now a few things working against it. High phase angles also mean small solar elongations. A minimum solar elongation of 15 degrees occurs at the time of highest phase angle and greatest forward scattering. 15 degrees solar elongation is similar to that of C/2020 F3 (NEOWISE) on 2020 July 5. While NEOWISE was definitively observable at that time and even naked eye from the clear skies of Tucson, it was just barely so and NEOWISE was around magnitude 1.5 to 2.0 at the time. If C/2021 A1 is fainter, it would be a difficult object for many even with optical aid.

How bright C/2021 A1 will get at that time is very uncertain. The increase in brightness due to forward scattering could be up to 2-3 magnitudes but that depends on how dusty the comet is. If it is gas-rich, meaning dust-poor, forward scattering could be much less. Also, while C/2021 A1 brighten rapidly between April 2020 and March 2021, its rate of brightening has stalled since mid-March. A conservative 2.5n = 8 rate of brightening from now through perihelion results in a peak around magnitude 6.5 without any forward scattering. Even with significant forward scattering, that’s only a peak around magnitude 3.5. That would be a wonderful comet at 90, 60, or even 30 degrees from the Sun, but it would be a difficult sight at 15 degrees solar elongation. Hopefully the comet appeases us Earth-bound observers by kicking its brightening trend into high gear.

Like last month, the comet is still an evening object near 17-18th magnitude located up north in Ursa Major. Imagers are strongly encouraged to monitor C/2021 A1 over the coming months.

C/2021 A1 (Leonard)
T = 2022-Jan-03 q = 0.61 au Max El
Long-period comet – Dynamically old (deg)
Date R.A. Decl. r d Elong Const Mag 40N 40S
2021-Jun-01 10 41 +57 10 3.455 3.623 72E UMa 17.6 55 0
2021-Jun-06 10 37 +56 16 3.395 3.628 68E UMa 17.5 51 0
2021-Jun-11 10 34 +55 20 3.335 3.631 65E UMa 17.5 47 0
2021-Jun-16 10 31 +54 24 3.275 3.632 61E UMa 17.4 43 0
2021-Jun-21 10 30 +53 28 3.214 3.630 58E UMa 17.3 39 0
2021-Jun-26 10 28 +52 32 3.153 3.624 55E UMa 17.3 36 0
2021-Jul-01 10 28 +51 36 3.091 3.614 51E UMa 17.2 33 0
2021-Jul-06 10 28 +50 40 3.029 3.601 48E UMa 17.1 30 0
Comet Magnitude Parameters --- H = 10.5, 2.5n = 8.0

New Discoveries, Recoveries and Other Comets in the News

99P/Kowal – Michael Kelley reported a small

0.7-magnitude outburst of short period comet 99P/Kowal between May 12 and 14. The detection was made with the Oschin 1.2-m Schmidt on Mount Palomar and the GROWTH India Telescope (GIT) 0.7-m telescope. 99P/Kowal is a year out from a 2022 April 12 perihelion at 4.71 au and is currently around 17-18th magnitude. [Ref: ATel 14628]

C/2021 K1 (ATLAS) – A new 16th magnitude comet was detected in images taken on 2021 May 14 and 24 by the Asteroid Terrestrial-Impact Last Alert System (ATLAS) with their 0.5-m f/2 astrographs on Mauna Loa and Haleakala. Several PANSTARRS pre-discovery observations have been found back to April 2020 when the comet was 21st-22nd magnitude. C/2020 K1 is a periodic comet with an orbital period of 45.6 years. Perihelion was on 2021 May 4 at 2.50 au. Though post perihelion, minimum distance to the Earth occurs in mid-September at 1.87 au. The comet should peak at slightly brighter than 16th magnitude from June to September. Its next perihelion won’t be till August 2065. [Ref: CBET 4968 & MPEC 2021-K89]

P/2021 J3 (ATLAS) – The ATLAS 0.5-m f/2 astrograph on Mauna Loa first detected this 18th magnitude comet on May 13. CBET 4974 reports that Syuichi Nakano has determined a short-period orbit for P/2021 J3 with an orbital period of 26 ± 1 year. Perihelion was almost two years ago on 2019 July 1 at 4.92 au. It is interesting that a 18th magnitude comet is found 2 years after perihelion. Last year at opposition, the comet was located in the dense star fields of Sagittarius perhaps explaining why it wasn’t detected then. But go back another year to 2019 when the comet was at perihelion and should have been even brighter than 18th magnitude, and P/2021 J3 was well clear of the Milky Way and should have been easily detectable. It is very possible that the latest ATLAS comet is experiencing an outburst. [Ref: CBET 4974 & MPEC 2021-L26]

C/2021 J2 (PANSTARRS) – The Pan-STARRS1 telescope on Haleakala, Maui, discovered this 21st magnitude comet on May 10. This is a distant long-period comet with perihelion on 2021 September 21 at 4.71 au. CBET 4973 reports that Syuichi Nakano determined an osculating orbital period of

1300 years. Though faint at 21st magnitude, the comet is past opposition and likely to become fainter with time. [Ref: CBET 4973 & MPEC 2021-L24]

C/2021 J1 (Maury-Attard) – This comet is the first discovery of the MAP project whose moniker is derived from the last names of its participants, Alain Maury, Georges Attard and Daniel Parrott. The MAP program used a Celestron RASA 11” located at San Pedro de Atacama in Chile to find C/2021 J1 on May 9 at 19th magnitude. Alain Maury is no stranger to comet and asteroid discovery. He was part of the Second Palomar Sky Survey in the late 80s as well as the ODAS (OCA DLR Asteroid Survey) in the late 90s. During those surveys, Alain was part of the discovery of 3 comets: C/1988 C1 (Maury-Phinney), 115P/1985 Q1 (Maury), and 198P/1998 X1 (ODAS). Daniel Parrott is the author of the Tycho Tracker software that utilizes GPUs to “stack-and-shift” images at different possible motions to detect moving objects in a sequence of images, a technique also known as synthetic tracking. More on the MAP survey can be found at https://www.spaceobs. aury-s-Blog/MAP.

C/2021 J1 is a Halley-type comet with an orbital period of 135 years and inclination of 92 degrees. Perihelion occurred back on 2021 February 19 at 1.74 au. As a result, the comet is fading from its current 19th magnitude. Its location at -56 degrees declination and southerly motion means observations will be limited to the southern hemisphere. [Ref: CBET 4972 & MPEC 2021-L11]

C/2021 G1 (Leonard) – Greg Leonard of the Catalina Sky Survey found this 21st magnitude comet on 2021 April 11 with the Mt. Lemmon 1.5-m reflector. A retrograde comet with an orbital period of

650 years, Leonard comes to a rather distant perihelion on 2021 July 22 at 3.42 au. It likely has already peaked in brightness at around 20-21st magnitude. [Ref: CBET 4959 & MPEC 2021-J72]

C/2021 E3 (ZTF) – The Zwicky Transient Facility used the 1.2-m Oschin Schmidt to detect this object as an asteroid on 2021 March 9 at 19th magnitude. Follow-up observations detected cometary activity resulting in its announcement as comet C/2021 E3 (ZTF). Perihelion occurs next year on 2022 June 11 at 1.78 au. A conservative 2.5n = 8 brightening coefficient results in a peak brightness of a little brighter than magnitude 12 in May and June of 2022. At that time the comet will reach a minimum distance to Earth of 1.21 au and located deep in the southern sky (passing within 10 degrees of the South Celestial Pole). If C/2021 E3 brightens faster than expected it could be a visual object for southern observers in mid 2022. [Ref: CBET 4960 & MPEC 2021-J71.

C/2020 PV6 (PANSTARRS) – Similar to the above object, C/2020 PV6 was originally reported and announced as an asteroid. The Pan-STARRS project discovered PV6 on 2020 August 13 at 21st magnitude. A number of imagers have detected cometary activity in May 2020. According to Syuichi Nakano, the comet is long-period object with a period of

270 years. Perihelion occurs in a few months on 2021 September 25 at 2.30 au. Peak brightness should be around magnitude 15.0 in July. [Ref: CBET 4969 & MPEC 2021-K93]


Voir la vidéo: EVERYTHING You Need To Know About Comet C2020 F3 NEOWISE (Juillet 2021).