Astronomie

La lueur du ciel est-elle affectée par la hauteur ?

La lueur du ciel est-elle affectée par la hauteur ?

Je suis étudiant en architecture et mon projet de fin d'études consistera à construire un centre de recherche pour l'espace extra-atmosphérique, ma question est de savoir si la hauteur affecterait ou non la lueur du ciel ? Merci d'avance, toute aide est appréciée.


Sky-glow est un terme générique pour la lumière diffuse non due au soleil, à la lune ou aux étoiles (ou aux aurores, je suppose). Une grande partie est la pollution lumineuse du sol, une partie est la lumière zodiacale de la poussière dans l'espace, et la partie la plus froide peut sans doute être la lueur de l'air provenant des réactions chimiques dans la haute atmosphère.

Ainsi, en fonction de la hauteur, les différents composants changeraient de force. La pollution lumineuse urbaine diminue apparemment à mesure que $propto d^{-2.5}$ ("Loi de Walker") en raison de l'étalement et de l'absorption, elle diminuerait donc avec l'altitude. La lumière zodiacale deviendrait plus forte avec moins d'absorption dans l'atmosphère. La lueur de l'air dépend de l'altitude et s'intensifierait probablement au début, jusqu'à ce que l'on soit au-dessus d'elle (comme l'ISS).


Quantifier Sky-Glow ? Bien sûr, mais vous manquez toute l'image

Je vois de nombreux fils sur CN en essayant de quantifier la lueur du ciel, des fils tels que : "différence entre Bortle 2 et 1", "calculer la pollution lumineuse à partir d'une photographie", "précision de lightpollutionmap.info", "Différence entre 21.0 et 21,7 mag/sec d'arc 2 ". etc. Cela me dit que les amateurs sont intéressés à découvrir le sky-glow, de la métropole à la campagne.

Vous pouvez couper les cheveux en quatre en essayant de quantifier quelque chose d'aussi variable dans le temps et dans l'espace que la lueur du ciel, mais ce que je m'apprête à présenter ici, en grande partie, n'inclut pas les quantités.

Premièrement, les villes ont aujourd'hui un qualité de lueur du ciel que par le passé. L'obtention du spectre de lueur du ciel sur n'importe quelle zone urbaine moderne montrera maintenant qu'il s'agit principalement d'un éclairage LED, mais pas entièrement. La différence entre le passé et le présent est significative dans la façon dont cette lueur du ciel (artificielle) créée par l'homme se comporte localement et lorsqu'elle pénètre dans la campagne.

Voici une comparaison de mon spectre aérien de nuit claire de ma maison d'hiver dans la banlieue de Montréal à environ 12 ans d'intervalle :

Vous pouvez voir quelques détails dans les spectres ci-dessus, tels que l'apparition de nouvelles fonctionnalités et l'évolution du poids des fonctionnalités plus anciennes au fil des ans. (Les durées d'exposition et autres réglages de caméra entre les deux spectres sont sans importance concernant cette discussion). Vous pouvez également voir un composant naturel de lueur du ciel, lueur d'air, dans le spectre inférieur 2020. Certains soirs, la lueur de l'air, qui échappe totalement au contrôle humain, peut être forte. Gardez cela à l'esprit alors que nous quittons au sens figuré une grande ville.

Localement dans un centre urbain, la lueur du ciel augmente avec le nouvel éclairage LED car elle se diffuse plus facilement par temps clair. J'ai fait un calcul rapide ici : https://www.cloudyni. /#entry10777583

Regardons le spectre de lueur du ciel de Las Vegas, Nevada, à l'intérieur et à l'extérieur de la ville. Voici le spectre sur la ville, à deux nuits d'intervalle en 2018, pris une nuit couverte suivie d'une nuit claire 24 heures plus tard. Les deux spectres ont été obtenus à 1 km du Vegas Strip :

Il y a une énorme différence entre le spectre rebondi sur la couverture nuageuse, qui peut être considéré comme la lumière ascendante locale moyenne (la partie supérieure), et le spectre de la nuit claire (partie inférieure). Généralement, la quantité d'exposition résultant de l'acquisition d'un type de spectre à l'autre est un facteur de dix. Quand même. Les poids relatifs est la chose importante ici. La partie supérieure est ce que les fabricants de filtres disent généralement est votre lueur du ciel, le spectre inférieur est ce que vous êtes en fait le peering ou l'imagerie à travers par une bonne nuit claire (ou similaire, car il y a des différences d'une ville à l'autre ou d'un quartier à l'autre). Qu'arrive-t-il à cette lueur de ciel clair lorsque vous quittez la ville ?

Ci-dessous, le spectre de lueur du ciel acquis sur le dôme de Las Vegas (environ la zone circulaire rougeâtre dans l'image suivante) à seulement 20 miles au sud du Strip de Vegas :

Le spectre a été obtenu à partir d'un endroit légèrement sombre (à seulement 32 km) à l'extérieur de la ville où des étoiles de 6,0 mag pouvaient être repérées dans le ciel austral. La ligne verte de lueur d'air est facilement enregistrée ici. Notez l'intensité de la ligne bleue Hg et de la bande LED bleue par rapport au reste du spectre. Notez également la ligne violette presque manquante à l'extrême gauche. Avez-vous remarqué la rougeur par rapport au spectre de nuit claire dans la ville ?

À peu près à l'extrémité opposée du dôme de Las Vegas, étonnamment, la Voie lactée hivernale, qui est la partie la plus faible et la plus mince de notre galaxie, était visible à l'œil nu presque jusqu'à l'horizon. Avec un virage à 180°, voici la vue :

Quel numéro de Bortle dois-je attribuer ici ? En regardant vers le nord peut-être 6 mais en regardant vers le sud : 3. 4 ?

Le spectre de mon emplacement dans le ciel sombre est le suivant. Le nombre de Bortle ici est généralement de 2. Le meilleur SQM (modèle de base) jamais mesuré récemment était d'environ 22,2 (avant l'aube). Il est généralement de 21,9 mags/arcsec 2 le soir sans les frais généraux de la Voie Lactée ou de 21,7 avec les frais généraux de la Voie Lactée d'été.

Édité par GeorgeLiv, 07 mai 2021 - 06:33.

#2 TOMDEY

Salut Georges, c'est un travail et une présentation merveilleux!

J'ai conçu des lampadaires au sodium à basse pression pour ITT dans les années 1980, qui étaient dominés par la paire de lignes D à

589 nm. Les lignes marquées Na sont-elles associées aux lampadaires de sodium à haute pression, ou cela vient-il de la lueur du ciel ? Certaines villes et pays ont coopéré à l'adoption des lumières LPS (par exemple, Tucson), mais la plupart ne l'ont pas été. Hélas, les gens insistent toujours sur les lumières blanches. lumières blanches brillantes. partout. Ils veulent que la nuit soit aussi brillante que la lumière du jour, et les gouvernements, l'IES, les entreprises et les compagnies d'électricité sont ravis de fournir exactement cela. À M

Vignettes attachées

#3 LDW47

Ainsi, vous pouvez obtenir des lectures SQM de plus de 22 dans des conditions de ciel extérieur, c'est-à-dire. votre lecture 22.2 ? J'ai enregistré 22.05 plusieurs fois dans mon dark camp sur mon SQM-L !

Edité par LDW47, 07 mai 2021 - 08:19.

#4 LDW47

Pouvez-vous présenter vos découvertes étape par étape, une explication simple, avec des mots, sur ce que signifient vos recherches, vos études en cours en termes simples, afin que l'astronome moyen intéressé sache facilement ce que vous dites sur le passé par rapport au présent ? Quand vous regardez vos cartes colorées joliment présentées et que vous les étudiez assez longtemps, on pense qu'ils ont une idée de ce qu'ils disent mais la plupart quitteront rapidement ce fil, j'en ai peur, peut-être que quelqu'un comme Tom D comprend mais la majorité des astronomes très intéressés . ne comptez pas sur eux pour poser des questions pertinentes ! Ou pensez-vous que votre fil, votre présentation est une explication suffisante ou êtes-vous uniquement concerné par la compréhension plus savante de cet intéressant. ?

#5 GeorgeLiv

Vos informations sur la pollution lumineuse

Terminer la "grande image". Mon site de ciel étoilé est situé au X marqué :

Bien que la capitale nationale, Ottawa, soit distante de plus de 100 km (60 milles) en ligne droite (la population de la région métropolitaine est de près d'un million), sa lueur dans le ciel est facilement enregistrée à la caméra et visible à l'œil nu dans la plupart des conditions de ciel de X. Mais ce qui est surprenant dans ce point de vue, c'est le spectre :

Obtenir le spectre de X et pointer mon spectrographe à peine 15-20° au-dessus de la région d'Ottawa montre que toutes les caractéristiques spectrales bleues disparaissent. Où sont-ils allés? Ils se sont dispersés dans les 100 km de la source. Seules les lignes vertes pour Hg et Na restent. Et si une source de lueur du ciel urbain était plus éloignée ?

L'acquisition du spectre sur la région de Toronto, à plus de 200 km au sud-ouest de l'emplacement X, montre encore moins de caractéristiques spectrales artificielles. Avec les distances plus grandes, la majeure partie de la lueur du ciel de Toronto a été dispersée. Les continuums bleu et vert enregistrés sont probablement une combinaison de l'effet de la lumière des étoiles, d'une tour au xénon stroboscopique à proximité (pulsant toutes les secondes), des phares des véhicules et éventuellement de sources LED plus récentes dans la région pour cette ligne de site (villes telles que Peterborough, etc.) . Alors pourquoi est-ce que j'obtiens souvent 22,0 m/sec2 d'arc de mon emplacement X alors que la Voie lactée n'est pas au-dessus de moi ?

Ce spectre aérien ne montre rien d'autre que la lueur naturelle de l'air. Bien que les continuums bleu, vert et rouge soient visibles parmi le bruit du capteur dans cette image hautement intensifiée, une seule caractéristique spectrale se démarque - la raie d'émission de 557,7 nm due à l'oxygène. Aucune raie spectrale rouge de l'oxygène n'a été détectée, probablement inactive cette nuit-là ou au moment où ce spectre a été obtenu (c'est-à-dire après minuit).

La lumière naturelle de l'air rayonne à la longueur d'onde verte de l'oxygène à 557,7 nm et souvent aux longueurs d'onde rouges de 630,0 et 636,4 nm. Airglow entoure la majeure partie du ciel nocturne de la Terre. Originaire d'altitudes similaires aux aurores, la lueur de l'air est due à une luminescence chimique avec de l'énergie pour l'excitation fournie pendant la journée par le rayonnement ultraviolet du Soleil. De la même manière, notre atmosphère contribue extrêmement faiblement à la lueur naturelle à la longueur d'onde du doublet de sodium (Na) (589,0 et 589,6 nm).

Il est tout à fait possible que j'ai capté le rayonnement naturel de Na dans le spectre pour la vue vers Toronto, mais comme la région compte plus de 5 millions d'habitants, je pense plutôt qu'il s'agit d'un pic dû à l'éclairage aux halogénures métalliques et au HPS. Obtenir un spectre plus défini est presque impossible avec ma configuration maison. Les expositions extrêmement longues d'une heure dictent qu'il y aura toujours un décalage / une flexion, une secousse du vent de mon appareil et une déformation du réseau.

L'essentiel de tout cet article est que oui, vous pouvez fuir la lueur du ciel urbain, mais vous ne pouvez pas fuir la lueur naturelle de l'air, à moins que vous ne commenciez à grimper au-dessus de l'atmosphère. Aux hauteurs où la lueur de l'air se produit, cependant, vous devrez être sur les sommets des montagnes les plus proches. La lueur naturelle de l'air limite parfois votre magnitude visuelle à environ 6,2 en début de soirée. La force de la lueur de l'air est liée à la sortie ultraviolette du Soleil et à la durée pendant laquelle la lumière du soleil frappe l'atmosphère. Par conséquent, les nuits d'hiver avant l'aube peuvent vraiment être sombres.


Sky Glow est-il un autre nom pour la pollution lumineuse ?

La lueur du ciel est une faible lumière produite par une réaction chimique dans la haute atmosphère. Cela ressemble généralement à de FAIBLES vrilles ou vagues vertes. La recherche sur Google devrait produire de bonnes images sur le Web.

Non, LUMIÈRE D'AIR est la faible lumière produite par une réaction chimique dans la haute atmosphère.

Sky Glow = Air Glow (naturel) + Pollution lumineuse (fabriquée par l'homme)

#27 mvas

La lueur du ciel est différente de la pollution lumineuse. Lorsque vous êtes dans un ciel parfaitement sombre, le ciel n'est pas noir, c'est un gris brunâtre, c'est la lueur du ciel. Je crois que la lueur vient de la lumière des étoiles interagissant avec notre atmosphère, mais je suis sûr que quelqu'un d'autre commentera avec plus de détails.

Non, quand vous êtes dans un ciel parfaitement sombre, le ciel n'est pas noir, c'est un gris brunâtre, c'est Lueur d'air.

Sky Glow = Air Glow (naturel) + Pollution lumineuse (fabriquée par l'homme)

#28 mvas

Oui, "lueur du ciel" évoque généralement des causes naturelles, qui peuvent être nombreux. La pollution lumineuse est généralement réservée aux lumières artificielles. Hélas, cela a presque entièrement submergé la substance naturelle.

Poussé à son extrême extrême, je suppose qu'un souffle d'air créerait une pollution lumineuse comprenant un bref flash et une boule de feu, ruinant toutes les images que nous collectons. mais du bon côté. ce serait TRÈS sombre pendant des centaines d'années par la suite. À M

Non, "Air Glow" désigne des causes naturelles

Sky Glow = Air Glow (naturel) + Pollution lumineuse (fabriquée par l'homme)

#29 NYJohn S

Non, quand vous êtes dans un ciel parfaitement sombre, le ciel n'est pas noir, c'est un gris brunâtre, c'est Lueur d'air.

Parlez-vous visuellement ou par imagerie parce que je n'ai jamais levé les yeux et remarqué aucune couleur dans le ciel nocturne, sauf à l'aube ou au crépuscule. Peut-être que je n'ai jamais vu de lueur d'air.

#30 Georges N

….et vieux problème apparemment.

Vous pouvez télécharger l'article de 1911 d'EE Barnard "Self-Luminous Night Haze" ici : https://www.jstor.or. fo_tab_contents

#31 REC

C'est "Air Glow". Même à partir d'une zone Bortle 1, le fond de ciel est brun caramel. Le fait que vous puissiez même exposer pendant 4 minutes à f3,5 signifie que vous aviez extrêmement ciels sombres.

C'est "Sky Glow" / alias LP, objectif Samyang 85 mm, f4, ISO 400, 40 secondes dans mon jardin.

Retour à votre "Air Glow", (pas "Sky Glow"). L'utilisation d'un télescope ne fait aucune différence par rapport à un objectif grand angle puisque chaque seconde d'arc carré du ciel brille. "Si" vous utilisiez un télescope f3.5, l'arrière-plan serait toujours le même quelle que soit la distance focale. Si vous exposez plus longtemps avec un télescope à rapport f plus lent, les résultats seront toujours les mêmes. Le même fond marron

Vous semblez également sérieusement confus quant au fonctionnement de l'empilement

Il s'agit d'une pile de 250 des expositions de 40" d'Orion tourné, ci-dessus, "APRÈS" En traitement.

De même, ce sont des piles de 25 expositions de 6 minutes, 200 ISO (donc 2 1/2 heures de prises de vue de 6 minutes), en utilisant mon télescope de 65 mm f6.5 sur mon darksite Traitement "AVANT"

Et c'est 30 photos de 7 minutes, ( 3 1/2 HEURES ) à 400 ISO.


Et après traitement


La couleur compte !

La lumière jaune est une lumière nocturne : la lumière ambre (PCA ou NBA LED) n'est pas réservée aux tortues et aux astronomes.

L'éclairage au sodium basse pression entièrement blindé à 50 000 lumens par acre dans ce parking Flagstaff OfficeMax présente les trois aspects essentiels pour minimiser la lueur du ciel, l'éblouissement et l'impact écologique. Des recherches récentes montrent que l'éclairage au sodium à haute et basse pression provoque 1/3 et 1/6 de la lueur du ciel (respectivement) de la LED blanche 4100K CCT ou aux halogénures métalliques typiques.[/caption]

* Le FDSC ne recommande plus le LPS pour les nouvelles installations en raison d'un avis d'arrêt du seul fabricant actuel en 2020. Voir Éclairage au sodium basse pression.)

Comme décrit sur la page Codes d'éclairage extérieur, pour limiter efficacement les impacts négatifs de l'éclairage extérieur, les codes d'éclairage doivent aborder les trois principaux aspects de l'éclairage qui augmentent la pollution lumineuse :

  1. Blindage des luminaires
  2. Spectre de lampes
  3. Montant de la lumière

Bien que les impacts négatifs des luminaires mal protégés et du suréclairage soient largement compris, l'impact de la couleur de l'éclairage n'est pas bien connu et la plupart des codes d'éclairage ne traitent pas des types de lampes. Mais des recherches récentes montrent que l'éclairage blanc (tel que les LED, les fluorescents et les halogénures métalliques) a un impact considérablement plus important – lumen-pour-lumen – sur la lueur du ciel que le sodium à haute pression (HPS) actuellement le plus courant et surtout sodium basse pression (LPS) et LED ambre à bande étroite (LED NBA).

Presque toutes les discussions sur les impacts de la pollution lumineuse de l'éclairage extérieur, en particulier l'éclairage LED, se sont concentrées sur la "température de couleur corrélée" (CCT), ou parfois "le bleu" (pourcentage ou les émissions lumineuses à des longueurs d'onde inférieures à 500 nm) comme moyen de jauger la lueur du ciel. Les recherches sur la pollution lumineuse montrent que ces mesures ne sont pas précises à cette fin, que la mesure la plus précise est de loin le rapport « scotopique/photopique », ou S/P.

Deux études récemment publiées (Luginbuhl et al., 2014 Aubé et al., 2013) ont évalué la luminosité visible de la lueur du ciel causée par les types de lampes suivants :

Notes au tableau :
1 Les ratios varient en fonction de la distance et de la position dans le ciel : les valeurs indiquées correspondent à une distance de 1 km et au-dessus du ciel.
2 Grade FDSC – basé sur l'impact de la lumière du ciel du spectre uniquement.
3 LED AlInGaP avec une longueur d'onde de crête comprise entre 590 nm et 595 nm. La plage est pour différentes longueurs d'onde de crête, avec le S/P inférieur pour la longueur d'onde de crête la plus longue.
4 Certaines LED ambrées converties au phosphore (PCALED) ont des impacts de lueur du ciel très similaires ou même inférieurs à ceux du HPS.
5 La LED filtrée utilisée sur l'île d'Hawaï est différente de la FLED analysée par Luginbuhl et al. La version hawaïenne a un impact estimé de lueur du ciel 4,4x LPS et 1,8x HPS – très similaire à la LED CCT 2400K
6 Le rapport S/P pour un CCT donné varie – la valeur indiquée est approximative

En raison principalement de la sensibilité accrue de l'œil humain à la lumière bleue et verte aux très faibles luminosités observées dans le ciel nocturne clair - même dans un ciel pollué par la lumière - toutes les sources LED blanches provoquent une lueur du ciel beaucoup plus lumineuse. La lueur du ciel de la LED couramment utilisée à faible impact (4100K CCT) apparaît près de sept fois plus brillante que celle d'une quantité égale de LED LPS ou NBA, et

2,5 fois plus lumineux que HPS ou une bonne LED PCA. C'est un effet dramatique. Même sans changer la quantité de lumière ou le blindage, le passage d'une installation d'éclairage de HPS à 4100K LED augmentera la lueur du ciel comme si la quantité de lumière HPS avait été augmentée de 170%, ou presque triplée si le passage de LPS la luminosité de l'éclat du ciel augmenterait de 540%.

L'accent mis sur l'utilisation de LED à faible CCT passe à côté d'une grande partie du problème, car les couleurs provoquant le plus grand impact visuel de lueur du ciel (bleu-vert et vert) sont toujours fortes dans les LED à faible CCT et dans les LED filtrées.

Impacts de la lueur du ciel, par rapport à l'éclairage au sodium basse pression, des types d'éclairage extérieur courants.

Et une lueur du ciel plus brillante signifie que moins d'étoiles sont visibles. Dans un ciel modérément pollué avec une lueur artificielle causée par un éclairage extérieur principalement LPS (ici, nous supposons que le ciel est 50% plus lumineux qu'un ciel naturel au zénith), environ 2 700 étoiles sont visibles. Si l'éclairage extérieur était changé de LPS à 4100K CCT LED, la composante artificielle de la lueur du ciel augmenterait de 6,6x, et le total (artificiel + naturel) apparaîtrait 3 fois plus lumineux (maintenant le ciel serait 200% plus lumineux qu'un ciel naturel au zénith ). Au lieu de 2 700 étoiles, vous ne verrez plus que 1 500 étoiles. Changer simplement le type d'éclairage en une lumière LED prétendument "écologique" sans augmenter la quantité de lumière (en lumens, en bougies ou en lux) obscurcirait près de la moitié des étoiles dans le ciel nocturne.

Éclairage de zone de sodium à basse pression de Flagstaff

L'effet du passage de HPS est un peu moins dramatique, avec la luminosité visuelle du composant artificiel augmentant de 2,7x (170%) si l'exemple ci-dessus passait à 4100K CCT LED de HPS, la luminosité totale du ciel augmenterait de 1,9x au zénith.

Nous entendons souvent dire que nous devons utiliser des lumières blanches (surtout ces dernières années des LED) car « tout le monde veut ou a besoin de lumière blanche, ou « personne n'aime la lumière jaune », ou que la lumière blanche est meilleure pour la visibilité. Pourtant, si les avantages et les inconvénients de tous les types de lampes sont correctement décrits, de nombreuses communautés peuvent choisir la lumière jaune à faible impact, comme l'ont fait Flagstaff, Sedona et le comté de Coconino en Arizona.


Attention aux Lyrides

Le radiant Lyrid est bien haut dans le ciel oriental à 1 heure du matin BST. UN graphique de Greg Smye-Rumsby.

Au cours des deux prochaines nuits, la pluie de météores annuelle d'avril Lyrid devrait atteindre son pic de 2021. Compte tenu de certains sorts clairs précieux, il devrait être possible d'espionner une poignée de Lyrides, considérés comme des traînées de lumière se produisant au hasard dans le ciel nocturne alors que de minuscules particules se vaporisent, brûlant dans l'atmosphère terrestre. Les météores Lyrid semblent émaner de la direction de la brillante étoile de Lyra Vega, d'où le nom. Le retour du Lyrid est particulièrement bienvenu pour les amateurs de météores et les astronomes occasionnels, après la sécheresse de trois mois d'une importante pluie de météores depuis les Quadrantides au début de l'année.

Quand dois-je observer et à quoi puis-je m'attendre ?

Les Lyrids d'avril sont déjà actifs depuis environ une semaine et persisteront jusqu'à la fin avril environ, bien que les taux observés lors de ces nuits périphériques soient bien inférieurs à ceux observés autour du pic de la douche. En 2021, les Lyrids devraient atteindre leur activité maximale vers 13h00 UT (14h BST) le 22 avril. Ce moment n'est pas idéal pour les observateurs britanniques, mais votre meilleur pari est de partir les nuits du 21/22 (mercredi soir/jeudi matin) et du 22/23 avril (jeudi soir/vendredi matin). On peut généralement compter sur les Lyrids pour produire des taux proches du maximum de la douche pendant quelques nuits centrées autour du pic.

Les Lyrides ne font pas partie des pluies de météores les plus lourdes comme les Perséides d'août et les Géminides de décembre, alors ne vous attendez pas à ce que des dizaines de météores tombent à l'heure. Elle est classée comme une averse « d'activité moyenne » avec un quota fiable d'environ 10 météores par heure, ce qui s'ajoute au taux de fond normal de « sporadiques » - des météores qu'il est possible de voir lors d'une nuit sans lune donnée. La région des Lyrides connue pour produire des météores brillants, et des boules de feu (des météores extrêmement brillants) ne sont pas rares.

Les Lyrides sont des météores à vitesse moyenne (

48 kilomètres/sec [30 miles/sec]) et sont produites à partir du flux de débris de la comète 1861 G1 (Thatcher), qui est apparue pour la dernière fois dans le système solaire interne au moment de sa découverte. Il ne devrait pas revenir avant 2283.

Où est-ce que je regarde ?

Pour toutes les pluies de météores, le point dans le ciel auquel les trajectoires des météores peuvent être retracées est appelé le « radiant ». Le radiant Lyrid est situé près de la brillante constellation de la Lyre, la Lyre, à environ huit degrés au sud-ouest de l'étoile brillante Vega (alpha [α] Lyrae, magnitude +0,03) la position du radiant au maximum de la douche est RA 18h 07m, Dec +33,1°, ce qui la place en fait parmi les étoiles de l'est d'Hercule.

Pour avoir les meilleures chances de voir des météores, essayez de vous protéger d'avoir à regarder dans la direction des lumières locales et de la Lune (évidemment, la lueur globale du ciel due à la pollution lumineuse est inévitable dans les zones urbaines et suburbaines) et adaptez-vous à l'obscurité. Peut-être contre-intuitivement, ne regardez pas directement le radiant mais regardez dans sa direction générale à environ 30 à 40 degrés de chaque côté et à une altitude d'environ 50 degrés.

Lyra et l'est d'Hercule sont dégagés de l'horizon nord-est à 22 heures BST les deux nuits, mais vous bénéficierez de la concentration de votre " montre " (une session d'observation de météores est connue sous le nom de " montre ") d'environ minuit jusqu'à l'aube. Avant cette heure, une activité potentielle de Lyrid se produira sous l'horizon, et en attendant que le radiant soit plus haut dans le ciel, vous verrez plus d'étoiles filantes et il sera plus facile de suivre leur trajectoire dans le ciel pour confirmer s'il s'agit d'un Lyrid ou simplement un sporadique.

À 1 heure du matin BST, Vega se trouve à une altitude de plus de 40 degrés dans l'est-nord-est, et il est élevé au-dessus de 4h30 du matin, heure à laquelle la nuit tire à sa fin.

Pas la lune embêtante encore !

Les pluies de météores peuvent être affectées, voire complètement anéanties par la présence d'une lueur lunaire dommageable. Malheureusement, les Lyrides de cette année seront gâchées par une Lune gibbeuse croissante en Lion. Le fort éblouissement qui en résulte envahira tout le ciel pendant la majeure partie de la nuit et affectera la visibilité des Lyrids plus faibles.

Malgré la menace lunaire, étant donné le ciel dégagé, il vaudra toujours la peine de s'aventurer dans la nuit fraîche du printemps pour assister à des étoiles filantes. Bien que la science des météores soit bien avancée au XXIe siècle, comme les prévisions météorologiques bien améliorées d'aujourd'hui, on ne peut jamais être sûr à 100 % des prévisions observées de la fréquence des météores, autant que celles du beau temps ou autre. De temps en temps, les Lyrides surprennent et des taux bien supérieurs aux prévisions ont déjà été enregistrés, notamment en 1982.


Pollution lumineuse

Peut-on faire quelque chose contre la pollution lumineuse ? Comment éviter tous les éclairages mal orientés et excessifs qui causent tant de lueur du ciel ? La plupart des articles de presse et de magazines présentent la pollution lumineuse principalement comme un problème d'astronomie, soulignant que la lueur du ciel empêche d'observer le ciel étoilé. De nombreux astronomes amateurs pensent que la clé pour résoudre le problème est ce type de prise de conscience - et c'est ainsi que le problème est résolu.

En tant que membre de la Commission environnementale d'Eatontown au début des années 1990, j'ai initialement présenté le problème de la pollution lumineuse (LP) aux membres locaux en insistant principalement sur l'impact de la lueur du ciel lors de l'observation du ciel nocturne. La réaction concernant la nécessité d'une ordonnance LP locale a été maigre, même si j'ai également parlé d'éblouissement, d'intrusion et d'énergie. À cette époque, la plupart de mes informations provenaient de la littérature internationale sur le ciel étoilé, ce que j'ai reconnu lorsqu'on m'a demandé. Malheureusement, les organisations d'intérêt spécial telles que l'IDA sont parfois considérées par les municipalités avec un certain scepticisme. Ils supposent que ces groupes de pression exagèrent souvent ou disent n'importe quoi pour faire avancer leur programme.

J'ai passé les mois suivants à m'instruire en étudiant la littérature de l'Illuminating Engineering Society of North America (IES) et en discutant avec divers membres du comité de l'IES. J'ai de nouveau contacté ma commission environnementale locale, mais cette fois, j'ai concentré ma discussion sur la façon dont la LP affecte le grand public, pas les astronomes. Ma référence à la lueur du ciel était qu'il s'agissait d'une sorte de « preuve fumante » d'un éclairage mal orienté, excessif et inutile. J'ai effectué une visite pour montrer des exemples réels d'éclairage existant d'Eatontown, à la fois bon et mauvais, pour illustrer la nécessité d'une ordonnance.

Il y avait très peu d'ordonnances LP existantes disponibles dans le pays qui pourraient s'appliquer à Eatontown. Flagstaff, San Diego et Tucson avaient les ordonnances les plus détaillées, mais celles-ci étaient plus applicables aux zones d'observatoires astronomiques. Certains n'ont pas suivi un format d'éclairement IES (footcandles/lux). Un comité local a été formé pour élaborer une ordonnance basée sur les recommandations de l'IES qui profiterait à tous les résidents d'Eatontown. Ce comité a également estimé qu'aucune référence à l'astronomie ne devrait faire partie de l'ordonnance, car elle stipulait déjà que la lueur du ciel serait réduite. Une série de réunions avec divers conseils municipaux et personnes morales a suivi et, finalement, le maire et le conseil ont voté à l'unanimité pour adopter l'ordonnance anti-LP en 1993.

Eatontown réglemente depuis lors l'éclairage extérieur. Pour éviter l'éblouissement, la lumière diffuse et le gaspillage d'énergie, les luminaires doivent être de type à coupure, empêchant la lumière de s'élever au-dessus de l'horizon visuel (90 degrés au-dessus du nadir, point le plus bas vers le bas). De plus, les recommandations d'éclairement IES ne doivent pas être dépassées. Permettez-moi maintenant d'expliquer ce que cela signifie en donnant quelques exemples.

EmplacementMoyenne maximale
Autorisé à Eatontown
(pieds-bougies
Moyenne Communément
Autorisé ailleurs
(pieds-bougies)
Restauration rapide2.520.0
Concessionnaires automobiles - Fonctionnalité au premier rang20.0120.0
Concessionnaires automobiles - Autres rangées5.0100.0
Centres commerciaux2.510.0
Stations-service (Pump Island)20.0150.0

Comme vous pouvez le constater, les différences de niveaux d'éclairage des entreprises sont considérables. Parce que beaucoup de ces lumières outrageusement brillantes ne sont pas coupées (pas protégées), la pollution lumineuse est encore pire. Au lieu de refléter seulement environ dix pour cent de la lumière sur la surface d'un parking, les projecteurs non protégés, les packs muraux et autres lumières projettent une quantité supplémentaire de cet éclairage excessif directement vers le haut, provoquant une lueur du ciel.

La plupart des éclairages routiers ne dépassent généralement pas les recommandations d'éclairement IES. Le problème de la pollution lumineuse provient principalement des feux de route non coupés qui, en plus de provoquer un éblouissement inutile, projettent de la lumière vers l'extérieur et vers le haut bien au-delà de la zone cible prévue, augmentant la lueur du ciel. Le NJDOT a installé de nombreuses lumières non coupées sur les autoroutes de tout l'État, notamment les échangeurs d'autoroutes de la route 18 dans la région d'Eatontown. La plupart des nouveaux éclairages d'autoroute installés par le NJDOT sont maintenant coupés. Sur les autoroutes, cependant, le NJDOT a continué à installer un éclairage sans coupure. Soit dit en passant, à Eatontown, tous les nouveaux lampadaires installés depuis l'adoption de l'ordonnance sont coupés. Malheureusement, 90 pour cent des lampadaires installés par JCP&L avant l'ordonnance ne sont toujours pas coupés.

Je comprends que certains membres de STAR ont pris des lectures de magnitude d'étoiles limites à Eatontown et ont trouvé les résultats assez médiocres. Cela ne signifie pas qu'Eatontown a échoué dans sa tentative de réduire la pollution lumineuse. Les municipalités voisines et l'éclairage bénéficiant de droits acquis contribuent au LP. Nous devons être patients et continuer à appuyer sur le NJDOT et le JCP&L pour remplacer leur éclairage routier inapproprié. Eatontown a récemment adopté une ordonnance sur les nuisances éblouissantes qui s'applique à tous les éclairages commerciaux existants, lorsqu'ils sont installés. Cela a supprimé la "protection de grand-père" antérieure de l'éclairage non conforme. S'il était possible de convertir instantanément tout l'éclairage du New Jersey pour se conformer aux mesures de l'ordonnance sur l'éclairage d'Eatontown, j'estime que la lueur du ciel pourrait être réduite d'au moins les deux tiers dans tout l'État.

Que pouvez-vous faire? La clé est la prise de conscience, mais le bon type de prise de conscience. En tant que résidents du NJ représentant le grand public, vous avez la possibilité d'exprimer votre insatisfaction à l'égard de tout l'éclairage qui provoque un éblouissement inutile qui entrave notre visibilité et une lumière gênante qui envahit d'autres propriétés. La lueur du ciel est une preuve supplémentaire d'un éclairage mal orienté et excessif qui gaspille de l'énergie.

Je ne saurais trop insister sur l'importance d'écrire des lettres de protestation efficaces contre l'éclairage inapproprié qui cause la LP. Certains astronomes ont déjà essayé de le faire, mais leurs lettres ont laissé entendre que l'astronomie était une préoccupation majeure. J'ai parlé à beaucoup de gens dans différents départements d'État et on m'a parfois dit que j'étais le seul à me plaindre de la LP, à l'exception des astronomes. Apparemment, les lettres de protestation qui contiennent des références à l'observation du ciel nocturne ou de la lueur du ciel sont supposées provenir d'astronomes, même si d'autres composants défavorables de la LP sont mentionnés. J'ai exprimé mon opinion sur une hypothèse aussi absurde.

Il y a plus de 500 municipalités dans le New Jersey, mais je ne connais qu'une quinzaine d'entre elles ayant des ordonnances complètes sur la pollution lumineuse. Les réglementations anti-LP des États et des comtés font cruellement défaut. Avec votre participation, cela pourrait changer considérablement. Rédiger des lettres de protestation efficaces est le meilleur moyen de démarrer le processus de contrôle de LP. Malheureusement, les organisations responsables de la LP sont nombreuses, il faudra donc un assortiment de lettres pour enregistrer votre plainte en tant que représentant du grand public. Inclus dans cette section LP sont des exemples de lettres destinées à vous donner une idée d'un "ton" efficace de la façon dont votre lettre pourrait être formulée

Rejoignez-moi dans la lutte contre la pollution lumineuse. Je crois que les gouvernements locaux et étatiques réagiront, et le grand public vous soutiendra, si vous vous y prenez de la bonne manière.


Le meilleur éclairage extérieur qui minimisera la pollution lumineuse

Le bon type d'éclairage domestique peut faire toute la différence pour observer les étoiles en aidant à minimiser l'éblouissement.

Ce concours est maintenant terminé

Publié : 16 avril 2020 à 11h32

La lumière artificielle peut être une nuisance pour de nombreuses personnes, en particulier les astronomes. Les lumières vives la nuit provoquent un inconfort lié à l'éblouissement, un handicap et une perte d'obscurité, ce qui crée des problèmes pour quiconque veut admirer la splendeur d'un ciel nocturne clair. Et la «lumière gênante» n'est pas seulement une nuisance pour ceux à l'oculaire qui aimeraient pouvoir observer plus d'étoiles, elle peut également avoir des effets économiques et écologiques négatifs.

Lueur du ciel est l'éclat général et diffus visible en direction des grandes villes, des aéroports et des complexes industriels. Elle provient à la fois de sources lumineuses naturelles et artificielles et ne dépend pas exclusivement de la conception de l'éclairage, mais aussi des conditions atmosphériques.

Éblouissement est le nom que nous donnons à la luminosité inconfortable d'une source lumineuse lorsqu'elle est vue sur un fond plus sombre.

La lumière peut se propager dans l'atmosphère soit directement vers le haut, soit à partir de sources incomplètement blindées.

It may also be reflected off the ground or other surfaces, partially scattering back towards observers and limiting the perceived darkness around them.

But lighting at night also has its uses, providing visibility and security around your home.

Luckily, there are lights designed for domestic use that will keep your property safe and won’t impact too much on your nightly observing.

Read more about light pollution:

The science of light pollution

When observing the night sky, the human eye becomes nearly or completely dark-adapted, or ‘scotopic’. The scotopic eye is much more sensitive to blue and green light and much less sensitive to yellow and red light than the daytime-adapted, or ‘photopic’, eye.

Different light sources have different levels of apparent brightness to the dark-adapted eye.

White light sources such as metal halide, fluorescent or white LED can produce up to three times the visual sky glow brightness of a high-pressure sodium lamp.

Astronomers tend to use a red light source to view star charts, books and notepads in the dark, as this helps to protect night vision adaption.

Information printed in white text on black paper also helps maintain dark-adapted vision, because the light reflected back into the eye is considerably reduced.

Below we reveal four types of lighting that can be used for security and safety around the home and garden, including some examples of astro-friendly units that will preserve the darkness.

Security lights

Domestic security lights should provide the minimum level of illumination to light a single property, not half the street.

Because of the price and ease of installation, many people install tungsten halogen floodlights, which can provide satisfactory security lighting. It is rarely necessary to use a lamp greater than 2,000 lumens (150W).

These lights can be fitted with detectors to sense the movement of intruders, but often the systems require the detector and the floodlight to be aimed in the same direction.

Suggested models:

Blooma Pietas external security floodlight

Die-cast aluminium LED wall luminaire

Route lighting

Low-level bollard lighting can be useful for illuminating a garden path or footway to make walking to and from your house at night easier and safer.

However, if you’re wary of flooding your observing areas with light, it is important to consider the light distribution from these units and ensure that it’s directed downwards. This will avoid any glare towards the observer.

Owing to their short height and the local distribution of their light, you may need to space these units fairly close together.

Suggested models:

Rusty Slot 50 outdoor post light

Lucide combo outdoor LED post light

Porch lighting

Another option is a bulkhead or porch light fitted with a low-power 600-900 lumen (9-11W) compact fluorescent lamp. These units can be left on all night, providing security for only a few pounds of electricity per year.

This light is also kinder to the environment, providing a gentle wash of light with reduced glare. Fluorescent lamps cast fewer shadows, reducing hiding places for criminals, and can be fitted with a movement detector if required.

These units are generally mounted lower and are therefore less likely to elicit complaints from neighbours.

Suggested models:

LED Solar Flush wall light with PIR sensor

Ghost LED solar wall light with PIR sensor

Garden lighting

When installing lighting to illuminate a large outside area, the same principles apply as with the positioning of domestic security lighting.

What you need to take into consideration is the height at which the lights will be mounted and the amount of distance between each of the lighting units.

For areas such as the garden, your driveway or other large external spaces, spacing the lighting units at around 2.5 times the height of the mounting should provide you with the correct lighting performance.

Suggested models:

Kaskara area projector

Where to buy your lighting

Shopping around online is a good way to compare prices for the kind of lighting you want to buy. The following websites are a starting point:

  • Lighting Direct
  • TLC Electrical supplies
  • TradePoint
  • Lyco

Allan Howard is a past president and a current Fellow of the Institution of Lighting Professionals, with over 3 decades’ experience in the lighting business. This article originally appeared in the April 2018 issue of BBC Sky at Night Magazine .


Where Can I Stargaze in Utah?

Bryce Canyon Country has some of the best stargazing locations anywhere in the world! The following areas provide some of the best stargazing experiences in Utah. 

Bryce Canyon National Park:

In Bryce Canyon, visitors can see up to 7,500 stars on a moonless night. As stargazers look at the sky, the Milky Way stretches from horizon to horizon. Among the stars, some planets, including Venus and Jupiter, can be seen and are shining brightly enough to cast a shadow.

Kodachrome Basin State Park

Kodachrome Basin has clear, beautiful night skies. “The night skies over here are some of the best I’ve seen,” said Prajit Ravindran, who has a passion for astrophotography. Night photography along with wildlife watching, camping and hiking are perfect activities in the park, with the sandstone, sandpipe columns as a backdrop.

Grand Staircase Escalante National Monument

Grand Staircase Escalante is a large, remote monument, making it a great place for campers to experience the night sky. Visitors have an opportunity to stay in campgrounds or “primitive camping locations”ਊnd sleep under the stars.

Capitol Reef National Park

Capitol Reef National Park is the seventh unit of the National Park Service to become an “International Dark Sky Park”ꃞsignated by the International Dark-Sky Association. Being labelled a “Gold Tier” park signifies of the highest-quality night skies that come during the annual International Dark Sky Week.

Each of these places brings a unique stargazing experience that no one should miss as they travel throughout the parks.


Is sky-glow affected by height? - Astronomie

Paper Information

Journal Information

International Journal of Astronomy

p-ISSN: 2169-8848 e-ISSN: 2169-8856

How the Size of a Meteorite and Asteroid on the Moon and Planets is Related to the Size of the Crater

Ari A. Mohammed, Hameed T. Abdulla, Alan S. Said Ahmad

Department of Physics, Faculty of Science, University of Zakho, Duhok, Iraq

Correspondence to: Ari A. Mohammed, Department of Physics, Faculty of Science, University of Zakho, Duhok, Iraq.

Email:

Copyright © 2016 Scientific & Academic Publishing. All Rights Reserved.

Ce travail est sous licence Creative Commons Attribution International License (CC BY).
http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Craters occur when an objects like Asteroids, Comets and Meteorites hits onto the surfaces of Moon and Planets and their impact has became a major geological process. The objective of the project is to investigate how the size of a Meteorite and Asteroid on the Moon and Planets is related to the size of impact crater. We started with a two round stone of different mass and size covered slightly with a layer of a viscous mud fluid as a fragmentation were dropped at variable height onto the flour. However, we have used a layer of sprinkles as a mineral diversity of the surface impacted. We have measured the diameter, depth and the Ejecta distance of the crater each time, there were three trails for each stone drop height. The results shows that, the crater diameter and the crater depth increased as the height and mass of the ball drop increased in addition of increasing Ejecta distance.

Keywords: Impact crater, Diameter, Asteroid, Planet, Moon, Comets, Meteorites


A Third of Us Can’t See The Milky Way Anymore, And It’s Messing With Our Health

The new comprehensive World Atlas of Artificial Night Sky Brightness has just appeared in Avancées scientifiques. Written by a group of distinguished scientists lead by Italian Fabio Falchi, it is a noteworthy accomplishment. The first atlas appeared in 2001 but was based on a less precise satellite measurement system. This latest atlas provides far more clarity.

The atlas measures what is called artificial sky glow - reflected light scatter in the atmosphere from the electric lighting below - across the world. Sky glow results from light pollution, or the excess of electric light during the night. But 'light pollution' is not like 'water pollution' which is pollution de water. It’s actually 'night pollution by electric light'.

So what is the magnitude of the problem?

As one measure of how far we have come in obliterating the night sky, Falchi and colleagues estimate that, thanks to sky glow, the Milky Way is no longer visible to one-third of humanity, with the most heavily industrialised regions suffering the greatest loss: 60 percent of Europeans and 80 percent of North Americans can no longer see the Milky Way at night.

But the problem with light pollution isn’t just about stargazing. As Falchi and his colleagues point out, it also has effects on environmental and public health. As an epidemiologist who has been studying the possible impact of electric lighting on health for decades, I am greatly concerned about this.

How do we measure artificial light pollution?

The atlas uses light measurements taken by the Suomi National Polar-orbiting Partnership satellite, which orbits 800 kilometres (497 miles) above Earth and takes pictures of the ground below at night. The satellite can sense the intensity of any light source it detects and plot its location. These measurements are then converted by some sophisticated modelling to produce colourful maps of each region of the world that show the level of sky glow over cities, towns, and adjacent countrysides.

Falchi et al., Science Advances (2016)

While the maps are rather pretty and appealing to view, the underlying message is ominous. The more sky glow, the more obscure the night sky is. For instance, in Times Square in the heart of New York City, at midnight you might be able to count only a dozen stars in the sky, if that. In those areas of the map that show red, the authors tell us, people don’t experience true night because of an artificial twilight from sky glow.

In fact, as Falchi and colleagues note, "…the most light-polluted country is Singapore, where the entire population lives under skies so bright that the eye cannot fully dark-adapt to night vision".

In the most affected regions of the megacities in Europe, the Americas and Asia, the local light levels outside on the street are at times enough to prevent or delay transition to our normal nighttime physiology which should begin at about sunset. The health effects of these local light sources at night, and the sky glow they cause, are the subject of intense research, and have not yet been fully calculated.

Developing societies are also embracing electric lighting of the night, and light pollution is expanding its domain at an epidemic rate. I must emphasise that this represents a huge change in the environment.

Sky glow isn’t just a problem in megacities and urban areas. As the authors note, Death Valley gets sky glow from Las Vegas and Los Angeles, and thereby experiences light pollution.

What does sky glow mean for you?

Humans, like most other life forms on the planet, have what is called an endogenous circadian rhythmicity. This is a built-in cycle for sleep and wake patterns, hunger, activity, hormone production, body temperature and a vast array of other physiological processes. The cycle lasts roughly 24 hours, and light, especially sunlight, and darkness are important signals to keep it on track.

The sky glow reported in the atlas is, by itself, probably below the threshold for directly affecting our circadian rhythms, as measured by suppression of the circadian hormone melatonin.

But the sky glow the atlas measures is the atmospheric reflection of electric lights in the immediate human environment. Those local light sources are in many, if not most, cases sufficient to cause circadian disruption. These include the lighting inside homes and commercial buildings as well as some forms of street lighting.

So the maps also indicate those places where light at night, in all its forms, can most disrupt our normal circadian rhythms, both inside buildings and for those who are outside at night.

This circadian physiology has developed over billions of years. Humans have been living with electricity only since the late 19th century, and with widespread access in industrialised countries only since the 20th century. While that sounds like a long time, it’s tiny drop in the evolutionary bucket. We are only beginning to understand the health consequences artificial light has on our circadian physiology.

The increasing illumination of night has converged with our growing understanding of circadian physiology, and how light at night can disrupt that physiology. The suspicion has emerged recently that some serious maladies could result from circadian disruption such as poor sleep, obesity, diabetes, certain cancers and mood disorders. The most potent environmental exposure that can cause circadian disruption is ill-timed electric lighting, particularly at night.

There are also some severe ecological consequences of light pollution that include mortality events on migrating birds and sea mammals.

Dave Z/Flickr

Turn off the lights

Just as technology has created the problem of light pollution by invention of the electric light bulb, the technology of biological science is showing us what forms of light and at what times of day are most, or least, harmful to our circadian health.

This knowledge is now being exploited to produce light sources that are appropriate for time of day. At the most basic, best is bright light with high blue content (e.g., compact fluorescent) in the morning and dim light with low blue content (e.g., low wattage incandescent) beginning at dusk. And turn off the bright blue screens of tablets and smartphones read an actual book in the evening.

One of many implications of this work is the engineering of street lighting. The wholesale conversion to 'white' LED street lighting by many communities such as Los Angeles and New York is coming under increasing scrutiny because that lighting produces the blue wavelengths that are least friendly to our nighttime physiology and circadian health.

Maybe it’s time rethink street lighting. Energy efficiency is an important consideration, but so too is health of the planet.

This article was originally published by The Conversation. Read the original article.