Astronomie

Calculer l'âge de l'univers

Calculer l'âge de l'univers

L'âge calculé de l'univers est-il celui de la visible l'univers ou l'univers entier ? Je ne sais pas comment l'âge est calculé, mais si l'on pense que tout ce que nous voyons visiblement EST l'univers entier, cela signifie qu'il est fini. Si ce n'est pas fini, alors la lumière des objets astronomiques vraiment lointains ne nous est pas encore parvenue, il y a donc une possibilité qu'elle soit infinie. La méthode utilisée pour calculer l'âge de l'univers depuis le Big Bang peut-elle garantir qu'il a un âge ou est-il possible qu'il ait existé à l'infini ?


C'est un point commun de confusion, mais un univers infini peut encore avoir été à une singularité unique dans l'espace-temps à un temps fini dans le passé.

Cette singularité n'est pas un « point dans l'espace », puisque chaque point de l'univers a participé au big-bang. C'est simplement un moment où le facteur d'échelle, qui multiplie la séparation entre tous les points spatiaux de l'univers, était nul.

Ainsi en cosmologie régie par l'équation de Friedmann, l'âge de l'univers ainsi calculé est le même que l'on parle de l'univers "visible" ou d'un univers infini. Le temps de trajet de la lumière n'entre pas vraiment dans ce domaine, car différentes parties d'un même très grand univers peuvent être causalement séparées tout en ayant toujours leur origine dans la même singularité.


L'hypothèse la plus simple concernant les propriétés globales de l'Univers est qu'il a la même apparence à l'extérieur de la partie qui nous est observable qu'à l'intérieur. C'est-à-dire que nous voyons une partie finie d'un Univers dont l'étendue est (probablement) infinie. Si c'est le cas, alors l'âge calculé - qui est fini - s'applique à tout de l'Univers, pas seulement la partie observable.

L'âge est calculé sur la base du taux d'expansion observé et des densités observées des constituants de l'Univers. Il est possible d'imaginer un univers avec le bon mélange de constituants qui existe depuis toujours$^{dagger}$, mais pour notre Univers particulier, cela ne semble tout simplement pas être le cas ; il est exclu par des observations.

Comme approximation du premier ordre, vous pouvez simplement prendre l'âge $t_mathrm{Uni}$ comme l'inverse du taux d'expansion $H_0 = 70,mathrm{km},mathrm{s}^{- 1},mathrm{Mpc}^{-1} = 2 imes10^{-18}$ s. C'est-à-dire,

$$t_mathrm{Uni} sim frac{1}{H_0} = 14,mathrm{milliard,ans}.$$

Cependant, cela suppose que l'Univers s'est étendu au même rythme tout au long de son histoire, ce qui n'est pas le cas. Plus généralement, l'âge est calculé en intégrant (numériquement sauf approximations simplifiées) l'équation de Friedmann, donnant 13,819 milliards d'années.

Je devrais dire que l'âge calculé est le temps depuis le Big Bang jusqu'à maintenant. Je suppose que la chose la plus sûre à dire est que nous ne savons pas ce qui s'est passé la première petite fraction de seconde environ après la création, et en principe, cela aurait pu exister avant cet instant, s'effondrer, puis s'étendre à nouveau. Mais aucune observation à ma connaissance ne le suggère.

$^dagger$Un exemple d'univers temporellement infini est un univers contenant de l'énergie uniquement sous la forme d'une constante cosmologique. Dans ce cas, l'équation de Friedmann se réduit à $da/dt=aH_0$, avec $a$ le facteur d'échelle ("taille") de l'univers, dont la solution est une fonction exponentielle de taille nulle seulement à $t = - infty$.


L'auteur prétend que l'analyse informatique des mesures de la vitesse de la lumière enregistrées depuis 1675 montre le contraire et indique un début : une création de lumière et un ralentissement ultérieur de cette lumière créée. La date de ce début semble corroborer la courte chronologie biblique.

Tout le travail informatique sur ce projet a été effectué sur l'ordinateur DEC 10 à l'Université Flinders en Australie-Méridionale par M. Trevor Norman, tuteur en mathématiques à la même université. Son aide extrêmement précieuse dans ce projet est ici remerciée.

Si vous proposez que l'univers et tout ce qu'il contient est le produit d'un acte de création il y a seulement 6 000 à 7 000 ans, beaucoup de gens demandent : « Comment se fait-il que des objets à des millions d'années-lumière puissent être vus ? Une telle lumière prendrait sûrement des millions d'années pour nous atteindre.

La question est valable et plusieurs types de réponses lui ont été proposées dans le passé avec un succès limité.

Certains ont proposé qu'une étoile et la lumière de l'étoile aient été créées en même temps afin qu'une étoile soit visible instantanément dans tout l'univers. Ce point de vue est incapable de résoudre plusieurs des problèmes qui existent en ce qui concerne l'explosion d'étoiles ou le comportement des quasars. Il en résulte le problème apparent d'avoir à croire que nous voyons des choses qui n'existent que sous forme de lumière et qui ne se sont jamais vraiment produites.

D'autres ont proposé que la lumière ne voyage pas à travers l'espace en lignes droites mais le long de surfaces courbes (concept d'espace riemannien) de sorte qu'en réalité la lumière peut atteindre n'importe où dans l'univers en environ 16 années terrestres. Cependant, alors que les mathématiques de l'espace riemannien sont fascinantes, la confirmation de cette idée fait défaut.

Il existe une troisième alternative qui n'a pas été explorée à ce jour, mais qui, je crois, résout non seulement de nombreux problèmes d'observation de l'astronomie et de la création de la Genèse, mais a de larges implications pour l'ensemble des sciences physiques.

Le postulat de base de cet article est que la lumière a ralenti de façon exponentielle depuis l'époque de la Création. Cette pensée est radicale et regarde d'abord en dehors de la confirmation. Cependant, il y a au moins 40 observations de la vitesse de la lumière depuis 1675 qui soutiennent cette suggestion.


Les astronomes calculent l'âge de l'univers avec le télescope du désert d'Atacama

Haut dans le désert d'Atacama au Chili, à des kilomètres de la lueur terne de la pollution lumineuse, le télescope de cosmologie isolé d'Atacama est dans une position privilégiée pour rechercher des réponses dans le ciel. La question la plus récente à l'esprit? L'âge de l'univers, un dilemme cosmique qui peut être résolu de différentes manières, selon la façon dont vous mesurez l'expansion accélérée de l'univers.

Un article récemment publié dans le Journal of Cosmology and Astroparticle Physics a mesuré le taux de cette expansion, appelée constante de Hubble, à l'aide du télescope de la National Science Foundation au Chili.

L'équipe a trouvé que la constante de Hubble était de 42 miles par seconde par mégaparsec, ce qui signifie que pour chaque mégaparsec, ou 3,26 millions d'années-lumière, la vitesse d'expansion de l'univers augmente de 42 miles par seconde. Le nombre que l'équipe internationale d'astronomes et de physiciens a trouvé, après 730 jours d'observation s'étalant de 2013 à 2016, était presque le même que celui précédemment rapporté par le satellite Planck de l'Agence spatiale européenne en 2013.

"Maintenant, nous avons trouvé une réponse où Planck et [Atacama Cosmology Telescope] sont d'accord", a déclaré Simone Aiola, chercheuse au Flatiron Institute's Center for Computational Astrophysics et co-auteur de l'article, dans un communiqué de presse. "Cela témoigne du fait que ces mesures difficiles sont fiables."

Il y a une assez grande raison pour laquelle il valait la peine de recalculer la constante : il existe plusieurs façons de mesurer le taux d'expansion de l'univers, à partir duquel l'âge de l'univers peut être déduit. Vous pouvez mesurer le taux en fonction de choses stellaires proches de nous, comme les étoiles céphéides pulsantes. Vous pouvez également mesurer l'expansion en regardant la lumière polarisée du fond diffus cosmologique de l'univers, le rayonnement détectable le plus éloigné du Big Bang, ce que l'équipe d'Atacama a fait ici. Cette lumière floue a une variation dans sa polarisation, permettant aux scientifiques de mesurer la distance parcourue par la lumière et la durée de ce voyage. C'est pourquoi il est important de comprendre le taux d'expansion de l'univers : cela change la distance parcourue par la lumière, et donc l'âge de tout.


# Visualisation

Importez les données requises dans une instance ATSD locale à l'aide de la configuration d'analyseur CSV jointe. Reportez-vous au didacticiel d'importation de configuration pour télécharger la configuration vers ATSD.

Les données sont visualisées ci-dessous à l'aide du ChartLab.

La majorité des données tombent dans le troisième quadrant (supérieur à 95 %) et dans ce quadrant, environ 90 % de ces données tombent à nouveau dans le troisième quadrant.

La visualisation ci-dessous montre une visualisation de données limitée pour présenter une image plus claire en utilisant les informations fournies par HyperLEDA.

L'image ci-dessus contient moins de 100 points de données, sur les plus de 4 000 inclus dans l'ensemble de données et est destinée à illustrer la même tendance à une échelle considérablement réduite pour faciliter la visualisation.


Les astronomes calculent l'âge de l'univers

BALTIMORE, Maryland (CNN) -- Une équipe de scientifiques travaillant avec le télescope spatial Hubble a déclaré mardi avoir calculé la réponse à l'une des questions les plus controversées de l'astronomie : quel âge a l'univers ?

Réponse : 12 milliards d'années.

L'équipe Hubble a travaillé en partant du principe que la clé pour déterminer l'âge de l'univers était de calculer une valeur précise pour la constante de Hubble - la vitesse à laquelle l'univers s'est étendu depuis le Big Bang.

S'ils peuvent mesurer à quelle vitesse l'univers s'étend, disent les astronomes, ils peuvent alors simplement travailler en arrière pour déterminer depuis combien de temps le Big Bang s'est produit.

Localiser la constante de Hubble était l'un des trois principaux objectifs scientifiques énoncés par les astronomes lorsqu'ils ont lancé le télescope spatial Hubble il y a près de 10 ans.

"Avant Hubble, les astronomes ne pouvaient pas décider si l'univers avait 10 millions ou 20 milliards d'années", a déclaré l'astronome Wendy Freedman des observatoires Carnegie de Pasadena, en Californie, dans un communiqué. "L'échelle de taille de l'univers avait une portée si vaste qu'elle ne permettait pas aux astronomes de confronter avec certitude bon nombre des questions les plus fondamentales sur l'origine et le destin éventuel du cosmos",

Freedman est le chef de l'équipe du projet clé du télescope spatial Hubble, un groupe de chercheurs qui a annoncé la découverte mardi. L'équipe étudie l'âge de l'univers depuis huit ans.

Pour mesurer la constante de Hubble, les astronomes ont étudié un type d'étoile pulsante appelée variable céphéide, qui peut être utilisée pour mesurer avec précision les distances intergalactiques.

En bref, les étoiles céphéides sont d'une luminosité standard. Considérez-les comme des ampoules de puissance identique. La distance est le seul facteur qui modifie la luminosité relative d'une étoile céphéide - plus elle est éloignée de la Terre, plus elle apparaît sombre.

L'équipe Hubble a étudié près de 800 étoiles céphéides, dans 18 galaxies, jusqu'à 65 millions d'années-lumière. De cette manière, l'équipe a utilisé les étoiles pour calibrer un certain nombre de techniques de mesure de distance différentes qu'elle a ensuite mises en œuvre pour mesurer la vitesse à laquelle les galaxies s'éloignent les unes des autres.

Les astronomes de l'équipe du projet clé ont déclaré avoir calculé le taux d'expansion avec une précision de 10 %. En fin de compte, ils ont obtenu une valeur de 70 kilomètres par seconde par mégaparsec (un mégaparsec correspond à 3,26 millions d'années-lumière et une année-lumière à environ 5,9 billions de miles). Cela signifie qu'une galaxie semble se déplacer 160 000 mph plus rapidement pour chaque 3,3 années-lumière de la Terre. Et cela signifie que l'Univers est né il y a 12 milliards d'années.

"La vérité est là-bas, et nous la trouverons", a déclaré le Dr Robert Kirshner de l'Université Harvard dans un communiqué. "Nous avions l'habitude d'être en désaccord par un facteur de deux, maintenant nous sommes tout aussi passionnés à propos de 10 pour cent. Un facteur de deux, c'est comme ne pas être sûr d'avoir un pied ou deux. Dix pour cent, c'est comme se disputer pour un orteil. C'est un grand pas en avant ."

Parmi les autres membres de l'équipe du projet clé du télescope spatial Hubble figurent le Dr Jeremy Mould, professeur d'astronomie à l'Université nationale australienne et le Dr Michael S. Turner, président du Département d'astronomie et d'astrophysique de l'Université de Chicago.


Calculer l'âge de l'univers

J'ai une question sérieuse qui me trotte dans la tête depuis un moment. Je pensais au problème il y a trois mois, puis je l'ai oublié. Ma question est la suivante, supposons que la théorie de la relativité soit totalement fausse, ok ? Et maintenant, je veux essayer de déterminer l'âge de l'univers, disons en années.

Ok donc, commencez au premier moment. Supposons que toute la matière de l'univers soit très proche du centre de masse de l'univers (CMU). D'accord, il y a un énorme mouvement de particules vers l'extérieur alors que nous nous dirigeons vers maintenant. Maintenant, pendant cette expansion, la gravité a travaillé pour la ralentir. Mais bien sûr, à mesure que la matière s'éloigne de plus en plus de la CMU (de manière à peu près symétrique), cette force se rapproche de zéro. Disons qu'après quelques millions d'années, c'est zéro. Ainsi, il y a quelques millions d'années, le centre de masse de notre système solaire se déplaçait vers l'extérieur du CMU à une vitesse constante, appelons-le V.

Alors maintenant, si nous connaissons cette vitesse et la distance entre le centre de masse de notre système solaire et le centre de masse de l'univers, alors nous pouvons calculer l'âge de l'univers.

Alors c'est comme ça que je veux faire.

Soit donc T l'âge de l'univers. En résolvant pour T on a :

T = âge de l'univers = D/V

Où D est la distance entre le centre de masse de notre système solaire et le centre de masse de l'univers, et V est la vitesse à peu près constante à laquelle le centre de masse de notre système solaire s'éloigne du CMU.

Alors voici la question, comment pouvons-nous déterminer dans quelle direction nous devons regarder, pour regarder vers le centre de masse de l'univers.

Je me demande en quelque sorte si nous pourrions le trianguler, ou si nous l'avons déjà fait.

D'où nous sommes, je pense qu'il y a un plan à travers lequel toutes nos planètes orbitent. Je sais que certaines planètes ne sont pas dans l'avion, mais je pense que la plupart voyagent dans un avion commun. Alors maintenant, est-il vrai que le centre de masse de l'univers se trouve dans ce plan ? Cela le réduirait au moins un peu. Alors peut-être que si nous regardions des galaxies inclinées, nous pourrions trianguler. Ensuite, si nous pouvions déterminer à quelle distance ils sont éloignés de nous, nous connaîtrions notre distance par rapport à la CMU. Après cela, ce n'est qu'un moyen de mesurer notre vitesse à partir de ce point, de la calculer d'une manière ou d'une autre.

Avant que tout le monde ne critique ce post, je voudrais juste dire une chose :

Je pense que 14 milliards d'années, c'est bien trop peu de temps pour que l'univers soit tel qu'il est. Les étoiles devaient se former, puis exploser, puis se reformer. Tout devait voyager très loin pour arriver là où il se trouve. Les océans devaient se former, la pluie la pluie, l'évolution, la vie, etc. Je veux dire, dire que l'âge de l'univers est du même ordre de grandeur que l'âge de la terre, est totalement intuitif. Je pense que l'univers a plus de 100 milliards d'années, et je ne serais même pas surpris s'il avait un billion d'années. Au-delà, je pense que ça pousse. J'ai une compréhension intuitive de la durée d'une année, et je dis juste que 14 milliards d'années, c'est trop jeune. Alors de toute façon, est-ce que quelqu'un sait dans quelle direction chercher pour trouver la CMU ?


L'UNIVERS OBSERVABLE

Une autre conséquence importante de l'âge fini de l'Univers est que nous ne pouvons jamais en voir qu'une partie, c'est-à-dire la partie à partir de laquelle la lumière a eu le temps de nous atteindre. Nous ne savons pas quelle est la taille de l'univers entier, et il pourrait être infini. Dans les deux cas, il est probable que l'Univers soit beaucoup plus grand que la partie à partir de laquelle nous pouvons recevoir des informations.

La taille de l'Univers observable se calcule facilement. Nous avons vu que l'âge de l'Univers est de 13,8 milliards d'années. Si l'Univers était statique, nous ne serions capables de voir des objets qu'à 13,8 milliards d'années-lumière. La lumière de quelque chose de plus éloigné n'aurait pas eu le temps de nous atteindre. Même si l'espace s'est étiré pendant toutes ces années, nous pouvons toujours penser en termes de temps d'analyse des objets que nous observons. Vous pouvez considérer votre univers observable comme une sphère, centrée sur vous et mdashas ce serait autour de n'importe quel autre observateur n'importe où aujourd'hui et mdashand s'étendant à n'importe quoi avec un temps rétrospectif

de 13,8 milliards d'années. S'il y avait une galaxie fictive avec un temps d'analyse de 15 milliards d'années loin de nous, elle pourrait bien exister dans l'Univers, mais nous ne serions pas en mesure de la voir maintenant, car elle serait au-delà de notre Univers observable, ou horizon cosmique . Nous ne serions pas en mesure de le voir avant 1,2 (15,0 & ndash 13,8) milliards d'années. Les observateurs quelque part dans la galaxie d'Andromède verraient maintenant un volume sphérique similaire, juste centré sur eux-mêmes au lieu de nous. Ainsi, ils verraient un peu plus de l'Univers du côté d'Andromède et un peu moins du nôtre. Les observateurs éloignés du bord de notre univers observable verraient notre voisinage galactique comme étant très éloigné du bord de leur univers observable. Dans la direction opposée, ils verraient une énorme bande que nous ne pouvons pas voir et vice versa. Bien sûr, ils nous verraient tels que nous étions il y a de nombreuses années, pas tels que nous sommes maintenant, tout comme nous les verrions tels qu'ils étaient il y a plusieurs milliards d'années, pas tels qu'ils sont maintenant.

L'UNIVERS OBSERVABLE

Dans cette activité, nous explorerons le concept d'Univers observable.

Figure A.13.2 : La ligne bleue représente l'Univers observable pour la galaxie A. Crédit : NASA/SSU/Aurore Simonnet Figure A.13.3 : La ligne bleue représente l'Univers observable pour la galaxie

A. Crédit : NASA/SSU/Aurore Simonnet

Figure A.13.4 : Les cercles rouges représentent trois possibilités pour l'Univers observable et son contenu pour la galaxie

B. Crédit : NASA/SSU/Aurore Simonnet

Dans la dernière activité, vous auriez dû constater que le Univers observableObservable Univers: La portion de l'Univers que nous pouvons voir parce que la lumière d'objets distants a eu le temps de nous atteindre ici sur Terre car un observateur est centré sur cet observateur, et est un sous-ensemble de l'univers entier. L'âge fini de l'Univers et la vitesse finie de la lumière se combinent pour limiter ce que nous pouvons observer de l'Univers de plusieurs manières. Il y a une frontière à notre Univers observable appelée l'horizon cosmique. Nous ne pouvons rien observer au-delà de cette limite parce que la lumière de là n'a pas eu assez de temps pour nous atteindre et même 13,8 milliards d'années n'a pas été assez de temps. La taille de l'Univers observable augmente à mesure que la distance parcourue par la lumière depuis le début de l'Univers augmente. En d'autres termes, il peut y avoir des objets au-delà de notre horizon cosmique actuel que nous ne pouvons pas voir pour le moment, mais à mesure que l'Univers vieillira, nous pourrons en voir davantage.


L'âge de l'univers

L'une des contradictions perçues les plus évidentes entre la Bible et la science est l'âge de l'univers. S'agit-il de milliards d'années, comme les données scientifiques, ou de milliers d'années, comme les données bibliques ? Lorsque nous additionnons les générations de la Bible et ajoutons ensuite les dirigeants séculiers qui ont suivi, nous arrivons à moins de 6000 ans. Alors que les données du télescope spatial Hubble ou des télescopes terrestres à Hawaï, indiquent le nombre à 14 milliards d'années. En essayant de résoudre ce conflit apparent, j'utilise uniquement le commentaire biblique ancien parce que le commentaire moderne connaît déjà la science moderne, et donc il est toujours influencé par ce que la science a toujours.

Ce commentaire comprend le texte de la Bible elle-même (il y a 3300 ans), la traduction du en araméen par Onkelos (100 EC), le Talmud (expurgé vers l'an 400 EC) et les trois principaux commentateurs bibliques sur le texte hébreu. Il y a beaucoup, beaucoup de commentateurs, mais au sommet de la montagne il y en a trois : Rachi (France du XIe siècle), qui apporte la compréhension directe du texte, Maïmonide (Égypte du XIIe siècle), qui discute des concepts philosophiques, et Nahmanide (XIIIe siècle) siècle en Espagne), le plus important des commentateurs qui traitent de la physique spirituelle de l'univers, souvent appelée Kabala.

Ces commentaires anciens ont été finalisés il y a des centaines ou des milliers d'années, bien avant que Hubbell ne soit une lueur dans les yeux de son arrière-grand-parent. Il n'y a donc aucune possibilité que Hubbell ou toute autre donnée scientifique influence ces concepts. C'est un élément clé pour maintenir l'objectif de discussion suivant.

Univers avec un commencement

En 1959, une enquête a été menée auprès des principaux scientifiques américains. Parmi les nombreuses questions posées, il y avait : « Quelle est votre estimation de l'âge de l'univers ? » Maintenant, en 1959, l'astronomie était populaire, mais la cosmologie « la physique profonde de la compréhension de l'univers » commençait à peine à se développer. . Il y a plusieurs années, la réponse à cette enquête a été republiée dans Scientific American, la revue scientifique la plus lue au monde. Les deux tiers des scientifiques ont donné la même réponse. La réponse que les deux tiers « une majorité écrasante » des scientifiques ont donnée était, en substance, « Âge ? » Il n'y avait pas de commencement. Aristote et Platon nous ont appris il y a 2400 ans que l'univers est éternel.”

C'était en 1959. En 1965, Arno Penzias et Robert Wilson découvrirent l'écho du Big Bang dans le noir du ciel la nuit, et le paradigme du monde passa d'un univers éternel à un univers qui avait un commencement. La science avait fait un énorme changement de paradigme dans sa compréhension du monde. Comprendre l'impact. La science a confirmé au mieux de ses capacités scientifiques que notre univers avait un commencement. Je ne peux pas surestimer l'importance de cette découverte scientifique. L'évolution, hommes des cavernes, ce sont tous des problèmes insignifiants par rapport au fait que nous comprenons maintenant que notre univers a eu un commencement. Exactement comme la Bible le prétend depuis trois millénaires.

Bien sûr, le fait qu'il y ait eu un commencement, une création, ne prouve pas que le Dieu biblique était le Créateur. Que cela soit vrai, que « Dieu ait créé les cieux et la terre (Genèse 1:1) », est toujours en débat. La physique permet un début sans débutant. Je ne vais pas entrer dans la physique de cela ici. « La science de Dieu », mon deuxième livre, examine cela en détail. En bref, en 1973, le professeur Ed Tryon a publié dans la prestigieuse revue à comité de lecture Nature, un article démontrant que selon les lois de la physique, l'univers pouvait être créé à partir de rien absolu via une fluctuation quantique. Selon cette compréhension, il n'y avait qu'une seule création physique. Toute l'énergie/matière et tout l'espace naissent comme un minuscule point du néant absolu. L'univers s'est étendu à partir de cette parcelle d'espace non pas en ajoutant un nouvel espace, mais en étirant l'espace d'origine. Ce faisant, l'énorme concentration d'énergie de la création du Big Bang est devenue plus diluée dans l'espace toujours plus étendu, et ainsi la température de l'espace a diminué.

Tout commence par Adam

La question qui nous reste est la suivante : depuis combien de temps la création du Big Bang a-t-elle eu lieu ? Était-ce, comme la Bible pourrait le laisser entendre, moins de 6 000 ans, ou était-ce les 14 milliards d'années qui sont acceptés par la communauté scientifique ? La première chose que nous devons comprendre est l'origine du calendrier biblique.

L'âge du calendrier biblique de l'univers est calculé en additionnant les générations depuis Adam. Cela atteint un nombre légèrement inférieur à 6000 ans. De plus, il y a six jours (en fait le texte biblique donne 5 jours et demi) de la création de l'univers à la création du premier humain, c'est-à-dire le premier être avec l'âme d'un humain (pas le premier hominidé, un étant avec une forme et une intelligence humaines, mais sans l'âme de l'humanité, la neshama). Nous avons un calendrier qui commence par Adam. Les six jours pré-Adam sont séparés de cela. La Bible a deux calendriers, deux horloges. Ce n'est pas une rationalisation moderne. Le Talmud en parlait déjà il y a 1600 ans.

La raison pour laquelle les six jours pré-Adam (Genèse 1:1 – 27) ont été retirés du calendrier est que le temps est décrit différemment dans ces six jours de la Genèse. Là, le passage de chaque jour est décrit comme « Il y avait le soir et le matin » sans aucun rapport avec le temps humain. Une fois que nous arrivons à la progéniture d'Adam, l'écoulement du temps est totalement en termes humains. Adam et Eve ont vécu 130 ans avant d'avoir Seth. Seth vit 105 ans avant d'avoir Enosh, etc. (Genèse chapitre 5). À partir d'Adam, le flux du temps est totalement basé sur l'homme et sur la terre. Mais avant cette époque, c'est un concept abstrait : « Soir et matin. » C'est comme si la Bible regardait ces événements de Genèse Un d'un point de vue autre que la terre, une vue cosmique du temps . Quelle pourrait être la perception biblique du moment de ces événements avant Adam par rapport à nos mesures terrestres ?

Approfondir le texte

En essayant de comprendre l'écoulement du temps ici, vous devez vous rappeler que l'ensemble des Six Jours est décrit en 31 phrases. Les Six Jours de la Genèse, qui ont donné tant de maux de tête aux gens, se limitent à 31 phrases ! Au MIT, dans la bibliothèque Hayden, nous avions environ 50 000 livres qui traitent du développement de l'univers : cosmologie, chimie, thermodynamique, paléontologie, archéologie, physique des hautes énergies de la création. En amont de la rivière à Harvard, à la bibliothèque Weidner, ils ont probablement 100 000 livres sur ces mêmes sujets. La Bible nous donne 31 phrases. Ne vous attendez pas à ce que par une simple lecture de ces phrases, vous sachiez tous les détails contenus dans le texte. Il est évident que nous devons creuser plus profondément pour obtenir l'information.

Qu'est-ce qu'un “jour?”

La réponse habituelle à cette question est de laisser le mot « jour » dans Genèse chapitre un être une longue période de temps. Pliez la Bible pour qu'elle corresponde à la science. Heureusement, le Talmud de Hagigah (12A), Rachi là-bas et Nahmanide (Genèse 1:3) nous disent tous que le mot jour signifie 24 heures, et non le lever et le coucher du soleil. Le soleil n'est pas mentionné avant le quatrième jour et ces commentaires se rapportent tous aux six jours, à partir du premier jour. Mais le commentaire continue dans Exode et Lévitique, que les jours sont de 24 heures chacun (encore une fois, sans rapport avec le lever et le coucher du soleil, simplement des séries de 24 heures). Il y en a six, et leur durée n'est pas plus longue que les six jours de notre semaine de travail, MAIS, continue le commentaire, ils contiennent tous les âges du monde. Comment six jours de 24 heures peuvent-ils contenir tous les âges du monde ?

L'écoulement flexible du temps et l'étirement de l'espace

Lorsqu'un scientifique déclare que notre univers a 14 milliards d'années, il y a une seconde moitié de cette phrase rarement articulée mais très bien connue. L'univers a 14 milliards d'années, mesuré à partir des coordonnées spatio-temporelles de la Terre, c'est-à-dire mesurée à partir de notre point de vue, de notre emplacement, dans l'univers. Mais il y a un aspect de l'univers qui change la perception du timing des événements lorsque ces événements sont vus, non pas « sur place », mais de loin, à travers une grande distance galactique. C'est l'extension de l'espace. L'univers a commencé comme un minuscule point et s'est étendu à partir de là. L'espace s'étend en fait. Le résultat de l'étirement de l'espace produit l'effet que lors de l'observation d'une série d'événements qui ont eu lieu au plus profond de l'espace, loin de notre galaxie, alors que la lumière de ces événements voyage à travers l'espace, le timing de la séquence d'événements est en fait allongé . Lors de l'estimation du moment réel d'une séquence d'événements de distance, la correction de cet étirement spatial doit être prise en compte. C'est l'astronomie standard. (Dans La Science de Dieu, je donne la logique en détail dans des termes simples et faciles à comprendre.)

La création du temps

A la fin de chaque jour des six jours de création, le jour est compté. Pourtant Nahmanide souligne qu'il y a une discontinuité dans la façon dont les jours sont comptés. À la fin du premier jour, le verset dit : « Il y a le soir et le matin, le premier jour. » Mais le deuxième jour ne dit pas « le soir et le matin, le deuxième jour ». “soir et matin, un deuxième jour.”Et la Bible continue avec ce modèle : “Soir et matin, un troisième jour… un quatrième jour…un cinquième jour…le sixième jour.” Seulement le premier jour, le texte utilise-t-il une forme différente : pas “premier jour,” mais “Day One” (“Yom Echad”). De nombreuses traductions anglaises font l'erreur d'écrire « un premier jour ». C'est parce que les éditeurs veulent que les choses soient agréables et cohérentes. Mais ils jettent le message cosmique dans le texte ! Ce message, comme le souligne Nahmanide, est qu'il y a une différence qualitative entre "un" et "d'abord". La Bible, nous dit-il, ne pouvait pas écrire « un premier jour » le premier jour parce qu'il n'y avait pas encore eu de deuxième jour par rapport à elle. Si la perspective de la Bible pour les six premiers jours avait été du Sinaï en regardant en arrière, la Bible aurait écrit un premier jour. Au moment où la Torah a été donnée au Sinaï, il y avait eu des centaines de milliers de "seconds jours". La perspective de la Bible pour les six jours de la Genèse est la seule fois dans l'histoire des temps où il n'y avait pas eu un deuxième jour. Et c'est le premier jour. De la création de l'univers à la création de l'âme d'Adam (Genèse 1:27), la Bible considère le temps depuis le début de l'univers vers l'avenir. À la création d'Adam et Eve, l'âme de l'humanité, la perspective biblique passe de cette vision cosmique du temps au temps basé sur la terre. À partir de ce moment-là, toutes les descriptions bibliques du temps sont basées sur l'homme, sur la terre, les coordonnées spatio-temporelles selon lesquelles nous vivons.

Comment nous percevons le temps

Nous regardons l'univers et disons : « Quel âge a l'univers ? En regardant dans le temps, l'univers a environ 14 milliards d'années. C'est notre vision du temps et ces années ont passé. Mais quel est le point de vue de la Bible sur ces milliards d'années attendus depuis le début ? Comment voit-il le temps ?

Nahmanide enseigna que bien que les jours de Genèse Un durent 24 heures chacun, ils contiennent “kol yemot ha-olam” – – tous les âges et tous les secrets du monde. Nahmanide dit qu'avant l'univers, il n'y avait rien, mais tout à coup la création entière est apparue comme un minuscule point. Il donne une description du grain : quelque chose de très petit, plus petit qu'un grain de moutarde. Et il dit que c'est la seule création physique. Il n'y avait pas d'autre création physique, toutes les autres créations mentionnées dans Genèse Un étaient spirituelles : la Nefesh (l'âme de la vie animale, Genèse 1:21) et la Neshama (l'âme de la vie humaine, Genèse 1:27) sont des créations spirituelles.

Il n'y a qu'une seule création physique, et cette création était une minuscule tache. Dans cette tache se trouvait toute la matière première qui serait utilisée pour fabriquer tout le reste. Nahmanides décrit l'essence de ce premier matériau comme “dak me’od, ein bo mamash” – donc très mince, sans substance. Et au fur et à mesure que ce grain s'étendait, cette essence, si mince qu'elle n'avait aucune substance matérielle, s'est transformée en matière telle que nous la connaissons.

Nahmanide écrit en outre : « Misheyesh, yitfos bo zman » à partir du moment où la matière s'est formée à partir de cette substance sans substance, le temps s'empare de lui. Le temps est créé au début. Mais le temps biblique « saisit » lorsque la matière se condense à partir de la substance sans substance de la création du big bang. When matter condenses, congeals, coalesces, out of this substance so thin it has no material substance, that’s when the biblical clock starts.

Science has shown that there’s only one “substance-less substance” that can change into matter. And that’s energy. Einstein’s famous equation, E=MC 2 , tells us that energy can change form and take on the form of matter. And once it changes into matter, biblical time grabs hold the biblical clock begins. Energy – light beams, radio waves, gamma rays, x-rays – all travel at the speed of light, 300 million meters per second. At the speed of light, time does not pass. The universe was aging, time was passing, but until there was stable matter, nothing was present recording that passage of time. Time only grabs hold when stable matter is present. This moment of time before the clock of the Bible begins lasted less than 1/100,000 of a second. A miniscule time. But in that time, the universe expanded from a tiny speck, to about the size of the Solar System. From that moment on we have matter, and biblical time flows forward. The biblical clock begins here.

Day One and not a first day: seeing time from the beginning

Now the fact that the Bible tells us there is “evening and morning Day One”, comes to teach us that the biblical calendar begins from near the beginning looking forward.

We look back in time, and measure of the universe to be 14 billion years old. But as every scientist knows, when we say the universe is 14 billion years old, there’s another half of the sentence that we rarely bother to state. The universe is 14 billion years old as measured from the time-space coordinates of the earth, that is, from our current position in the universe.

The key is that from the creation of the universe to the creation of the soul of Adam, the Bible looks forward in time, from time-space coordinates when the universe was vastly smaller than it is today. Since then, the universe has expanded out. Space stretches, and that stretching of space totally changes the perception of time.

A brief example of what this means is useful to establish the effect of space stretching. Far off on some imaginary galaxy a person decides to send us information about his clock. Imagine going back billions of years, close the beginning of time. Now pretend way back then, when time grabs hold, there’s an intelligent community. (It’s totally fictitious.) Imagine that the intelligent community has a laser, and it’s going to shoot out a blast of light every second. Every second — pulse. Pulse. Pulse. And on each pulse of light the following formation is printed: “I’m sending you a pulse of light every second.” (Printing information on light, electro-magnetic radiation, is common practice. It’s what brings your phone messages and TV or radio to you.) Billions of years later, way far down the time line, we here on Earth have a big satellite dish antenna and we receive that pulse of light. And on that pulse of light we read “I’m sending you a pulse every second.”

Light travels 300 million meters per second. So at the beginning, when the light pulses are first released, the two light pulses are separated by a second of light travel time or 300 million meters. The pulses of light travel through space for billions of years until they reach the Earth. But wait. Is the universe static? No. The universe is expanding. The universe expands by space stretching. So as these pulses travel through space for billions of years, the space between them is stretching. The pulses get further and further apart. Billions of years later, when the first pulse arrives, we read on it “I’m sending you a pulse every second.” A message from outer space! You wait for the next pulse to arrive. Does it arrive second later? No! A year later? Maybe not. Maybe billions of years later. Because the amount of time that these pulses of light have traveled through space will determine the amount that space stretched between them. That in turn will determine how much time there will be between the arrivals of the pulses. This is standard astronomy.

14 billion years or six days?

Today, we look back in time and we see approximately 14 billion years of history and those years went by. But how would they be perceived from the Bible’s perspective of time? Looking forward from when the universe was very small – billions of times smaller – the Bible teaches that six days passed. In truth, they both are correct. What’s exciting about the last few years is that we now have quantified the data to know the relationship between the perception of time from the beginning of stable matter, the threshold energy of protons (their nucleosynthesis), looking forward and our measure of the history of the universe. It’s not science fiction any longer. A dozen physics textbooks all bring the same generalized number. The general relationship of the stretching of space between the era of proton anti-proton formation, that time near the beginning at the threshold energy of protons when the first stable matter formed, and time today is a million million. That’s a 1 with 12 zeros after it. Space has stretched by a million million. So when a view from the beginning looking forward says “I’m sending you a pulse every second,” would we see a pulse every second? No. We’d see one every million million seconds. That’s the stretching effect of the expansion of the universe on the perception of time.

The biblical text shows us (and the Talmud confirms) that the soul of Adam was created five and a half days after the big bang creation. That is a half day before the termination of the sixth day. At that moment the cosmic calendar ceases and an earth based calendar starts. How would we see those days stretched by a million million? Five and a half days times a million million, gives us five and a half million million days. Dividing that by 365 days in a year, comes out to be 15 billion years. NASA gives a value of just under 14 billion years. Considering the many approximations, and that the Bible works with only six periods of time, the agreement to within a few percent is extraordinary. The universe is billions of years old but from the biblical perspective those billions of years compress into five and a half, 24 hour days.

The five and a half days of Genesis are not of equal duration. Each time the universe doubles in size, the perception of time halves as we project that time back toward the beginning of the universe. The rate of doubling, that is the fractional rate of change, is very rapid at the beginning and decreases with time simply because as the universe gets larger and larger, even though the actual expansion rate is approximately constant, it takes longer and longer for the overall size to double. Because of this, the earliest of the six days have most of the 15 billion years sequestered with them.

CORRECTION TO THE CALCULATION OF THE AGE OF THE UNIVERSE

Following a talk I gave at AZUSA Pacific University, February 2011, a participant noted that when calculating the expansion ratio of space (that is, the fraction by which space had stretched) from the era of proton formation to our current time, I had neglected to correct for the fact that the rate of universal expansion is actually increasing. The million million expansion ratio is gotten by calculating the averaged ratio of the temperature of space now (2.76 K) relative to the threshold temperature of proton anti-proton pair production that marks the start of the biblical clock. The correction for this increase in the rate of universal expansion is in the order of 10%. Had the expansion been constant [and not super-linear resulting from the increased expansion rate], the temperature of space would be, not the currently observed 2.76 K, but 3.03 K. Introducing this correction reduces the expansion factor of the million million ( that is, a trillion) cited above, by 10% to 900 billion. As discussed above, the biblical time prior to the creation of the soul of Adam is 5 and half days. Expanding those biblical pre-Adam five and a half, 24 hour days by the expansion factor, 900,000,000,000, (i.e., 900 billion) results in age of the universe as viewed from our perspective of 13.6 billon years.

An exponential equation can be developed that details the number of years as measured from our perspective of time compressed within each of the five and half 24 hour days of Genesis Chapter One, taking each day as one “half life.” However rather than using the highly rounded off expansion factor of 900 billion, this equation uses the exact expansion factor (the ratio of the energy or temperature of space at the threshold energy of protons [10.9 x 10 12 K ] to the “AZUSA” corrected current energy or temperature of space [3.03 K ]). The result gives an overall age of the universe of 13.9 billion years and also the number of those 13.9 billion years of cosmic history held compressed within each of the biblical five and a half, 24 hour days of Genesis prior to the creation of the human soul of Adam. Starting with Day One, the results are, approximately: 7 3.5 1.8 0.9 0.5 0.2 billions of years compressed within each successive 24-hour biblical day. This is in close agreement with the NASA number of 13.7 billion years. Interestingly, several years ago an article in the prestigious peer-reviewed journal, Nature, used this identical approach to discuss the time from the beginning of the universe, but with a totally different agenda and so started its clock at the very creation which they projected as a singularity. The significance of this is that this respected science journal has given its stamp of approval for the methodology used here.

Einstein, in the laws of relativity, taught the world that time passes at different rates in different environments. Absolute time does not exist in our universe. The passage of time is relative. In regions of high velocity or high gravity time actually passes more slowly relative to regions of lower gravity or lower velocity. (One location relative to another, hence the name, the laws of relativity) This is now proven fact. Time actually stretches out. Where ever you are time is normal for you because your biology is part of that local system. Note that the above discussion does not relate to these laws of relativity. It relates to a very different phenomenon, the effect of the stretching of space on the perception of the passage of time.

God using nature’s forces

That God might have used the laws of nature to create the universe is fully consistent in relationship to the Biblical accounts of God’s actions. The only name for God in the creation chapter, Genesis chapter one, is Elokim, God as made manifest in nature. Maimonides in his monumental Guide for the Perplexed (1190 part 2, chapter 6)) wrote that God at times uses the forces of nature to accomplish God’s goal. An example of God using nature to accomplish a goal is in the Exodus account. After our leaving Egypt, God led us to the banks of the Sea of Reeds (or the Red Sea depending upon translations see the First book of Kings chapter 9 verse 26 for the location of the Sea of Reeds.). There trapped by the sea, God saves us from the pursuing Egyptian army by splitting the sea with a strong east wind that blew all night (Exodus 14:21). That detailed description of the wind was given to let us realize that the wind may have seemed natural. How natural? After the Israelites pass through the opened sea, the pursuing Egyptian soldiers follow right on in. After all it is just a lucky wind. (See D. Nof and N. Paldor Are there oceanographic explanations for the Israelites crossing of the Red Sea? published in the esteemed, peer-reviewed scientific journal The Bulletin of the American Meteorological Society, Vol. 73 no. 3 March 1992, for a peer-reviewed account of the possibility of the wind actually opening the sea.) If the wind had seemed super-natural, the army would have fled back home. So natural-seeming was the wind that the Bible had to tell us that it was God that made the wind blow at that time. So we see that the laws of nature instilled by God at the creation are a part of God’s tools in this world, and also for creating this magnificent world in which we dwell.

The Bible views time looking forward into the expanding space of the universe from the moment of the threshold rest energy of a proton, a moment that was a tiny fraction of a second following the big bang creation of the universe, when the universe was vastly smaller than it is today.

The earth based scientific measure views time looking back in time from the present toward the threshold rest energy of a proton, a moment that was a tiny fraction of a second following the big bang creation of the universe, a time when the universe was vastly smaller than it is today.

The most common non-linear relationship in the universe: A = A0e -Lt defines the relationship between the earth view of time and the Biblical view of time

Where e is the natural base = 2.71827

A = earth time in number of days

UNE0 = the instantaneous ratio of the threshold rest energy of a proton to the current energy of space corrected for the increase in the rate of expansion of space. The units are as temperatures and as a ratio of temperatures, the units of temperature cancel. The significance of A0 is that it equals the number of earth days that would be initially, instantaneously, compressed into the biblical perspective of time at the instant the energy level of the universe passed the threshold rest energy of a proton. As the universe expands and cools, the value of this ratio changes.

L = natural log of 2 = 0.693 divided by the half period

Half period = t1/2 = one Genesis day

t = time in Genesis days and goes from 0 to 5.5 days each day 24 hours duration 5.5 and not 6 because Adam receives the human soul – the neshama – half way through the 6 th day. In the calculation, the difference between using 5.5 or 6 is minute.>

Integrate A = A0e -Lt with t going from 0 to 5.5 days

Integral ∫A = Integral ∫A0e -Lt = (-A0/L)e -Lt

Note that the units of the right side of the integrated equation is days

Integral ∫A = -((10.9 x10 12 /3) x ( 1 day/0.693))e -0.693 t /1 day| with t going from 0 to 5.5 days

Integral ∫A = 5.12 x10 12 days = 14 x 10 12 years

Two views of one reality from two vastly different perspectives

See the main text of The Age of the Universe article for more details, especially the AZUSA suggestion used here to correct the equation for the increase in the rate of the expansion of space and its effect on the temperature of space. The effect of the correction is less than 10%. That is not a large correction but well worth using and for this I am indebted to the member of the AZUSA staff (who walked away before I could write down her/his name – I think it was a her!).


Age of the Universe

Age of the universe: 13.7 / 13.8 billion years, give or take few tens of million years. How we know that? How do we know how was the universe at the beginning?

The answer to the last question is: we are not quite entirely sure but we have sufficiently acceptable models that give us an idea of what happened. In 1964 two american radio astronomers of Bell Labs, Nobel Prize winners Arno Penzias and Robert Wilson accidentally discovered “fossil” traces of the universe that were emitted in EM radiation, thus only when those EM radiations were produced ≈ 380,000 years after the Big Bang, when matter cooled enough for the formation of atoms. These fossil traces are the so called Cosmic Microwave Background. In brief, the CMB is the relic EM radiation, in microwave length, that was generated during the initiating transparent phase of the universe, when matter started to organize in atoms and the opacity of the universe turned into a transparent state, allowing photons and other radiations to travel across it.

By measuring the cooling time of the universe through the measurement of CMB and combining the data with the expansion rate given by Hubble Law, we can calculate the approximate age of the universe by extrapolating backwards in time: because the universe is expanding (there have been accelerations and decelerations) and because of the Hubble constant (the quantity of which is still under debate) we can indirectly calculate the age of the universe, and by logical induction theorize that the whole mass of the universe was compressed in a singularity (smaller than the tiniest particle) at time = 0.

Basically, it is a backward calculation starting from a well known condition (the state of the universe at present), hence an incredibly hot and dense state of the universe at the beginning of time.

For those who quite understandably ask what has happened BEFORE the Big Bang, we are quite sorry but there is no before: time itself started WITH the Big Bang and there was nothing, nowhere, never before.


Concepts clés et résumé

Cosmology is the study of the organization and evolution of the universe. The universe is expanding, and this is one of the key observational starting points for modern cosmological theories. Modern observations show that the rate of expansion has not been constant throughout the life of the universe. Initially, when galaxies were close together, the effects of gravity were stronger than the effects of dark energy, and the expansion rate gradually slowed. As galaxies moved farther apart, the influence of gravity on the expansion rate weakened. Measurements of distant supernovae show that when the universe was about half its current age, dark energy began to dominate the rate of expansion and caused it to speed up. In order to estimate the age of the universe, we must allow for changes in the rate of expansion. After allowing for these effects, astronomers estimate that all of the matter within the observable universe was concentrated in an extremely small volume 13.8 billion years ago, a time we call the Big Bang.


Voir la vidéo: Comment connaît on lâge de lunivers? - EC (Septembre 2021).