Astronomie

Sur la base de quoi un mois déterminé à partir d'une certaine constellation du zodiaque ?

Sur la base de quoi un mois déterminé à partir d'une certaine constellation du zodiaque ?

Étant donné que bon nombre des 12 signes astrologiques (constellations zodiacales) peuvent être visibles au cours d'une seule nuit, d'après ce qui est déterminé que ce mois (pendant 30 jours!) Est Capricorne, Verseau ou Poissons, etc.? Sur la base de quoi en astronomie cela est-il déterminé? Quelle est la logique astronomique là-dedans ?

On m'a dit que le soleil "bloque" toujours une constellation d'étoiles, donc en supposant que la nuit soit plus longue que le jour (14-16 heures), et que la terre tourne de 15 degrés chaque heure et qu'une constellation d'étoiles apparaît tandis qu'une disparaît, elle Cela signifie qu'à 14 heures, 6 "nouvelles" consolations d'étoiles (qui ne pouvaient pas être visibles au début de la nuit) peuvent maintenant être vues tout au long de la nuit. Cela signifierait que 12 constellations d'étoiles peuvent être visibles chaque jour (une fois 24 heures). Si mon raisonnement est correct, quelle était la base astronomique de l'affirmation selon laquelle une constellation d'étoiles (sur les 12 spécifiques) est « bloquée » pendant un mois ?


La coordonnée clé est la longitude écliptique géocentrique du Soleil : 0° à l'équinoxe de mars, 90° au solstice de juin, 180° à l'équinoxe de septembre et 270° au solstice de décembre. Le zodiaque tropical subdivise chacune de ces quatre étendues de 90° en trois blocs de 30° de longitude écliptique. Le calendrier grégorien est conçu pour que les équinoxes et les solstices soient proches des mêmes dates chaque année, de sorte que les dates que le Soleil traverse chaque signe sont à peu près les mêmes chaque année également. Le Soleil passe 29,4 jours dans le signe du Capricorne et 31,5 jours dans le signe du Cancer car la Terre tourne autour du Soleil plus rapidement au périhélie qu'à l'aphélie.

Les signes et les constellations ne sont pas les mêmes. Au fil des siècles, la précession a déplacé les signes de 25° à 30° à l'ouest des constellations qui leur ont donné leur nom. Ces images Stellarium modifiées montrent le zodiaque en deux moitiés, avec les limites des signes écliptique et tropical en rouge et les limites de la constellation IAU en bleu.

Les horaires de 30 ou 31 jours par signe sont basés sur les marques de longitude écliptique de 30°. Certains astronomes promeuvent un autre ensemble de dates basé sur les limites de la constellation de l'IAU, y compris les douze traditionnels plus Ophiuchus. Le temps que le Soleil passe dans chaque constellation varie de 7 jours en Scorpion à 44 jours en Vierge. La précession déplace ces dates 1,4 jours plus tard par siècle.


Quelle est la logique astronomique là-dedans ?

Sur la base en grande partie de ce que dit Wikipedia sur l'histoire du zodiaque, il semble que le choix ait été fait par les astronomes babyloniens (et l'astronomie et l'astrologie étaient fortement imbriquées à cette époque) au cours de la période approximative de 1000 à 500 av.

Citation Wikipédia :

Vers la fin du 5ème siècle avant JC, les astronomes babyloniens ont divisé l'écliptique en 12 "signes" égaux, par analogie à 12 mois schématiques de 30 jours chacun. Chaque signe contenait 30° de longitude céleste, créant ainsi le premier système de coordonnées célestes connu. Selon les calculs de l'astrophysique moderne, le zodiaque a été introduit entre 409 et 398 av. Contrairement aux astronomes modernes, qui placent le début du signe du Bélier à la place du Soleil à l'équinoxe de printemps, les astronomes babyloniens ont fixé le zodiaque par rapport aux étoiles, plaçant le début du Cancer à la "Rear Twin Star" (β Geminorum) et le début du Verseau à "l'étoile arrière du poisson-chèvre" (δ Capricorni)

Parce que l'astronomie et les systèmes babyloniens ont été transmis à différentes cultures et étaient (probablement) les plus développés, ils sont devenus le système de base des systèmes ultérieurs d'autres cultures. Comme tant de « normes », elles sont devenues trop intégrées pour être entièrement rejetées.


Sachez pourquoi il y aura toujours 12 signes du zodiaque

Au cours des deux dernières années, la communauté astrologique est hystérique à propos de ce qui pourrait peut-être être une crise d'identité. La NASA a rapporté qu'Ophiuchus, une ancienne constellation, existe dans l'écliptique du zodiaque. Ainsi, plutôt que les 12 signes du zodiaque conventionnels, il est dit qu'il y a treize signes du zodiaque.

Il y a à la fois de bonnes et de mauvaises nouvelles : l'affirmation est à la fois vraie et fausse. Voici tout ce que vous devez savoir qui vous promettra que votre identité zodiacale n'est pas en cause.


12 Bélier (21 mars - 19 avril)

Le Bélier, le bélier, peut être vu dans le premier quadrant de l'hémisphère nord entre les latitudes +90° et -60° et est mieux vu en novembre. La forme principale de la constellation se compose de trois étoiles proéminentes, Mesarthim, Sheratan et la plus brillante, Hamel. Pour localiser le Bélier, recherchez une ligne tordue de trois étoiles brillantes – Hamel (à gauche), Sheratan (au milieu), Mesarthim (à droite).

Pour un peu d'exploration de l'espace lointain, dans la constellation se trouvent les galaxies compagnes NGC 772 et NGC 770. Le Bélier accueille également plusieurs pluies de météores notables tout au long de l'année.


Constellations stellaires : le zodiaque

Il y a 88 constellations modernes occupant différentes régions du ciel, avec les 12 constellations du zodiaque situées dans une bande de 9° de chaque côté du plan écliptique. Cette ligne imaginaire de 18° de large trace la trajectoire apparente que le Soleil, la Lune et les planètes empruntent au cours d'une année. L'écliptique encercle la sphère céleste à un angle de 23,5° par rapport à l'équateur céleste. Toutes les constellations du zodiaque situées le long de ce plan sont ensuite visibles pour les astronomes à différentes périodes de l'année à partir de latitudes comprises entre +90° et -60°.

Astronomie et constellations

En astronomie, les degrés de longitude marquant chaque constellation du zodiaque ne sont pas de taille égale. En tant que tel, le nombre de jours que le Soleil passe dans chaque constellation du zodiaque varie en conséquence. Cela peut être vu dans la liste suivante (jours entre parenthèses), qui comprend une treizième constellation du zodiaque non officielle appelée Ophiuchus, dont la limite moderne coupe également l'écliptique :

Jours que le Soleil passe dans chaque signe du zodiaque

Sagittaire (32) Capricorne (23) Verseau (24) Poissons (38) Bélier (25) Taureau (37) Gémeaux (31) Cancer (20) Lion (37) Vierge (45) Balance (23) Scorpion (7) Ophiuchus ( 18).

Astrologie et signes du zodiaque

En astrologie, cependant, les constellations du zodiaque qui nous sont familières en tant que signes astrologiques sont soigneusement divisées en 12 segments de ciel de 30° de longitude. Le Soleil passe ensuite environ un mois dans chacun des signes du zodiaque alors qu'il effectue son voyage annuel dans le ciel.

Le "signe astrologique" d'une personne est déterminé par la constellation du zodiaque devant laquelle se trouve le Soleil au moment de sa naissance, comme illustré par l'image ci-dessus. Mais comme le Soleil apparaît devant une constellation du zodiaque pendant la journée, la vue est obscurcie. Si nous pouvions voir les étoiles pendant la journée, nous verrions le Soleil dériver lentement d'une constellation du zodiaque à l'autre au fil du temps, car il complète un cercle complet autour du ciel chaque année.

En raison de la précession, la constellation du zodiaque devant laquelle le Soleil apparaît au cours d'un mois ne correspond plus aux dates de l'horoscope que l'on lit dans les journaux. Les dates des signes astrologiques de nos jours indiquent plutôt où la constellation du zodiaque serait apparue il y a plusieurs milliers d'années.

Constellations du zodiaque

Capricorne

Le Capricorne (“chèvre de mer”) est la plus petite des 12 constellations du zodiaque. C'est la 40ème plus grande constellation du ciel nocturne, occupant une superficie de 1,0% du ciel céleste. Capricornus est visible pendant l'été et l'automne depuis les emplacements de l'hémisphère nord. Il est mieux vu pendant le mois de septembre.

L'étoile la plus brillante du Capricorne est Deneb Algedi (Delta Capricorni), un système d'étoiles multiples situé à 39 années-lumière de la Terre qui brille avec une magnitude visuelle apparente de +2,85. Les objets du ciel profond (DSO) dans la constellation comprennent un amas globulaire (Messier 30), un groupe de galaxies (HCG 87) et quelques galaxies (NGC 7103 et NGC 6907). Les pluies de météores associées au Capricorne comprennent les Capricornides Alpha, les Capricornides Chi, les Capricornides Sigma, les Capricornides Tau et les Capricornides-Sagittarides.

Verseau

Le Verseau (“porteur d'eau”) est la 2e plus grande constellation du zodiaque. C'est la 10ème plus grande constellation au total, occupant une superficie de 2,4% du ciel. Le Verseau est visible pendant l'automne et l'hiver depuis les emplacements de l'hémisphère nord. Il est mieux vu pendant le mois d'octobre.

L'étoile la plus brillante du Verseau est Sadalsuud (Beta Aquarii), une supergéante jaune trouvée à 610 années-lumière avec une magnitude visuelle de +2,91. Les objets du ciel profond (DSO) de la constellation comprennent des amas globulaires (M2, M72), des nébuleuses (NGC 7009, NGC 7293) et des galaxies (PGC 65367, NGC 7252, NGC 7727). Les pluies de météores associées au Verseau comprennent les aquariides de mars, les aquariides Eta et les aquariides Iota.

Poissons

Les Poissons (“poissons”) sont la 4ème plus grande constellation du zodiaque. C'est la 14e plus grande constellation au total, occupant une superficie de 2,2% du ciel. Les Poissons sont visibles dans l'hémisphère nord entre la fin de l'été et l'hiver. Il est mieux vu pendant le mois de novembre.

L'étoile la plus brillante des Poissons est Kullat Nunu (Eta Piscium), une géante jaune trouvée à 294 années-lumière de la Terre avec une magnitude visuelle de +3,62. Les objets du ciel profond (DSO) de la constellation comprennent de nombreuses galaxies et groupes de galaxies (Messier 74, NGC 7537, NGC 383, PGC 4798, PGC 3792, NGC 7714 et NGC 7715, NGC 474, NGC 520, NGC 7459, NGC 514, NGC 57, NGC 60). Les Poissons sont associés à une pluie de météores appelée les Piscids.

Bélier

Le Bélier (“ram”) est la 11e plus grande constellation du zodiaque. C'est la 39 plus grande constellation au total, occupant une superficie de 1,1% du ciel. Dans l'hémisphère nord, le Bélier est visible entre l'hiver et le printemps, bien qu'il soit mieux vu au mois de décembre.

L'étoile la plus brillante du Bélier est Hamal (Alpha Arietis), une géante orange située à 66 années-lumière de la Terre avec une magnitude visuelle allant de +1,98 à +2,04. Les objets du ciel profond (DSO) dans la constellation comprennent un certain nombre de galaxies faibles (NGC 772, NGC 1156, NGC 972, NGC 697). Il y a 5 pluies de météores associées au Bélier, dont la plus importante est les Ariétides de mai, avec les autres pluies plus faibles, notamment les Ariétides d'automne, les Ariétides delta, les Ariétides Epsilon et les Ariétides diurnes.

Taureau

Le Taureau (“bull”) est la 6ème plus grande constellation du zodiaque. C'est la 17e plus grande constellation au total, occupant une superficie de 1,9% du ciel. Dans l'hémisphère nord, le Taureau est visible en automne et en hiver. Il est mieux vu pendant le mois de janvier.

L'étoile la plus brillante du Taureau est Aldebaran (Alpha Tauri), une géante orange distante de 65,1 années-lumière avec une magnitude visuelle de +0,87. Les objets du ciel profond (DSO) dans la constellation comprennent des nébuleuses (Messier 1, NGC 1555, NGC 1514), des amas d'étoiles (Messier 45, Caldwell 41, NGC 1746, NGC 1647, NGC 1817, NGC 1807) et des galaxies (NGC 1410 et NGC 1409. Le Taureau est associé à deux pluies de météores appelées les Piscids. Les pluies de météores associées au Taureau incluent les Taurides et les Beta Taurides.

Gémeaux

Les Gémeaux (“jumeaux”) sont la 8ème plus grande constellation du zodiaque. C'est la 30e plus grande constellation au total, occupant une superficie de 1,2% du ciel. Les Gémeaux sont visibles de l'hiver au printemps depuis les emplacements de l'hémisphère nord. Il est mieux vu pendant le mois de janvier.

L'étoile la plus brillante des Gémeaux est Pollux (Beta Geminorum), une géante orange qui se trouve à 34 années-lumière avec une magnitude visuelle de +1,14. Les objets du ciel profond (DSO) de la constellation comprennent des nébuleuses (NGC 2392, IC 443, Abell 21, NGC 2371-2) et des amas d'étoiles (Messier 35, NGC 2158, NGC 2129, NGC 2355). Il existe deux pluies de météores associées aux Gémeaux d'intensité opposée, à savoir les Géminides prolifiques et les Géminides Rho peu spectaculaires.

Cancer

Le Cancer (“crabe”) est la 9ème plus grande constellation du zodiaque. C'est la 31e plus grande constellation au total, occupant une superficie de 1,2% du ciel. Le cancer est visible de l'automne au printemps à partir de l'hémisphère nord. Il est mieux vu pendant le mois de mars.

L'étoile la plus brillante du Cancer est Al Tarf (Beta Cancri), une géante orange située à 290 années-lumière de magnitude +3,5. Les objets du ciel profond (DSO) dans la constellation comprennent les galaxies (NGC 2775, NGC 2535 & NGC 2536, NGC 2500, NGC 2608) et les amas d'étoiles (Messier 44, Messier 67). La seule pluie de météores associée au Cancer s'appelle les Delta Cancrids.

Lion (“lion”) est la 3ème plus grande constellation du zodiaque. C'est la 12e plus grande constellation au total, occupant une superficie de 2,3% du ciel. Le Lion est visible de l'hiver au printemps depuis les emplacements de l'hémisphère nord. Il est mieux vu pendant le mois d'avril.

L'étoile la plus brillante du Lion est Regulus (Alpha Leonis), un système multiple situé à 77 années-lumière de magnitude +1,35. Les objets du ciel profond (DSO) dans la constellation comprennent de nombreuses galaxies (Messier 65, Messier 66, Messier 95, Messier 96, Messier 105, NGC 3628, NGC 3607, NGC 3593, NGC 3384, NGC 3842, NGC 3596, NGC 2903, NGC 3626, NGC 3357), ainsi que d'énormes groupes de quasars (CCLQG, Huge-LQG). Il y a quatre pluies de météores associées au Lion, à savoir les célèbres Léonides et les plus mineurs Delta Leonid, Sigma Leonid et Leo Minorids.

Vierge

La Vierge (“vierge”) est la plus grande constellation du zodiaque. C'est également la 2ème plus grande constellation au total, occupant une superficie de 3,1% du ciel. La Vierge est visible au printemps et en été depuis les emplacements de l'hémisphère nord. Il est mieux vu pendant le mois de mai.

L'étoile la plus brillante de la Vierge est Spica (Alpha Virginis), un système multiple situé à 260 années-lumière de magnitude +1,04. Les objets du ciel profond (DSO) dans la constellation comprennent de nombreuses galaxies (Messier 49, Messier 58, Messier 59, Messier 60, Messier 61, Messier 84, Messier 86, Messier 87, Messier 89, Messier 90, Messier 104, NGC 4435 & NGC 4438, NGC 4216, NGC 4567 & NGC 4568, NGC 4526, NGC 4261), et un quasar appelé 3C 273. Les deux pluies de météores associées à la Vierge comprennent les Virginides et les Mu Virginides.

Balance

Balance (“balances”) est la 7ème plus grande constellation du zodiaque. C'est la 29e plus grande constellation au total, occupant une superficie de 1,3 % du ciel. La Balance est visible au printemps et en été depuis les emplacements de l'hémisphère nord. Il est mieux vu pendant le mois de juin.

L'étoile la plus brillante de la Balance est Zubeneschamali (Beta Librae), une naine bleu-blanc située à 185 années-lumière de magnitude +2,61. Les objets du ciel profond (DSO) de la constellation comprennent les galaxies (NGC 5792, NGC 5890, NGC 5897, NGC 5885) et l'amas globulaire NGC 5897. La seule pluie de météores associée à la Balance s'appelle les May Librids.

Scorpion

Scorpius (“scorpion”) est la 10ème plus grande constellation du zodiaque. C'est la 33e plus grande constellation au total, occupant une superficie de 1,2 % du ciel. Scorpius est visible pendant l'été depuis les emplacements de l'hémisphère nord. Il est mieux vu pendant le mois de juillet.

L'étoile la plus brillante de Scorpius est Antares (Alpha Scorpii), une supergéante rouge trouvée à 550 années-lumière de la Terre qui brille avec une magnitude visuelle de +0,96. Les objets du ciel profond (DSO) de la constellation comprennent plusieurs amas d'étoiles (Messier 4, Messier 6, Messier 7, Messier 80, NGC 6281, NGC 6124, NGC 6231) et des nébuleuses (NGC 6334, NGC 6072, NGC 6302, NGC 6357). Les pluies de météores associées à Scorpius comprennent les Alpha Scorpiids et les Omega Scorpiids.

Sagittaire

Le Sagittaire (“archer”) est la 5ème plus grande constellation du zodiaque. C'est la 15ème plus grande constellation au total, occupant une superficie de 2,1% du ciel. Le Sagittaire est visible à l'automne depuis les emplacements de l'hémisphère nord. Il est mieux vu pendant le mois d'août.

L'étoile la plus brillante du Sagittaire est Kaus Australis (Epsilon Sagittarii), un système binaire distant de 140 années-lumière avec une magnitude visuelle de + 1,85. Situé dans une partie dense du ciel, le Sagittaire est riche en objets du ciel profond (DSO), dont des nébuleuses (Messier 8, Messier 17, Messier 20, NGC 6565, NGC 6578, Hubble 1925 I, NGC 6818, M 1-42 , NGC 6589, Henize 3-1475, Westerhout 5, NGC 6537, NGC 6559), les galaxies (Sgr dSph, Sag DIG, NGC 6822) et le nuage moléculaire Sagittarius B2.

Il contient également de nombreux amas d'étoiles (NGC 6530, Messier 18, Messier 21, Messier 22, Messier 23, Messier 24, Messier 25, Messier 28, Messier 54, Messier 55, Messier 69, Messier 70, Messier 75, Arches Cluster, Quintuplet Amas, NGC 6522, NGC 6528, NGC 6723, NGC 6544, 1806-20, Terzan 7, Terzan 5, NGC 6440, NGC 6445, NGC 6638, NGC 6624, NGC 6520, NGC 6717, Hurt 2, NGC 6553, NGC 6774 , NGC 6558, NGC 6569, NGC 6540). Il n'y a pas de pluies de météores associées au Sagittaire.


Les signes du zodiaque sont décalés d'un mois, selon un expert

Salut, quel est ton signe ? Êtes-vous sûr de cela?

Il semble que beaucoup d'entre nous ne soient peut-être pas les Lions ou les Gémeaux que nous pensions être, grâce à une oscillation de l'axe terrestre. Selon un rapport dans le Star-Tribune de Minneapolis, tous les signes du zodiaque sont décalés d'environ un mois.

Votre signe astrologique peut être déterminé par la position du soleil par rapport à certaines constellations le jour de votre naissance. Mais les positions astrologiques ont été calculées il y a environ 2000 ans.

le Star-Tribune a parlé à Parke Kunkle, professeur d'astronomie au Minnesota Community and Technical College et membre du conseil d'administration de la Minnesota Planetarium Society, qui a déclaré qu'au cours des siècles qui ont suivi ces calculs, l'attraction gravitationnelle de la lune a fait "vaciller" la Terre autour de son axe.

C'est un phénomène bien connu appelé "précession". Cette "oscillation" provoque un changement d'un degré tous les 70 ans dans notre vision des étoiles. Le changement est si petit qu'il est à peine perceptible, mais après 2 000 ans, il s'additionne.

Bien que tout soit un peu compliqué, l'essentiel est qu'il y a eu une bosse d'environ un mois dans l'alignement des étoiles. Et cela a fait un gâchis de l'astrologie.

"Quand [les astrologues] disent que le soleil est en Poissons, ce n'est vraiment pas en Poissons", a déclaré Parke Kunkle, la Minnesota Planetarium Society, au journal.

Selon Kunkle, il devrait vraiment y avoir un 13ème signe, Ophiuchus. Il semble que les Babyloniens qui ont inventé le zodiaque aient sauté Ophiuchus parce qu'ils ne voulaient que 12 signes. Maintenant que la Terre a tourné, voici apparemment où devraient tomber les vrais signes du zodiaque :

  • Capricorne : 20 janvier-fév. 16
  • Verseau : du 16 février au 11 mars
  • Poissons : du 11 mars au 18 avril
  • Bélier : du 18 avril au 13 mai
  • Taureau : du 13 mai au 21 juin
  • Gémeaux : 21 juin-20 juillet
  • Cancer : 20 juillet-août. dix
  • Lion : 10 août-sept. 16
  • Vierge : 16 sept.-oct. 30
  • Balance : 30 octobre-nov. 22
  • Scorpion : 23-29 novembre
  • Ophiuchus : 29 novembre-déc. 17
  • Sagittaire : 17 décembre-janv. 20

Si vous êtes un ancien Scorpion ou Sagittaire qui se retrouve maintenant sous Ophiuchus, voici ce que vous devez savoir. Le signe est basé sur la constellation du même nom censée représenter le guérisseur Asclépios, fils d'Apollon, tenant deux serpents.

On pense qu'Ophiuchus attire la chance et détient de nobles idéaux, tout en recherchant la paix et l'harmonie. Les personnes nées sous le signe Ophiuchus seraient curieuses, passionnées, assoiffées de connaissances et parfois d'un tempérament explosif.

le Star-Tribune L'histoire du bouleversement du zodiaque s'est rapidement répandue sur Internet, semant la panique dans le cœur de vrais croyants en astrologie qui se sont retrouvés dans une crise d'identité astrologique.

Mais certains insistent sur le fait que si vous craignez de ne plus être la Balance aimant s'amuser que vous pensiez être et que vous êtes vraiment une Vierge perfectionniste, soyez assuré que rien n'a changé.

C'est parce qu'il y a en fait deux zodiaques.

La forme d'astrologie qui calcule les signes du zodiaque en fonction des constellations -- appelée le zodiaque sidéral -- est davantage suivie à l'Est, pas ici à l'Ouest. L'astrologie occidentale - et, très probablement, les auteurs d'horoscopes de votre journal local - adhèrent au zodiaque tropical, qui est fixé aux saisons et aux équinoxes.

Selon le zodiaque tropical, rien n'a changé, malgré l'axe de la Terre.

Alors continuez à être ce grand auditeur, Balance, et ne vous inquiétez pas si vous vous êtes transformé en Vierge.

Parke Kunkle, qui enseigne l'astronomie au Minneapolis Community and Technical College, discute avec un journaliste de l'évolution des signes astrologiques dans son bureau de Minneapolis, Minnesota, le vendredi 14 janvier 2011. (AP / Craig Lassig)

Quel est votre signe? Il semble que beaucoup d'entre nous ne soient peut-être pas les Lions ou les Gémeaux que nous pensions être, grâce à une oscillation de l'axe terrestre. (AP / Marchandises peu communes)


Différence entre le zodiaque et la constellation

Les constellations sont définies comme un groupe d'étoiles qui forment un motif particulier et sont nommées et identifiées par leurs figures mythologiques traditionnelles. Les zodiaques sont aussi des constellations, mais toutes les constellations ne sont pas des constellations du zodiaque. Les constellations du zodiaque sont les 12 constellations spécifiques qui sont passées par le soleil une fois par an. Les constellations du zodiaque sont les constellations qui donnent les signes du zodiaque aux gens.

Constellation
Les constellations sont des groupes d'étoiles qui forment un motif spécifique et sont reconnus par des figures mythologiques et ont des noms qui leur sont attribués. Les constellations sont utilisées pour l'étude de l'astronomie. Selon l'astronomie moderne, les constellations sont des zones définies et reconnues de la sphère appelée sphère céleste. Ces zones ou constellations définies sont reconnues internationalement. Lorsque des étoiles proéminentes qui sont à une certaine proximité des autres étoiles sont regroupées autour d'un astérisme dans le ciel nocturne de la Terre, elles forment des constellations.

Il existe de nombreuses constellations différentes reconnues par différentes cultures dans le monde entier comme les Chinois, les Hindous, les Aborigènes australiens, l'astrologie et l'astronomie, mais seulement 88 sont considérées comme les constellations standard reconnues par l'IAU, l'Union astronomique internationale depuis 1922. À l'origine, 48 constellations avaient été défini et reconnu par Ptolémée au IIe siècle. La majorité des 88 constellations ont été prises à Ptolémée. Les autres ont été reconnus aux 17-18e siècles. La plupart des constellations récentes ont été trouvées et définies par Nicolas Louis de Lacaille qui sont situées dans le ciel austral. Des exemples de certaines constellations sont Orion, Sirius, etc.

Zodiaques
Les constellations du zodiaque sont une série de 12 constellations particulières reconnues internationalement à travers lesquelles le soleil, la lune et les étoiles se déplacent. Le chemin le long duquel le soleil se déplace à travers les zodiaques s'appelle l'écliptique. L'écliptique a été divisé en 12 zones égales. Ces 12 zones sont traversées par le soleil à différents moments de l'année une seule fois, et les mois par lesquels le soleil les traverse sont attribués à un signe du zodiaque, par exemple, Bélier ou Cancer, etc.

Les zodiaques étaient utilisés par les Romains au 1er millénaire avant JC. Le concept avait été tiré de l'astronomie babylonienne qui était dérivée de l'étude des étoiles de Ptolémée et de la liste des groupes d'étoiles qu'il avait identifiés et nommés.
Le mot « zodiaque » est dérivé du mot latin « zodiaque », qui est dérivé du mot grec « zoidiakos » qui signifie « cercle des animaux ». C'est pourquoi de nombreux signes du zodiaque sont représentés par des animaux hybrides mythologiques.

Résumé:
1. Les constellations du zodiaque sont 12 constellations spécifiques qui ont été choisies car elles aident à garder le temps lorsque le soleil les traverse une fois par an, et son passage dans un certain temps est considéré comme le mois du zodiaque particulier. 2. Les constellations du zodiaque aident à représenter la course du soleil tout au long de l'année ou du calendrier. Tous les zodiaques sont des constellations, mais toutes les constellations ne sont pas des constellations du zodiaque.


Zodiaque au Moyen Age

Les recherches scientifiques sur le zodiaque, ainsi que le développement de l'astronomie en général, n'étaient pas si importants dans l'Europe médiévale. Alors que c'était l'un des principaux problèmes scientifiques en Asie, en Europe, l'astronomie n'a pas connu la meilleure période. Les âges médiévaux en Europe dans ce domaine peuvent être caractérisés comme un retour à la magie grecque et romaine. Une attention particulière a été portée aux fonctions magiques du zodiaque. Beaucoup de gens ont essayé d'en savoir plus sur l'astrologie parce qu'ils pensaient qu'il serait possible de prédire l'avenir.

D'un point de vue scientifique, de nombreux ouvrages arabes ont été traduits et analysés par les chercheurs européens de l'époque. Ensuite, le Zodiac a commencé à être appliqué comme un soi-disant décor. On le remarque par exemple dans la cathédrale d'Angers. Un autre atout culturel important est un ensemble de pièces d'argent et d'or sur lesquelles figuraient douze signes du zodiaque. Il a été créé par le roi de Mughal Jahangir. D'autres noms d'astronomes et d'astrologues incluent le scientifique italien Guido Bonatti et un moine britannique Johannes de Sacrobosco.


Astrologie zoroastrienne (persane) et cosmologie

Chaque arc contient un groupe nommé d'étoiles appelé constellation nommée ou groupe d'étoiles proéminentes. Les douze constellations, dwazdah-akhtaran, forment ensemble le zodiaque zoroastrien (et autre) (moyen persan, dwazdahan moderne persan, زودیاک zudik). La constellation était vue comme bayan, donateurs de bienfaisance tandis que les planètes pourraient présager des changements néfastes ou réduire la bienfaisance des constellations.

Il est communément admis que le terme zodiaque dérive du latin « zōdiacus » qui signifie un circuit. Une théorie est que le zodiaque dérive du terme grec ζῳδιακὸς κύκλος (zōdiakos kuklos), qui signifie « cercle d'animaux », à son tour dérivé de ζώδιον (zōdion), un petit animal [ζῶον (zōon)] et zoion, être vivant. Une autre théorie est que le zodiaque dérive du mot grec "zoad" signifiant le chemin ou une étape se référant au passage du soleil à travers ces arcs du zodiaque.
La ceinture écliptique contenant les constellations qui composent le zodiaque occidental

Constellations et la sphère céleste
Dwazdah-Akhtaran
Le zodiaque se compose de douze constellations, la Dwazdah-Akhtaran, un groupe d'étoiles discernable à partir d'un motif. Il y a 88 constellations. Le poète grec Aratus de Soli (vers 315-vers 245 avant notre ère) a décrit 44 constellations dans son Phénomènes. Ptolémée a décrit 48 constellations dans son Almageste, dont 47 sont aujourd'hui connus sous leurs mêmes noms. Les représentations occidentales des constellations sont similaires aux représentations irano-persanes et indiennes. Certaines représentations chinoises sont également similaires. Puisque les représentations sont imaginaires, les similitudes sont plus que des coïncidences.

Varak (Bélier)
Lors de la dernière assemblée du zodiaque zoroastrien, le premier degré de Varak le bélier (connu en Occident sous le nom de Bélier) marquait le début de l'équinoxe de printemps ou de printemps, le premier jour du printemps dans l'hémisphère nord.

La taille des secteurs du zodiaque
Selon le Grand Bundahishn (GB 2.6), le cosmos a été façonné dans l'apparence d'une année (solaire) et que chacune des « douze constellations, comme douze mois, ont trente degrés tout comme chaque mois a trente jours ».

Nous notons dans notre page sur l'Horoscope du Monde que les signes du zodiaque ne forment pas des « maisons » en eux-mêmes, mais occupent plutôt des « maisons » ou des secteurs. Par conséquent, dans le zodiaque zoroastrien, la taille des secteurs ou des maisons est fixe et ne varie pas avec la taille des constellations qui l'occupent à un moment particulier de l'histoire. C'est une différence de concept importante et critique avec d'autres concepts du zodiaque.

En astrologie occidentale, il existe différentes manières de mesurer la taille d'un signe du zodiaque, certains systèmes utilisant la règle des 30 & 176 tandis que d'autres adoptent une taille variable correspondant à la taille de la constellation associée. En tant que groupe d'étoiles, le Bélier s'inscrit dans les limites du secteur de l'arc 30 et 176 qui définit les limites de son secteur d'arc. Alors que le Bélier et certains autres signes s'inscrivent dans les limites de leurs arcs, d'autres comme les Poissons s'étendent au-delà d'un arc de 30 à 176.

Le temps, comme dans un calendrier, est défini et mesuré par la constellation occupant un secteur à un moment donné et par la position du Soleil dans cette "maison". En tant que telle, la constellation du zodiaque n'est pas la source principale des propriétés de un secteur ou une « maison ». Il s'agit plutôt d'une source secondaire. Les propriétés primaires sont définies par le nom donné au secteur et sont constantes. Ils ne sont pas soumis à la précession.

Dans l'astrologie zoroastrienne « chaque mois appartient à une constellation » (GB 6B.2), et chaque constellation est représentée comme un signe du zodiaque. Les douze signes du zodiaque utilisés dans l'astrologie zoroastrienne et occidentale et leurs dates du calendrier grégorien étaient (pour l'âge du Bélier, c'est-à-dire 2150 BCE-1 CE) :
Dates grégoriennes - Calendrier zoroastrien Noms du zodiaque zoroastrien Nom du zodiaque occidental Dates grégoriennes
21 mars-19 avril Varak/Warrag (agneau/bélier). bélier 21 mars-18 avr./20
20 avril-19 mai Tora/Gav (taureau/bœuf/bovin) Taureau 19/21 avr-20/21 mai
20 mai-18 juin Dopatkar/Do-pahikar (deux figures/images) Gémeaux 21/22 mai-20/22 juin
19 juin-18 juillet Kalakang/Karzang (crabe) Cancer 21/23 juin-22/23 juil.
19 juillet-17 août Ser/Shagr (lion) Leo 23/24 juil.-22/23 août
18 août-16 sept. Khusak/Hushag (épi de grain) Vierge 23/24 août-22/23 sept.
17 sept.-16 oct. Tarazuk/Taragug (balance/balance) Balance 23/24 sept.-22/23 oct.
17 oct.-15 nov. Gazdum (scorpion) Scorpion 23/24 oct.-21/22 nov.
16 novembre-15 décembre Nimasp/Nemasp (centaure) Sagittaire 22/23 nov.-21/22 déc.
16 déc.-14 janv. Vahik/Wahig (chèvre) Capricorne 22/23 déc.-19 janv./
15 janvier-13 février Dul/Dol (bec à eau/seau) Verseau 20 janv.-18 fév. 19
14 février-15 mars Mahik/Mahig (poisson) Poissons 19/20 février-20 mars
16 mars-20 mars Hamaspath-maidyem (mi-chemin de tous) Poissons
Pour les noms du zodiaque zoroastrien écrits en vieux cunéiforme persan, veuillez consulter le bas de la page.
Représentation classique des signes du zodiaque. Le cercle intérieur contient le hiéroglyphe de Hemphta, la divinité triforme et pantamorphique. Dans les six bandes concentriques entourant le cercle intérieur se trouvent (de l'intérieur vers l'extérieur) : (1) les numéros des maisons zodiacales en chiffres et aussi en mots (2) les noms modernes des maisons. (3) les noms grecs ou égyptiens des divinités égyptiennes assignées aux maisons (4) les figures complètes de ces divinités (5) les signes zodiacaux anciens ou modernes, parfois les deux (6) le nombre de décans ou subdivisions des maisons.
Crédit de l'image et de la légende : Kircher’s Œdipus atgyptiacus à la prophétie vivante.
Image ci-dessous : Âge des Poissons. Le soleil se lève actuellement dans la constellation du zodiaque des Poissons à l'équinoxe de printemps, le 21 mars. Pour les associations actuelles de l'Âge des Poissons, consultez notre page Qualités de l'horoscope.
Équinoxe de printemps 2007 et constellations du zodiaque. Notez l'ordre d'ouest en est des constellations. Lorsque le Soleil se lève dans une constellation particulière (ici Poissons), il reste dans ce signe pour le reste de la journée et toute la constellation tourne d'est en ouest avec le Soleil. Nous sommes actuellement à l'ère des Poissons. Crédit image : Covertress.

Signes du zodiaque et secteurs du zodiaque de l'écliptique
Comme nous l'avons noté ci-dessus, étant donné que les constellations du zodiaque sont de tailles variables, il y a parfois des écarts entre les constellations et parfois elles se chevauchent. In addition, since the sectors of the ecliptic based on a month of 30 days is fixed at 30°, at times the constellations of the zodiac run over the boundaries of a sector and at times fit with space to spare.
The constellations and signs of the zodiac overlaid on a horoscope circle with twelve sectors of 30 degrees each.
Image credit: John Pratt.com
The signs of the zodiac. Image credit: Merriam-Webster

The twelves signs of the zodiac are divided into four triplicities/trigons, each made of three constellations separated from each other by 120 degrees.

Fire: Aries, Leo and Sagittarius
Earth: Taurus, Virgo, Sagittarius
Air: Gemini, Libra and Aquarius
Water Trigon: Cancer, Scorpio and Pisces

More than 4,000 years ago, astronomers wondered how the sky would appear if the stars could be seen during the daytime. Based on their observations of the night sky, some astronomers determined that during the daytime, the Sun would appear to 'enter' or reside in a sector occupied by a different constellation each month. (This would be because the constellation would stay directly behind the Sun and as the earth continued to move along its orbit, the line of vision from the earth would see another constellation appear behind the Sun.)

Constellations of the zodiac along the ecliptic behind the Sun. Image credit: Encyclopedia of Science
However, we cannot directly observe this phenomenon since the brightness of the Sun hides all view of the constellations and their stars. However, the neighbouring constellations on both sides can be observed in a clear sky just before dawn and just after Sunset. From knowing the positions of the constellations during the night, it is possible to determine the position of the Sun in a particular constellation, or rather, the sector occupied by a constellation each month.
Zodiac Constellation and a time map. Note anticlockwise progression of the constellations
but a clockwise progression of the years.
Image Credit Drunken Astrology

Birth & Ascendant Sign
In Western astrology and horoscopes, a birth sign is the sign which the Sun occupied on a person's birthday. It is also called the Sun sign.

le ascendant or rising sign is the sign rising over the eastern horizon at the time of a person's birth. See the previous tab "Cosmos" for a more complete definition.


Zodiac Signs By Months and Dates - Zodiac Calendar 2021

Your zodiac signs are the mirror of your personality. These are your birthday signs that tell who you are by birth and what characteristics you possess from the time you were born. By understanding zodiac sign meaning, you may know about your personality traits and explore the strengths and weaknesses. It is believed that astrology signs of zodiac can help you to know how your life partner is and what is your zodiac compatibility with him/her.

As per Western astrology, Zodiac signs are based on the range of dates that lasts for a month. Each zodiac sign has their own birth date ranges and if you fall in that specific range, you are considered the member of that zodiac sign.

So, if you want to know what your zodiac sign is and what kind of personality you have, you may check the date range of the zodiac sign and easily get an idea of the astrology sign that influences your personality.

Are you a true Aries or Taurus or born on zodiac cusp? Talk to astrologer and find your accurate zodiac sign by date of birth. Get insights into your zodiac personality and explore a lot more about upcoming prospects on live chat astrology consultation.


The Thirteenth Month and the Constellation Ophiuchus

Despite the common idea that each of the above groupings has twelve items (cf. Echad Mi Yodeah…) there are actually thirteen in each of them! Well, at least sometimes, or from a certain point of view…

When I was a student in yeshivah, one of my rabbis, Rav Rivlin, shlita, was discussing the association of the months of the Jewish calendar with the Tribes of Israel, and asked which month is connected to Yosef – Joseph? I had a sudden flash of insight and answered: Adar – because sometimes it is one and sometimes it’s split into two, just like Joseph. Sometimes Joseph is counted as one tribe and sometimes (more often) counted as two, Ephraim and Menasheh. Similarly, the month of Adar is in most years one month, but in leap years – such as right now – there is Adar Rishon and Adar Sheini. With respect to most halachot – like celebrating Purim – Adar Sheini is considered the “real” Adar because it is the one that comes right before Nisan and Adar Rishon is the extra one.

In a vaguely similar way, the Constellations of the Zodiac are also generally counted as twelve – but there are really thirteen! Ophiuchus is the unknown one you’ve probably never heard of Ophiuchus, right…?

The Constellation Ophiuchus

But first, what is the Zodiac? While ascribing no power or validity to astrology (which is ne pas a science), astronomers do refer to the Zodiac as a band of constellations that cross (or contain part of) the ecliptic – the Sun’s apparent annual path around the sky.

Celestial Sphere model of sky, showing constellations and the ecliptic – the Sun’s apparent path through Zodiac

Diagram of Constellations of the Zodiac and apparent relative position of the Sun and Earth throughout the year.

Now, Ophiuchus: This constellation is generally referred to as a Snake charmer, after a medieval Islamic attribution. The ancient Greeks and Romans thought of various identities of the constellation (including Apollo and Asclepius) all of which are somebody holding or struggling with a snake (the adjacent constellation Serpens.) Although the constellation stretches far to the north and south, it intersects a relatively small portion of the ecliptic, between Scorpius and Sagittarius.

Ophiuchus in a manuscript copy of Azophi’s Uranometry, 18th-century copy of a manuscript prepared for Ulugh Beg in 1417. Ophiuchus holding the serpent, Serpens, as depicted in Urania’s Mirror, a set of constellation cards published in London c. 1825.

Not including Ophiuchus, the constellations of the Zodiac are generally associated with the months of the Hebrew calendar, despite it being a lunar calendar.

For those who may not be familiar with the mechanics of the Jewish Calendar here is a brief description: It is a Lunar-solar calendar (or “corrected” Lunar calendar, similar to the Chinese/Asian calendar – BTW Happy New Year of the Monkey!) Months are either 29 or 30 days long so as to roughly correspond to the Lunar cycle of 29.5 days. There is a 19 year leap year cycle (as per the Metonic cycle, named after the Greek astronomer Meton of Athens but known to many ancient cultures) in which there are 12 months in most years, but in 7 out of 19 years, we add a “leap month” for a total of 13 months.

This calendar has been in use by Jews since roughly the 4 th Cen. CE and is generally attributed to Hillel II. Before then, things were not so simple. The more ancient Jewish “calendar” used before the 4th Century was not really a “calendar” in the way we think of them at all. It was a system for determining months and years based on witnessing the new moon (by 2 witnesses) and testifying before the Sanhedrin, the “Supreme Court”, which, after cross-examining the witnesses, declared (or “sanctified”) the new month.

In a similar manner, the Court would determine whether or not to add an extra “leap” month to a given year, based on several relevant factors, as discussed in Tractate b. Sanhedrin (11b-12a):

תנו רבנן על שלשה דברים מעברין את השנה על האביב ועל פירות האילן ועל התקופה על שנים מהן מעברין ועל אחד מהן אין מעברין

Our Rabbis taught: A year may be intercalated on three grounds: on account of the premature state of the grain-crops or that of the fruit-trees or on account of the lateness of the Tekufah Any two of these reasons can justify intercalation, but not one alone.

Other factors were also considered:

תנו רבנן אין מעברין את השנה אלא אם כן היתה צריכה מפני הדרכים ומפני הגשרים ומפני תנורי פסחים ומפני גליות ישראל שנעקרו ממקומן ועדיין לא הגיעו אבל לא מפני השלג ולא מפני הצינה ולא מפני גליות ישראל שלא עקרו ממקומן ת”ר אין מעברין את השנה לא מפני הגדיים ולא מפני הטלאים ולא מפני הגוזלות שלא פירחו אבל עושין אותן סעד לשנה

Our Rabbis taught: A year may not be intercalated except where it is necessary either for [the improvement of] roads or for [the repair of] bridges, or for the [drying of the] ovens [required for the roasting] of the paschal lambs, or for the sake of pilgrims from distant lands who have left their homes and could not otherwise reach [Jerusalem] in time. But no intercalation may take place because of [heavy] snows or cold weather or for the sake of Jewish exiles [from a distance] who have not yet set out.

Our Rabbis taught: The year may not be intercalated on the ground that the kids or the lambs or the doves are too young. But we consider each of these circumstances as an auxiliary reason for intercalation.

However, the rabbinic court could not make these determinations too early in the year (or in the previous year):

ת”ר אין מעברין את השנה לפני ראש השנה ואם עיברוה אינה מעוברת אבל מפני הדחק מעברין אותה אחר ראש השנה מיד ואעפ”כ אין מעברין אלא אדר

Our Rabbis taught: The year may not be intercalated before the New Year, and if it be intercalated, the intercalation is invalid. In case of necessity, however, a year may be intercalated immediately after the New Year yet even so, only a [second] Adar is added.

We see here that “leap” months are always added as an additional Adar. However, their addition could not be decided/ruled on before Tishrei. There seems to be a “half-year” that is the bounds of “leap month adding” – the court cannot make a ruling before Tishrei and the doubled month itself is always Adar.

Ophiuchus, is an almost unknown zodiacal constellation that occurs within this “half-year”. It could perhaps be viewed as the extra month’s constellation – at least homiletically – although it is not actually aligned with the Sun during Adar. (Note that there is no extra “distance” due to there being seven constellations in one “half-year” the Sun still passes through 180 degrees in each half of a yearly cycle – e.g. from equinox to equinox or solstice to solstice.)

Although it does not directly correspond to Adar in order, if you’re going to add an additional Adar and you want the constellation associated with the “regular” (i.e. second) Adar to line up with it as usual, and you only determine this in Tishrei or later, then the “extra” constellation has to be between Libra (Tishrei) and Pisces (Adar).

Furthermore, Tishrei is the earliest that the court could decide to declare a leap month, but not the latest. The rabbinic considerations involved the spring produce and fruit trees. These would perhaps be more easily or accurately predicted in the autumn if they were to wait until seeing whether the rainy season began “on time” in Marcheshvan. Thus the Sun might often be “in Ophiuchus” right around that time (after Scorpius which corresponds to Marcheshvan) that the court was making its decision. This would have been even more astronomically prominent 2-3 millenia ago, since the Earth’s precession (see my earlier post on that) has caused the dates of the Sun’s passing through each constellation to have shifted over time. Back then, the Sun would have crossed Ophiuchus around a month earlier than today – in Marcheshvan (roughly, since the months are lunar the exact Hebrew dates of the Sun’s crossing a constellation will always vary from year to year.)

During a leap year in which there is an extra month, from Marcheshvan through Adar, for the first “half-year” – the part that contains Ophiuchus – we add “u’l’kapparat pasha’” – “for the atonement of transgression” to the mussaf (additional) prayer said on Rosh Chodesh – the New Moon:

חַדֵּשׁ עָלֵֽינוּ אֶת־הַחֹֽדֶשׁ הַזֶּה לְטוֹבָה וְלִבְרָכָה לְשָׂשׂוֹן וּלְשִׂמְחָה לִישׁוּעָה וּלְנֶחָמָה לְפַרְנָסָה וּלְכַלְכָּלָה לְחַיִּים וּלְשָׁלוֹם לִמְחִֽילַת חֵטְא וְלִסְלִיחַת עָוֹן [ וּלְכַפָּרַת פֶּֽשַׁע ] ( אָמֵן

Renew for us this month for good and blessing, for joy and happiness, for salvation and consolation, for sustenance and commerce, for life and peace, for annulment of sin and forgiveness of iniquity [ and for the atonement of transgression.]

One could easily wonder “why?” What does being a leap year have to do with praying for a bit of extra atonement? And why only during the months between Marcheshvan and Adar (inclusive)?

If you studied at Kerem B’Yavneh, you surely remember Rav Rivlin’s shiur (class) on Purim and the Sense of Smell (Purim v’Chush Hareach). In this class – whose title may sound like “Purim Torah” but whose context is serious – he focused on the aggadah connection between Adam and Eve’s first sin, the primordial Snake and Purim. Without explaining the overarching titular connection to the sense of smell, one essential point made is that Purim – which, of course, falls in Adar – is, or can be, a “corrective” to the sin of Adam and Eve that was caused by the Snake. Haman is (by some) thought to be the “gilgul” (roughly, “reincarnation” perhaps to be viewed more metaphorically) of the Snake, loosely supported by this Talmudic wordplay (b. Hullin 139b):

המן מן התורה מנין (בראשית ג) המן העץ אסתר מן התורה מנין (דברים לא) ואנכי הסתר אסתיר מרדכי מן התורה מנין דכתיב (שמות ל) מר דרור ומתרגמינן מירא דכיא

Where is Haman indicated in the Torah? — In the verse: Is it [hamin] from the tree? Where is Esther indicated in the Torah? — [In the verse,] And I will surely hide [asthir] my face. Where is Mordecai indicated in the Torah? — In the verse: Flowing myrrh, which the Targum renders as mira dakia.

The verse on which the pun “Hamin ha’etz” -”from the tree?” is quoted in relation to Haman is from God’s question to Adam & Eve when confronting them after they have sinned: “ Have you eaten from the tree that I commanded you not to eat from?” (Genesis 3:11)

Whether to think of this as a proof text or a pun notwithstanding, there is certainly an allusion here connecting Haman with the Snake-incited first sin.

Both Haman and the Snake seem to have shared a bad character trait of envy and/or egomania. Neither of them could tolerate the idea that there was a single person who might be greater than themselves. Haman was incensed by Mordechai’s refusal to bow to him. Likewise, one possible explanation of the Snake’s motive seems to be that he was “out to get” Adam & Eve because he could not tolerate that there was one creation – humanity – more lofty than himself. (Recall that he also had the power of speech, as humans do, and before God’s punishment perhaps walked on legs – see Rashi on Genesis 3:14)

All this can possibly help to elucidate the addition of the phrase “u’lkapparat pasha’” (or maybe not you can be the judge…) The constellation Ophiuchus is perhaps somehow associated with the addition of Adar Sheini in leap years, and is relevant between Marcheshvan and Adar, as discussed. Furthermore, Ophiuchus is a snake charmer, or other snake-related or snake defeating character. Adar is the month of Purim, in which there is a reappearance of the Snake as the enemy Haman. (Note that a similar connection between the Snake from Genesis 3 and Ophiuchus – not including Adar or Haman – is made in Edward Maunder ’s Astronomy of the Bible , 1908, pp. 163-164, albeit with some non-Jewish ideas as well.)

Notice also that Haman’s plan to destroy the Jews was intended to take place on the 13th of Adar. If that were a leap year, it would have been the 13th of the 13th month…? Is there any significance to this? (Your guess is as good as mine…)

Esther instructed the Jews to pray for her before attempting her plan to approach the King, by which the envious egomaniac Haman’s plan was defeated.

May this connection – tenuous though it may seem to some – serve as a further reminder when we pray for “kapparat pasha’” that Adar is a propitious month(s) to pray that we atone for the sin of Adam and Eve and thus defeat the Snake’s and Haman’s evil designs – by subduing our own ego and any envious tendencies we may have.


Voir la vidéo: Episode 1 - Les constellations (Juillet 2021).