Astronomie

Où puis-je trouver une base de données d'étoiles et de constellations sous licence autorisée ?

Où puis-je trouver une base de données d'étoiles et de constellations sous licence autorisée ?

Je travaille sur une sorte de moteur de jeu, et une chose que j'ai faite pour un jeu précédent qui était sous GPL était que j'avais un ciel nocturne avec les constellations visiblement connectées et j'aimerais le refaire. Je ne sais pas d'où vient mon jeu de données à l'origine, mais j'ai une note qu'il s'agissait de GPL, donc il est probable qu'il provienne de Stellarium, qui est sous licence GPL. Pour cela, j'ai besoin que l'ensemble de données provienne du domaine public, du gouvernement américain, sous licence permissive, etc.

Si possible, je recherche les coordonnées dans le ciel, la luminosité, peut-être la classe et le nom, mais aussi un mécanisme pour savoir quelles étoiles seraient connectées dans les constellations classiques.

J'ai trouvé des ensembles de données qui contiennent les données d'étoiles que je recherche, bien qu'il faudrait un certain effort pour analyser et extraire les données que je recherche, mais je n'arrive pas à trouver n'importe où en ligne, à l'exception de Stellarium, qui fournit une connectivité de constellation d'étoiles. Des idées?

J'ai eu cette liste si loin de ce que je peux dire:

  • Stellarium : A tout. GPL (Vraiment restrictif) Mais a des choses comme un fichier de constellation, c'est-à-dire https://github.com/Stellarium/stellarium/blob/master/skycultures/western/constellationship.fab
  • HYG : excellente base de données, contient tout ce que je veux, mais sous licence restrictive CC 2.5 SA https://github.com/astronexus/HYG-Database Pas de constellations
  • BSC5 : Aucune licence explicite, mais créées à partir de la NASA/ADC, les données doivent être du domaine public. Bon ensemble de données, difficile à analyser, pas de connectivité en étoile. (Meilleur candidat pour la base de données d'étoiles brutes)
  • UCAC5 : Marine (domaine public), ensemble de données non adapté à la lumière visible.
  • HIP (utilisé par Stellarium pour les étoiles) - Difficile à analyser, ESA (licence correcte) http://cdsarc.u-strasbg.fr/ftp/cats/I/239/hip_main.dat.gz

Existe-t-il des normes sur les étoiles qui constituent les principales connexions dans les constellations ? Ou est-ce juste celui qui l'a mis en place ?

P.S. Si jamais je réussis, je publierai la base de données (probablement 3 à 4 000 étoiles sont tout ce dont j'aurai besoin avec la connectivité) sous la licence MIT pour permettre l'inclusion dans tout projet commercial ou non commercial.


J'ai une idée de comment faire cela, mais cela nécessite quelques étapes:

  1. Oui, l'IAU a défini les connexions qui composent les constellations classiques, mais je n'y ai pas vu de moyen facile d'obtenir leurs données.
  2. Wikipedia a une liste d'étoiles par constellation. Les étoiles par liste sont bien plus nombreuses que ce dont vous avez besoin, MAIS : les connecteurs principaux de la constellation seront toujours constitués par les étoiles les plus brillantes d'une constellation, qui seront les premières entrées de chaque liste.
  3. Pour accéder aux premières entrées de chaque liste, je recommanderais de modifier le script simple à partir de la réponse acceptée de cette question, qui accède à un site Web, puis le datamine pour les éléments intéressants.
  4. Maintenant, toutes les constellations n'ont pas la même quantité d'étoiles, mais probablement extraire les 20 plus brillantes chacune devrait suffire (les indicateurs de luminosité sont l'alphabet grec dans l'ordre, $alpha$ pour les plus brillants, $eta$ pour la seconde et ainsi de suite.).
  5. Puis en ajoutant les connexions : je n'ai pas une bonne idée pour celle-là. Il faut peut-être y prendre les devants, prendre une bouteille de vin le soir et marquer les connexions à la main. 88 fois 5-10 paires de connexions. Selon l'efficacité de la façon dont vous marquez les connecteurs dans votre base de données, vous pourriez avoir terminé en 1 à 2 heures. Toujours beaucoup plus rapide que sans aucune présélection. Si aucune autre réponse ne couvre cette étape de manière plus efficace, vous pouvez au moins maintenant revenir sur le site Web de l'AIU et obtenir les connecteurs officiels.

À ma grande surprise, l'auteur original de la constellation pour Stellarium a accepté d'autoriser l'utilisation de ses cartes de constellation pour des applications non-GPL ! Voir le commentaire ici : https://github.com/Stellarium/stellarium/issues/790, cela signifie qu'il est également gratuit pour les autres personnes qui tombent sur ce fil !

Juste pour info - la cartographie, trouvée ici : https://github.com/Stellarium/stellarium/blob/master/skycultures/western/constellationship.fab est basée sur la base de données d'étoiles HIP, vous devrez donc l'analyser, mais qui, étant publiée par l'ESA, est aussi une base de données permissive.

Merci à tous ici pour toutes les contributions que vous avez fournies, car cela peut aider d'autres personnes à effectuer des tâches similaires - certaines des solutions fournies peuvent être mieux adaptées à d'autres qui sont disposés et intéressés à faire plus d'efforts. J'espère que ce fil aidera tous ceux qui essaient de faire ce que je fais!


Incertitude dans les données des bases de données d'étoiles

J'ai des étudiants qui extraient des données de diverses bases de données astronomiques comme SIMBAD ou la base de données d'étoiles binaires, puis utilisent ces données pour déterminer les corrélations entre certaines propriétés. Ma question est de savoir comment prendre en compte l'incertitude lors de l'utilisation de ces bases de données. Par exemple, vous pouvez calculer la masse d'une étoile dans un système binaire par diverses méthodes, mais ce calcul devrait avoir une incertitude que je n'arrive pas à trouver. J'imagine que chaque étoile binaire aurait une incertitude absolue/relative différente. Nécessite-t-il un retour en arrière dans les bases de données et les calculs pour calculer individuellement l'incertitude ? Les articles d'astronomie ne se concentrent-ils pas sur les incertitudes individuelles mais sur l'incertitude statistique avec de grands ensembles de données ?

Juste des informations générales : je suis professeur de physique au lycée de l'IB. Je ne connais pas bien l'astronomie.


Base de données Nextstar

Salut Justin, j'ai abandonné le red dot Finder sur mon 8i il y a longtemps au profit d'un Antares 8x50. Je ne suis pas sûr de la taille du champ que cela me donne, mais en y centralisant la pleine lune (0,5 degrés), je suppose qu'à environ 6-7 degrés et avec un ciel très sombre (ce que je ne peux pas apprécier sous LP ), j'estime une magnitude limite d'environ 8. (Je vois normalement jusqu'à environ 4, --5 lors d'une bonne nuit!). J'espère que les commentaires précédents sur les SAO ont aidé,

#5 David Knisely

J'ai une question sur la recherche d'étoiles dans la base de données. Je voulais trouver 70 Ophiuchi l'autre jour alors j'ai choisi la liste-constellation-Ophiuchus-étoiles doubles. J'ai reçu le message qu'il n'y avait pas d'étoiles doubles dans la base de données pour cette constellation. J'ai été surpris, car il y en a beaucoup. Je pense que trouver des étoiles est la partie faible de la base de données Nexstar, car je n'ai pas de référence au catalogue SAO. Comment quelqu'un ici gère-t-il ce problème ?

#6 Michael_Swanson

Auteur du Guide de l'utilisateur NexStar

L'une des meilleures listes d'étoiles doubles disponibles est la liste triée sur le volet de plus de 11 000 doubles créée par le Saguaro Astronomy Club (www.saguaroastro.org). En fait, je l'aime tellement que je l'ai intégré (avec permission) dans mon programme NexStar Observer List (NSOL). En guise d'amélioration, j'ai ajouté des références croisées pour SAO lorsqu'elles étaient disponibles (pour faciliter l'utilisation directe de la télécommande NexStar).

La recherche est facile. La saisie de "70 oph" a fait apparaître la cible presque immédiatement, après quoi j'ai su que les autres noms/désignations étaient STF 2272, SAO 123107 et ADS 11046.

NSOL vous permettra de trier les doubles SAC comme vous le souhaitez, à inclure par constellation. Bien sûr, 11 000 de quoi que ce soit est trop une bonne chose, donc NSOL dispose également d'une option de filtrage robuste. Par exemple, vous pouvez filtrer tous les doubles à 20 degrés ou plus au-dessus de l'horizon où le primaire est entre les magnitudes 1 et 4 et le secondaire est de 0 à 3 magnitudes différentes du primaire et leur séparation est comprise entre 5 et 15 secondes d'arc.

Envie d'un défi ? Filtre pour le primaire avec une magnitude de -1 à 4 et le secondaire est de 6 à 9 magnitude différent du primaire et leur séparation est comprise entre 0 et 5 secondes d'arc :-) La liste complète ne contient que 7 doubles qui répondent à ces exigences.

NSOL peut être utilisé connecté à l'oscilloscope pour diriger les GoTos ou vous pouvez créer des listes d'observateurs à imprimer pour une utilisation sur l'oscilloscope.


Catalogue double étoile

Quelqu'un peut-il recommander un catalogue d'étoiles doubles assez facile à utiliser et basé sur des constellations ?

Par exemple, lorsque vous regardez Beta Cas (Caph), l'étoile occidentale brillante dans le "W", il y a une étoile double et un système d'étoiles triples dans le même FOV, juste à l'ouest de Beta. Je ne trouve pas de données dans Burnham ni dans "The Night Sky Observers Guide" sur ces systèmes. Ce ne sont pas les Struve 3057 et 3062 qui sont répertoriés. Les deux systèmes non identifiés sont notés sur Sky Atlas 2000.0.

Une base de données numérique ou un livre serait formidable.

#2

Salut, Éd. Plein de trucs pour toi.

http://www.amazon.co. s/dp/1107534208 The Cambridge Double Star Atlas, 2e éd. sort n'importe quel jour maintenant. De superbes cartes et quelques milliers de paires notées. L'exactitude des données dans un livre deviendra progressivement obsolète pour les paires qui se déplacent plus rapidement.

Une base de données interrogeable géante de l'ensemble du Washington Double Star Catalogue - plus de 100 000 paires ! - ici http://stelledoppie.goaction.it Cela aura 100% de données à jour. la base de données intègre les dernières données WDS. Vous pouvez spécifier une région, une magnitude et des paramètres de séparation et générer une liste.

C'EST CE QUE VOUS AVEZ VRAIMENT DEMANDÉ. (Je me suis emporté. )

Cherchable par Constellation, nous avons celui-ci. http://www.virtualco. earch-form.html Les données peuvent cependant être inexactes ou ne pas être à jour.

Le "Mount Olympus" pour les observateurs d'étoiles doubles est le Washington Double Star Catalogue. Il faut un peu de temps pour s'y retrouver, mais il contient plus de données et de listes diverses que toute autre source. C'est là que vont les pros. http://ad.usno.navy.mil/wds/

La plupart des programmes du Planétarium ont une excellente inclusion d'étoiles doubles - mon préféré est Sky Safari. À environ 50 $, c'est bien au-delà d'être l'affaire du siècle. Immenses bases de données de chaque type d'objet, contrôle/goto de télescope, etc. Les données peuvent être un peu erronées, mais c'est à cela que sert le WDS, n'est-ce pas ? http://www.skysafari. fari/index.html

Et passez au forum double étoile du CN pour rencontrer d'autres personnes partageant les mêmes idées.

#3 Rick Woods

"Doubles étoiles pour petits télescopes" de Sissy Haas

"Sky Catalog 2000.0" Vol.1 & amp 2 (Les deux ont de nombreux doubles répertoriés, Vol.2 détaille beaucoup plus certains d'entre eux.)

(Edit : Oups, vous avez dit "basé sur les constellations" - désolé !)

Édité par Rick Woods, 26 novembre 2015 - 11:04.

#4 Jon Isaacs

J'utilise à la fois Sky Safari 4, soit le plus ou le Pro pour mon smartphone et mes tablettes et Skytools 3 sur mon bureau.

Ces deux programmes utilisent la base de données double étoile de Washington et ont un avantage sur les livres et les graphiques car ils calculent les orbites des binaires à courte période comme Rigel et Porrima afin que vous obteniez les séparations correctes.

A noter, Sky Safari 4 a une erreur est les orbites d'environ 40 étoiles. Il a été causé par une anomalie de formatage dans la base de données et il a été corrigé dans sera inclus dans la prochaine mise à jour si ce n'est pas le cas. Pour l'androïde, il y a une Bêta avec la correction.

J'adore Sky Safari.. Je peux faire des recherches sur place, je précise la gamme de magnitudes, les séparations et la ou les constellation(s). Cela me donne une liste, je peux choisir de tous les marquer sur le graphique et je commence juste à chercher.

#5 MP173

Merci pour votre réponse. Je suis allé sur le site Washington Double Star et c'est un peu écrasant. Les autres sites recommandés prendront un peu de temps et d'efforts pour extraire les données nécessaires.

#6 Cpk133

J'aime le lien vers Eagle Creek Observatory, il a des doubles organisés par constellations. Vous pouvez trouver le lien dans ce forum : observation / étoiles doubles / Liens vers des ressources, des messages et des articles à étoiles doubles. Ou vous pouvez suivre ce lien : http://eaglecreekobs. rg/eco/double/

Modifié par Cpk133, le 26 novembre 2015 - 19:19.

#7 étoiles du désert

Merci pour votre réponse. Je suis allé sur le site Washington Double Star et c'est un peu écrasant. Les autres sites recommandés prendront un peu de temps et d'efforts pour extraire les données nécessaires.

Merci,

Ed

C'est une courbe d'apprentissage, comme n'importe quel aspect du passe-temps, c'est sûr. En ce qui concerne le Washington Double Star Catalog, l'un des liens que Dave a mentionnés ci-dessus (http://stelledoppie.goaction.it) devrait faire de l'extraction des données de cette ressource un parcelle Plus facile. Je seconde également la recommandation de Rick du livre de Sissy Haas.

#8 panthères007

Une bonne ressource que j'ai trouvée est Star-Splitters. Pas seulement une liste (des listes), mais de nombreuses références utiles à parcourir pour ceux qui sont intrigués par ces systèmes stellaires multiples et soignés. Digne d'un signet. J'allais lier Eagle-Creek, mais c'est bien de voir que quelqu'un l'a trouvé avant que je n'aille draguer mes piles !

Et une image du célèbre Epsilon Lyrae que j'ai trouvé en train de chasser environ une nuit.

#9 MP173

Wow, c'est un travail fastidieux de trouver des données sur des doubles pas si brillants.

Comme mentionné dans l'OP, il y a un double et un triple dans le même FOV que Caph (beta Cas). Ce sont de très bons systèmes et font environ 8-9mag. Les étoiles sont indiquées sur Sky Atlas 2000.0 et sont légèrement à l'ouest et au sud de Caph. Il y a en fait 3 doubles indiqués sur le graphique. En utilisant la base de données Stelledoppie et en triant par constellation, j'ai pu déterminer les suspects probables pour mes systèmes.

SAO 21166 et SAO21161. Les deux correspondent à la description générale que j'ai écrite/esquisse et sont de grandeurs similaires. Les séparations sont un peu différentes, mais au moins j'ai localisé une base de données qui peut trier par constellation. C'est difficile car il faut regarder manuellement dans les coordonnées pour trouver quelque chose de "proche". Cependant, lorsque l'on regarde les données (clics sur l'onglet) une liste de "doubles à proximité" est affichée.

BTW, ces doubles valent la peine d'être regardés lorsque vous êtes à Caph ou à proximité de NGC7789/7790. Facilement résolu avec n'importe quel oculaire, ce sont des étoiles de 8 à 9 mag.

#10 Tony Flandre

Quelqu'un peut-il recommander un catalogue d'étoiles doubles assez facile à utiliser et basé sur des constellations ?

Par exemple, lorsque vous regardez Beta Cas (Caph), l'étoile occidentale brillante dans le "W", il y a une étoile double et un système d'étoiles triples dans le même FOV, juste à l'ouest de Beta. Je ne trouve pas de données dans Burnham ni dans "The Night Sky Observers Guide" sur ces systèmes. Ce ne sont pas les Struve 3057 et 3062 qui sont répertoriés. Les deux systèmes non identifiés sont notés sur Sky Atlas 2000.0.

Sky Atlas 2000.0 ne trace pas d'étoiles doubles à l'ouest de Beta Cas - pas pour un long, très long chemin. Êtes-vous sûr que vous ne voulez pas dire sud-sud-est ou est-nord-est ?

Quoi qu'il en soit, le moyen de loin le plus simple de le faire est d'utiliser un programme de planétarium ou une application pour un appareil portable. C'est la seule façon de visualiser les étoiles doubles dans leur contexte.

Le catalogue Washington Double Star est extrêmement volumineux, comprend de nombreuses choses qui ne sont pas vraiment des doubles et n'est pas entièrement fiable. C'est essentiel pour la recherche parce que c'est complet, mais ce n'est pas une grande aide à l'observation.

Il y a deux problèmes sous-jacents. La première est qu'une très grande fraction de toutes les étoiles visibles à travers n'importe quel télescope ont été découvertes doubles à un moment ou à un autre par une méthode ou une autre. Rien d'étonnant, étant donné qu'environ la moitié des étoiles de l'univers sont estimées être des doubles ou des triples. Et parmi ceux-ci, un pourcentage beaucoup plus petit mais toujours très important est assez facile à diviser dans les télescopes amateurs. Vous êtes donc confronté à une énorme pile de données : probablement au moins des centaines de milliers d'étoiles séparables par un télescope d'arrière-cour typique.

L'autre problème est que les listes linéaires ne peuvent être triées facilement que dans une dimension, et ne montrent pas les étoiles non doubles qui vous permettraient de dire facilement à l'oculaire quelle est l'étoile en question.

C'est pourquoi vous avez vraiment besoin d'un graphique 2D pour explorer ce problème. Et comme aucun graphique papier ne montre même une petite fraction de tous les doubles visibles à travers votre oscilloscope, une sorte d'aide électronique est définitivement nécessaire.

#11 panthères007

Une chose m'a surtout aidé sur la voie de la recherche d'étoiles doubles. Et c'est la compréhension que notre point de référence - le Soleil et le système solaire local - est que notre étoile est la variété inhabituelle en vertu d'être un seul système stellaire. La plupart des étoiles sont, en fait, dans des systèmes doubles ou même triples.

Revenons maintenant à un bon ouvrage de référence.

#12 Feidb

Je n'aime pas les doubles étoiles, mais j'ai obtenu un exemplaire du Cambridge Double Star Catalog de Jim Mullaney et Will Tirion. C'est un excellent livre avec beaucoup de tableaux et de listes détaillés.

#13

Wow, c'est un travail fastidieux de trouver des données sur des doubles pas si brillants.

Comme mentionné dans l'OP, il y a un double et un triple dans le même FOV que Caph (beta Cas). Ce sont de très bons systèmes et font environ 8-9mag. Les étoiles sont indiquées sur Sky Atlas 2000.0 et sont légèrement à l'ouest et au sud de Caph. Il y a en fait 3 doubles indiqués sur le graphique. En utilisant la base de données Stelledoppie et en triant par constellation, j'ai pu déterminer les suspects probables pour mes systèmes.

SAO 21166 et SAO21161. Les deux correspondent à la description générale que j'ai écrite/esquisse et sont de grandeurs similaires. Les séparations sont un peu différentes, mais au moins j'ai localisé une base de données qui peut trier par constellation. C'est difficile car il faut regarder manuellement dans les coordonnées pour trouver quelque chose de "proche". Cependant, lorsque l'on regarde les données (clics sur l'onglet) une liste de "doubles à proximité" est affichée.

BTW, ces doubles valent la peine d'être regardés lorsque vous êtes à Caph ou à proximité de NGC7789/7790. Facilement résolu avec n'importe quel oculaire, ce sont des étoiles de 8 à 9 mag.

Merci pour votre aide.

Ed

SAO 21166 est dans le WDS comme 00108+5846 avec l'identifiant ARY 8. Mags 8.14 et 8.63, séparation 39" @ 100 deg. Cette paire est à environ 30' SSE de Caph.

SAO 21161 est WDS 00104+5831, ARY 7, 7,76 et 8,34, sep 124" à 3 degrés. Environ 45' SSE de Caph.

Voici une capture d'écran d'un résultat de recherche dans Stella Doppie, l'excellent navigateur WDS. La recherche est saisie sur Caph avec un rayon de recherche de 2 degrés. La liste donne CHAQUE paire dans le WDS à moins de 2 degrés de Caph. Vos paires devraient figurer sur cette liste.

Je ne saurais trop insister sur la valeur du site Stella Doppie.

#14 drôle

c'est l'un de ces "par où commencer?" les sujets.

tout d'abord, en naviguant au hasard dans le ciel nocturne avec votre télescope, vous rencontrerez des centaines de milliers d'étoiles doubles.

voyez-vous, "étoiles doubles" au sens puriste (et le plus pur) du terme, signifie simplement "deux étoiles visuellement rapprochées sur la sphère céleste".

que veut dire "rapprocher" ? pourquoi, tout ce que vous voulez que cela signifie. ou, quoi que n'importe quel astronome historique ait décidé que cela signifiait. ou les deux. c'est vous qui avez un télescope -- ça veut dire que c'est vous qui décidez.

au niveau suivant, vous pouvez demander : « est-ce que l'expression « visuellement placées près l'une de l'autre sur la sphère céleste » signifie que les deux étoiles sont liées gravitationnellement l'une à l'autre ? » et la réponse que vous obtiendrez de la part des puristes à double étoile est « qui s'en soucie ? »

et "qui s'en soucie?" apparaît dans le WDS, le catalogue double étoile faisant autorité. selon mon estimation, environ 2/3ds du WDS se compose d'étoiles adjacentes aléatoirement qui n'ont rien à voir les unes avec les autres, ou d'étoiles adjacentes aléatoirement qui sont si faibles, éloignées ou éloignées que la question de savoir si elles sont reliées par gravité ou pas ne peut être décidé d'une manière ou d'une autre, au moins jusqu'à (et peut-être même après) que nous ayons des mesures de mouvement et de parallaxe plus précises pour un milliard d'étoiles lointaines et faibles du satellite GAIA.

au niveau suivant, vous êtes facilement induit en erreur par la façon dont les gens parlent, en particulier les puristes. pour une raison qui m'est totalement inconnue, ils aiment décrire "deux étoiles visuellement proches l'une de l'autre sur la sphère céleste" comme un "système" -- bien que système implique que les deux étoiles forment une unité plus grande, en particulier une unité gravitationnelle, et ce fait n'a en fait rien à voir avec la proximité visuelle. (de nombreuses étoiles doubles liées gravitationnellement sont plus éloignées que la largeur de la pleine lune.)

nous arrivons donc au dernier niveau, qui est : le fait qu'une "étoile double" (quoi que cela signifie) soit incluse dans WDS signifie simplement qu'il était une fois, un astronome qui a signalé cette paire (ou multiple) à les mavens du catalogue. un nom et un numéro de catalogue lui sont alors attribués. ce fait ne manque pas de respect à *votre* découverte d'une étoile double, car (après tout) vous utilisez simplement les mêmes critères visuels que tous les astronomes qui vous ont précédés.

il dit seulement qu'il y avait au moins un (et souvent un seul) astronome avant vous qui a trouvé que la paire (ou le multiple) que vous recherchez était distinctive d'une manière ou d'une autre. absolument rien de plus n'est implicite ou indiqué. les puristes à double étoile ignorent toujours les paires visuelles qui ne figurent pas dans le catalogue et se concentrent sur les paires visuelles incluses, ce qui – parce que la "paire visuelle" est tout ce avec quoi ils doivent travailler – me semble plutôt idiot.

D'ACCORD. donc, aux catalogues et guides :

tous les éditeurs de logiciels mettent des étoiles doubles sur une priorité très basse. de nombreux programmes n'incluent que des listes tronquées à double étoile, et ceux qui prétendent inclure l'intégralité du WDS contiennent généralement des données importées il y a de nombreuses années. à mon avis, tous les logiciels de planétarium ne sont utiles que pour identifier le nom du catalogue et l'emplacement céleste des étoiles doubles cataloguées. ils sont essentiellement inutiles (car obsolètes) pour vous donner la dernière description de position - angle de position, séparation, magnitudes - de n'importe quelle paire. (n'oubliez pas que les données changent souvent non pas parce que la double étoile a réellement changé, mais parce que des erreurs dans les données ont été corrigées.)

comme d'autres l'ont dit, le WDS est difficile à manier, et le site Web de Stelle Doppie est une ressource formidable pour les données doubles étoiles les plus récentes. Gianluca Sordiglioni a passé énormément de temps sur le site et son travail est de très haute qualité.

en termes de guides imprimés, le meilleur disponible à ce jour est toujours "Double Stars for Small Telescopes" de Sissy Haas, qui est organisé par constellation mais n'a pas de cartes d'atlas pour identifier l'emplacement de cibles spécifiques. le Mullaney/Tirion "Cambridge Double Star Atlas" a des cartes vraiment superbes de Tirion, et est utile simplement pour cette raison, mais malheureusement la liste des cibles de Mullaney n'est pas classée par constellation (comme vous le demandez) et aussi, dans mon audit qualité , environ 2/3ds de la liste se compose d'"étoiles doubles" qui ne peuvent pas être considérées comme des systèmes purement visuels ou physiques réels (liés gravitationnellement). il s'agit en fait d'une proportion d'ambiguïté bien plus élevée que dans le WDS total !

la nouvelle édition du CDSA, éditée par mes soins, est également organisée par constellation, et la liste cible des cibles à double étoile contient dans mon audit qualité plus de 90% de systèmes physiques réels, moins de 10% de paires ambiguës et 0% de double visuel étoiles qui n'ont aucun lien physique. (Gianluca a préparé les données à double étoile dans la liste des cibles.)


Le catalogue de noms d'étoiles est-il légitime ?

L'histoire de la dénomination des étoiles est aussi ancienne que la civilisation elle-même. Les plus grands esprits de l'histoire ont répertorié les étoiles les plus brillantes en leur donnant des noms distinctifs pour les séparer de toutes les autres.

L'Union astronomique internationale (UAI) utilise toujours la contribution de Ptolémée et de nombreux autres astronomes qui ont catalogué les étoiles. Pour clarifier, l'IAU est une organisation qui s'accorde sur les noms des objets astronomiques. Bien que certains des noms traditionnels soient toujours dans leur base de données, ils n'enregistrent pas les étoiles dans un sens conventionnel.

Au contraire, l'IAU ne catalogue les étoiles qu'à des fins scientifiques en utilisant leurs coordonnées et leurs calculs astronomiques. Ils ne prennent pas de nouveaux noms, en particulier des mots ayant une signification personnelle pour tout individu sur Terre. Probablement, ils ne le permettront jamais.

Néanmoins, de nombreuses personnes pensent que l'attribution de votre nom à des objets stellaires aura un impact significatif sur votre vie. Eh bien, nous sommes l'un d'entre eux. Notre service de cadeaux offre aux gens la possibilité d'enregistrer un nom d'étoile pour quelqu'un.

Le catalogue des étoiles est une entité officielle qui enregistre les étoiles et dispose d'une base de données internationale. Notre entreprise est régulièrement auditée pour sa fiabilité et sa qualité. Ainsi, notre service se renforce chaque année, principalement parce qu'une large communauté d'astronomes et de passionnés d'astronomie nous soutient pour rendre leurs cadeaux plus uniques.

Dans l'ensemble, il existe trois types de forfaits cadeaux étoiles à choisir parmi Standard , Zodiac et Binary . Vous pouvez utiliser ces coffrets cadeaux pour écrire votre nom dans le ciel. Ce processus est légitime et chaque étoile enregistrée est marquée d'un certificat de preuve.


SkySafari 6 Pro 4+

SkySafari 6 Pro va révolutionner votre expérience de visionnement astronomique. Il possède la plus grande base de données de toutes les applications d'astronomie, comprend tous les objets du système solaire jamais découverts, offre une précision inégalée, un contrôle de télescope sans faille, un mode de réalité augmentée (AR) et offre la meilleure expérience sous les étoiles lorsque vous en dépendez. Découvrez pourquoi SkySafari 6 Pro est l'application d'astronomie n°1 recommandée pour les astronomes amateurs sérieux depuis 2009.

Voici les nouveautés de la version 6 :

1) Support complet pour iOS 13 et iPhone 11. Nous publions des mises à jour régulières.

2) Nuages ​​et astronomie. Deux mots qui vont rarement ensemble. SkySafari 6 Pro sauvegardera (en option) toutes vos données d'observation dans notre stockage cloud sécurisé et les rendra facilement accessibles à plusieurs appareils ainsi qu'à partir de notre nouvelle interface Web, LiveSky.com.

3) Nous avons les meilleures étoiles. Précis, moderne et profond. Nous avons mis à jour notre catalogue d'étoiles pour utiliser le dernier et le meilleur catalogue d'étoiles UCAC5. Si 25 millions d'étoiles jusqu'à la 15e magnitude ne vous suffisent pas, un simple achat intégré vous ramène à 16,5 magnitude et 100 millions d'étoiles !

4) Nous avons les meilleures galaxies. Le catalogue PGC comprend des galaxies jusqu'à la 18e magnitude. Vous voulez plus de galaxies ? Que diriez-vous de 2,6 millions de plus ? Un achat intégré vous donne accès à la plus grande base de données de galaxies disponible pour votre appareil.

5) Les observateurs d'abord. Une refonte de nos outils donne la priorité à l'observateur actif. L'accès rapide à des fonctionnalités telles que votre équipement, vos sites d'observation, vos listes et vos observations permet de sortir, d'observer et d'enregistrer vos observations facilement et de manière agréable. La fonction de sessions d'observation vous permet de rassembler vos observations en groupes qui s'étendent sur quelques heures ou quelques nuits.

6) Tracez-le. Le tout nouvel outil graphique donnera une représentation visuelle rapide de l'altitude d'un objet au-dessus de l'horizon. Indispensable pour planifier vos observations nocturnes.

7) Planifiez-le. Profitez au maximum de votre temps sous les étoiles. Notre planificateur mis à jour est un outil puissant qui vous permet de créer une liste de cibles pour votre session d'observation avec des filtres tels que des types d'objets, des plages de temps spécifiques, une constellation, un catalogue, etc. Planifiez-le et faites-en plus.

8) Dites-le. Vous avez toujours voulu crier sur votre appareil et lui dire quoi faire !? SkySafari 6 ajoute une commande vocale de base pour un large éventail d'opérations. Dites « sélectionnez Jupiter », « recherchez Titan », « centrez sur Polaris » et SkySafari fera le travail pour vous. Crier facultatif.

9) Inclinez-le. De nos jours, toutes les anciennes applications d'astronomie permettent à votre appareil d'incliner et de déplacer votre appareil pour montrer différentes parties du ciel, mais qui d'autre vous permet de contrôler votre télescope de cette façon ! ? « Tilt to slew » est un mode facultatif qui vous permet de garder votre œil dans l'oculaire et, à l'aide des accéléromètres de votre appareil, de traduire doucement les mouvements de vos mains en un mouvement fluide du télescope.

10) Partagez-le. SkySafari 6 est plus qu'une simple application mobile, c'est un nouveau système pour vous aider à organiser et partager vos expériences d'observation. Avec une inscription gratuite, vous pouvez voir et partager vos données d'observation à partir de notre portail Web, LiveSky.com ! Les abonnements premium abordables ajoutent l'édition en ligne, de sorte que vous pouvez non seulement afficher, mais éditer vos observations, ajouter de nouveaux sites d'observation, gérer votre équipement et plus encore. Enfin, (bientôt disponible), vous pouvez afficher, modifier et gérer vos fichiers de paramètres avec SkySafari Web, notre version Web entièrement fonctionnelle.

Si vous n'avez jamais utilisé SkySafari 6 Pro auparavant, voici ce que vous pouvez en faire :

• Tenez votre appareil vers le haut et SkySafari 6 Pro trouvera des étoiles, des constellations, des planètes et plus encore ! La carte des étoiles se met à jour automatiquement avec vos mouvements pour une expérience ultime d'observation des étoiles.

• Simulez le ciel nocturne jusqu'à 10 000 ans dans le passé ou le futur ! Animez des pluies de météores, des conjonctions, des éclipses et d'autres événements célestes.

• Contrôlez votre télescope, notez et planifiez vos observations.

• Mode Orbite. Laissez la surface de la Terre derrière vous et survolez notre système solaire.


Stellarium

Stellarium est un logiciel de planétarium open source pour Windows, Mac et Linux. Il vous permet de regarder le ciel, comme vous le feriez de vos yeux à travers des jumelles ou à travers un télescope. C'est un logiciel très vaste avec un ensemble étendu d'outils et d'options. Une fois que vous aurez pris connaissance de ses fonctionnalités, vous serez surpris par ses capacités. Les outils disponibles vous aident à visualiser les objets stellaires et interstellaires, y compris satellites, planètes, galaxies, constellations, etc.

Lorsque vous ouvrez le logiciel, il affiche un paysage simple avec le ciel. Selon votre fuseau horaire (que ce logiciel met à jour à partir d'Internet), le paysage est affiché en vue diurne ou nocturne. La vue de jour n'affiche le Soleil et la Lune que si elle est dans le ciel visible. Le ciel s'éclaire pendant la nuit avec la lune et tous les satellites, planètes et étoiles visibles. Zoomez à l'aide de la touche de défilement de votre souris et obtenez une vue télescopique des objets que vous souhaitez voir. Cliquez sur un objet pour afficher ses détails, tels que : nom, magnitude, angle horaire, informations elliptiques, distance du Soleil, distance de la Terre, diamètre, angle de phase, etc.

L'utilisation de ce logiciel planétaire pour la première fois peut être déroutant, car il n'a pas d'options sur l'interface, juste le paysage où vous pouvez regarder autour de vous. Pour utiliser correctement ce logiciel, vous devrez télécharger le Mode d'emploi Stellarium, qui est disponible sur la page d'accueil de ce logiciel. Le manuel d'utilisation est un fichier PDF de 291 pages contenant des raccourcis clavier, des procédures et des catalogues.

Ce que vous voyez lorsque vous ouvrez ce logiciel est un paysage simple, mais les outils peuvent être utilisés pour visualiser un tas de choses. Ceci comprend: Temps de pause, Temps d'avance rapide, Temps de retour arrière, Sauter à une heure spécifique dans le futur ou le passé, Sauter à un endroit pour obtenir la vue du ciel respective, Voir les constellations, Voir la grille équatoriale, Voir les objets du ciel profond, Voir le ciel avec/sans atmosphère, et beaucoup plus.

Des informations sur divers autres outils, fonctionnalités et options configurables, y compris les plugins, sont disponibles dans le manuel de l'utilisateur.

Ce logiciel planétaire fonctionne très bien et ne prend pas de retard même sur les ordinateurs sans carte graphique haut de gamme.


Liste des étoiles

La plupart des étoiles ont des noms scientifiques, mais certaines ont des noms communs qui ont été transmis à travers l'histoire. Certains astronomes utilisent le nom scientifique, tandis que d'autres utilisent le nom commun. Voici une liste des étoiles les plus brillantes du ciel :

  1. Sirius
  2. Canope
  3. Arcturus
  4. Alpha Centauri A
  5. Véga
  6. Rigel
  7. Procyon
  8. Achernar
  9. Bételgeuse
  10. Hadar (Agène)
  11. Capella A
  12. Altaïr
  13. Aldébaran
  14. Capella B
  15. Spica
  16. Antarès
  17. Pollux
  18. Fomalhaut
  19. Deneb
  20. Mimosa

Bien sûr, ce n'est qu'une petite liste d'étoiles. Il existe d'énormes listes d'étoiles. L'une des plus complètes est la base de données SIMBAD. Il s'agit d'une base de données en ligne qui contient 4,3 millions d'objets. La NASA possède une base de données encore plus importante d'objets extragalactiques qui contient 163 millions d'objets.

Voici une bonne liste de toutes les étoiles nommées par ordre alphabétique.

Nous avons écrit de nombreux articles sur les étoiles ici sur Universe Today. Voici un article sur la plus grande étoile de l'Univers, et voici un article qui décrit la formation des étoiles massives.

Nous avons enregistré plusieurs épisodes d'Astronomy Cast sur les étoiles. Here are two that you might find helpful: Episode 12: Where Do Baby Stars Come From, and Episode 13: Where Do Stars Go When they Die?


Nebulae and Galaxy Rich Constellations

The Orion and Cygnus constellations are no doubt some of the richest in nebulae, especially HII emission nebulae. And Leo is also rich in galaxies.

I wonder if there is a list of nebulae rich constellations anywhere in numerical order.

Is there also a list of all popular emission and another one of all popular reflection nebulae in order of apparent magnitude?

What about a list galaxy rich nebulae in some order?

Generally is there a list of all the constellations showing the most popular objects they contain?

#2 sg6

And Leo is also rich in galaxies.

<. couper. >

First one has a slight problem - Leo is rich, just go to the rear end of leo and look at the "empty" space along from Denebola. But they are in the boundries of Leo, not "in" the accepted constellation. Have looked there are LOTS and all are very, very small.

Will be a list of nebula and the they sit in, that is the first way to specify a location Neb-NN in Constellation XXXX, you probably need to copy and import the data into a table of spreadsheet and reorder. Easy enough.

Guess 3 needs the Prairie club information, have a spreadsheet of it somewhere, not sure it has magnitude as surface brightness is likely more relevant.

4 makes no sense. Nebula are in the Milky Way, Galaxies are outside. So Galaxies are not in Nebula.

Will be a few for 5, I find The Monthly Sky Guide lists what is in constellations, but it is an old fashioned book. But undoubtly there will be something electronic somewhere.

#3 Tony Flanders

The Orion and Cygnus constellations are no doubt some of the richest in nebulae, especially HII emission nebulae. And Leo is also rich in galaxies.

I wonder if there is a list of nebulae rich constellations anywhere in numerical order.

Is there also a list of all popular emission and another one of all popular reflection nebulae in order of apparent magnitude?

What about a list galaxy rich nebulae in some order?

Generally is there a list of all the constellations showing the most popular objects they contain?

It's impossible to do this for a number of reasons. First of all, nebula magnitudes are notoriously inaccurate -- some might say nearly useless. Second, nebulae are not well-defined objects. Superficially M8 and M20 are two distinct nebulae, but photos show that they're both part of one huge nebula. Finally, which constellations have lots of nebulae depends on your cutoff criteria. Orion actually contains relatively few nebulae, but because Orion's major star-forming regions are just 1,500 light-years away, those nebulae happen to be unusually bright. Sagittarius contains far more nebulae, but they're several times farther away, so they average a lot fainter. For observers at mid-northern latitudes, Sagittarius has the additional problem of lying very close to the horizon.

Galaxies are much better defined and measured than nebula, and it would indeed be possible to produce list of how many galaxies each constellation contains down to a given magnitude cutoff. The fainter the cutoff, the more even galaxies are distributed.

Anybody interested in taking on this job might want to start with the Excel version of the Saguaro Astronomy Club's deep-sky database, since this chore is strictly mechanical to anyone adept in Excel. Obviously, however, the SAC database doesn't go very deep at all.

#4 Alan D. Whitman

Tony Flanders wrote: "First of all, nebula magnitudes are notoriously inaccurate -- some might say nearly useless."

Before I went to Australia the first time 20 years ago, I had prepared a detailed observing list. The magnitude that I had from some wildly incompetent published source for the Carina Nebula, NGC 3372, was magnitude 6. Then one night I saw the Carina Nebula shining through low stratus cloud when only 3rd magnitude stars were visible! The magnitude that I now use in my list of Southern Hemisphere Splendours in the RASC Observer's Handbook is magnitude 2.5.

It is difficult to comprehend how some professional astronomer could have thought that a magnitude 2.5 object visible through cloud was magnitude 6 !!

By the way, anybody who thinks that the Orion Nebula is the sky's finest nebula needs to get down south and see the Carina Nebula.

#5 kel123

It's impossible to do this for a number of reasons.

<. couper. >

Indeed a very informed contribution.
Merci.

#6 kel123

Tony Flanders wrote: "First of all, nebula magnitudes are notoriously inaccurate -- some might say nearly useless."
<. couper. >

I have noticed this about the Carina Nebula also. When I first imaged it, I was amazed at how bright it was for a short exposure, despite the fact that it was low in the south.
Another nebula which amazed me too with the brightness was the Trifid Nebula.

#7 Dave Mitsky

4 makes no sense. Nebula are in the Milky Way, Galaxies are outside. So Galaxies are not in Nebula.

I agree that the meaning is unclear. However, there are a number of emission nebulae (HII regions) that can be seen in galaxies with amateur telescopes. These galaxies include the LMC, M33, M101, NGC 2366, and NGC 6822.

Here's an image of M101 that I captured using what was known as the Bradford Robotic Telescope at the time that displays a number of HII regions.

Vignettes attachées

#8 Dana in Philly

I wonder if there is a list of nebulae rich constellations anywhere in numerical order.

Is there also a list of all popular emission and another one of all popular reflection nebulae in order of apparent magnitude?

What about a list galaxy rich nebulae in some order?

Generally is there a list of all the constellations showing the most popular objects they contain?

The sky is more like broadcast viewing than it is like on-demand viewing. So, unless you're prepared to travel, rather than having a ranked list, just check what's on offer at the moment in your location, and pull up the applicable star charts to get you pointed at the currently viewable objects.

#9 kel123


4 makes no sense. Nebula are in the Milky Way, Galaxies are outside. So Galaxies are not in Nebula..

#10 therealdmt

I’m guessing from your mention of having photographed the Carina Nebula and the Triffid Nebula, not to mention your listed gear, that you want something more extensive than the following, but was this the basic idea?:

Messier Nebulae by Constellation
Orion 3 (m42, m43, m78)

Sagittarius 3 (m8, m17, m20)

Taurus 2 (m1, m45) [I gave Pleiades credit for its nebulosity here]

Lyra 1 (m57)
Perseus 1 (m76)
Serpens Cauda 1 (m16) [arguably it’s the associated open cluster, though? Anyway, the Eagle Nebula]
Ursa Major 1 (m97)
Vulpecula 1 (m27)

Messier Galaxies by Constellation

Virgo 11 (m49, m58, m59, m60, m61, m84, m86, m87, m89, m90, m104)
Coma Berenices 7 (m64, m85, m88, m91, m98, m99, m100)
Ursa Major 6 (m81, m82, m101, m108, m109, m109b)
Canes Venatici 5 (m51, m51b, m63, m94, m106)
Leo 5 (m65, m66, m95, m96, m105)
Andromeda 3 (m31, m32, m110)
Cetus 1 (m77)
Draco 1 (m102)
Hydra 1 (m83)
Pisces 1 (m74)
Triangulum 1 (m33)

The above galaxy list has some distortions such as it counts m51 and m109 as two galaxies each, the Leo Triplet only gets two out of its three galaxies, Andromeda gets 2 satellite galaxies, etc., and basically just doesn’t include all the NGCs, but anyway, I took a quick stab at it from a "Messiers by Constellation" list ( https://www.messier. /CONindex2.html )

It would be interesting to see a full list including NGCs down to magnitude, I dunno, maybe 12.5 (my scope’s advertised limiting magnitude), but I’m not interested enough to go through the thousands of NGC objects myself. Actually, I’d be more interested in seeing a full list (including NGCs) down to magnitude 9 or 10 for non-galaxies, and then somehow incorporating all the galaxies that could be seen in similar circumstances considering size, structure and surface brightness (yikes), but even for the non-galaxies that’s a bigger project than I’m going to take on at the moment. I guess going through the Herschel 400 next could be a manageable chunk though.


Our Review of Stellina: a ‘Smart Telescope’ for 21st Century Astronomy

It’s a common scene at star parties, post-Christmas. As darkness falls, someone approaches us with a new telescope, often in still unassembled. “I can’t figure this thing out,” is the inevitable refrain. “Can you show me how to use this @#$%! thing?”

Of course, we always oblige. Learning the night sky and how to use a telescope is a lifelong skill, and can present a steep learning curve. Every observer young and old remembers the initial frustration of the first night under the stars with a new telescope. It can often turn folks off to the pursuit of astronomy entirely.

Now, a new breed of smart telescopes is set to take users past these hurdles, and get them out under the night sky. We recently had a chance to put Vaonis’ Stellina ‘smart telescope’ through its paces, and we’re intrigued at the glimpse it provides of the future of observational astronomy.

We’ve used and built telescopes of all types, and survived through every iteration of ‘GoTo’ telescopes, from the earliest models in the 1990s to modern GPS-equipped telescopes. All had their place… but weren’t quite user friendly, often requiring the user to troubleshoot polar alignment, check and recheck the mount leveling and balance, and manually calibrate the alignment in order to coax the telescope to its target. You know that when your ‘scope is pointed at the ground, for example, that some further troubleshooting is due.

Not so with Stellina. After half a century in amateur astronomy, this is the very first telescope we’ve used that worked on the first night as advertised, straight out of the box.

Introducing Stellina

The heart of the Stellina telescope system is an 80mm aperture, apochromatic doublet refractor/reflector hybrid with a nasmyth focus and an f/5 focal length, providing a generous field of view nearly one degree square, suitable for deep-sky imaging. There’s no eyepiece on Stellina: instead, images are focused onto an electronic imager and sent via wireless connection to your smartphone or tablet. The user only needs to install the app, follow the prompts, turn the telescope on and let it go through its paces of alignment and calibration before observing. The 10000 mAh (milliamp/hour) power supply provided with the telescope is more than enough to power Stellina through a night’s worth of observing in the field, or you could power the telescope via AC power if available using a USB-C cord.

A closeup view of the internal battery compartment.

Note that the telescope still draws a slight bit of power when shut-down, and it’s worth it to disconnect the battery when the telescope is not in use, and top it off before you head out for a night’s worth of observing.

The power compartment also comes equipped with two standard USB ports: one to plug in a USB stick, and another to charge your phone or tablet with if needed in the field. Once a USB stick is plugged into Stellina, it will automatically generate and download FITS (Flexible Image Transport System) images for later processing. Similar to RAW frames, NASA uses FITS images to process Hubble Space Telescope data. A free FITS processing plug-in extension for Photoshop named FITS Liberator is available here.

Stellina is designed for deep-sky imaging, and is a wonderful tool for getting a first-time astro-imager over the threshold from bright target imaging to capturing faint nebulae, clusters and galaxies. The entire acquisition and image stacking procedure is automated from alignment to capture, stacking and controlling field rotation: the user simply selects the object from the free Stellinapp, which suggests best targets for the evening, and Stellina does the rest. No tedious auto-guiding or dealing with flat, dark and bias frames, although an advanced astrophotographer can certainly tweak images via FITS frames in post-processing. The images are slowly stacked as Stellina gathers photons and are processed as ready to share, right from your smartphone.

Screenshots of the StellinApp controller, including the new manual control feature (far left).

Stellina is one of several models of ‘smart scopes’ on the market, including offerings from Unistellar and Hiuni’s smart telescope.

Stellina is priced at $3,999 USD and comes with a 2-year warranty. Hopefully, that price tag will come down a bit, once the technology progresses. Remember the first 500$ CD players back in the 1980s?

Using Stellina was a fuss-free experience on the first night out. The telescope needs complete post-twilight darkness and a brief cool down period to begin alignment and focusing. This procedure takes about 10-15 minutes to complete, then you’re ready to start observing. We found that even using Stellina from downtown light-polluted Norfolk, Virginia on a Full Moon weekend that the telescope worked admirably, capturing nebulae and galaxies that I probably wouldn’t have bothered to try for with a traditional telescope. Stellina also comes equipped with a built-in light pollution filter, another plus.

Overall, we found Stellina was easy to use, so much so that friends with no prior astrophotography experience were able to download the app, hook up with the telescope and start taking images immediately. The telescope is a great gateway to get observers over the toughest hurdle into entry level deep-sky astrophotography. The telescope even has a built-in dew heater and temperature control system, and will automatically re-calibrate its focusing as it cools down to the ambient temperature.

The supplied Gitzo carbon fiber chicken-foot tripod is also very sturdy, and provides a good, low slung center of gravity for the heavy telescope. (Stellina weighs in at about 24.7 pounds/11.2 kilograms).

The Wild Duck Cluster Messier 11, 5-minute exposure.

The blue power-on light seems a bit counter-intuitive in terms of preserving night vision. Also, we found that Stellina starts to protest as twilight comes around in the morning, shutting down an observing session a bit early. Of course, these are very minor issues.

Mettre à jour: One our biggest objections—a lack of manual control—was actually just remedied by a recent app update: in addition to selecting objects from a set database of bright deep sky targets from the Messier and New General (NGC) Catalog, users can now manually enter right ascension and declination coordinates. That now puts other enticing targets such as new comets, asteroids and fainter nebulae not in the app’s database within a user’s reach.

We’d love to see the Stellina platform coupled with ASCOM telescope control drivers for use with a planetarium program such as Starry Night or Stellarium. This would be a powerful feature, allowing the user to select targets for night from your desktop. Of course, these are software and not hardware upgrades, and could be easily fixed with a future app update. At present, the team at Vaonis seems very keen on pushing out new updates for Stellina, and its always worth refreshing the app to assure you have the latest version prior to going out for a night’s worth of observing.

The Whirlpool Galaxy Messier 51, full 30 minute exposure.

Are smartphone telescopes a good thing? It’s a discussion we’ve seen making its rounds on social media as of late. I often liken building and using a telescope to the skills of tuning versus playing a piano. Extending this metaphor to Stellina, using this telescope is like using a player piano. Like lots of technology, Stellina brings the ‘magic box’ effect to astronomy, allowing a first time user to skip learning to polar align, slew, and fine focus.

Of course, telescopes were long overdue to enter the 21 st century, and do away with tangling cords and primitive push button displays that looked more at home on a 1970s calculator than a modern telescope. If nothing else, Stellina breaks the gridlock in telescope control design, for something truly original.

The globular cluster Messier 3, 5-minute exposure.

What could Stellina-type telescopes do to the future of amateur astronomy? Stellina would be an amazing tool for public outreach. They say the very best telescope is the one you end up using most, and we found ourselves taking Stellina up to the parking garage rooftop of our apartment every clear night. I could easily see Stellina permanently parked in a mini-backyard observatory, set for easy deployment under the night sky while the observer sits warmly inside.

If Vaonis were to open up the Stellina software platform to the astronomical community, it could even become a powerful research tool. I can envision a legion of Stellina observing stations scattered ‘cross the globe monitoring variable stars, tracking asteroids and occultations, and even following exoplanet transits.

The waxing gibbous Moon, imaged with Stellina.

Heck, though Stellina isn’t really intended for lunar or planetary imaging, it provides a wide full disk view of the Moon, and would be a fun way to livestream a total lunar eclipse.

It’s a brave new world for 21st backyard astronomy, and Stellina definitely delivers. Now, if they could just make telescope that can zap clouds…

Lead image: Stellina, ready for a night’s worth of observing. Credit: all photos in the article by Dave Dickinson


How the inaccuracy of human memory would foil you

Identifying our constellations:

If your traveler has an actual picture of our night sky saved on his phone, then it would be relatively easy (with enough computational power) to line up our constellations with our exact position, but these kind of things have to be very precise. If you are just trying to draw constellations from memory, this will more likely than not lead you on yet another wild goose chase. What you draw as the big dipper will likely more closely resemble many many constellations as seen from other stars so, if your sketch is not accurate enough, you might end up filtering Sol out of your candidate list in trying to narrow it down.

Then there is the bigger problem of actually trying to be too specific. Our constellations are often idealized versions of actual stars where parts of the constellation that "make up the image" are not actually the brightest stars in that part of the sky. So if you don't draw out orion's arm and bow, your image will likely be to vague to find a match, but if you do draw them out, you are in even worse shape because all the missing stars from your sketch will nullify Earth as an option at any threshold of apparent magnitude.

The devil is in the details

This leads to the final problem of human error. What happens if your student remembers anything wrong? He is going off of memory after all, so if he remembers just one detail wrong like maybe he thinks Alpha Centauri is 3.4 ly instead of 4.3ly or maybe he does not remember Mars having moons or something like that. On a test like this, anything less than a 100% is a failing grade.

In summary, it is very unlikely that a traveler is going home without either a much better than high-school level understanding of galaxy or some kind of citable documentation.

I can list and describe planets in the Solar System, I can identify or approximately draw several constellations,

This is what can bring you home, if possible at all. It would be better if, together with drawing some constellation, you could also indicate their relative position in the sky.

If they have a catalogue of all the stars in the galaxy, they should be rather easily be able to build a 3D representation of the same galaxy. From there to calculating the appearance of the sky from any point of view would be doable (it's something we can pull out with our tech level).

Since you know and can draw several constellations, you can either scroll the list to search for star systems similar to the Sun and check what the sky looks like from their point of view, or scan the point view searching for places where the sky shows the features you can describe and then search for Sun like systems in the area. In both ways it would be probably better to have an expert system do the job for you, I suspect there will be a large number of stars to check.

Once you have the list of candidates, you can try to weed it out further and hope it's not longer than the list of probes they are willing to send.

Expanding further on my comment to another answer.

You remember part of the lyrics of "the galaxy song" from Monty Python's meaning of life (or otherwise have some reason to remember similar statistics):

Our galaxy itself contains a hundred billion stars It's a hundred thousand light-years side to side It bulges in the middle sixteen thousand light-years thick, But out by us it's just three thousand light-years wide. We're thirty thousand light-years from Galactic Central Point, We go 'round every two hundred million years And our galaxy itself is one of millions of billions In this amazing and expanding universe.

This gives the approximate distance from earth to the centre of the galaxy as 30,000 light years, and also calibrates what a light year is for the alien's benefit as 1/100,000 of the distance across the galaxy.

So far this only gives us the (very approximate!) distance from the centre of the galaxy. but you also remember that the centre of the galaxy from our point of view is Sagittarius A*, and of course that the nearest galaxy to us is the Andromeda galaxy in the Andromeda constellation.

The relative position of the galactic centre to the Andromeda galaxy would greatly narrow down the search area. It would be even more useful if you can identify and remember the correct relative location in the sky from Earth's perspective of some other nearby galaxies to improve the triangulation and reduce the search area. In particular a comment from someone more familiar with astronomy than I suggests the Magellanic Clouds - being different distances away, they would only appear at the right apparent spacing from someone in a similar region of our galaxy.

Also, supernovae that you know about (where in the sky they appeared as viewed from earth, and when in earth's history they were recorded) could be useful as further triangulation points if they're ones the aliens also know about. If the aliens know exactly where and when in the galaxy the supernova actually occurred, then the number of years after the event that it was observed from earth would give a distance. but for many of these it could be uncertain WHICH supernova was the one we saw given that there are potentially thousands of [light-]years of uncertainty about the position we were observing from, and large numbers of supernova events that may be observable over such a time span. That could even make an interesting blind alley for the story - the aliens correlate the only supernova you can remember with one that hasn't been observed from earth yet.

The exact shapes of constellations would seem less useful initially, but once you've got an approximate location, the aliens' database could perhaps come in useful to reconstruct what an observer at various places in the search area might see (unlike the questioner who assumed planets would be known about, I'm assuming only the position and brightness of each star is known). This can also be correctly aligned (using the known positions of the galactic centre and andromeda galaxy) so that you know which constellation you should be looking for in which part of the sky as reconstructed from the star charts.

I could imagine it working something like this:

The aliens put together a database of all known stars with their brightnesses and exact positions and velocities to create a simulation of what the sky would look like from any specified position as of the time you left your home system (as other answers, they may need to send some probes to locations not to far from the target area to update their database). They set you up with a few example view points. Every time the stars look totally different. Surely this is hopeless - you won't ever recognise anything. So many images have gone back and forth you can barely remember what you're looking for.

The screen is focussed on the view towards andromeda - one of the few common waypoints you could identify with certainty. The first try with Sagittarius was hopeless, as there are even more stars in that direction and you can make almost any shape you want (besides you can't remember the shape of that one so well).

After flicking between hundreds of random search points within the target area, suddenly "the projected view to Andromeda galaxy from this place kind-of looks a little bit like Andromeda, but really distorted and with stuff missing", then the alien lets you jiggle the stick a little, and a star approaches from the right side of the screen. You try to use the star to complete the picture, but it's still badly distorted. Looking at other parts of the simulated view from this place, nothing is recognisable. Disheartened, you think it must just be a co-incidence. The alien moves to a full 360 degree projection room and moves the simulated view point back and forth along the direct line to Andromeda. The star you picked fades almost completely out of view, and whichever way the alien moves the view, it gets worse. "It's no use - it must have been a co-incidence, the rest of the sky is totally wrong". As you turn to say this, the stars whizz past to the side. The galaxy never seemed so big before, even some of the smallest movements completely change what you see. Suddenly something familiar is there, and then gone again. "Go back a bit" you scream. Suddenly there it is - not quite right, but recognisable - the most recognisable constellation of the northern hemisphere, Ursa Major. "fix on that, and move really slowly". The distortions get worse. "No, the other way". The sky starts to come into alignment. Looking back towards Andromeda, the star you'd picked is barely visible and well out of position now, but another has moved over and is now in almost the right place.

The alien reveals how lucky we got - in the whole search we'd only panned the viewpoint by less than a hundred light years. The triangulation had several thousand light years of uncertainty. Never before had you appreciated just how big the universe was.

You look again at the chart. Something is very wrong. "I don't remember a huge bright star there." The alien looks up the statistics for that star. "The simulation says this is within 1 of your light years of the simulated position. That star should have been REALLY obvious". Suddenly you realise the problem. "can you delete that star from the simulation and set the view point to exactly the position of the deleted star?". The last few distortions are removed - you are finally "home".

"I'm glad you found it, but you must have remembered something wrong" says the alien. That wasn't even supposed to be in the search area. The star you've selected only seems to be less than 26,000 of your "light years" from the galaxy centre.

(put another way, the galaxy is huge, so even with this kind of triangulation to get something approximating the right search area, you're going to need to have some way to inject some lucky fluke into the story).


Voir la vidéo: 1 La structure dune base de données (Juillet 2021).